La commission antitrust veut employer les grands moyens pour réguler Apple, Amazon, Google et Facebook

Stéphane Moussie |

Tim Cook, Jeff Bezos, Sundar Pichai et Mark Zuckerberg n'ont pas réussi à convaincre le président de la commission antitrust lors de l'audition qui s'est tenue fin juillet. « [Apple, Amazon, Google et Facebook] adoptent tous des pratiques profondément dérangeantes et qui obligent le Congrès à agir », a déclaré hier David Cicilline à Bloomberg.

Tim Cook, Sundar Pichai, Mark Zuckerberg et Jeff Bezos durant l'audition antitrust

Si le contexte entourant chaque entreprise est différent, « il y a un dénominateur commun qui est l'abus de leur pouvoir sur le marché pour maintenir une domination, écraser les concurrents, exclure les gens de leur plateforme et créer des rentes de monopole », tonne le représentant démocrate.

Le président de la commission réfléchit à des mesures drastiques pour réguler les business de ces quatre entreprises. Une piste jugée intéressante serait une séparation de leurs activités dans le but de limiter les conflits d'intérêt. Par exemple, Amazon devrait mettre un mur entre la gestion de sa place de marché et sa vente en direct. Pour Apple, cela reviendrait à disloquer l'administration de l'App Store du reste.

Le rapport de la commission antitrust est attendu pour septembre.

avatar jcp25 | 

@YetOneOtherGit

IBM

Aux États-Unis

En 1969 IBM occupe une position quasi-monopolistique dans le marché des ordinateurs. Une action est entamée sur base du Sherman Antitrust Act. La procédure est très lente et IBM décide spontanément de se réorganiser en deux entités : l’une pour les grands systèmes, et l’autre pour les mini-systèmes. A partir de 1973, la vente des matériels et celle des logiciels sont séparées. Puis les services sont à leur tour divisés en deux entités. Si bien que, en 1982, au moment où le procès proprement dit doit débuter, les poursuites sont abandonnées.

En Europe

En 2010, la Commission européenne ouvre une enquête sur un possible abus de position dominante d’IBM dans le domaine de la maintenance des grands systèmes. La firme refuse à ses concurrents l’accès à des pièces de rechange essentielles.

IBM s’engage par la suite à rendre accessible aux autres firmes de maintenance ses pièces de rechange et ses informations techniques. En décembre 2011, la Commission européenne rend les engagements d’IBM contraignants et met fin à son enquête.

avatar YetOneOtherGit | 

@jcp25

"En 1969 IBM occupe une position quasi-monopolistique dans le marché des ordinateurs. Une action est entamée sur base du Sherman Antitrust Act. La procédure est très lente et IBM décide spontanément de se réorganiser en deux entités : l’une pour les grands systèmes, et l’autre pour les mini-systèmes. A partir de 1973, la vente des matériels et celle des logiciels sont séparées. Puis les services sont à leur tour divisés en deux entités. Si bien que, en 1982, au moment où le procès proprement dit doit débuter, les poursuites sont abandonnées."

Et où veux-tu en venir avec ce résumé extrêmement bref de la très longue procédure?

La séparation interne des activités hard et soft qui n’est en rien un dementellement ?

Il est plus intéressant de connaître la façon dont IBM à intelligemment manœuvré pour réduire ses PDM sur le marché intérieur et pour les remonter quasiment instantanément après l’abandon de la procédure.

Tu veux montrer quoi en fait avec ça?

Que la procédure a eu un impact fort sur la position d’IBM ?

Si c’est cela c’est mal barré avec ça 😳

avatar YetOneOtherGit | 

@jcp25

"En 2010, la Commission européenne ouvre une enquête sur un possible abus de position dominante d’IBM dans le domaine de la maintenance des grands systèmes. La firme refuse à ses concurrents l’accès à des pièces de rechange essentielles.

IBM s’engage par la suite à rendre accessible aux autres firmes de maintenance ses pièces de rechange et ses informations techniques. En décembre 2011, la Commission européenne rend les engagements d’IBM contraignants et met fin à son enquête."

Alors là c’est carrément comique nous sommes sur des enjeux de potentiels dementellement de la puissance des GAFAM et tu nous ramènes une histoire de SAV sur IBM dans les années 2000 qui concerne un marché famélique 😳

L’opération de démantèlement de cartels contre Apple sur le marché du livre par le DoJ est bien plus significative économiquement mais concerne elle aussi des enjeux de marché intérieur.

C’est étrange chez certains ce besoin de contester des évidences factuelles par les moyens les plus spécieux.

Et pour info: l’analyse de l’évolution de la doctrine d’application du Sherman Act n’est en rien une analyse personnelle, elle est très largement consensuelle et documentée. 😎

avatar jcp25 | 

@YetOneOtherGit

tu nous ramènes une histoire de SAV sur IBM
--
Tu sais lire ducon ? Ou tu as la tête tellement gonflée que tu ne vois rien ?
Et tu te prends pour qui pour insulter et critiquer ?
Un grand journaliste comme celui qui a écrit ce que j'ai mis ou une petite merde pedante ?

avatar YetOneOtherGit | 

@jcp25

"Tu sais lire ducon ? "

le vrai visage des cuistres 😎

avatar YetOneOtherGit | 

@jcp25

"Un grand journaliste"

Beaucoup de grands journalistes écrivent de grandes bêtises sur des sujets qu’ils maîtrisent mal c’est un classique.

En général tout article de presse traitant d’un sujet qu’on connaît vraiment bien à titre personnel donne des hauts le cœur devant ses approximations, ses erreurs factuelles, ses raccourcis, ses contresens...

Et cela n’enlève rien au talent du journaliste, c’est le format même de l’exercice qui veut ça 😎

avatar YetOneOtherGit | 

@Ducletho

"Et la leçon de l’histoire c’est que MS vend mieux et conçoit mieux depuis qu’il est en concurrence en gérant mieux les lois anti trust.
"

Sur quoi appuie tu cette assertion étrange?

avatar oomu | 

Microsoft est à nouveau sur un développement vertueux avec le succès de Azure, leur implication croissante dans l'industrie Linux, etc

Mais est-ce suite aux conséquences des limites qui leur ont été ordonnées ? je doute.

Microsoft s'est adaptée à une industrie changeante, aux réalité et l'échec de leur présence sur le marché du Mobile, etc. Et elle a retrouvé une place où sa compétence fait sens.

avatar YetOneOtherGit | 

@oomu

"Mais est-ce suite aux conséquences des limites qui leur ont été ordonnées ? je doute."

Pour le moins ;-)

C’est établir une chaîne de causalité un rien trivial que de le croire, pour moi aussi 😉

avatar Ali Baba | 

@Ducletho

Sauf que le fait qu’Apple régule les apps installables sur un iPhone participe de la qualité générale de son produit.

Sans cela, les développeurs auront tôt fait de partir de l’App Store dès qu’une règle ne leur conviendra pas. Au hasard : l’abus de données personnelles, contre lequel lutte Apple et qui se manifeste par un bannissement de l’App Store en cas de violation du consentement utilisateur.

Je pourrais citer également tous les indicateurs qu’Apple met en place pour inciter les développeurs à la vertu. J’espère par exemple dans un futur proche un indicateur de sobriété énergétique, qui ne plaira pas non plus à Facebook.

Bref, je crois que cette séparation fera plus de mal que de bien, et que ce sont les consommateurs qu’il faut protéger des abus des multinationales et pas les multinationales entre elles.

Quand Apple lèse un consommateur, c’est la que le régulateur devrait intervenir. Pas quand Apple empêche Facebook de faire la loi.

avatar vince29 | 

Je ne mets pas de fourrure leopard sur mes sièges de voiture mais en même temps je ne comprendrai pas qu'on me l'interdise.
Je ne vois pas le problème avec l'ouverture de stores alternatifs.t'en veux pas ? Très bien et bien n'y va pas tout simplement.

avatar oomu | 

"Je ne mets pas de fourrure leopard sur mes sièges de voiture mais en même temps je ne comprendrai pas qu'on me l'interdise."

c'est un biais cognitif classique, on a à foutre de quelque chose que si on nous l'interdit, car on le ressent comme une agression à notre liberté.

Mais sur ipad et ziphon, cette "liberté" n'a jamais existé, donc tout un pan du public ne le vit pas comme une PERTE.

Mais pour d'autre voyant très bien les apports que furent le PC et le MAC et qu'on pourrait transfuser aux zipads pour en faire des Merveilles, c'est une ENTRAVE.

--
" Je ne vois pas le problème avec l'ouverture de stores alternatifs.t'en veux pas ? Très bien et bien n'y va pas tout simplement."

du point de vue du consommateur, c'est une évidence : oui c'est un GAIN et chacun fait son choix.

du point de vue de l'industriel, Carrefour devrait avoir le monopole de la distribution de pate sur le territoire pour "le bien du consommateur et inciter les producteurs et agriculteur à des pratiques saines"...

etc etc etc etc et encore ETC. l'éternel recommencement du baratin.

qu'on cesse d'être dupe, ici, sur ce forum, nous sommes des consommateurs d'Apple. et c'est ainsi qu'on doit raisonner vis à vis d'elle

(jusqu'au jour où vous êtes investisseur Apple, à ce moment là, on retourne notre veste d'un geste méprisant envers la plèbe)

avatar MGA | 

@oomu

Nous savons déjà que vous souhaitez que les smartphones soient livrés sans OS pour laisser le choix au propriétaire 😀
Perso je trouve le modèle de simplicité d’Apple iOS très confortable et rien absolument rien ne m’oblige à rester client de ce modèle, quelques licences à acheter tout au plus... mais avec la tendance détestable de l’abonnement une partie du problème est réglé.

avatar oomu | 

"Sauf que le fait qu’Apple régule les apps installables sur un iPhone participe de la qualité générale de son produit. "

Qu'on laisse le CHOIX à l'ACHETEUR d'un ZIPHON de profiter OU NON de cette "boutique apple" qui "participe de la qualité générale de son produit".

