Apple et la concurrence : l’administration Trump recueille des témoignages d’éditeurs d’apps

Mickaël Bazoge |

Les relations d’Apple avec les développeurs peuvent être houleuses en fonction des intérêts fluides du constructeur. Le ministère américain de la Justice (DoJ) a demandé à au moins un d’entre eux de venir témoigner, à savoir Mobicip, qui édite une app de contrôle parental.

Le CEO de l’entreprise, Suren Ramasubbu, a raconté à Reuters qu’il avait témoigné en novembre dernier sur ses interactions avec Apple. Son application, qui compte plus d’un million d’utilisateurs, permet aux parents de surveiller ce que voient leurs enfants sur leurs iPhone.

Mobicip a été retirée de l’App Store au début de l’année dernière, car elle ne respectait plus de nouvelles règles édictées par Apple. Elle est restée dans le purgatoire pendant six mois, provoquant au passage la baisse de moitié du chiffre d’affaires de l’éditeur. Après avoir répondu aux exigences de la Pomme, l’application a retrouvé le chemin de la boutique.

Au-delà du cas de Mobicip, tous les éditeurs d’apps de ce genre ont eu maille à partir avec Apple depuis la rentrée 2018 et le lancement du bouquet de fonctions Temps d’écran, qui intègre des options de contrôle parental. Le constructeur a resserré l’utilisation des outils de gestion de flotte MDM sur lesquels reposaient le fonctionnement de ces apps (lire : Suppression des apps de contrôle parental : Apple formalise sa version des faits).

Apple a ensuite fait machine arrière, en ouvrant de nouveau les portes de sa boutique à ces applications tierces. Ainsi, après huit mois de disette, OurPact a pu revenir dans l’App Store en juillet dernier. Dans l’intervalle, l’activité de ces éditeurs a forcément souffert des atermoiements de la Pomme.

Sur ces questions de concurrence, de relation avec les éditeurs et de pratiques commerciales, l’administration Trump cherche des poux dans la tête d’Apple, mais aussi de Google, de Facebook et d’Amazon. À Cupertino, on met en avant sa recherche de la « meilleure expérience » possible pour l’App Store (lire : Monopole ou pas monopole ? Apple défend le modèle économique de l'App Store).

Le Congrès américain cherche également à en savoir plus sur ces sujets. Apple campe sur ses positions mais la pression est de plus en plus forte. D’ailleurs, il n’y a pas qu’aux États-Unis : l’Europe aussi s’inquiète de la mainmise des plateformes sur les développeurs.

Tags
avatar cricri13009 | 

« Intérêts fluides » ? Ce serait pas plutôt « intérêts financiers » ?

avatar Mickaël Bazoge | 

@cricri13009

Des intérêts qui changent au fil de l’eau...

avatar SyMich | 

Fluctuants, alors...plutôt que fluides!

avatar Sindanárië | 

@SyMich

C’est plus qu’évident que la survie d’une app dépend maintenant de l’éventuelle concurrence aux nouvelles fonctions proposées par Apple.
En modifiant les clauses d’acceptation c’est très facile de tailler dans le gras.
L’idéal serait l’obligation pour Apple et les autres que l’installation d’apps puissent se faire hors App Store. Un bon gros cabinet d’avocats devrait bien arriver à prouver que la validation d’Apple sur les apps ne garantit rien sur la sécurité et la qualité des apps, c’est déjà arrivé !

avatar Depret Lucas | 

@Sindanárië

Ben si ça a de la sécurité,... regarde le play store rien du tout et la preuve en est 🤣

avatar Oncle Sophocle | 

@cricri13009
Il y a du liquide dans l'air (:-))

avatar SyMich | 

L'administration Trump va mettre ainsi la pression sur Apple jusqu'à ce qu'ils cèdent pour créer une backdoor accessible aux diverses agences (NSA, FBI, ...)
S'attaquer directement au porte-monnaie d'Apple en menaçant de faire sauter le monopole de distribution d'apps, a des chances de faire céder la pomme!

avatar Depret Lucas | 

@SyMich

Tu penses qu’Apple va re écrie tout son os? Tu rêves. Ils ne vont pas faire ça car justement c’est un argument pour eux

avatar SyMich | 

L'OS il le réécrive tous les ans! Chaque nouvelle version d'iOS est réécrite intégralement...
Et pas besoin de réécrire l'OS pour créer une back door.

Et je suis prête à parier que si la suppression du monopole de distribution des apps est dans la balance, ils trouveront une solution pour creer cette backdoor tout en expliquant que c'est toujours super sécurisé et que seule les agences autorisees peuvent l'utiliser.
(Voire ils le feront sans rien dire publiquement, en échange d'un abandon des procédures contre l'AppStore)

avatar Depret Lucas | 

@SyMich

Ils ont mit des systèmes en place pour pas qu’il y est de backdoor,... ça m’étonnerai qu’ils céderont car sinon bye bye tout le monde

avatar SyMich | 

Si ils doivent choisir entre abandonner le monopole de distribution des apps ou abandonner l'absence de back door, je suis à peu près sûre de ce qu'ils choisiront...

Et en plus, ils ne sont pas obligés de le crier sur la place publique!

avatar Depret Lucas | 

@SyMich

A voir si ils seront obliger à faire tomber l’app store car je ne vois pas en quoi ça passerait 🤷‍♂️ et ils ne vont peut-être pas le crier mais ça se saura et bye bye les iPhones

avatar SyMich | 

Trump est tres faché qu'Apple ne coopère pas avec le FBI, maintenant qu'il y'a plus de taxe sur les importations chinoises, il a trouvé un autre moyen de faire pression sur Apple. Menacer de faire sauter l'AppStore me semble très efficace car si ce monopole tombe, Apple risque de perdre ÉNORMÉMENT!

avatar Depret Lucas | 

@SyMich

Il n’y a pas que Trump qui décide donc il va vite se calmer. Il devra avoir des arguments en béton+ les avocats de Apple. Il pense qu’il peut faire n’importe alors que non

avatar SyMich | 

Apple est face à l'administration, pas devant un tribunal...
Et si l'administration considère qu'il y a entrave à la libre concurrence, ils peuvent décider seuls du montant de l'amende et des mesures pour restaurer une concurrence normale. Il n'y aura un juge qu'ensuite, si Apple faisait appel.

avatar Depret Lucas | 

@SyMich

Apple a donné ce qu’elle a su donnée

avatar Sindanárië | 

@SyMich

"Apple risque de perdre ÉNORMÉMENT!"

🤔 c’est plutôt pour nous utilisateurs qu’il faut se faire du mouron. Pas pour Apple.

avatar SyMich | 

Pour les utilisateurs, si ça devait arriver, on aurait juste le choix entre se fournir sur l'AppStore ou directement chez le développeur ou encore sur des stores alternatifs (comme sur Mac par exemple).
Par contre pour Apple, la perte financière serait majeure...

avatar Sindanárië | 

@Depret Lucas

"ça se saura et bye bye les iPhones"

Ah punaise trop cool : 👍🏽 le retour du téléphone à cadran rotatif et du répondeur à bandes 😬
Et puis le télex pour remplacer les sms et les mails 🥶
Ça me rappellera mon premier métier
(Bon pour le télex, les pièces jointes ça va pas être facile 🤣)

avatar Sindanárië | 
avatar YAZombie | 

Je doute qu'ils ne disent rien s'ils se voient contraints de mettre une backdoor en place. Politiquement ce serait suicidaire, alors qu'il serait très simple au contraire de montrer du doigt les responsables politiques, et d'attirer la sympathie de ceux à qui ça déplaît (soit aux US devenus une tyrannie de la minorité, les plus de 65% de la population en âge de voter globalement anti-Trump).
Quant à une obligation d'ouverture des vannes des apps, il est évident qu'ils se porteraient immédiatement devant les tribunaux. Plusieurs scénarios sont bien sûr alors possibles, mais étant donné l'impact colossal d'une telle obligation face à des solutions plus simples et moins exigeantes - externaliser le contrôle avant publication sur le store, contrainte d'une durée de validité du contrat avec les devs sur une période donnée et suffisamment longue, et certainement d'autres pour lesquelles je manque d'imagination - il serait extrêmement surprenant qu'une telle action en justice ne soit pas suspensive.

avatar David Finder | 

Ça fait des années qu’on entend la même histoire. Et jamais cela n’a changé. Trump ou pas Trump.
L’App Store va rester (de mon point de vue, tant mieux), et Apple ne cédera rien sur la sécurité. S’ils créaient un backdoor, même sans le dire, cela finira par se savoir. Donc non, rien ne va changer.
Nous pouvons donc continuer à dormir sur nos 2 oreilles (mais pas trop près de l’iPhone quand même).

avatar Bigdidou | 

Ah, bon.
Trump est plus copain avec Tim Apple ?

CONNEXION UTILISATEUR