Fermer le menu

2017 a été une bonne année pour le salaire des dirigeants d'Apple

Florian Innocente | | 08:52 |  64

2017 a été une très bonne année pour Apple et par conséquent pour le salaire de ses principaux dirigeants. Tim Cook a ainsi gagné 12,8 millions de dollars (10,7 millions d'euros) sur la durée de cet exercice annuel. C'est une progression sur 2016 où le contre-coup des résultats d'Apple avait ramené sa paye à 8,7 millions de dollars (10,2 millions en 2015). Ces chiffres ont été publiés hier en prévision de l'assemblée générale des actionnaires en février.

Le salaire annuel de Tim Cook est composé d'un montant fixe établi à 3 millions de dollars (2,5 millions d'euros) plus un montant calculé sur les performances d'Apple.

Il en va de même pour ses principaux lieutenant(e)s pour qui la base annuelle est de 1 million de dollars (838 000 euros), plus une prime de résultat, plus encore deux types d'attributions d'actions : l'une en fonction des résultats de l'entreprise, l'autre relative au temps de présence dans l'entreprise. Depuis 2011, Tim Cook a renoncé à ces attributions d'actions (il en possède néanmoins un bon matelas, valorisé à 500 millions de dollars au cours actuel, soit 418 millions d'euros).

Cliquer pour agrandir

Tous les ans, un comité interne à Apple pose les jalons des objectifs à atteindre pour le versement de ces primes de résultats qui viennent compléter le salaire de base. En 2017, il fallait atteindre au minimum un chiffre d'affaires de 215,6 milliards de dollars (180,6 milliards d'euros) et un bénéfice opérationnel de 52,3 milliards (48,8 milliards d'euros) pour obtenir un supplément correspondant à 100 % du salaire de base.

L'objectif à atteindre pour améliorer encore plus l'ordinaire (une prime équivalente à 200 % du salaire de base) était un chiffre d'affaires de 225,2 milliards de dollars et 57,9 milliards de bénéfices.

Bingo, Apple a réalisé en 2017 un CA de 229,2 milliards (192 milliards d'euros) et un bénéfice de 61,3 milliards (51,3 milliards d'euros). L'objectif maximal, se traduisant par un versement équivalent à 400 % du salaire était fixé à 234,8 milliards et 62,9 milliards. Il s'en est fallu de peu… il aura manqué quelque ventes d'iPhone supplémentaires.

Conséquence de cette bonne fortune d'Apple, en plus de ses 3 millions annuels, Tim Cook a pu en empocher 9 de plus. Ses collaborateurs ont reçu 2 millions de mieux, auxquels se sont ajoutés l'attribution de 10 millions en actions et 10 de mieux à faire valoir dans quelques années, s'ils sont toujours chez Apple.

Cliquer pour agrandir

Au final, l'addition de ces émoluments fait qu'aux 12,8 millions de revenus perçus par Tim Cook en 2017, répondent 24 millions reçus par Angela Ahrendts (Apple Store), Johny Srouji (processeurs) ou encore Dan Ricio et Luca Maestri (respectivement responsable du matériel et directeur financier).

La progression de l'action d'Apple sur l'année écoulée

Autres détails plus anecdotiques dans le document fiscal, le conseil d'administration d'Apple impose depuis cette année à Tim Cook de se déplacer en jet privé, pour des questions évidentes de sécurité (Jonathan Ive a, lui, son chauffeur qui l'emmène au travail). Ce moyen de locomotion a représenté un coût de 93 109 $ cette année (78 000 euros).

Un avion que peuvent emprunter d'autres hauts responsables d'Apple lorsque les circonstances l'exigent. En revanche, ils doivent s'acquitter de frais d'utilisation, Cook comme les autres, lorsqu'il est utilisé à des fins personnelles ou pour emmener des proches.

Et comme de tradition, Jonathan Ive et sa rémunération sont les grands absents de cette déclaration.

Catégories: 
Tags : 

Les derniers dossiers

Ailleurs sur le Web


64 Commentaires Signaler un abus dans les commentaires

avatar John McClane 28/12/2017 - 08:57 via iGeneration pour iOS (edité)

Cet article tombe tout juste alors que je viens de remplir la plainte HOP contre Apple (mais en leur précisant que je ne crois pas à l'obsolescence programmée, mais plutôt au fait que les mises à jour demandent de plus en plus de puissance).
Amusante ironie !

avatar hledu 28/12/2017 - 13:16

mais plutôt au fait que les mises à jour demandent de plus en plus de puissance Sérieux ?
A moins que ce ne soit un gag, je ne vois pas comment on peut reprocher un besoin de puissance supplémentaire et en parallèle souhaiter plus de fonctionnalités ?

avatar John McClane 28/12/2017 - 13:53 via iGeneration pour iOS

@hledu

On pourrait aussi avoir davantage le choix de mettre à jour où pas, plutôt que ces incitations quotidiennes de iOS qui finissent par nous énerver, jusqu'à ce qu'on craque et qu'on fasse la mise à jour fatidique.
Ainsi sur mon iPad Air je suis resté sur iOS 10, mais je trouve pénibles les relances de iOS pour m'inciter à mettre à jour. J'aurais préféré que iOS me prévienne qu'un iPad Air est trop ancien pour profiter pleinement d'iOS 11, et me laisser le choix sans m'embêter quotidiennement.



avatar AieFone66 28/12/2017 - 09:07 via iGeneration pour iOS

Apple se fou de plus en plus du monde, il fut un temps ou steve jobs ne cherchait pas l’argent mais l’innovation ou du moins l’argent l’intéressait moins que de changer le monde.
J’ai l’impression qu’apple cherche vraiment le fric a tout prix plus que la satisfaction client ces dernières années... et pour preuve... les mises a jours foireuse, les faille de sécurités, les iphone 6/7/8 qui sont les même, l’iPhone X qui est pas mal mais pas assez pour le payer 1159€... etc... pas mal de pigeonnade...
mais j’adore toujours autant Apple :(

avatar reborn 28/12/2017 - 09:22 via iGeneration pour iOS

@AieFone66

Tant que t’aime tjrs autant Apple, pas de soucis 👌

avatar Florian Innocente macG 28/12/2017 - 09:24

AieFone66 : Apple se fou de plus en plus du monde, il fut un temps ou steve jobs ne cherchait pas l’argent mais l’innovation ou du moins l’argent l’intéressait moins que de changer le monde

Euh je crois que c'est une vision très angélique de Jobs.

Il n'avait rien contre l'argent vu que c'est le manque de dollars qui a failli planter Apple. L'argent (beaucoup d'argent) te donne une indépendance pour conduire certains projets qui ne porteront pas forcément leur fruits à court terme.

Le leitmotiv de Jobs c'était de dire qu'en faisant de bons produits, ils se vendraient naturellement. Mais pour faire de bons produits tu as quand même besoin d'un peu de sous. Quand tu dois mettre quelque centaines de millions de dollars dans la chaine de production de tes fournisseurs pour qu'ils soient à niveau, tu es content d'avoir la trésorerie pour le faire d'un claquement d'un doigts.

avatar John McClane 28/12/2017 - 10:54 via iGeneration pour iOS

@innocente

Néanmoins, quand on pense à l'absence de meubles dans le salon de Steve Jobs, à sa garde-robe inexistante, ou à la philosophie qu'il a acquise en Inde, on peut avoir le sentiment qu'il ne cherchait pas l'enrichissement personnel. Cela pouvait donc impacter sa façon de gérer son entreprise.

avatar jazz678 28/12/2017 - 11:15 via iGeneration pour iOS

@John McClane
@Aiefone66
@innocente

« l'absence de meubles dans le salon de Steve Jobs, à sa garde-robe inexistante »

Vous avez l’air de l’avoir connu très intimement 😊

Tout ça relève de la légende urbaine et de la com’ au même titre que la création d’Apple dans son garage avec 2 bouts de ficelle.

SJ avait certes son fameux salaire annuel à 1€ mais se rémunérait essentiellement en stock options. En 2006 il était le CEO le mieux rémunéré des US avec près de 650 millions $.

Heureusement que l’argent ne l’intéressait pas

avatar John McClane 28/12/2017 - 11:17 via iGeneration pour iOS (edité)

@jazz678

Bah je l'ai lu dans sa biographie... 😁

avatar jazz678 28/12/2017 - 11:44 via iGeneration pour iOS

@John McClane

Ne crois pas tout ce que tu lis 😊

avatar Florian Innocente macG 28/12/2017 - 11:45

@jazz678 : Tout ça relève de la légende urbaine et de la com’ au même titre que la création d’Apple dans son garage avec 2 bouts de ficelle.

Il parle de la période des débuts (ou celle entre Apple et NeXT mais je vois la photo auquel il fait allusion) , où effectivement la déco n'était pas ce qui l'intéressait le plus.

Mais encore une fois, on peut ne pas avoir l'argent comme finalité première mais ne pas cracher dessus dès lors qu'elle donne à son entreprise les moyens de ses ambitions et la sécurité sur le long terme.

Et je pense aussi qu'il avait un rapport avec l'argent plus sain que quelques-unes de nos gloires du CAC40.

avatar jazz678 28/12/2017 - 12:07 via iGeneration pour iOS

@innocente

« Mais encore une fois, on peut ne pas avoir l'argent comme finalité première mais ne pas cracher dessus dès lors qu'elle donne à son entreprise les moyens de ses ambitions et la sécurité sur le long terme. »

L’argent de Jobs n’était pas celui de son entreprise mais bien le sien. Ses Stock options n’étaient pas le fruit du hasard. Il n’avait pas à « ne pas cracher dessus » puisque c’est lui qui avait mis en place ce système de rémunération en réalité plus avantageux pour sa propre image et celle d’Apple.

« Et je pense aussi qu'il avait un rapport avec l'argent plus sain que quelques-unes de nos gloires du CAC40. »

Plus sain dans quel sens? Il aimait et avait des signes extérieurs de richesse tout comme les gloires du CAC40 (jet privé d’ailleurs racheté par Ives, yatch même s’il n’a pas eu le temps d’en profiter,..)

avatar Florian Innocente macG 28/12/2017 - 12:40

Vu son parcours et ses réalisations, je ne trouve pas qu'un gros bateau acheté sur la seconde moitié de sa vie et un jet soient des dépenses de ouf.

On peut aussi dire qu'il vivait dans la même maison que depuis ses premiers temps chez Apple (ok ce n'était pas une masure mais bon, ça ne semblait pas spécialement un château).

avatar jazz678 28/12/2017 - 13:46 via iGeneration pour iOS

@innocente

« Vu son parcours et ses réalisations, je ne trouve pas qu'un gros bateau acheté sur la seconde moitié de sa vie et un jet soient des dépenses de ouf. »

Renseigne toi sur le prix d’un yatch de cette taille 😊

avatar Florian Innocente macG 28/12/2017 - 14:17

Mais bien sûr qu'il coute une blinde son bateau, mais c'est pas un jeune héritier qui a claqué le pognon de son paternel ou qui gagnait sa vie en spéculant à la bourse.

avatar jazz678 28/12/2017 - 15:39 via iGeneration pour iOS

@innocente

« Mais bien sûr qu'il coute une blinde son bateau, mais c'est pas un jeune héritier qui a claqué le pognon de son paternel ou qui gagnait sa vie en spéculant à la bourse. »

Là dessus nous sommes d’accord. Mais qui suis-je pour dire si méritait ou pas son pognon ou comment il devait le dépenser ?
Le débat de départ partait du fait que certains essayent de faire croire que SJ n’aimait pas l’argent. Je maintiens que c’est faux

avatar malcolmZ07 28/12/2017 - 16:55 via iGeneration pour iOS

@jazz678

Lol arrêtez d'idéaliser jobs "avant c'était mieux "

avatar jazz678 28/12/2017 - 17:13 via iGeneration pour iOS

@malcolmZ07

???
De quoi tu parles ?

avatar John McClane 28/12/2017 - 12:12 via iGeneration pour iOS (edité)

@innocente

En effet, moi qui ai une (micro)entreprise, il y a une différence entre chercher la richesse personnelle à tout prix (y compris en faisant des produits bâclés courts-termistes), et utiliser l'argent pour investir en pensant à long-terme pour la pérennité de l'entreprise.
Ainsi il m'arrive de ne pas compter mes heures afin de fournir le produit le plus réussi possible, tout simplement parce que j'ai l'amour du travail bien fait. Par contre cela ne participe pas à m'enrichir, au contraire j'ai perdu du temps et donc de l'argent. Mais c'est un choix.

avatar Ralph_ 28/12/2017 - 13:25 via iGeneration pour iOS

@John McClane

Ses voitures? Son yacht?

avatar en ballade 28/12/2017 - 12:01 via iGeneration pour iOS

@AieFone66

"J’ai l’impression qu’apple cherche vraiment le fric "

Le scoop de fin d’année !😳

avatar marc_os 28/12/2017 - 19:54

@ AieFone66
Tu es anti-capitaliste j'espère.
Car ce que tu critiques, « chercher le fric a tout prix », c'est la base même de toute entreprise qui n'est pas à but non lucratif.
Si tu n'es pas anti-capitaliste, que dire...

avatar romain31000 28/12/2017 - 09:14 via iGeneration pour iOS

Pourquoi la rémunération de Johnny Ive n’est pas présente?
Il était pourtant Chief of Design et faisait parti du Comité Exécutif non?

avatar Applesoft 28/12/2017 - 10:38 via iGeneration pour iOS

@romain31000

Oui et non.

Ive n’est techniquement ni un « executive officer » ni un « director » au sein d’Apple. La SEC ne demande que les 5 plus grosses rémunérations des officers ou directors. Comment Apple a réussi ce tour de passe-passe parce qu’on sait bien qu’Ive est un employé très influent, cela reste un mystère ? Il doit avoir un espèce de titre « advisor » chez Apple. Légalement, Ive ne dirige personne je pense, ça doit être un truc du genre, ne doit être présent dans une aucun comite de direction. Il y participe mais il ne signe pas.

Ce qu’on sait, c’est qu’Apple s’est plié en 4 pour répondre à la demande de discrétion d’Ive, que Jobs lui a donné cette liberté et que Cook lui a offert un super bonus en 2011 pour le retenir etc.

avatar kafy28 28/12/2017 - 09:15

Quand je lie ce genre d'information, je ne peux m'empêcher de penser à l'excellente chanson de Alexis HK.

"
on n'apprend pas à un porc à cesser de se gaver.
Tant qu'on remet de l'or dans son écuelle d'acier.
"

Une pensée pour tous les salariés (dont je fais parti) qui ne touchent aucune prime eux alors que leurs dirigeants se gave chaque année sur leur dos à coût de restructuration et d'augmentation d'objectif.

Pages