!

avatar oomu | 

"Je pourrais citer également tous les indicateurs qu’Apple met en place pour inciter les développeurs à la vertu. J’espère par exemple dans un futur proche un indicateur de sobriété énergétique, qui ne plaira pas non plus à Facebook. "

Je suis d'accord, Monoprix doit interdire les aliments gras, non nutritifs et carnassier pour inciter les industriels agro-alimentaire à la vertu (la Mienne). J'espère par exemple dans un futur proche un indicateur de bien être animal qui ne plaira pas non plus à Charal.
(j'adore faire mon épouvantail https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89pouvantail_(rh%C3%A9torique) )

Mon point, c'est que c'est très gentil ce que propose Apple comme PROPOSITION aux consommateurs, mais en tant que CONsommateur je pourrais vouloir une AUTRE proposition sans devoir jeter par la fenêtre de profiter (en payant hein, je paie hein) de la qualité du matériel Apple.

c'est tout le problème des "offres tout en un", des "bundles". C'est LOURDINGUE et une entrave à mon choix.

Alors bien sur que je peux aller m'acheter un Zandroid, hein , mais ho hé, minute papillon, ho.

Je m'en fous du bien être d'Apple, Danone, Google et Honda Motor, en tant que GROSCONsommateur (et je le pense sincèrement malgré mon jeu de mot outrancier) je veux avoir la flexibilité de mes choix et investissements.

En clair: quand je mets le doigts dans une offre Apple ce n'est pas nécessairement en adorant y mettre tout mon cul au passage.

Je le fais en sachant que je profite d'un BON coté des choses tout en devant COMPOSER avec des défauts que j'espère disparaîtront ou que je sais que je peux HACKER (contourner).

Et si l'équilibre devient trop chiant, ben je passe à autre chose, tant pis.

Mais arrêtons de chercher des excuses à Toyota, IBM, ma boulangère, Apple et Microsoft. Ils ne sont pas nos amis, uniquement des vendeurs de solutions qu'on PAIE.

avatar J'en_crois Pas_mes yeux | 

@ oomu
J'apprécie que les distributeurs bio me protègent des produits frelatés et que l'appstore me protège des spywares. Je choisis les produits Apple essentiellement pour bénéficier de cette protection.

avatar en chanson | 

@J'en_crois Pas_mes yeux

Ben tu es bien naïf. Reste attentif à tous les spywares présents sur l app store

avatar J'en_crois Pas_mes yeux | 

@en chanson "Ben tu es bien naïf"
J'éviterai donc de répondre à cet argument imparable.

avatar Brice21 | 

@oomu

"c'est tout le problème des "offres tout en un", des "bundles". C'est LOURDINGUE et une entrave à mon choix."

Je pense que la solution est de laisser le consommateur insatisfait d’iOS, de sa licence et de ses contraintes, installer Android sur son iPhone. Pour cela Apple devrait juste fournir la documentation technique de ses puces afin que la communauté puisse écrire les drivers nécessaires.

Comme ça tous auraient le choix de faire ce qu’ils souhaitent du matériel qu’ils ont achetés, sans pour autant compromettre la sécurité d’iOS pour ceux qui ont fait le choix d’accepter la licence d’Apple et ses contraintes.

avatar YetOneOtherGit | 

@Brice21

"Je pense que la solution est de laisser le consommateur insatisfait d’iOS, de sa licence et de ses contraintes, installer Android sur son iPhone."

Tu crois que cela changerait quoi que ce soit aux conflits actuels ?

J’ai de gros doute.

Tu vois cela faire évoluer la donne sur quels fronts ?

avatar Brice21 | 

@YetOneOtherGit

"Tu vois cela faire évoluer la donne sur quels fronts ?"

La liberté de disposer à sa guise du matériel dont on est propriétaire. Un moyen d’y accéder à xCloud, Stadia, GeForce Now, Fortnite, etc.
Et ceci sans affaiblir l’oasis de sécurité qu’est iOS. On pourrait même imaginer un dual boot au cas où tu aurais des regrets.

avatar byte_order | 

@Ali Baba

Si la seule façon de faire du contrôle de qualité c'était d'imposer un seul distributeur, cela se saurait : nous n'aurions qu'un seul magasin distribution des produits alimentaires, une seul pharmacie, une seule entreprise de contrôle technique des véhicules, etc.

Lier contrôle qualité et distribution n'a rien d'obligatoire.
On peut très bien imaginé un mécanisme de certification imposée (y compris à plusieurs niveau) par Apple, vérifié par iOS, mais débrayable par l'utilisateur final au besoin, tandis que la distribution, elle, ne fait alors plus que distribution, les apps non certifiées ou à la certification faibles étant alors indiqués comme telle à l'utilisateur final, à lui ensuite de faire ses propres choix.

Se faire certifier 100% sûr, expérience utilisateur parfaite, compatibilité avec toutes les versions de plateformes parfaites pouvait très bien être facturé plus cher que la simple certification "app signée par le développeur qui a soumis la demande de certification".

Par ailleurs :
> Sauf que le fait qu’Apple régule les apps installables sur un iPhone participe de la
> qualité générale de son produit.

Ce qui la place en position de juge *et* partie. Ce qui en soit pose déjà problème.

Et je ne vois pas ce qui empêcherait un magasin alternatif de proposer un niveau d'assurance qualité tout aussi comparable, tout comme on trouve des magasins de produit de luxe et d'autres magasins proposant le même genre de produits mais de moins bonne qualité.

La qualité n'a pas besoin d'être imposé, il suffit qu'il y ait une demande tout simplement.
La réalité, c'est qu'Apple sait parfaitement que la demande d'apps de qualité n'est pas aussi haute que ça et qu'une bonne part des utilisateurs iOS se contenterait très bien d'apps de moins bonne qualité, sauf que ça cela dégrade l'image de marque de sa plateforme et de ses produits.

Elle ne fait pas ça dans l'intéret des utilisateurs, mais dans l'intérêt de sa rente.

avatar Brice21 | 

@byte_order

"La qualité n'a pas besoin d'être imposé, il suffit qu'il y ait une demande tout simplement."

C’est le contrôle de l’app store et le fait qu’Apple impose des contraintes aux développeurs pour y figurer qui permettent à Apple de faire évoluer ses terminaux. Ils ont imposé la compilation en 64bits, le support de tous les formats d’écrans, le supporte du login Apple, des contraintes de privacy, etc.

Si un autre store permet de distribuer ses apps, sans se faire chier a les mettre à jour, la nature humaine étant paresseuse, les devs y mettront leur apps. Puis on y trouveras de apps infectées par des vers qui se propageront vers les iPhone sains par FaceTime, iMessage, sms, le réseau opérateur, comme sous Android. Puis on y trouveras des mineurs de bitcoin, des relais de spams email, de spams sms, comme sous Android (peu dans le play storemais les Store chinois en sont infectés), puis des apps connues vérolées (genre WhatsApp pour votre second numéro de tel secret pour tromper votre femme) puis on y trouveras du cul, de la traite des personnes, du jeu d’argent, du piratage, de l’esclavage, des messageries sécurisée pour dealers, pour tueurs et assassins, ... que sais-je d’autre de la perversité humaine.

Je préfère qu’on laisse les consommateurs installer Android sur leur iPhone (dont ils sont propriétaire), plutôt qu’iOS (dont ils n’ont qu’une licence) degenere comme Android.

avatar byte_order | 

@Ali Baba
> Bref, je crois que cette séparation fera plus de mal que de bien,
> et que ce sont les consommateurs qu’il faut protéger des abus des multinationales

Et leur interdire d'avoir le choix du moteur web utilisable c'est pas un abus sur les consommateurs ? Dissimuler un problème généralisé de coupure inopinée d'appareils dont la batterie est pourtant toujours dans les critères de garantie en bridant les performances de l'appareil au point d'en inciter certains à préférer racheter un nouvel appareil tandis que le constructeur échappe à une campagne de garantie des batteries très couteuses, c'est pas de l'abus ?

Le régulateur est-il intervenu ? Cela dure depuis combien de temps ces abus ?
Voilà.

La réalité, c'est que la meilleure régulation possible, la plus efficace, c'est le consommateur lui même qui doit la faire. Mais pour cela, il faut qui accepte de reprendre ses responsabilités, plutôt que continuer à renoncer à garder un minimum de contrôle et donc cautionner de facto les abus qu'il subit.

> et pas les multinationales entre elles.

Euh, les multinationales qui publient quelque chose sur l'AppStore sont une extrème minorité, l'essentiel des apps proviennent d'éditeurs qui sont loin, très loin d'être des grosses entreprises, une large majorité est même probablement un développeur seul en pratique.

avatar iPop | 

@minarey

Rendre Instagram et Whatapp indépendants ?
Je pense qu’ils le sont encore puisque chacun gère leur application et service leur façon.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR