De nouvelles mesures contre l'obsolescence programmée présentées en mars par le gouvernement

Stéphane Moussie |

Après avoir inscrit dans la loi en 2015 un délit d’obsolescence programmée, la France va prendre de nouvelles mesures pour lutter contre ce qui est défini comme « le recours à des techniques par lesquelles le responsable de la mise sur le marché d’un produit vise à en réduire délibérément la durée de vie pour en augmenter le taux de remplacement ».

Tim Cook lors d'une interview le 17 janvier.

Brune Poirson, secrétaire d’État auprès du ministre de la Transition écologique, a déclaré à l’Assemblée nationale que le gouvernement présentera en mars « une feuille de route qui prendra pleinement en compte la question de l’obsolescence programmée. » Et d’en dessiner les contours :

L’un des grands enjeux est d’accélérer l’affichage de la durée de vie des produits, mais aussi d’accroître leur durabilité. La réparation des produits doit devenir naturelle, comme elle l’était à une époque où l’on réparait un objet qui ne fonctionnait pas, plutôt que de le jeter. Il s’agit donc d’un enjeu de société et de compétitivité pour notre pays.

La secrétaire d’État, qui a qualifié l’obsolescence programmée d’« arnaque pour les consommateurs et pour la planète », pourra si besoin s’inspirer d’un rapport sénatorial de 2016 qui recommande entre autres d’imposer la réversibilité des mises à jour (revenir à iOS 10 quand on est passé à iOS 11, par exemple) et une stabilisation de l’efficience dans le temps. L’association HOP préconise pour sa part l’affichage de la durée de vie des produits et d’une note de durabilité, la disponibilité des pièces détachées essentielles, ou encore la réduction de la TVA sur les objets d’occasion.

À la suite d’une plainte de HOP, Apple est actuellement sous le coup d’une enquête préliminaire de la direction générale de la concurrence de la consommation et de la répression des fraudes pour délit présumé d’obsolescence programmée. Tim Cook vient d'annoncer un revirement d'Apple sur la gestion des iPhone dans le temps : avec une mise à jour à venir, les utilisateurs pourront finalement désactiver le bridage des performances qui s'opère quand les batteries vieillissent, mais au risque de voir leur iPhone s'éteindre inopinément.

avatar pagaupa | 

@fousfous

Bien vu! Les pièces disponibles pendant 15ans mais à prix d'or ne réglent en rien le problème.
Une carte électronique de lave-vaisselle est facturée plus cher que le même modèle en magasin.
Moralité: rachat et poubelle.
On n'est pas près de régler le problème de pollution.

avatar fousfous | 

@pagaupa

Si ça peut te rassurer le problème de pollution ne vient pas de la.
D'ailleurs souvent on réduit les impacts en créant des composants plus compacts et intégré qui sont souvent moins facilement réparable.

avatar SyMich | 

C'est bien l'une des avancées de la loi française... même si ça reste imparfait. Par exemple un téléviseur peut tomber en panne et le constructeur ne proposer, à titre de pièce détachée, que la carte électronique dans son ensemble, à un prix incitant rarement à la remplacer, alors que la panne pourrait être réparée en changeant un composant à 20 centimes sur cette carte.

On voit bien que cette loi mérite d'être retravaillée, améliorée, renforcée.

avatar IRONMAN65 | 

@SyMich

Mes parents avaient un lave-linge Bauknecht qui leur a servi pendant 40 ans sans tomber en panne c’était ça avant donc l’obsolescence programmée est devant nos yeux au quotidien.... que faisaient les associations de consommateurs ?!!!

avatar Mac13 | 

@IRONMAN65

Et où est le ministère de la consommation ?

avatar pilipe | 

@IRONMAN65

40 ans, mais où est la marque maintenant ? Elle a sûrement disparu car plus personne n’achetait de nouvelle machine. Donc il faut trouver un juste milieux. Une durée de vie de 40 ans c’est plus possible maintenant, techniquement ça l’est, mais c’est pas une solution parraine pour les entreprises.

avatar IRONMAN65 | 

@pilipe

T’es comme tout le monde,tu bosse pour après profiter de ta retraite,hé bien imagine toi que les êtres humains aussi auront une obsolescence programmée parce que certains considèrent qu’en allant à la retraite ça coûterait trop cher…

avatar pagaupa | 

@IRONMAN65

On le fait déjà...
En reculant l'age de la retraite et en ne soignant plus une personne de 85ans...
On dit: elle a vécu...

avatar pagaupa | 

@ibric

Cela existe déjà. Et l'affichage est même obligatoire.

avatar pagaupa | 

@ForzaDesmo

C'est compter sans Hulot! ?

avatar daffyduuck | 

@ibric

Des pièces pensant 15 ans ? Tu penses que ça fera avancer le schmikblick si Samsung se voit obligé de fournir des batteries et des écrans pour un sgt lh100? Personne n'ira le faire réparer, des stocks à n'en plus finir et obligation de remettre une chaîne de fabrication si les batteries ont lâchées après 10 ans de stockage...
http://www.lesmobiles.com/telephones/samsung-sgh-t100.html

avatar kinon | 

Je n'ose même pas imaginer le coût d'un stock pareil...et donc tu n'imagines quand même pas que les constructeurs ne le répercuteraient pas dans le prix des produits?
Même si on obligeait un constructeur à garantir la disponibilité de pièces pendant 10 ans ils ne le feraient pas, trop difficile à prévoir et trop couteux de stocker des pièces qu'ils ne sont même pas sûrs d'utiliser.Après quelques années Ils préfèreront échanger contre un modèle neuf mais de gamme équivalente en performances au moment de l'échange.
Mais même dans ces conditions cela aurait un coût.

avatar pagaupa | 

@kinon

Les entreprises font ce que les etats décident...quand ils ont un peu de couilles...

avatar Maverick73 | 

Bien préciser dans l’enquête qu’il s’agit bien d’une enquête préliminaire et il y a une grande différence.

avatar Stéphane Moussie | 
@Maverick73 : En effet. C'est précisé maintenant.
avatar Giloup92 | 

« enjeu....de compétitivité pour notre pays. » Je ne vous comment la France peut vouloir être compétitive dans les produits high-tech alors qu’elle n’en produit quasiment aucun.

avatar byte_order | 

La réparabilité matériel est un marché plus local, tandis que le numérique dématérialisé peut lui se faire depuis n'importe où, en particulier depuis les pays à bas coût sociaux (et de qualité de vie, ce qui est souvent lié hein).

avatar Giloup92 | 

@byte_order
C’est vrai mais ça n’a rien à voir avec la compétitivité du pays.

avatar byte_order | 

Ben quand des emplois spécialisés dans la réparation des produits importés sont créés, cela augmente le PIB du pays plutôt que d'envoyer ces réparations à l'étranger ou, pire, générer des achats de remplacement de produits fabriqués à l'étranger, ce qui dans les 2 cas augmente le déséquilibre de la balance commerciale.

Donc, si, cela a à voir avec la compétitivité du pays.

avatar Phoenixxu | 

Je pense que c’est une bonne chose si ça se concrétise !

avatar Phoenixxu | 

@ForzaDesmo

J’avoue !
Heureusement que tu as mis les crochets !
J’allais foncer dedans ! ?

avatar josselinrsa | 

@ForzaDesmo

?
Tout est dit

avatar pagaupa | 

La loi devra prévoir la possibilité de réparation simple par un tiers.
Genre transistor à souder sur une carte électronique.
Ou moteur maintenant solidaire des tambours de machine à laver obligeant le remplacement de l'ensemble.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR