Apple attaque en justice l'ancien architecte de ses processeurs d'iPhone

Florian Innocente |

Apple a porté plainte contre Gerard Williams, l'un des anciens haut responsables de sa division microprocesseurs et co-fondateur d'une startup avec d'autres vétérans de la Pomme.

Le mois dernier, Gerard Williams III, Manu Gulati et John Bruno annonçaient l'ouverture de Nuvia, Inc avec l'objectif de concevoir des puces ARM performantes et économes en énergie pour les serveurs des centres de données.

John Bruno, Gerard Williams et Manu Gulati, co-fondateurs de Nuvia Inc. Image : DR

Une activité a priori éloignée des projets d'Apple mais celle-ci a attaqué Gerard Williams aux motifs qu'il avait rompu son contrat contenant des clauses de confidentialité et de non-concurrence et qu'il avait débauché des employés d'Apple avant et après sa démission survenue le 1er février dernier.

Gerard Williams, sous l'autorité directe de Johnny Srouji, le responsable de toute l'activité processeurs d'Apple, a dirigé le développements des puces maison depuis l'A7 de 2013 (iPhone 5s/iPad Air) puis les systèmes sur puce de la Pomme, c'est à dire l'intégration du processeur principal, de la puce graphique et autres composants essentiels. Ses deux compagnons ont passé 7 et 5 ans chez Apple, dans la même division, avant de partir travailler en 2017 sur les processeurs de Google.

Dans sa plainte datée de la fin août [pdf] et repérée par The Register, Apple reproche à son ancien employé d'avoir dissimulé ses intentions quant à la création de cette startup ; d'avoir préparé ce projet pendant son temps passé chez Apple ; d'avoir commencé à débaucher les futurs employés de Nuvia Inc parmi ses équipes (de par ses responsabilités il avait aussi connaissance de leurs rémunérations) ; d'avoir utilisé des informations techniques et sa bonne connaissance des travaux et projets d'Apple pour préparer le sien.

Sur les 55 employés de Nuvia Inc enregistrés sur Linkedin, 20 sont passés par Apple

La plainte d'Apple contient plusieurs décomptes de temps passé au téléphone avec ses futurs collaborateurs et des extraits d'échanges de messages, dont certains où Gerard Williams conseille de rester discret et faire profil bas.

Dès 2015, Gerard Williams avait en tête cette idée de nouvelle activité, poursuit Apple en produisant un bref échange avec un autre ingénieur. Pour Apple, Williams projetait certainement de profiter de son expérience et de ses connaissances acquises au sein de la firme de Cupertino pour créer sa nouvelle entreprise, concevoir ses puces et proposer ensuite à Apple d'acheter Nuvia Inc. La Pomme ayant de multiples centres de données elle aurait pu y trouver un intérêt.

Apple juge que ce travail préparatif aux développements futurs chez Nuvia Inc lui revient, puisqu'il a été entrepris alors que Gerard Williams était son employé et bien au fait de sa propriété intellectuelle.

Il est reproché en outre à Williams d'avoir débauché 8 employés juste avant son départ. On peut voir sur Linkedin que Nuvia Inc a beaucoup pioché aussi dans les rangs de Google et de Samsung qui ont chacun leurs équipes processeurs. Pour enfoncer le clou et dépeindre son ancien employé sous un jour décidément peu favorable, Apple relève qu'il est parti à une date opportune, lui permettant d'exercer l'intégralité de ses actions.

Début novembre les avocats de Gerard Williams ont contre-attaqué [PDF] (pour l'anecdote, il s'agit du cabinet Quinn Emmanuel Urquhart & Sullivan qui a défendu Samsung contre Apple) et font valoir que les allégations quant à une rupture de contrat entre Apple et son employé ainsi qu'un défaut de loyauté ne reposent pas sur des critères légaux au vu de la loi californienne.

Il est tout à fait légal aussi, selon eux, qu'un employé puisse préparer un projet, même concurrent de ceux de son employeur, ou chercher un autre emploi alors qu'il est encore dans l'entreprise.

Les avocats de Williams font remarquer, avec une certaine ironie, qu'Apple se présente par de multiples superlatifs mais qu'elle n'a pas été en mesure de retenir au moins 9 des employés partis pour Nuvia Inc.

Ils s'étonnent également de la reproduction d'échanges électroniques et de relevés téléphoniques et estiment qu'aucune des personnes visées n'avait consenti à leur enregistrement. Enfin, les allégations portées à l'endroit de Gerard Williams sont vagues, considèrent ses avocats et l'empêchent de préparer correctement sa défense.

Les deux parties doivent se retrouver devant un tribunal le 21 janvier.

Le 15 novembre, Nuvia Inc a annoncé qu'il avait obtenu 53 millions de dollars (47,8 millions d'euros) de la part de fonds d'investissement (dont celui de Dell). Dix jours plus tard la startup californienne officialisait l'ouverture d'un bureau à Austin au Texas (Apple y a une forte présence, notamment pour ses développements processeurs) avec 40 employés d'ici la fin de l'année et l'objectif d'en accueillir 75 en tout.

avatar mapiolca | 

Si il y’avait de telles clauses dans son contrat, c’est légitime

avatar fosterj | 

Article cours mais très intéressant juste sur Apple

https://www.theguardian.com/technology/commentisfree/2019/dec/04/apple-s...

avatar huexley | 

C'est n'importe quoi cet article ! Pas plus tard que hier mon MacBook Air 512G de 2017 est tombé en panne, SSD HS. Apple me demande 600€ pour le remplacer… Bien sur que c'est réparable !

Oops j'ai oublié le tag [sarcasm]

avatar PierreBondurant | 

Ça sonne un peu: “J’aime bien la loi du marché quand ça m’arrange mais pas trop quand ça m’arrange pas.”
Salauds de pauvres! Ils peuvent démissionner!
Ils vont bientôt nous demander des payer des taxes!

avatar Nesus | 

C’est quand même problématique ce que demande Apple ici. En gros, toutes les relations et savoir acquis où développés chez Apple, ne peuvent être utilisés que chez Apple... ils n’avaient qu’à faire en sorte que les employés n’aient pas envie de partir et ils seraient restés.

avatar macinoe | 

L'angle c'est plutôt de dire que du temps normalement consacré à l'employeur a été utilisé dans un but personnel.
Je ne sais pas si l'utilisation d'extrait de messagerie est recevable.
Bonjour la confidentialité des données soit disant si chère à Apple.

avatar Nesus | 

@macinoe

Ce qui est absurde, 100% de notre être n’est pas consacré uniquement à notre travail dans les heures de travail. Comme 100% de notre être n’est pas absent de notre tâche en dehors des heures de travail.

avatar reborn | 

@Nesus

En gros, toutes les relations et savoir acquis où développés chez Apple, ne peuvent être utilisés que chez Apple...

Tu peux remplacer Apple par n’importe quelle autre entreprise.

Du temps de Jobs c’était mieux.. ou pas

https://www.lesechos.fr/2013/01/cartel-de-la-silicon-valley-les-preuves-...

avatar Nesus | 

@reborn

Steve Jobs était un sombre connard en matière d’embauche. Simplement parce qu’il pensait qu’on signait chez Apple avec son sang. Et pourtant je trouve l’homme génial, mais loin d’être parfait.
Et non, toutes les entreprises ne pensent pas comme ça. Heureusement d’ailleurs.

avatar Dev | 

@reborn

Effectivement depuis sa création Apple joue le tu sais ça, mais se que tu sais, est pas à toi 😐

avatar Crkm | 

Personne n’a jamais dit que Jobs était un type généreux et charitable. Et c’est justement pour ça qu’on l’aimait, il n’a jamais eu les manières mielleuses de Cook, il a toujours été très clair sur le fait que ce qui l’intéressait, c’était de vendre des produits de bonne qualité à des prix délirants. Les clients étaient prêts à payer ce prix parce qu’ils avaient confiance en l’Apple de SJ, ils s’attendaient à quelque chose de sérieux. Pas comme ce marchand de tapis de Cook et Schiller qui essayent de faire passer des vessies pour des lanternes, avec un vernis écologie et justice sociale hypocrite et nauséabond. 🤢

avatar reborn | 

@Crkm

Aucun rapport là, je dis juste que maintenant comme avant c’est le même délire.

avatar Crkm | 

Oui je sais, tout ce que je dis c’est que Jobs ne s’en cachait pas, au contraire ça faisait partie intégrante du personnage et de son image publique.

avatar 8enoit | 

@Nesus

Vous prônez l’individualisme sans limite? Ce serait la fin de toute société humaine.

Cela s’appelle la loyauté et cela à tendance à se perdre.

avatar Nesus | 

@8enoit

La loyauté c’est dans les deux sens. Pas uniquement de l’employeur vers l’employé. Et là comme manque de loyauté de la part d’Apple, j’en vois un paquet. Un employé qui a les compétences et la volonté de faire des processeurs pour serveur, un employeur qui le sait puisqu’il vérifie les email de l’employé sans que celui-ci semble le savoir et donc un employeur qui n’essaie pas de satisfaire son employé en lui proposant ce qu’il veut sous sa houlette.
La loyauté, ce n’est pas donner sa force de travail et remercier son patron qui fait ce qu’il veut. Les devoirs c’est dans les deux sens. Et là il y a clairement un qui n’est pas honnête dans l’histoire, mais qui voudrait que son employé le soit quand même.

avatar fondoeil | 

@Nesus

Personne ne vous oblige à signer un contrat de travail avec Apple et vous ne savez vraisemblablement pas quel type de contrat a signé cet employé. Vous partez juste avec un parti pris contre l’employeur... Votre idéologie est une chose, mais donner des leçons sans savoir en est une autre.
Et il n’est nulle part indiqué qu’Apple a surveillé les mails de son employé alors qu’il travaillait encore pour elle.
Le mieux est d’attendre le jugement et de voir qui va gagner. Si c’est l’employé, ça fera les gros titres, n’en doutons pas.

avatar Nesus | 

@fondoeil

Je vous suggère de relire l’article ;-)

avatar 8enoit | 

@Nesus

« Un employé qui a les compétences et la volonté de faire des processeurs pour serveur, un employeur qui le sait puisqu’il vérifie les email de l’employé sans que celui-ci semble le savoir et donc un employeur qui n’essaie pas de satisfaire son employé en lui proposant ce qu’il veut sous sa houlette. »

Dites-moi si je vous ai mal compris : l’employeur doit maintenant écouter son employé et orienter sa stratégie de développement en fonction des ambitions, désirs et élans de chacun de ses employés ?

C’est tellement absurde que je ne ferai aucun commentaire.

avatar Nesus | 

@8enoit

Non, l’entreprise n’est pas obligée, par contre elle doit accepter que son employé quitte l’entreprise pour aller faire ce qu’il veut faire.

Oui, je sais pour beaucoup, c’est l’entreprise qui choisi et l’employé qui subit, sauf qu’une entreprise c’est la somme de tous ses talents, et donc de la co-construction permanente.
Si ça vous paraît stupide, c’est juste que vous avez perdu le sens des réalités et très certainement qu’il est temps pour vous de changer de boîte.

avatar macinoe | 

Ne peut-on pas généraliser ce principe de loyauté ?
Par exemple envers l'humanité toute entière ?

Jonas Salk, l'inventeur du Vaccin contre la polio qui a sauvé des millions de vie, a renoncé à breveter sa création pour permettre la diffusion la plus large possible. On évalue les gains auxquels il a renoncé à 7 milliards de dollars.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jonas_Salk

N'est-ce pas le fait de privatiser la connaissance et d'en faire une source de profit qui est en soit détestable ?
Et le fait de batailler pour s'attribuer la paternité d'une idée particulièrement mesquin et vulgaire ?

avatar byte_order | 

@8enoit
> Vous prônez l’individualisme sans limite? Ce serait la fin de toute société humaine.

Ce sont les entreprises et d'une manière plus générale le capitalisme qui prone l'individualisme. La mise en concurrence de tout, individu y compris.
L'immense majorité des humains n'a pas aspiré à cela, elle la subit, et pour cela soit elle accepte d'en être seulement victime soit à son tour d'en tirer un avantage quand c'est possible.

> Cela s’appelle la loyauté et cela à tendance à se perdre.

Nan, ce qui se perd c'est la naïveté de croire que loyauté sera récompensé par l'employeur dans un monde ou tout est pensé sous un plan économique en premier lieu, voir uniquement.

En l’occurrence, la loyauté dans une société où tout fait désormais l'objet de marchandisation, et bien c'est bien simple, elle n'est pas gratuite, elle se paye, point barre.

Cela s'appelle une clause de non concurrence, par exemple, qui sans contrepartie de l'ex-employeur, est considérée invalide en droit français.

avatar noooty | 

@Nesus

Quand tu bosses dans la recherche pour une boîte, peu importe l’activité, toute tes recherches et découvertes en relation avec l’entreprise, appartiennent à l’employeur.
Et cela est tout à fait normal.

avatar reborn | 

@noooty

+1

avatar redchou | 

@noooty

Non. C’est faux.

De plus, rien ne dit qu’il a déjà créé le processeur.. Il avait l’intention de créer son entreprise. C’est tout.
Le mec travaille pendant des années à faire des processeurs pour Apple, le jour où il quitte Apple, il doit changer de domaine?
Quel est son crime? Avoir pensé faire des processeurs pour serveur basé sur l’architecture ARM... Il est pas parti avec des plans ou autre... Il en a juste parlé à d’autre, en mode, si ça te tente vient avec moi...

Mike Filippo va arrêter de faire des processeurs chez Apple, après avoir travaillé pour Intel, AMD, ARM...?

Un programmeur qui quitte Apple doit arrêter la programmation?

Johnny Ive a arrêté de faire du design? Apple va l’attaquer en justice si il invente le design d’un truc qui se rapproche un peu d’une boite à pizza ronde? Ou autre...

Le mec sait faire des processeurs, son savoir faire et son expérience dans le domaine n’appartiennent pas à Apple.

En plus  « Apple relève qu'il est parti à une date opportune, lui permettant d'exercer l'intégralité de ses actions. »
Oh le vilain... Il a pas démissionné 3 jours avant... Il a du aller à bonne école, dans une entreprise assez opportune niveau fiscalité, rapatriement de profit, etc...

avatar Nesus | 

@noooty

Non, seules celles en relation avec les moyens que l’entreprise te met à disposition le sont. Elle te paie pour améliorer des processeurs alors uniquement ce qui améliore les processeurs, si tu découvres la recette des crêpes, alors ça n’appartient qu’à toi, sinon c’est une copaternité et non uniquement à l’entreprise (au passage). C’est bien pour ça que dans ton contrat de travail, ils blindent de conditions et rôles qu’on attend de toi, pour être sûr de ne rien avoir oublié.

C’est quand même très inquiétant tous ces commentaires. Certains ont une vision de l’entreprise qui me fait très peur.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR