Fermer le menu
 

L’ancien responsable de Windows défend le bilan d’Apple

Nicolas Furno | | 18:00 |  140

Steven Sinofsky a travaillé chez Microsoft de 1989 à 2012 et il a même dirigé la division Windows à partir de 2009 et c’est lui qui a supervisé le développement de Windows 7. Autant dire qu’il connaît bien le monde de Microsoft et qu’on ne peut pas l’accuser d’être spécialement fan d’Apple… et c’est pourtant à une défense en règle qu’il a consacré une série de tweets hier soir :

En prenant du recul, il est important de reconnaître que le travail qu’Apple a réalisé au total, en termes de matériel, de logiciel, de services et même d’intelligence artificielle et de machine learning est à couper le souffle et sans précédent par son étendue, son échelle et sa qualité. Je ne dis pas ça à la légère ou pour troller. C’est un fait.

Steven Sinofsky, lors d’une conférence Microsoft.

Pour prouver que tout ne va pas si mal dans l’univers d’Apple, il remonte jusqu’aux années 1990 et l’acquisition de NeXT qui signe aussi le retour de Steve Jobs aux commandes. Cela fait à peu près vingt ans que le constructeur innove constamment, indique-t-il, d’abord pour créer un système d’exploitation moderne avec macOS, puis en adaptant ce système à une plateforme mobile qui a réussi à conquérir le monde, l’iPhone bien évidemment. Pendant tout ce temps, l’entreprise de Cupertino n’a jamais cessé de sortir des mises à jour, souvent tous les 12 à 18 mois.

Steven Sinofsky concède que toutes ces mises à jour n’ont pas été aussi importantes les unes que les autres (c’est un euphémisme si on parle de macOS), mais il ajoute que Microsoft n’a jamais été capable de faire aussi bien. Les mises à jour d’Office sont sorties au mieux tous les 18 à 30 mois et avec souvent moins de nouveautés, précise-t-il. À ses yeux, le seul cas similaire dans l’histoire de l’informatique serait à chercher chez IBM et les débuts des 360 et 370, les premiers ordinateurs programmables conçus dans les années 1960. Pour résumer sa pensée, Apple a réussi pendant au moins vingt ans à sortir des mises à jour régulières de ses produits et à le faire avec une qualité constante et un rythme jamais vu.

Mais alors, pourquoi est-ce que tant d’observateurs et d’utilisateurs se plaignent depuis plusieurs mois d’une qualité en baisse chez Apple ? D’après l’ancien responsable de Windows, c’est avant tout une question de perception et la qualité des produits conçus par Apple est exceptionnelle en soi :

La qualité de macOS, iOS et du matériel est vraiment à un niveau de qualité que notre industrie n’avait jamais vu auparavant. Pensez à l’échelle de la sortie de l’iPhone X. De zéro à 30 millions en quelques mois. C’est incroyable. Et il marche mieux et il est plus fiable qu’à peu près tout ce que je peux acheter par ailleurs.

Premier et dernier iPhone. Image iFixit.

Selon Steven Sinofsky, le problème de perception sur la qualité d’Apple est lié au nombre de ses utilisateurs. Même si un bug ne touche que 0,01 % des utilisateurs d’iPhone, cela concerne quand même quelques dizaines, voire centaines de milliers de personnes. Et il suffit à nouveau d’un pour-cent de ces utilisateurs concernés pour voir quelques centaines, voire quelques milliers de messages sur les réseaux sociaux. On peut alors avoir l’impression que rien ne va plus chez Apple, quand dans l’absolu, une part infime des utilisateurs était concernée à la base.

Il le dit lui-même : ne travaillant pas chez Apple, il n’a pas accès aux données complètes et ne peut pas prouver cet argument. Il appuie néanmoins son hypothèse sur son expérience chez Microsoft et nous pouvons le constater aussi à notre échelle. Les utilisateurs qui ont des problèmes sont toujours les plus actifs sur les réseaux sociaux, dans les forums ou dans les commentaires des sites d’actualité, mais on n’entend jamais tous ceux qui ne se plaignent pas.

Cela n’empêche qu’il reste de vrais bugs dans les systèmes et logiciels conçus actuellement par Apple, mais Steven Sinofksy soutient que bon nombre de problèmes évoqués ces derniers temps relèvent davantage de changements qui ne passent pas, plutôt que de vrais bugs problématiques. Les vrais bugs, de ceux qui empêchent d’utiliser un appareil ou même qui suppriment des données, sont devenus plus rares qu’à une époque.

Mac OS X Lion contre Windows 7, pendant le keynote de la WWDC 2012.

Tout cela pour dire que, d’après lui, Apple va bien et que les changements de stratégie évoqués hier ne sont pas aussi importants qu’on pourrait le croire. Pour rappel, une rumeur publiée par Bloomberg évoque une réorganisation au sein d’Apple et une priorité plus grande accordée aux corrections de bugs et à la stabilité, au détriment parfois de nouveautés. D’ailleurs, plusieurs fonctions prévues pour 2018 à l’origine seraient repoussées à 2019 d’après ces informations.

Steven Sinofksy pense que ces changements ne sont pas aussi importants qu’on veut bien le croire. Il explique qu’on ne travaille pas à l’échelle d’Apple en choisissant les nouveautés ou la stabilité ou le respect d’une date de sortie. Les trois paramètres sont toujours envisagés en permanence et essayer de se concentrer sur un seul élément est la clé de l’échec, indique fermement l’ancien responsable de Windows. Tout en se rappelant de réunions au sein de Microsoft, où les mêmes débats se répétaient :

  • les développeurs ne veulent rien faire d’autre que de corriger leurs bugs ;
  • le marketing veut des nouveaux produits tous les ans ;
  • les relations presse voudraient une nouveauté chaque mois ;
  • les geeks veulent une toute nouvelle interface et plein de nouvelles options ;
  • les responsables informatique en entreprise ne veulent aucun changement, jamais.

Conclusion de l’intéressé ? Même en tant qu’observateur extérieur, il se sent suffisamment sûr de lui pour dire que les changements au sein d’Apple évoqués par la rumeur ne sont ni une crise, ni une réponse aux critiques récentes. Il s’agit encore moins d’un changement de direction, c’est une « évolution prévisible et méthodique d’un système extrêmement robuste et qui a fait ses preuves ».

Catégories: 

Les derniers dossiers

 

Ailleurs sur le Web


140 Commentaires Signaler un abus dans les commentaires

avatar pocketalex 14/02/2018 - 02:17 (edité)

@byte_order

que ça s'appelle "bidouille" ou "modularité", le fait est que la majorité des utilisateurs "famille et Cie" n'a ni l'envie, ni l'idée de rajouter des barrettes de RAM dans son laptop, et encore moins de remplacer le HDD Sata par un SSD Sata (opération un peu technique, même si simple pour nous les geekos), hormis les cibles que j'ai listé qui sont des "powerusers" (pros, geeks, utilisateur avertis, etc)

Par ailleurs, la majorité des pièces qu'il fallait impérativement faire évoluer avant : la RAM, le stockage en premier lieu, la CG et le CPU en 2e lieu (plutôt pour les desktop) n'ont plus grand intérêt à évoluer aujourd'hui

J'en ai remplacé des HDD, desktop et laptops, d'abord pour gagner un peu en vitesse (remplacer des 5400 ers/min par des 7200 trs/min), puis pour gagner en espace de stockage, puis, dans les années 2010, pour re-gagner en vitesse (HDD par SSD SATA).

Bon

Aujourd'hui, les SSD nVme offrent plus d'1Go/s et le gros du stockage est souvent extérieur à la bécane qui n'a plus besoin que d'héberger l'OS et les Apps et le cache des Apps.
Alors oui, on peut vouloir remplacer sa barrette SSD de 128 ou 256 par une 512 Go, mais cela ne va pas révolutionner la machine comme ça pouvait le faire à l'époque (HDD de 200 Mo ... j'ai connu)

Aujourd'hui, toutes les configs offrent 8Go de RAM en standard, bien plus que la majorité des utilisateurs n'a besoin. Si si. On peut vouloir passer à 16Go ou plus, mais on entre dans le cadre d'utilisations spécifiques ou "power-user". On ne parle plus de monsieur-tout-le monde, et tout le monde ne fait pas du montage 4K de long métrages, du rendu 3D ou de la post-production et des effets spéciaux
Alors qu'avant, les machines livrées avec 1Go de RAM gagnaient franchement à passer à 2Go, ça changeait tout, il y avait un réel confort, un vrai gain

Les CPU j'en parle pas, un core i5 low-voltage d'un Macbook Air permet de faire tourner photoshop plus que correctement ou de faire du montage vidéo en Full HD, voire en 4k avec les proxys, alors qu'avant ce type d'usage était réservé aux grosses stations de travail. La vraie grosse puissance CPU n'intéressera que les utilisateurs vraiment exigeant et les pros

Et les GPU, c'est le gros point noir chez Apple, enfin... pour qui a besoin d'une CG dédiée, ce qui ne se rencontre pas trop chez la majorité de utilisateurs qui préfèrent, Mac comme PC, des machines fines et légères et se content très bien du GPU intégré aux core-i

Je vais pas faire l'apologie de toute la gamme Apple, elle n'est par ailleurs redevenue intéressante que depuis le refresh 2017 de l'iMac et la sortie de l'iMac pro, sinon il n'y a que le laptop qui valait le coup. Il reste encore dans la gamme deux modèles totalement à la rue : le mini et le Pro poubelle, comme quoi il reste encore du taf.

Le MBA aussi, survit grâce à son ticket d'entrée à 1000€, mais il gagnerait pour plus de crédibilité à disparaitre, ou à renaitre, mais il ne pourra pas rester encore longtemps en l'état

Enfin je m'égare, je voulais juste préciser que pour la majorité des utilisateurs, les consommateurs de la case "famille, étudiant, bureautique, casual, semi-pro, etc", l'intérêt d'ouvrir et d'intervenir dans sa machine est moindre - sinon nul - par rapport à une "époque pas si lointaine" ou cette intervention permettait de gagner un réel confort visible et palpable ... voir de rendre sa machine utilisable.

Et bien sur, je ne m'adresse pas aux power-user et autres pros qui seront ravis par le futur Mac Pro modulaire, ou le futur MBP avec son option 32Go de RAM, enfin ... je l'espère.

avatar byte_order 14/02/2018 - 03:53

Q ue ça s'appelle "bidouille" ou "modularité", le fait est que la majorité des utilisateurs "famille et Cie" n'avaient pas l'idée de retirer, de déplacer ou d'ajouter des sièges à leur berline familliale en fonction de leurs besoins.

Et puis le jour où des constructeurs ont proposé un véhicule famillial qui le permettait,
l'envie étaient là de suite.

> remplacer le HDD Sata par un SSD Sata (opération un peu technique,
> même si simple pour nous les geekos)

Vous prenez vraiment le quidam pour un débile !
Il est bien déjà capable de débrancher un truc d'un cable USB pour y rebrancher un autre truc dessus. Il peut donc parfaitement débrancher un truc de 2 cables pour y rebrancher y un autre truc dessus.
Il suffit juste de lui dire que c'est :
1) possible (quand cela l'est, ce qui n'est plus le cas sur mac quasiment désormais)
2) nettement meilleur marché que d'acheter le modèle le plus cher au constructeur
3) bon pour sa culture technologique en générale.

> Alors oui, on peut vouloir remplacer sa barrette SSD de 128 ou 256 par une 512 Go,
> mais cela ne va pas révolutionner la machine comme ça pouvait le faire à l'époque

Ben si, remplacer un SSD de 128 par un 256 cela "révolutionne" autant que quand on remplaçait un HDD de 120 par un HDD de 240 : cela double la capacité de stockage persistante au meilleur prix. C'est le meme bon, exactement le même.

Par ailleurs vous aurez remarqué que si vous avez pu "révolutionner" à moindre prix votre mac en changeant votre HDD par un SSD sans devoir tout racheter c'est parce que ce mac avait encore une dose de modularité.

Nul besoin d'etre un utilisateur averti pour comprendre l'intéret de ne pas devoir tout racheter pour bénéficier d'un grand bon en avant sur son ordinateur actuel sans se ruiner. Il suffit d'etre un consommateur ne roulant pas sur l'or. Et c'est c'est la grand majorité, de plus en plus.

Qui vous dit qu'une technologie de rupture va pas venir d'ici 5-7 ans qui serait compatible NVMe par exemple mais contiendrait disons une unité d'intelligence artificielle plutôt que de la mémoire ? Pour pouvoir en profiter, toujours faudra-t-il avoir un port NVMe et qu'il soit pas proprio et facile d'accès sans risque de tout péter.

Vous etes pret à prendre le pari que rien dans les 5-7 ans a venir, exploitant une connectivité déjà existante sur les PC par exemple, justifiera de vouloir en profiter sans devoir racheter un nouvel ordinateur ? Dautant que de votre aveux meme, l'actuel convient toujours parfaitement par ailleurs ?

Saviez-vous lors de votre achat de votre plus vieux mac ayant reçu finalement un SSD sata par vos soins que son disque HDD serait non seulement dépassé en capacité mais aussi en technologie avant que le mac en question ne vous serve plus à rien ?

Enfin je ne vois pas en quoi la fréquence du besoin justifie de qualifier l'action de tirer parti de la modularité et l'évolutivité d'un appareil de "bidouillage", comme si c'était un truc mal ficelé, pas prévu pour et donc tendance géotrouvetou au mieux mais bancale quand même ?!

Je réitère donc ma question : une famille qui réorganise les sièges à l'arrière de son monospace selon ses besoins, elle "bidouille" une solution ou elle exploite une modularité à son profit, et sans laquelle elle devrait vivre avec une contrainte ou racheter un autre véhicule (voir un second), ce qui profite au constructeur ?

avatar pocketalex 14/02/2018 - 04:49

L'exemple des sièges de voiture est totalement à coté, parler de réglages du carburateur ou des remplacement d'un piston serait plus approprié

Ouvrir un ordinateur peut vous paraitre simple, mais les utilisateurs qui le font ont toujours été rares et minoritaires, et encore plus aujourd'hui. Parcequ'il y a moins besoin ET parce que les utilisateurs sont moins en recherche de cette caractéristique.

Même les PC s'y mettent, on voit de plus en plus de configs non évolutives, en laptop et en desktop.

Moi aussi j'aimerais bien que les gens s'approprient l'usage de leur machine et soient moins effrayés par la technique, mais ça n'est malheureusement pas le cas

Et moi aussi j'aimerais que les ordinateurs Apple soit plus évolutifs, je suis geek et bidouilleur, mais ce n'est pas le cas, il faut maintenant payer la "taxe" Apple pour obtenir une configuration confortable (upgrades au moment de l'achat)

Vous n'avez pas non plus compris mon exemple sur les upgrades, de stockage notamment, car vous restez dans le schéma d'avant : toujours plus de RAM, d'octets, de MHz, etc
Passer d'un HDD de 160Mo à 320Mo sur une machine de 2007 permettait de stocker plus de données sur le seul appareil ou l'on stockait ses données, c'était énorme, surtout que les HDD de l'époque étaient vite saturés.
En 2018, on a des Go d'espace, si ce n'est des To, et en plus de moins en moins de monde se sert de son disque interne pour stocker TOUTES ses données. Il y a les DD externe, les NAS, les box, le cloud...
J'ai changé le SSD de mon Hackintosh de 256Go par un 512... pourquoi ? parce que j'avais un 512 qui trainait, c'est tout, pas par besoin. Qu'est-ce que ça a changé dans mon quotidien ? rien.
Et c'est une station de travail, pas une machine perso... Mes données sont sur un NAS de 7To qui va bientôt s'appeler un NAS de 4To en Full SSD + un NAS de 24To

La modularité n'est pas un truc bancal ou mal ficelé, c'est juste un besoin qui ne concerne plus qu'une niche d'utilisateurs (dans laquelle je suis), je ne dis pas autre chose.

Je ne dis pas que c'est mieux le tout fermé, au contraire, je dis juste que les usages ont changé. Je ne suis pas clair ?



avatar fte 15/02/2018 - 10:27 via iGeneration pour iOS

@pocketalex

"ces derniers préfèrent des machines fines et légères, ils n'ont pas envie d'intervenir dedans, etc, etc"

C’est juste. Les gens, pour ainsi dire tout le monde, préfèrent entre deux machines répondant identiquement aux besoins identifiés la plus légère et fine, à qualité et valeur perçues identiques.

Mais qui a dit que machine fine, légère, à destination de gens qui n’ont aucune velléité de modification de leur machine, devait être irréparable, soudée, collée, utilisant des composants non-standard sans raison technique ?

Ce ne sont pas les notebooks d’autres marques fins et légers qui manquent, et réparables, jusqu’à 10/10 iFixIt, évolutifs, moins chers, excellente qualité de construction... donc c’est possible.

Il s’en vend d’ailleurs 6 ou 7 fois plus, malgré un OS « déficient » (?).

Ne t’y trompe pas. Apple n’a pas besoin de coller ses batteries. Apple n’a plus besoin de SSD au format propriétaire ou soudé, Apple n’a pas besoin de souder toute la mémoire sans laisser un slot disponible ou sans une trappe d’accès, il n’y a aucune justification technique en faveur des solidité, finesse, autonomie, client. Apple colle et soude et propose si peu d’options parce que ça sert ses intérêts et sa logistique et ses marges. Rien d’autre.

Apple pourrait le faire. Pour l’écologie, pour la minorité de clients qui veulent modifier leur machine maintenant ou plus tard, pour faciliter la vie de ses techniciens, mais à quoi bon, ce n’est pas ça qui va augmenter les parts de marché ni les marges.

Bref. J’ai acheté un Lenovo. Démontable. Réparable. Carbone et magnésium unibody. Clavier fantastique. Slot de mémoire accessible. SSD m.2 NVMe accessible. Batterie accessible. Slot pour carte modem LTE. Plus léger qu’un MacBook Pro 13. Superbe et très bien construit. Garanti 5 ans sur site. Batterie comprise.

Il est important de faire la différence entre des choix techniques ou au bénéfice des clients, et des choix au seul bénéfice du constructeur. "Les gens n’en veulent pas." n’est pas un argument valable.

avatar webHAL1 18/02/2018 - 23:10 via iGeneration pour iOS

@fte
« Il est important de faire la différence entre des choix techniques ou au bénéfice des clients, et des choix au seul bénéfice du constructeur. "Les gens n’en veulent pas." n’est pas un argument valable. »

Tout à fait d'accord. Et je pense sincèrement que, si on pose à un utilisateur lambda la question :

"Voulez-vous pouvoir bidouiller votre ordinateur ?"

Sa réponse sera : "Euh, non, ça ne m'intéresse pas du tout !". Par contre, si on lui demande :

"Que diriez-vous d'une machine que vous pourriez faire évoluer, afin de pouvoir faire des économies et la garder plus longtemps au lieu de la remplacer ?"

Là je pense que l'utilisateur se montrera nettement plus intéressé. Bien sûr, c'est moins intéressant pour Apple et les autres fabricants. Donc il est assez logique qu'ils mettent en avant, pour le grand public principalement, des machines où tout est soudé et qui sont le moins évolutives possible.

Cordialement,

HAL1

avatar pocketalex 18/02/2018 - 23:24

@ webHAL1

Ce serait très vrai si les machines vendues ces dernières années n'étaient plus bonnes à rien après une courte utilisation or depuis 2009/2010, les machines vendues sont utilisées bien plus longtemps que leur prédécesseurs ne l'ont jamais été...

avatar webHAL1 19/02/2018 - 09:47

@pocketalex :
« Ce serait très vrai si les machines vendues ces dernières années n'étaient plus bonnes à rien après une courte utilisation [...] »

Je ne vois pas en quoi cela rend l'affirmation moins vraie. Je te rejoins sur le fait que les utilisateurs conservent aujourd'hui leur micro-ordinateur plus longtemps que dans les année 80, 90 ou 2000, ce qui vient principalement du fait que les écarts de performances entre les générations de machines ont bien diminués et aussi que le micro-ordinateur a moins d'attrait qu'à l'époque (il a été remplacé à ce niveau par le smartphone).
Mais cela ne change pas le fait que le manque d'ouverture d'un Mac, et donc l'absence d'évolutivité et les difficultés de réparabilité que cela engendre, n'a que des aspects négatifs pour les clients. Pour la très grande majorité d'entre eux ce sont des points qu'ils ne considèrent pas lors de l'achat de leur machine, mais en aucun cas cela serait-il un problème pour eux si elle était évolutive et facilement réparable.
On se souvient qu'Apple avait justifié le fait que la batterie de l'iPhone n'était pas amovible par l'argument "les utilisateurs ne changent pas la batterie de leur smartphone". Cela était vrai en 2007, et ça l'est beaucoup moins en 2017, puisque les gens tendent à garder leur appareil plus longtemps et que les problèmes que connaît Apple avec les batteries de ses smartphones font qu'il aurait été très pratique pour bien des utilisateurs de pouvoir changer la batterie par eux-mêmes. Pourtant, je suis prêt à prendre le pari qu'Apple ne reviendra pas en arrière.
Bref, comme le dit fte, les fabricants regardent avant tout ce qui est avantageux pour eux et plus leur clientèle est "captive" plus ils peuvent prendre des décisions contraire à l'intérêt de leurs clients. C'est bien pour cela que la plupart des constructeurs d'appareils électronique regardent Apple avec envie et cherchent des moyens de "fidéliser" leurs utilisateurs.

Cordialement,

HAL1



avatar pocketalex 19/02/2018 - 10:17

@webHAL1

Là où l'on diffère, c'est que toi tu voudrais, et je te rejoins dans cet idéal, des appareisl que l'utilisateur peut agrémenter dans le temps.
OK
Mais les appareils actuels sont majoritairement upgradeable : remplacer le stockage ou la RAM est possible sur les iMac et les iMac pro, et sur les Macbook Pro pour le stockage, quant à la RAM, elle est soudée sur les laptops mais elle est au maximum de ce que peut recevoir la machine : 16Go)
Les machines totalement figées existent mais sont rares : une gamme de laptops ou tout était soudé, et le mac mini avec sa rame soudée.

idéalement, le retour d'un desktop avec carte graphique sur slot PCi pour accueillir des AMD comme des nVidia serait bizance, pas impossible qu'Apple y revienne par ailleurs

Quand aux iPhones, la batterie est collée, mais elle se remplace tout de même TRES facilement, en tout cas sur mon iPhone 6, et sinon l'opération peut être effectuée en boutique, c'est pas comme si c'était impossible.

Et vu la dangerosité des batteries, et leur potentiel de pollution, je trouve pas plus mal que cette opération soit effectuée en circuit fermé. Des gens qui jettent à la poubelle leur li-ion, j'en ai vu passer des wagons, c'est une véritable catastrophe écologique

avatar webHAL1 19/02/2018 - 10:49

@pocketalex :
« Mais les appareils actuels sont majoritairement upgradeable : remplacer le stockage ou la RAM est possible sur les iMac et les iMac pro, et sur les Macbook Pro pour le stockage, quant à la RAM, elle est soudée sur les laptops mais elle est au maximum de ce que peut recevoir la machine : 16Go). »

Tu sais très bien que ce n'est pas le cas. Apple vend les MacBook Pro 13" avec 8 GB de RAM (https://www.apple.com/macbook-pro/specs/). Pour passer à 16GB, c'est soit $200 de plus à l'achat, soit il faut faire une croix dessus. Ça représente une augmentation de 15% du prix sur une machine d'entrée de gamme, et c'est bien évidemment plus cher qu'une barrette qu'on achèterait à côté et qu'on installerait soi-même, que ce soit lors de l'acquisition de la machine ou après coup, en se rendant compte qu'un peu plus de mémoire vive serait utile.
Apple soude la RAM car cela lui permet de gagner plus d'argent. Je n'ai pour l'instant vu aucun argument qui pourrait faire penser qu'il y a une autre raison.

avatar fte 19/02/2018 - 02:02 via iGeneration pour iOS

@webHAL1

"Bien sûr, c'est moins intéressant pour Apple et les autres fabricants."

Et bien à vrai dire, le cas d’Apple tout soudé ou propriétaire est assez unique.

Certes, Microsoft propose des machines similaires, qu’il faut briser en deux pour les ouvrir.

Mais globalement, la majorité des machines des autres constructeurs sont évolutives au minimum côté stockage, souvent la mémoire également, module wifi, module LTE même... et batteries changeables, même à chaud parfois. Stockage et batterie, c’est le plus important.

Apple n’a pas vraiment de compétition. Le Mac est unique sur son segment. Apple peut donc faire comme bon lui semble sans souffrir de la comparaison (peu), et a donc toute liberté d’adopter les designs qui servent au mieux sa chaine logistique, ses marges, le renouvellement... le client est grandement captif. Les autres constructeurs n’ont pas la même liberté, ainsi les notebooks business ont très souvent un très bon niveau de réparabilité et d’évolutivité, jusqu’à 10/10 ifixit.

Enfin bref, on peut le tourner dans tous les sens, émettre toutes sortes d’hypothèses, mais je doute absolument que le verrouillage des Mac soit au bénéfice du client ou parce que le client n’en veut pas. C’est au bénéfice d’Apple, c’est tout.

avatar PierreBondurant 13/02/2018 - 19:04 via iGeneration pour iOS

J’aime bien sa description des attentes divergentes des stakeholders:

-les développeurs ne veulent rien faire d’autre que de corriger leurs bugs ;
-le marketing veut des nouveaux produits tous les ans ;
-les relations presse voudraient une nouveauté chaque mois ;
-les geeks veulent une toute nouvelle interface et plein de nouvelles options ;
-les responsables informatique en entreprise ne veulent aucun changement, jamais.

Je suis pas dans ce secteur mais j’imagine que c’est assez vrai !

avatar IceWizard 13/02/2018 - 19:51

@PierreBondurant
"J’aime bien sa description des attentes divergentes des stakeholders:

-les développeurs ne veulent rien faire d’autre que de corriger leurs bugs ;
-le marketing veut des nouveaux produits tous les ans ;
-les relations presse voudraient une nouveauté chaque mois ;
-les geeks veulent une toute nouvelle interface et plein de nouvelles options ;
-les responsables informatique en entreprise ne veulent aucun changement, jamais.

Je suis pas dans ce secteur mais j’imagine que c’est assez vrai !"

Oui dans l'ensemble, non pour ce passage en particulier :

"-les développeurs ne veulent rien faire d’autre que de corriger leurs bugs ;"

Les développeurs veulent surtout se pencher sur de nouveaux projets cool, bien complexe techniquement et motivant que de plancher sur les bugs existantes. La chasse aux bugs est casse-pied, répétitive et ennuyante au possible. On passe des heures, parfois des jours à traquer l'animal, sans le trouver. Les pires sont les bugs intermittentes qui apparaissent de temps en temps, genre tout marche pendant deux jours et plantage brutale sans raison apparente ..

avatar PierreBondurant 13/02/2018 - 20:55 via iGeneration pour iOS

@IceWizard

Tu as raison, y doit aussi avoir un bon nombre de dev qui proposent des projets complètement novateurs / super hard à développer et à qui ont dit non en permanence

avatar Trillot Bernard 13/02/2018 - 19:04 (edité)

Il a probablement beaucoup plus de compétences que la quasi totalité d'entre nous, commentateurs de MacG.

Son point de vue est intéressant. J'ajoute que je fais partie des gens qui se plaignent assez peu. Je ne crois pas que c'était mieux avant. Il y a même des progrès extraordinaires qui m'étonnent toujours autant qu'il y a 30 ans avec le Mac 512 ou le Mac Plus.

Et ce n'est pas fini, avec l'arrivée progressive de l'Intelligence Artificielle, nous allons encore en voir de toutes les couleurs...

Je suis impatient de voir la suite.

(et merde aux commentateurs négatifs qui polluent les forums MacG et iGen)

Bonne continuation à l'équipe de MacG ;-)

avatar umrk 13/02/2018 - 19:15

"les développeurs ne veulent rien faire d’autre que de corriger leurs bugs ;
le marketing veut des nouveaux produits tous les ans ;
les relations presse voudraient une nouveauté chaque mois ;
les geeks veulent une toute nouvelle interface et plein de nouvelles options ;
les responsables informatique en entreprise ne veulent aucun changement, jamais."

excellent résumé !

avatar byte_order 14/02/2018 - 00:35 (edité)

Mais faux pour ce qui concerne les développeurs.
Une erreur qui en dit d'ailleurs long sur sa méconnaissance de ce métier par ce monsieur...

avatar Malum 13/02/2018 - 19:24

Bon une nouvelle claque pour la horde. Il dit exactement ce que nombre d’entre nous observent : une petite minorité hurlante, hyper présente, aux analyses biaisées, grossissant et déformant tout.

Il ne leur reste qu’une chose, bien dans leurs habitudes, dignes des politicards les plus mauvais : s’attaquer à l’homme. Ça c’est connu.

PS : il ne defend pas le bilan d’Apple (encore un titre bidon), il encense Apple ce qui philosophiquement très différent.

avatar pocketalex 13/02/2018 - 23:33 (edité)

+1

avatar ulixe 13/02/2018 - 19:46

Steven Sinofsky a été payé combien par Apple (qui a bien besoin de se replâtrer par les temps qui courent …) pour soutenir de tels propos ?

avatar bonnepoire 13/02/2018 - 19:57 (edité)

Quel commentaire pathétique. Tout le monde n'a pas aussi peu de morale que toi.

avatar IceWizard 13/02/2018 - 19:59

@ulixe
"Steven Sinofsky a été payé combien par Apple (qui a bien besoin de se replâtrer par les temps qui courent …) pour soutenir de tels propos ?"

12,7 milliards de $, essentiellement pour éviter qu'il ne révèle l'implication de Steve Jobs dans l'assassinat de Kennedy.

avatar ulixe 13/02/2018 - 20:01

ahaha !

avatar byte_order 14/02/2018 - 00:11

Comme révélé dans Pixel, c'est Kennedy qui a tiré le premier !
C'était pas un assassinat mais de l'autodéfense !

^_^

avatar Dumber@Redmond 13/02/2018 - 20:15 via iGeneration pour iOS

@ulixe

Ah on sent le bon fanboy MS de base là !!!!!
La tête bien près du bonnet ...

avatar ulixe 13/02/2018 - 20:18 (edité)

Heum … Jamais eu de laptop windows et depuis des décennies c/o apple mais au regard de la situation envisage de + en + une mutation vers linux, le top des laptops hp et dell étant quasi au niveau des mac

Pages