Apple ferraille toujours contre le droit à la réparation

Mickaël Bazoge |

Apple continue de batailler contre les projets de lois instituant un « droit à réparer ». Mais le constructeur agit plus discrètement qu’en 2017, où il envoyait en direct ses lobbyistes ferrailler contre les législateurs des États américains discutant de la mise en place d’un tel droit.

Un représentant du CompTIA, une organisation créée entre autres par Apple, Microsoft et Samsung, s’est rendu devant un comité de l’Assemblée de l’État de Californie où il s’est prêté à une démonstration. Il avait avec lui un iPhone et a montré les différents composants de l’appareil, en insistant bien sur la difficulté de démonter le smartphone.

À l’intérieur de l’iPhone 8. Image : iFixit.

Le lobbyiste de l’industrie a détaillé le danger que pouvait constituer une telle opération pour un utilisateur lambda, si d’aventure il perçait la batterie lithium-ion de l’iPhone, par exemple. Cela rejoint le discours de Lisa Jackson, la vice-présidente en charge des initiatives environnementales d’Apple, qui en 2017 expliquait que l’iPhone devenait « de plus en plus complexe ».

« Les réparations de tierce partie, les réparations non autorisées, ça signifie bien ce que ça veut dire. Nous voulons nous assurer que les réparations sont effectuées correctement », expliquait-elle à l’époque. Apple mise sur le recyclage et la réutilisation dans de nouveaux modèles des composants tirés d’anciens appareils (lire : Environnement : Apple met le paquet sur le recyclage et l'économie circulaire).

C’est également en 2017 que plusieurs initiatives d’Apple contre le droit à la réparation ont eu une large couverture médiatique. C’est certainement ce qui a poussé la Pomme à mettre sur pied, avec d’autres, CompTIA. Les législateurs américains cherchent à forcer les constructeurs à fournir de l’information et des composants certifiés à des réparateurs indépendants, pas uniquement aux réseaux agréés.

Mais selon l’industrie, cette mise à disposition de leurs outils propriétaires permettrait à des malandrins de contourner plus facilement les protections mises en place dans leurs produits. Si le réseau des Apple Store et des réparateurs agrées Apple est large (notamment aux États-Unis), il arrive que le seul moyen de faire réparer un iPhone soit de faire appel à un tiers sans certification. Ce dernier doit importer des pièces douteuses de Chine qui peuvent endommager l’appareil, voire pire.

Apple semble toutefois donner un peu de mou. Un programme Apple Genuine Parts Repair dévoilé en mars dernier vise à fournir toutes sortes d’outils de formation et des pièces détachées officielles aux réparateurs indépendants non agréés (lire : Apple en voie de favoriser la réparation de ses appareils hors de son circuit habituel ?). Cette nouvelle tentative pour éteindre un projet de loi en Californie est donc d’autant plus étonnante.

avatar Xander | 

C’est un peu à double tranchant ce droit à la réparation.

D’un côté Apple se sucre clairement sur le dos de clients quand l’on regarde le prix de certaines réparations ; de l’autre si Apple autorise n’importe qui à réparer ses devices...bonjour les dégâts que vont se récupérer les Genius après des réparations/boucheries faites à la sauvette.

Pas sûr que les clients y gagnent au final ; ok ils pourront faire jouer la concurrence...mais économiser un peu & prendre le risque de se faire trasher son device avec au final une fin de non recevoir d’Apple qui ne pourra pas récupérer certaines bêtises, pas sûr que le jeu en vaille la chandelle.

En Apple Store, si un genius flingue un iPhone par inadvertance, il sera remplacé par Apple ; chez Docteur iPhaun au coin de la rue...je tenterais pas trop ma chance pour un device à 1000 brouzoufs perso.

avatar armandgz123 | 

@Xander

Quand tu vas réparer un iPhone, c’est souvent un appareil en fin de vie, ou qui a déjà bien vécu.
Changer la batterie sur un iPhone 5s coûtait 102€ (avant les nouveaux prix ?).
Autant le foutre à la poubelle...
Je suis passé par un réparateur non agréé (de toute façon, il n’y en a pas dans ma ville) et pour 32€, j’ai une batterie toute neuve. Ça va faire 2 ans que je l’ai et aucun soucis.

avatar romainB84 | 

@armandgz123

Heu...non ^^
Un utilisateur qui se sert beaucoup de son iPhone peut être amener à changer sa batterie au bout de 2,5ans ... (aujourd’hui ça serait pour un iPhone 7 en gros)
L’iPhone 7 est TRÈS TRÈS TRÈS TRÈS TRÈS loin d’être en fin de vie ^^

avatar armandgz123 | 

@romainB84

Oui bon, fin de vie c’est exagéré, mais peut être que le premier changement de batterie se fera chez Apple, mais le deuxième non.

avatar gobs | 

Tant que les gens ont le choix et savent ce qu'ils font, il n'y a pas de problèmes. C'est souvent pour du matériel hors garantie, la dernière chance ou pas l'envie de racheter du matériel alors que quelques pièces pourraient donner le change. Ils suffit que la garantie du matériel soit déplacé chez le réparateur en cas de problème ou de litige. Ce qu'Apple répare, il en est responsable, ce qu'il ne répare pas ce n'est pas son problème. A terme ça obligera les réparateurs à assurer un bon niveau de prestation ou disparaître et de ne pas utiliser des pièces de mauvaises qualité.

avatar malcolmZ07 | 

@gobs

Très bonne idée

avatar alan1bangkok | 

pourquoi s’emmerder
il suffit de racheter un autre iPhone
Tim sera content

avatar pagaupa | 

Encore un discours bien hypocrite!
Il suffit de refuser un iphone trafiqué hors circuit Apple. Ainsi les génius seront protégés.
Quant au discours de la pièce chinoise, on l’a déjà entendu de la part des constructeurs automobile et une loi en est sortie. Obligation de proposer des pièces d’occasion, ce qu’Apple doit déjà faire avec son refurb mais sans l’afficher clairement.

avatar Malouin | 

@pagaupa

... le retour de la cavalerie !

avatar malcolmZ07 | 

@pagaupa

Si les pièces sont officiels comment veux tu les détecter ?

avatar Ali Ibn Bachir Le Gros | 

Les gens qui font réparer leur produit Apple - en particulier en dehors du réseau Apple - au lieu d'en acheter un autre sont des criminels. Ils devraient être exécutés sans procès. Ils s'en prennent à La Multinationale. Et par conséquent à chacun de nous.

Rassemblez-vous sur la place du village, prenez vos torches et vos fourches, sus aux sorcières. 😀

avatar BeKessler | 

@Ali Ibn Bachir Le Gros

😂😂😂

avatar coucou | 

"Le lobbyiste de l’industrie a détaillé le danger que pouvait constituer une telle opération pour un utilisateur lambda, si d’aventure il perçait la batterie lithium-ion de l’iPhone, par exemple."

Pourquoi il perçait la batterie ? Pendant des décénnies on a eu des téléphones avec batterie amovible. Est-ce-qu'ya eu le moindre cas de perçage quand elle n'est pas collée et qu'elle se retire d'elle même quand on retourne le téléphone sans la coque ? :)

C'te mauvaise foi quand même, niveau argument de merde il se pose lui...

avatar Billytyper2 | 

@coucou

Quand la batterie est dite amovible …alors c’est normal de ne pas la percée.
S’il faut « s’outiller » pour changer une batterie, alors risque de perçage.
Est-ce compréhensible ?

avatar pagaupa | 

@Billytyper2

Ce qui est compéhensible c’est qu’Apple fait tout pour compliquer la réparation.

avatar rikki finefleur | 

C'est exact pendant des années on a eu des batteries amovibles.
Ceux qui les collent ont sans doutes des raisons surtout commerciales.
Bref ne reste plus qu'a attendre une loi dans ce sens ,.
Heureusement que l'on peut encore changer nos pneus sur nos voitures..
Quelle sale mentalité.... d'autant que la batterie est un élément d'usure , donc tout doit etre fait pour être remplacé facilement , et sans dangerosité , que cela plaise ou non aux constructeurs.

avatar pagaupa | 

@rikki finefleur

Bien vu! 👍👏

avatar fanchig | 

@rikki finefleur

Bientôt, les pneus aussi seront collés !

avatar xDave | 

@coucou

Pendant des décennies les batteries amovibles et leur blindage étaient plus épaisses que deux iPhones 7.
Et je ne suis pas persuadé qu’elles tiendraient aussi longtemps que celles d’aujourd’hui avec les nouveaux usages (contrairement à ce que certains véhiculent parfois)

avatar Silverscreen | 

@coucou

Pendant des années les batteries de téléphone alimentaient des machines qui tiraient bien moins de jus. Longues de 4-5 cm et très peu épaisses, elles étaient entourées d’un boitier plastique rigide qui en doublait l’épaisseur et placées dans un téléphone dont la coque plastique amovible y permettait l’accès.
Une batterie d’iPhone aujourd’hui fait à peu de choses près la longueur du combiné. Elle est plus de 2 fois plus puissante que celle d’un Nokia 3210 (2630 mAh vs 1200 mAh) et l’épaisseur ne permet plus de l’entourer d’un boitier rigide à moins de vouloir doubler l’épaisseur d’un iPhone et d’en augmenter sérieusement le poids.
Pire, une coque plastique arrière amovible impliquerait ou un iPhone bien moins rigide (et un nouveau « bendgate ») ou un téléphone encore plus lourd et épais du fait de la présence d’un châssis interne servant à rigidifier l’appareil, rôle actuellement rempli pas la coque externe.

Une batterie de Smartphone actuellement, ça peu sur une simple éraflure de tournevis entrainant un perçage :
- faire gicler un liquide corrosif pour la peau
- laisser échapper des gaz toxiques
- prendre feu
- exploser

Pour avoir été témoin de ce genre d’incident sur des batteries contrefaites (en général), je ne le souhaite à personne (possible intoxication au Lithium, possible brûlures). Et on parle de gens formés au danger de ces batteries et avec des locaux adaptés : malgré la présence de sable inerte en grande quantité pour maitriser la combustion lente, de gants adaptés (nitrile), d’u coffre-fort ignifugé voire d’un système d’évacuation des gaz hyperpuissant, il y a encore des incidents dans les SAV de toutes les marques.

Donc la batterie amovible... heu non merci. Je préfère faire changer une batterie pour 49 € chez Apple où le gars me remplace le combiné s’il se loupe sur le décollage de la batterie...

En revanche, agrandir le réseau des SAV agréés et faire baisser le coût des réparations en obligeant à changer certaines pièces plutôt qu’échanger le téléphone complet pour une simple camera arrière dont le verre est fendu, ça, ça aurait du sens... en termes écologiques notamment.

avatar kitetrip | 

C’est aussi la faute des journalistes et testeurs.
A vouloir comparer qui fait le smartphone le plus fin et avec les bordures les plus fines. Tout ça on s’en fout. On échangerait bien un iPhone fin contre un + épais, à la batterie amovible et facilement réparable.

Un peu comme en automobile où tous les testeurs demandent des voitures dynamiques (pour pouvoir s’amuser en vrai) mais au final les conducteurs veulent du confort. Au final on arrive à des Mercedes dures comme du bois 🙄

avatar Mike Mac | 

C'est comme le milieu de la mode qui nous a imposé les mannequins filiforme porte-manteaux !

avatar macinoe | 

L'aspect positif c'est qu'Apple ne se fatigue même plus à faire du Greenwashing et se montre sous son vrai jour. Un tout petit peu moins d'hypocrisie.

CONNEXION UTILISATEUR