Commission européenne : Margrethe Vestager aimerait un App Store alternatif

Mickaël Bazoge |

Margrethe Vestager, la commissaire européenne à la Concurrence, a une solution pour résoudre le dossier des pratiques de l'App Store : qu'Apple autorise les boutiques alternatives sur iOS. La vice-présidente exécutive de la Commission européenne, interrogée par Kara Swisher pour son podcast du New York Times, s'exprimait sur le procès ayant opposé Epic Games au constructeur.

Margrethe Vestager. Crédit : Radikale Venstre, CC BY-NC 2.0

« Je pense qu'une partie de la plainte d'Epic pourrait être réglée en autorisant un deuxième App Store, parce que [l'éditeur de Fortnite] cherche des moyens différents de communiquer avec ses clients », indique la dirigeante européenne en ajoutant qu'elle et ses services avaient suivi le dossier « de très près, car il y a beaucoup de similarités » avec l'enquête sur l'App Store lancée par la Commission en juin 2020.

Si Margrethe Vestager entend les arguments d'Apple sur la sécurité et la confidentialité, elle estime que « ni la sécurité, ni la confidentialité ne devraient être utilisées comme une digue contre les concurrents ». Elle oppose également les différences de traitement entre éditeurs : « [Il y a] des applications gratuites qui ne paient donc aucune commission, d'autres apps que vous achetez sur lesquelles pèse une très forte commission qu'Apple ne paie pas elle-même pour ses propres apps ».

À l'origine, c'est une plainte de Spotify déposée devant la Commission qui a mis le feu aux poudres. Le service de streaming estime que la commission de 30% prélevée par Apple est trop élevée sur un marché où les marges sont faibles. Et c'est une commission à laquelle échappe Apple Music, bien sûr. Si Spotify est disponible sur l'App Store, il n'est pas possible de s'y abonner directement depuis l'application iOS et Spotify n'a pas le droit d'informer ses utilisateurs mobiles qu'ils doivent souscrire sur son site web.

Cette interdiction d'Apple rend les choses très difficiles, soulève la commissaire, « parce que si vous vous abonnez à Apple Music, il n'y a pas de commission. Même s'il est possible d'éviter la commission en souscrivant depuis le site web, l'utilisateur ne le sait pas » car les plateformes concurrentes ne peuvent rien dire. Pour Margrethe Vestager, cela constitue un cas de concurrence déloyale.

Margrethe Vestager n'a cependant pas eu beaucoup de chance avec Apple, le constructeur ayant remporté une bataille l'été dernier : la Cour de justice de l'Union européenne a annulé la décision de la Commission qui estimait que l'Irlande avait accordé une aide illégale de 13 milliards d'euros à l'entreprise. Les services de la commissaire à la Concurrence ont-ils eu la main trop lourde ?

« Bien sûr, je me pose beaucoup cette question. Je pense que c'est ce qu'il faut faire quand vous perdez en justice. Mais je crois que ce cas en lui-même a braqué un projecteur sur le problème ». Elle indique aussi que cette affaire pousse à un changement de législation afin d'obtenir de meilleurs résultats. Elle rappelle que la Cour de justice instruit l'appel de la Commission.

Concernant l'autre dossier chaud du moment, c'est à dire la taxation des multinationales, la commissaire se réjouit de la décision prise par le G7 Finances il y a quelques jours. Il va falloir maintenant convaincre tous les pays d'accepter cet accord, ce qui risque de poser un problème pour certains d'entre eux à la fiscalité très douce pour les entreprises, comme l'Irlande.

Margrethe Vestager estime cependant que les chances de succès sont « probablement meilleures » avec l'administration Biden qu'avec la précédente administration.


avatar softjo | 

Un AppStore tier avec un moteur de recherche! Et non pas la beuze d’Apple qui ne trouve strictement rien.

Un AppStore tier peut-être plus sûr que celui d’Apple, tout en autorisant d’avantage d’app spécifiques nécessitant des permissions qu’Apple se garde pour elle…

avatar Glop0606 | 

Je connais un système comme ça où chacun y va de son store: Mon PC avec Windows! Quand je le démarre, j'ai Steam, Blizzard, Origin, Epic, MS Store qui s'ouvre et ça juste pour des jeux. Chacun veut son petit update, chacun veut ma carte de crédit, chacun veut son mot de passe, chacun installe à sa façon, chacun a ses DRM's, etc... Je suis sûr qu'il y a un paquet de joueurs PC qui connaissent cette expérience désastreuse au démarrage du PC avec toutes les fenêtres d'Update.
Et je vous passe l'angoisse à chaque fois que dans la presse on lit que les Hacks, les pertes de mots de passe, les vols de cartes de crédits de ces stores.

Si je veux de ce monde merveilleux sur mon Iphone, voire qu'on me l'impose?... (soupir)

avatar killabling | 

Les gens ici me font peur parfois ici!!!!
J'ai du android "samsung" depuis mon iPhone 3gs et j'ai jamais eu aucuns malware,virus et comp même en téléchargeant ailleurs "des apk non dispo pour la France".
Mais maintenant,il y a des vpn pour contourner tout sa donc je suis retourner sur le store officiel.
Les gens ici,on dirait des gamins avec leurs craintes inutiles et débiles.
Alors je vais faire simple,personne ne vous forcera a quitter le store et si spotify,fb etc etc se barrent,il ya aura toujours des alternatives.
Au pire vu que tout sque j'entend sur fb et google " les grds méchants" ici, sa sera pas une grande perte heinnn

avatar yeagermars | 

Moi je voudrais acheter une Ferrari, mais je voudrais que Ferrari installe un moteur Porsche dedans et qu'il me garantisse la voiture aux même conditions, vous pensez que l'Europe peut quelque chose pour moi ????

avatar Clément34000 | 

Il ne faut pas d’alternatif. Ceux qui veulent de l’alternatif achète Androïd, c’est pourtant simple.
Comme certain le disent ici, le client s’en fiche en réalité, c’est surtout le développeur qui veut s’en mettre encore plus dans les poches et sans se prendre la tête à respecter les conditions d’entrée plus sévère que le play-store ou le Google store sais plus comment il s’appelle) mais dans lequel ils font moins de bénéfices mdr

avatar Moonwalker | 

Elle commence à me fatiguer celle-là. Pas qu’elle d’ailleurs, toute la clique « européenne » qui prétend savoir mieux que nous quelle est notre bien.

avatar Bigdidou | 

@Moonwalker

« Pas qu’elle d’ailleurs, toute la clique « européenne » qui prétend savoir mieux que nous quelle est notre bien »

Absolument.
Très fatiguants, ces gens qui veulent notre bien à notre place.
Ah, mais par contre : Apple est européenne ?

avatar stef41 | 

Encore une qui croit au père noel 😂

avatar Gandalf | 

Bonjour Margaret, je vais t’expliquer ce qui va se passer si Apple est contrainte de baisser drastiquement sa commission.
Comme il faudra continuer à faire fonctionner les serveurs pour distribuer les applications et développer les outils de développement, elle va exiger des développeurs de payer un droit d’accès plus conséquent au « Store » pour y déposer leurs applications.
Elle va arrêter de dépenser de l’argent pour faire gratuitement la promotion des applications.
Et donc les gros studios vont pouvoir se faire plus de pognon et auront les moyens de faire la promotion de leur applications et les petits développeurs n’auront plus les moyens de promouvoir leurs logiciels. Ils finiront par se faire éditer par les gros studios qui leur prendront 30% de commission de frais d’édition minimum.
Je me rappelle du temps où il fallait acheter les logiciels de programmation. C’était pas donné!
La solution d’Apple à des défauts mais elle me semble plus favorable aux petits éditeurs et garantit ainsi plus d’innovation.
Une solution plus équilibrée serait que la distribution du multimédia et des applications payantes soient déporter dans des filiales et soumises à la commission de 30%. Mais en définitive ces filiales étant à 100% détenues par Apple (comme Claris ou FileMaker) l’argent finirait en définitive toujours dans la poche d’Apple.
Combien les magasins prennent-ils de marge brut sur les logiciels qu’ils vendent dans leur rayons? Ce doit être dans les 30%. Les gros studios cherchent simplement à augmenter leurs marges en distribuant directement leurs logiciels, et de préférence par abonnement. Comme ça au lieu de payer un abonnement pour une large palette due logiciels on en paiera plusieurs pour une palette moins large de logiciels exclusifs du studio.
Ce sera le consommateur qui sera encore perdant.

avatar IceWizard | 

@Gandalf

« Combien les magasins prennent-ils de marge brut sur les logiciels qu’ils vendent dans leur rayons? Ce doit être dans les 30%. « 

Plutôt 40%. À la louche, le coût de distribution c’est 60% du prix de vente HT :

- 20% pour le grossiste
- 40% pour le revendeur final

Il ne reste que 40% pour l’éditeur qui doit aussi payer les frais de fabrication physique (boîte, Cd et doc). Et aussi rembourser les retours au bout d’un an, si le produit s’est mal vendu.

La distribution numérique c’est du pain béni pour les éditeurs, par rapport aux ventes en boutiques !

avatar vVDB | 

Il faut simplement que les frais soient orientés sur les coûts. 30% pour afficher des applications, que prend Amazon pour afficher les produits ?
La gratuité ne peut être possible que pour les premiers xx milliers d'utilisateurs afin de favoriser l'émergence de concurrence.
Une application gratuite à 100 millions d'utilisateurs ce n'est pas possible, il faut payer son obole pour maintenir le système !
La concurrence doit être totale, des alternatives doivent exister et même dans le magasin de Google, un magasin doit être à la disposition des vendeurs et être agnostique.
Les paiements doivent être hors de la plateforme, Apple prend la encore une commission. Sur ce sujet, il faudrait entendre Stéphane Richard qui n'a pas réussi à faire du sans contact avec iOS pour Orange Bank, le résultat est que la solution 'maison' a été complètement arrêtée même sur Android où elle fonctionnait bien. C'est édifiant sur la volonté d'Apple d'être hégémonique...
Le pays dans lequel réside l'acheteur et celui où la vente est réalisée. Quand vous allez à Carrefour, la vente est à l'endroit où l'acheteur se trouve pas le vendeur ! La juridiction opposable est celle de l'acheteur pas celle du vendeur.
Je pense que la possibilité de vendre du matériel et de faire des 'abonnements' grâce à ce matériel doit être 'interdit'. On doit choisir sont positionnement entre producteurs et société de services. On produit un device pas le système qui va avec, pas les logiciels qui vont avec le système, pas le magasin des logiciels, pas les périphériques qui vont avec. Il peut y avoir un holding mais la gestion doit être totalement étanche, auditable pour garantir la possibilité d'interopérabilité et de concurrence.
On doit aussi réfléchir sur les entreprises qui sont et ont des déficits monstrueux des années durant pour capter un marché, ce n'est pas un business model vertueux car les déficits seront payés in fine par les clients.

avatar Hideyasu | 

Pour mettre tout le monde d’accord Apple ne devrait pas prendre de commission des qu’ils ont un service concurrent et payant
Exemple : Spotify, Netflix, Disney+ etc

avatar webHAL1 | 

C'est toujours distrayant de lire, à chaque article sur le sujet, les mêmes réactions totalement à l'ouest de personnes qui n'y connaissent manifestement pas grand-chose. Mes préférées sont sans doute :

1. La situation sur Android est terrifiante ! Les utilisateurs de ce systèmes sont submergés par des raz-de-marées de malwares et d'applications vérolées... Leurs appareils ne sont que des zombies échappant totalement à leur contrôle, distribuant leurs données personnelles aux quatre vents !
Sachant cela, c'est quand même assez incroyable que plus de 3 milliards d'appareils dans le monde tournent avec Android, et que des centaines de millions d'utilisateurs choisissent de ne pas acheter un iPhone, mais un téléphone Samsung, Huawei, Motorola, Xiaomi, etc. Ah, mais attendez, serait-ce en fait plutôt que seule une infime minorité d'appareils Android sont affectés par ces soucis ?! Et qu'iOS est d'ailleurs dans le même bateau (Jeff Bezos et des journalistes d'Al Jazeera peuvent en témoigner) ? Le mystère reste entier...

2. Si des boutiques alternatives apparaissent sur iOS, tout le monde sera obligé de les utiliser ! Hé oui, plus le choix : il faudra abandonner le doux cocon rassurant que représente l'App Store et s'aventurer dans l'enfer sans foi ni loi des autres magasins...
- « Mais Monsieur, si une application n'est plus disponible chez Apple et que vous ne faites pas confiance à la boutique sur laquelle elle l'est, il vous suffit de ne pas l'utiliser... »
- « Eh bien non, j'exige de pouvoir la télécharger à l'emplacement de mon choix ! Seule compte ma propre petite personne et mon égo ! Je veux tout, et je le veux maintenant ! »

3. De toute façon, si d'autres magasins apparaissent, les prix ne baisseront pas ! Car c'est bien connu, si vous avez vos habitudes dans une boutique, que vous la connaissez et vous savez comment elle fonctionne, lorsqu'une échoppe concurrente ouvre et propose les mêmes articles exactement au même prix, vous allez vous y précipiter !
N'importe quel commerçant vous le confirmera : quand vous entrez en compétition avec un acteur installé et ultra-puissant, vous n'avez rien à faire, aucune promotion, aucune offre spéciale, aucun avantage à offrir, les clients viennent d'eux-mêmes ! C'est ma-gi-que.

avatar Lestat1886 | 

« Même s'il est possible d'éviter la commission en souscrivant depuis le site web, l'utilisateur ne le sait pas »

Oui parce qu’il est stupide et ne sait sûrement pas utiliser un navigateur 🤷🏻‍♂️

avatar webHAL1 | 

@Lestat1886 :

Pour un service inutilisable sans contracter un abonnement paiement, probablement que la majorité des utilisateurs feront en sorte de trouver sur le site Web comment s'abonner (typiquement Netflix). Mais, pour une service comme Spotify, qui propose une offre gratuite, le fait que dans l'application aucune explication ne soit possible sur la manière de passer à l'offre "Premium" constitue clairement une dégradation de l'expérience utilisateur et un manque à gagner pour Spotify.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR