Fermer le menu
 

L’ancien responsable de Windows défend le bilan d’Apple

Nicolas Furno | | 18:00 |  134

Steven Sinofsky a travaillé chez Microsoft de 1989 à 2012 et il a même dirigé la division Windows à partir de 2009 et c’est lui qui a supervisé le développement de Windows 7. Autant dire qu’il connaît bien le monde de Microsoft et qu’on ne peut pas l’accuser d’être spécialement fan d’Apple… et c’est pourtant à une défense en règle qu’il a consacré une série de tweets hier soir :

En prenant du recul, il est important de reconnaître que le travail qu’Apple a réalisé au total, en termes de matériel, de logiciel, de services et même d’intelligence artificielle et de machine learning est à couper le souffle et sans précédent par son étendue, son échelle et sa qualité. Je ne dis pas ça à la légère ou pour troller. C’est un fait.

Steven Sinofsky, lors d’une conférence Microsoft.

Pour prouver que tout ne va pas si mal dans l’univers d’Apple, il remonte jusqu’aux années 1990 et l’acquisition de NeXT qui signe aussi le retour de Steve Jobs aux commandes. Cela fait à peu près vingt ans que le constructeur innove constamment, indique-t-il, d’abord pour créer un système d’exploitation moderne avec macOS, puis en adaptant ce système à une plateforme mobile qui a réussi à conquérir le monde, l’iPhone bien évidemment. Pendant tout ce temps, l’entreprise de Cupertino n’a jamais cessé de sortir des mises à jour, souvent tous les 12 à 18 mois.

Steven Sinofsky concède que toutes ces mises à jour n’ont pas été aussi importantes les unes que les autres (c’est un euphémisme si on parle de macOS), mais il ajoute que Microsoft n’a jamais été capable de faire aussi bien. Les mises à jour d’Office sont sorties au mieux tous les 18 à 30 mois et avec souvent moins de nouveautés, précise-t-il. À ses yeux, le seul cas similaire dans l’histoire de l’informatique serait à chercher chez IBM et les débuts des 360 et 370, les premiers ordinateurs programmables conçus dans les années 1960. Pour résumer sa pensée, Apple a réussi pendant au moins vingt ans à sortir des mises à jour régulières de ses produits et à le faire avec une qualité constante et un rythme jamais vu.

Mais alors, pourquoi est-ce que tant d’observateurs et d’utilisateurs se plaignent depuis plusieurs mois d’une qualité en baisse chez Apple ? D’après l’ancien responsable de Windows, c’est avant tout une question de perception et la qualité des produits conçus par Apple est exceptionnelle en soi :

La qualité de macOS, iOS et du matériel est vraiment à un niveau de qualité que notre industrie n’avait jamais vu auparavant. Pensez à l’échelle de la sortie de l’iPhone X. De zéro à 30 millions en quelques mois. C’est incroyable. Et il marche mieux et il est plus fiable qu’à peu près tout ce que je peux acheter par ailleurs.

Premier et dernier iPhone. Image iFixit.

Selon Steven Sinofsky, le problème de perception sur la qualité d’Apple est lié au nombre de ses utilisateurs. Même si un bug ne touche que 0,01 % des utilisateurs d’iPhone, cela concerne quand même quelques dizaines, voire centaines de milliers de personnes. Et il suffit à nouveau d’un pour-cent de ces utilisateurs concernés pour voir quelques centaines, voire quelques milliers de messages sur les réseaux sociaux. On peut alors avoir l’impression que rien ne va plus chez Apple, quand dans l’absolu, une part infime des utilisateurs était concernée à la base.

Il le dit lui-même : ne travaillant pas chez Apple, il n’a pas accès aux données complètes et ne peut pas prouver cet argument. Il appuie néanmoins son hypothèse sur son expérience chez Microsoft et nous pouvons le constater aussi à notre échelle. Les utilisateurs qui ont des problèmes sont toujours les plus actifs sur les réseaux sociaux, dans les forums ou dans les commentaires des sites d’actualité, mais on n’entend jamais tous ceux qui ne se plaignent pas.

Cela n’empêche qu’il reste de vrais bugs dans les systèmes et logiciels conçus actuellement par Apple, mais Steven Sinofksy soutient que bon nombre de problèmes évoqués ces derniers temps relèvent davantage de changements qui ne passent pas, plutôt que de vrais bugs problématiques. Les vrais bugs, de ceux qui empêchent d’utiliser un appareil ou même qui suppriment des données, sont devenus plus rares qu’à une époque.

Mac OS X Lion contre Windows 7, pendant le keynote de la WWDC 2012.

Tout cela pour dire que, d’après lui, Apple va bien et que les changements de stratégie évoqués hier ne sont pas aussi importants qu’on pourrait le croire. Pour rappel, une rumeur publiée par Bloomberg évoque une réorganisation au sein d’Apple et une priorité plus grande accordée aux corrections de bugs et à la stabilité, au détriment parfois de nouveautés. D’ailleurs, plusieurs fonctions prévues pour 2018 à l’origine seraient repoussées à 2019 d’après ces informations.

Steven Sinofksy pense que ces changements ne sont pas aussi importants qu’on veut bien le croire. Il explique qu’on ne travaille pas à l’échelle d’Apple en choisissant les nouveautés ou la stabilité ou le respect d’une date de sortie. Les trois paramètres sont toujours envisagés en permanence et essayer de se concentrer sur un seul élément est la clé de l’échec, indique fermement l’ancien responsable de Windows. Tout en se rappelant de réunions au sein de Microsoft, où les mêmes débats se répétaient :

  • les développeurs ne veulent rien faire d’autre que de corriger leurs bugs ;
  • le marketing veut des nouveaux produits tous les ans ;
  • les relations presse voudraient une nouveauté chaque mois ;
  • les geeks veulent une toute nouvelle interface et plein de nouvelles options ;
  • les responsables informatique en entreprise ne veulent aucun changement, jamais.

Conclusion de l’intéressé ? Même en tant qu’observateur extérieur, il se sent suffisamment sûr de lui pour dire que les changements au sein d’Apple évoqués par la rumeur ne sont ni une crise, ni une réponse aux critiques récentes. Il s’agit encore moins d’un changement de direction, c’est une « évolution prévisible et méthodique d’un système extrêmement robuste et qui a fait ses preuves ».

Catégories: 

Les derniers dossiers

Ailleurs sur le Web


134 Commentaires Signaler un abus dans les commentaires

avatar byte_order 13/02/2018 - 23:26

A propos, il faut voir "Opération Avalanche". Puis regarder comment ce film a été lui-même mis en oeuvre !

avatar C1rc3@0rc 14/02/2018 - 20:29

@ pocketalex

Tu sais il y a une différence entre la curiosité, le respect, la tolérance et le dogmatisme. Tu peux respecter les idées des autres et ne pas être d'accord et a ce moment la tu peux débattre pour apporter - par une construction logique ou argumenté - un point de vu contradictoire et faire évoluer le debat.

Caricaturer, attaquer adhominem, diffamer, attribuer des propos jamais tenus,... comme tu le fais systématiquement c'est juste affirmer ton dogmatisme et ton refus de considérer que quiconque puisse avoir le droit de penser autrement que toi.

Tu m'accuse d'affirmer qu'Apple va mettre la cle sous la porte! Je ne l'ai jamais dis, au contraire...

Ce que je dis depuis des annees c'est qu'Apple se fout de la gueule de l'utilisateur, que Ive est en train de tuer le Mac, d'annihiler l'ADN d'Apple, de produire des gadgets de mode, de pourrir l’expérience utilisateur, de jeter aux orties la fonctionnalité,... et que celui qui va dans le mur c'est l'utilisateur qui est de plus en plus exposé aux risques, aux pertes de temps et d'efficacité.

Par contre Apple devient un société de plus en plus riche et de plus en plus financière qui s’éloigne de plus en plus vite de son cœur de métier... Apple ne va pas disparaitre, ça va devenir un fond d'investissement, une banque, ou je ne sais quel monstre financier. Par contre, l'idee de la micro-informatique au service de la creativité humaine, elle n'est plus depuis des annees le moteur d'Apple... il faut aller ailleurs pour trouver ce principe construit par Jobs.
Aujourd'hui Apple c'est le Microsoft des annees 90.

Apple est condamné a faire des excuses a répétition, a affronter des procès, les cadres d'Apple sont de plus en plus obligés de donner des explications et d'acter des reconnaissances , de gerer le batterygate, de composer avec la realité de l'obsolescence programmée comme politique de fond...
tout cela confirme ce que je dis depuis des annees...
Tu peux le nier ou tenter de déformer meme propos, je m'en moque bien, mon objectif n'est pas d'avoir raison!

Je tente juste d'informer et combattre les mensonges du marketing de vente: les gens ne sont pas idiots, ils se rendent compte aujourd'hui qu'Apple les prend pour des cons depuis des années...

Tout ce qui éclate au grand jour depuis plus d'un an maintenant ne confirme, helas, que ce que je dis.

avatar rua negundo 13/02/2018 - 18:11 via iGeneration pour iOS

C'est beau l'amour entre Apple et Microsoft en cette veille de Saint Valentin !



avatar C1rc3@0rc 13/02/2018 - 21:09

@ rua negundo

«C'est beau l'amour entre Apple et Microsoft en cette veille de Saint Valentin !
»

Histoire d'amour commencée lorsque Jobs a pris son telephone et a dit a Gates que s'il ne venait pas garantir le developpement d'Office sur MacOS et investir dans Apple, il allait lui mettre le proces de sa vie sur le dos qui allait couler simplement Microsoft...

Apres le commantaire de Steven Sinofsky ne dis pas que des bêtises, surtout qu'il évoque la période pre-Ive. Mais il faut aussi rappeler qu'en temps qu'architecte de Windows 8 il a ete viré suite a cet echec et que sont analyse n'est peut etre pas totalement impartiale.

Un element qui est incontestable, surtout depuis qu'Apple l'a reconnu son indigence implicitement (logiciel) ou explicitement ( le materiel) (Apple s'excuse beaucoup - a raison - mais beaucoup quand meme) c'est que depuis 2012 la societe est tombé dans les travers de Microsoft et que les OS deviennent a chaque generation moins performants, moins fiables, moins fonctionnels et de plus en plus exposés aux attaques.

Rappelons que l'acceleration du projet Windows 7 s'est faite suite a une serie de catastrophes en terme de sécurité et de fiabilités qui rappellent beaucoup ce qu'affronte Apple aujourd'hui. Heureusement Microsoft a l'epoque ne produisait pas de PC...

Un autre element que Sinofsky n'aborde pas ce sont les différences de marchés entre Apple et Microsoft. Microsoft a toujours ete une entreprise B2B qui s'adresse au corporate. Son activité GP c'etait pour bettoner le principe monopolistique.
Apple s'est toujours (sauf sous Sculley) adressé au GP.
Egalement que MS constituait un monopole delinquant avec Intel la ou Apple a toujours ete minoritaire (que ce soit sur PC ou smartphone)
Les exigences et moyens d'actions des deux marchés ne sont pas les mêmes... Le marketing et les objectifs pour ces 2 marchés sont donc très différents.

avatar pocketalex 13/02/2018 - 23:07

"Histoire d'amour commencée lorsque Jobs a pris son telephone et a dit a Gates que s'il ne venait pas garantir le developpement d'Office sur MacOS et investir dans Apple, il allait lui mettre le proces de sa vie sur le dos qui allait couler simplement Microsoft..."

ou comment ré-écrire l'histoire

@C1rc3@0rc, le grand maître de la désinformation, de la fausse vérité, de l'histoire ré-écrite (méthode digne des pires dictatures), et/ou des délires les plus fantaisistes

Apple était en procès contre Microsoft depuis belle lurette et comme tous les grands procès, tout cela trainait, sauf qu'au moment ou Jobs a appelé Bill Gates, Apple était surtout au bord de mettre la clé sous la porte

Apple avait besoin de cash, sinon c'était fini

Apple n'a pas mis le couteau sous la gorge de Microsoft, c'est pas ça qui s'est passé, Apple a baissé son froc, Apple s'est mis à genou
Le deal de Jobs était simple : Microsoft investissait 250 M$ dans Apple ET Microsoft développait la suite Office pour le Mac pendant au moins 5 ans, et Apple arrêtait les poursuites judiciaires et donc laissait la voie libre à Microsoft pour Windows

Gates a été malin, le deal était bon : plus de poursuites, plus de barrage à Windows, en échange d'une somme s'apparentant à une goutte d'eau dans le CA annuel.

Sérieux, tu racontes vraiment que de la merde, tu déformes la réalité pour la plier à tes délires malsains, et en plus, tu pourris systématiquement la 1e page de commentaires de chaque article

avatar IceWizard 14/02/2018 - 01:10

@pocketalex
Tu oublies aussi de dire que Microsoft était sous la menace d'une enquête de la commission anti-monopole, avec un risque réel de voir l'entreprise être démantelée comme les Laboratoires Bell, quelques années plus tôt. En permettant la survie de son principal concurrent, Gates éloignait les foudres judiciaires.

avatar Quéquette Blues 14/02/2018 - 10:26

Vous m'otez les mots du clavier. Apple n'a rien baissé du tout. D'ailleurs, on n'a jamais vu une pomme avec un froc. Une éponge, à la rigueur, mais pas une pomme.

L'accord Apple / Microsoft sauvait les deux parties, la première de la faillite, la deuxième d'un démantèlement en bonne et due forme. D'autre part, la guerre entre les deux entreprises est surtout née dans la tête des adeptes respectifs des deux religions. Gates et Jobs ne couraient de toute façon pas les mêmes lapins (l'un verrouillait l'entreprise pour vendre du logiciel au prix fort, l'autre cherchait à réaliser une vision idéale de ce que devait être l'informatique personnelle), et les deux entreprises ont marché main dans la main pendant longtemps sur certains sujets.



avatar pocketalex 14/02/2018 - 15:19

@IceWizard

Tu as raison de le préciser, parce que c'est tout sauf un détail

Mais Gates aurait pu aussi bien faire un gros fuck à Apple et le laisser mourir, et enterrer de même les poursuites judiciaires (il faut du fric, beaucoup de fric pour de si gros procès, avec de si gros enjeux, et tenir sur autant d'années).

Et Quéquette Blues a beau avoir un pseudo vraiment, mais vraiment chelou, il a raison d'insister sur les liens amour/haine/admiration qui ont lié Gates et Jobs

avatar Quéquette Blues 14/02/2018 - 15:47

“Et Quéquette Blues a beau avoir un pseudo vraiment, mais vraiment chelou [...]”

Je le prend comme un compliment! 😁
C’est une chanson de Richard Gotainer. Avis aux amateurs.

Je ne pense pas que Micro$oft aurait pu éviter le coup de hache aussi facilement. À cette époque, le sénat américain crevait d’envie de faire un exemple. C’était leur folie du moment. Ça leur a passé ensuite quand il a fallu se concentrer sur Al Qaida.

avatar C1rc3@0rc 14/02/2018 - 20:37

@pocketalex

Tu as quand meme une capacité extraordinaire a te contredire et t'auto-decredibiliser qui est extraordinaire. A ce niveau c'est meme plus de l'incoherence c'est de l'art.

@pocketalex wrote:«ou comment ré-écrire l'histoire
...
Apple n'a pas mis le couteau sous la gorge de Microsoft, c'est pas ça qui s'est passé, Apple a baissé son froc, Apple s'est mis à genou
...
Le deal de Jobs était simple : Microsoft investissait 250 M$ dans Apple ET Microsoft développait la suite Office pour le Mac pendant au moins 5 ans, et Apple arrêtait les poursuites judiciaires et donc laissait la voie libre à Microsoft pour Windows
»

Et quand meme tu arrives a poser cela comme argument contre ce que j'ecris:«Histoire d'amour commencée lorsque Jobs a pris son telephone et a dit a Gates que s'il ne venait pas garantir le developpement d'Office sur MacOS et investir dans Apple, il allait lui mettre le proces de sa vie sur le dos qui allait couler simplement Microsoft...»

C'est beau cette incoherence, mais c'est d'autant plus beau que c'est ton fonctionnement normal. Tu es une auto-antithese, une auto-negation, un chaos autogene. C'est magnigfique.

avatar pocketalex 14/02/2018 - 21:52 (edité)

@C1rc3@0rc

Je parle dune procédure judiciaire qui a existée, le genre de truc qui peut trainer des années, si ce n'est des décennies, et Apple n'avait pas des décennies devant lui, donc dans mon propos il y a cette notion que dans la bataille en cours, je répète, en cours, Apple pouvait taper 1 milliard à Microsoft, oui ... mais Apple pouvait tout aussi bien couler.

Dans ton propos, Apple avait les gros muscles, et attention, je vais te coller un procès tu ne t'en remettras pas, ce qui n'est pas du tout la réalité, déjà les procédures étaient lancées depuis belle lurette et ensuite, sans aucune garantie de succès d'un coté ou de l'autre, et Apple n'avait pas du tout le temps, ni l'argent, de patienter 4 ou 8 ans pour voir un éventuel résultat final

Bref, ce qu'il s'est passé, c'est une décision intelligente entre deux hommes intelligents, ce qui dans le business est assez rare.

Rien incohérent dans mon propos, juste une retranscription de ce qui s'est passé, et non une réalité tordue au gré de mes délires...

avatar C1rc3@0rc 15/02/2018 - 00:52

@pocketalex

Mais si ton propos est incohérent et ta tentative de te rattraper aux branches ne fait qu’accélérer cette dégringolade.

Contrairement ce que tu affirme fallacieusement avec ton révisionnisme stupéfiant, Apple etait bien position de force car sans l'existence d'Apple, Microsoft avait directement droit a un traitement aux petits oignons mitonnés aux lois anti-trust qui allaient conduire a un démantèlement de Microsoft pire que ceux de la Oil Company de Rockefeller ou les Bell System.

Ensuite Jobs avait reelement de quoi faire condamner Microsoft et faire interdire les ventes de Windows 95 et ses successeurs... sans parler des brevets ramenes avec NeXT qui permettaient aussi a Apple de mettre Windows NT dans de tres grosses difficultés.

Pourquoi sinon crois tu que Microsoft qui avait jusque la ecrasé tout ce qui etait sur le chemin de son co-monopole, pillé tout ce qui etait possible, agit de maniére purement scelerate (et qui a ete condamné ensuite sur ces faits) contre toute forme de concurrence serait allé s'engager a soutenir Apple pour au moins 5 ans (Apple etait a 5% de PDM a l'epoque), aurait investit des millions de dollars en echange d'actions denuées du moindre droit de vote et de regard sur la conduite de l'entreprise et aurrait accepté un accord d'exploitation mutuel des precieux brevets que MS utilisait a tour de bras pour asphyxier ses concurrents?

Ce qui est con pour Microsoft c'est de s'etre debarrassé des actions Apple en 2003, aujourd'hui les 150 millions de l'epoque vaudraient des dizaine de milliards... Mais bon, le gout de ces actions devait etre bien amere aussi.

avatar SebKyz 13/02/2018 - 18:12 via iGeneration pour iOS

Il a raison. Beaucoup de couineuse ici comme sur la plupart des sites tech. Parfois justifié souvent injustifié.

avatar Claude Pelletier 13/02/2018 - 18:49

Des couineuses ici ?
Pas du tout, mais parfois du sexisme balourd.

avatar Moonwalker 13/02/2018 - 21:45

Tu confonds la fonction avec le genre.

avatar rolmeyer 13/02/2018 - 18:14 via iGeneration pour iOS (edité)

Oui le gars a supervisé le développement de W7 mais aussi le développement et lancement de W8 dont on connaît le succès....au point d’être viré. C’est le mec qui a utilisé une Surface en skateboard. Personne ne le regrette chez MS.

avatar SebKyz 13/02/2018 - 18:16 via iGeneration pour iOS (edité)

@rolmeyer

Tu gardes que le mauvais là. Vois plutôt ses réussites.
Les Surface sont de bonne machines et W7 un très bn OS

avatar rolmeyer 13/02/2018 - 18:25 via iGeneration pour iOS (edité)

.........

avatar reborn 13/02/2018 - 18:28 via iGeneration pour iOS (edité)

@rolmeyer

Il a pourtant bien dirigé le développement de W7

Enfin bref, le type s’y connait.

avatar mimot13 14/02/2018 - 00:03

W7 : oui, +1. Il a fait un très bon boulot. Pas de gros soucis avec..

avatar SebKyz 13/02/2018 - 18:31 via iGeneration pour iOS

@rolmeyer

Les brouillons ct les 1ères normal que cela ait évolué. J’irai jeter un 👁✌🏻

avatar anton96 13/02/2018 - 18:27 via iGeneration pour iOS (edité)

@SebKyz

Oui mais cest Vista qui a posé les base de Windows 7 ( même noyau ) . Windows 7 ça a surtout laisser le temps de stabiliser les gros changements de Vista .
En plus quand Vista était sortis , il demandais énormément plus de performance que Windows XP (2go de ram conseillée au lieu de 64mo pour XP XD) .
Tandis que 7 a profité du parc déjà plus puissant .

avatar C1rc3@0rc 13/02/2018 - 21:04

@anton96

Relis l'histoire.
VISTA c'est une version intermédiaire qui a ete mise en place pour donner un delai au developpement difficile de Windows 7, Blackcomb qui lui avait démarré bien avant la sortie de Windows XP.
Windows 7 c'est le moteur de Windows NT6.1.

L'echec de VISTA vient du fait qu'il s'agissait d'une version construite pour l'obsolescence programmée et que l'urgence de securisation a conduit a des solutions de fermetures aussi inneficace que pesant lourdement sur la fonctionnalité.

On remarque aussi que les deux systemes ont en commun les difficultés majeures de conceptions, qui etant des impasses, ont conduit a l'abandon de l'integration de beaucoup de fonctionnalités (en particulier l'echec du gestionnaire de fichiers Win FS).
Un des gros probleme de MS a ete de vouloir integrer dans l'OS des couches applicatives... qui seront abandonnées face a l'urgence et a l'insecurité. Une travers qui depuis 2012 fait partie des OS d'Apple...

avatar reborn 13/02/2018 - 21:13 via iGeneration pour iOS

@C1rc3@0rc

Ok, du copié collé de wikipedia + une dose d’affirmations péremptoires sur l’obsolescence programmé.. et le parallèle avec Apple 🙄

Magnifique 👌

avatar pacolapo 13/02/2018 - 21:45 (edité)

bravo d'avoir eu le courage de le lire... xD

Pages