Eddy Cue : « Les ingénieurs d'Apple travaillent contre les criminels »

Florian Innocente |

C’est au tour d’Eddy Cue de monter au créneau, en langue espagnole, pour expliquer la position d’Apple dans le dossier de San Bernardino. Ce fils d’immigrés cubains s’est exprimé à l’occasion d’une interview donnée à Univision, un très important groupe de médias latino-américains.

Le patron des services internet d’Apple a répété certains des propos tenus depuis quelques temps par ses collègues, notamment celui du risque de créer un précédent dangereux en donnant une “clef” au FBI pour ce fameux téléphone. Mais il a aussi insisté sur le rôle d’Apple comme instrument capable d’améliorer la sécurité de tous.

Tim Cook et Eddy Cue

Prenant le contre-pied de propos récurrents contre la décision d’Apple — tels ceux du responsable de l’unité anti-terroriste de New York, John Miller, qui assenait la semaine dernière que : « des ravisseurs, des voleurs et des meurtriers incarcérés à Riker’s Island, qui ont été écoutés dans leurs conversations avec l’extérieur, disaient ’Vous devez utiliser iOS 8, c’est un don de Dieu — parce que les flics ne peuvent pas le craquer » — Eddy Cue estime qu’Apple participe au contraire à la défense de chacun :

Les ingénieurs d'Apple travaillent contre les terroristes, contre les criminels. Nous essayons de protéger les gens de ces individus. Nous ne protégeons pas le gouvernement. Nous voulons aider. Ils ont un travail très difficile, ils sont là pour nous protéger. Donc, nous voulons aider autant que possible, mais nous ne pouvons pas les assister d'une manière qui aidera plus de criminels, des terroristes, des pirates. Nous réfléchissons toujours à comment nous pourrions le faire d'une manière plus sûre. Il est très important d'avoir toujours un coup d'avance sur les terroristes et les criminels.

Après le début de cette affaire, le FBI a concédé que l’accès à ce téléphone de San Bernardino permettrait potentiellement d’en débloquer d’autres. C’est justement ce qui inquiète Cue, la perspective d’une banalisation de cette procédure, alors que 200 dossiers sont en attente, rien qu’à New York « Ce ne sont pas que des affaires de terrorisme, il y a de tout, je ne sais même pas à quoi elles ont trait ».

Une fois qu’un enquêteur aura obtenu un feu vert, ses homologues essaieront naturellement d’obtenir la même chose, puisque rien ne pourra plus les en empêcher :

Où est-ce que cela s'arrêtera ? Dans un cas de divorce ? Dans un dossier d'immigration ? Dans un contentieux avec le fisc ? Un jour on nous demandera d'activer secrètement le microphone du téléphone. C'est quelque chose qui ne devrait pas arriver dans ce pays.

L’exemple de l’immigration résonne particulièrement dans le cas de Cue qui a rappelé à cette occasion ses origines cubaines : « Mes parents sont venus dans ce pays pour bénéficier de libertés civiques, de la démocratie. Ce que le gouvernement peut faire a des implications très, très importantes. Et donner de tels moyens au gouvernement n’est pas une bonne chose. »

Eddy Cue n’a pas trouvé de mots pour décrire ce que peuvent ressentir les familles et proches des victimes de San Bernardino « J’en suis vraiment, vraiment désolé et cela ne devrait arriver à personne dans le monde et c’est pour cela qu’il est si important que nous essayions d’assurer au maximum la sécurité de tous. » Et le gouvernement n’est pas toujours le mieux placé pour cela, a poursuivi Cue :

Au cours de ces dernières années, le gouvernement a perdu plus de cinq millions d'empreintes digitales, celles de ses propres employés. Ils ont perdu des centaines de millions de numéros de cartes de crédit, de systèmes financiers. Ce genre de chose se produit de plus en plus. Et la seule façon dont nous pouvons nous en protéger est de rendre le téléphone plus sécurisé.

À ce titre, il a souligné la certaine opposition qui existe entre le FBI et la NSA, cette dernière n’ayant pas apporté de soutien particulier à l’agence fédérale : « Le Secrétaire à la défense, Ashton Carter, qui est responsable de la NSA, veut que le chiffrement continue à se renforcer de plus en plus. Car il sait que si nous créons une ouverture, les criminels et les terroristes s’y engouffreront, et ça ils n’en veulent pas ». À l’inverse du FBI qui assure vouloir à la fois la sécurité et la clef pour franchir cette sécurité « Soit vous avez la sécurité soit vous ne l’avez pas », martèle Cue.

Eddy Cue a réitéré qu’Apple était prête à aller jusqu’à la Cour Suprême pour faire valoir son bon droit, car cela prendrait trop de temps pour que le Congrès s’accorde sur la question. Il insiste sur la nécessité de voir cette affaire tranchée par le législateur et non par un simple tribunal. C’est le 22 mars prochain qu’Apple et le FBI se retrouveront justement devant une juge en Californie, laquelle décidera de la suite à donner pour Apple à l’ordonnance du FBI.

avatar reborn | 

Pour ceux qui était persuadé que Cook était tout seul là dedans...

avatar Billytyper2 | 

Depuis le temps que l'on vous le dit qu'avec Apple, on est au moins un minimum tranquille...

avatar pariscanal | 

Ouf Quand même, La Défense et la communication se met bien en place

avatar Ipader | 

Je ne suis pas plus enthousiaste qu'une société privée prenne la responsabilité aussi forte qu'est la sécurité des personnes au travers de ses produits.
Cette responsabilité doit passer par les gouvernements.
Si un téléphone peu atteindre la sécurité des personnes, alors il doit être interdit.
Si le gouvernement failli, il doit être changé.
Et il ne s'agit pas que des États Unis mes des gouvernements où sont vendus leurs produits.

Il ne parle pas des anciens ingénieurs d'Apple qui sont dans la nature qui ont pu avoir connaissance du code...

Ça donne quand même l'impression qu'ils se croient au dessus des lois et encore une fois, donneurs de leçons.

Leur mégalomanie devient vraiment pénible !

avatar pariscanal | 

@Ipader :
Pffff ... Et ton couteau de cuisine aussi il peut atteindre la sécurité des personnes ...
ton raisonnement est tellement binaire , le FBI n est pas le gouvernement par ailleurs ,

avatar Ipader | 

@pariscanal :
Justement tu sembles pas comprendre à grand chose, alors dis moi où je confonds FBI et gouvernement ? Et je parle DES gouvernements.

On ne donne pas le code pour lancer un missile nucléaire à Veolia il me semble non????

avatar Spuolg | 

@Ipader
« Si le gouvernement failli, il doit être changé. (sic) »
Ce n’est quand même pas très profond comme réflexion, pour parler gentiment. Ça me semble même carrément un peu jeune.

avatar marc_os | 

@Ipader :
Tu veux donner les clef de ton téléphone et de ta maison à Hollande qui a montré l'exemple à Sarko et Le Pen en utilisant l'état d'urgence contre des opposants politiques, à savoir des écolos ??
Pas moi.

avatar Ipader | 

@marc_os :
Tu préfères donc donner la chance aux pedophile et aux terroristes de pourvoir sévir dans l'ombre ?!

...pas moi.

avatar Spuolg | 

Que voilà de la belle argumentation chaussée de bien gros sabots ! Tellement caricaturale qu’elle en est ridicule.

avatar Hideyasu | 

@Ipader :
Ils sévissent déjà dans l'ombre. T'as cru que tout les pédophiles sont arrêtés ? Bah non on les autorise à être prof dans des écoles.

avatar marc_os | 

@ Hideyasu
Faudrait pas exagérer voire mentir non plus en affirmant « on les autorise à être prof dans des écoles ». Prétendre cela, c'est du pur populisme.

Par contre, ce qu'on oublie de signaler, c'est qu'Internet est consulté aussi par la police. Et que les pédophiles (et pas que) y laissent des traces permettant de les retrouver plus facilement. "Avant", la police n'avait pas accès aux Polaroïds planqués au fond de tiroirs. Au contraire, Internet permet aux pédophiles et autres de se griller en y laissant des traces.

avatar Ipader | 

@marc_os :
Merci pour ta lucidité, ça manque ici...

avatar Hideyasu | 

@Ipader :
Justement il est là le soucis. C'est que ça soit une entreprise privée qui soit obligée de défendre la vie privée face à un gouvernement.
C'est le monde à l'envers et ca montre aussi jusqu'où les politiques sont prêts à aller.

avatar Ipader | 

"Les ingénieurs d'Apple travaillent contre les criminels »
Ou alors:
"Des criminels ont tué grâce aux ingénieurs d'Apple.»

avatar Ginger bread | 

@Ipader :
Lol tu fais aveuglement confiance au gouvernement alors. Autant se planter un compas dans l oeil.

avatar Ipader | 

@Ginger bread :
Pas plus qu'à Apple mon grand ;)

avatar Ginger bread | 

@Ipader :
Ahah si tu as envie d etaler ta vie privee ai gouvernement vas y mais que ca n implique pas le reste de la communauté qui ne souhaite pas exposer sa vie privee mon petit ;)

avatar Ipader | 

@Ginger bread :
Oui j'espère que "ta" communauté n'est pas sur Facebook, Google et autres, parce là c'est l'hôpital qui se moque de la charité :D

avatar patrick86 | 

"Ou alors:
"Des criminels ont tué grâce aux ingénieurs d'Apple.»"

Ou grâce aux fabricants de couteaux, foulards, cordes, marteaux, voitures, haches, pelles, médicaments, tronçonneuses et j'en passe.

Un iPhone ne sera pas très utile pour tuer, à moins de s'en servir pour taper suffisamment fort sur la tête, ou de le réduire en poussières que l'on mélangera à une purée, ou de faire exploser la batterie lithium à la tronche de votre victime… mais en quoi le chiffrement des données qu'il contient vous aiderait à l'utiliser comme arme létale ?

avatar Ipader | 

@patrick86 :
Analyse primaire, t'inquiètes eux ils ont compris comment s'en servir...

avatar patrick86 | 

@Ipader :

J'attends votre analyse secondaire alors.

--

ça fait des années, depuis qu'Internet prend de l'ampleur, que les politiciens nous sortent et resortent l'argument éculé des pédo-nazis et autres psycho-terroristes pour essayer de nous faire accepter un contrôle et une censure centralisée et massive du réseau.

La réalité, c'est que le meurtre, le viol, les agressions et la violence de manière générale, existe depuis largement plus longtemps qu'Internet — qui est extrêmement récent dans l'histoire de l'humanité, comme de l'inhumanité — et n'a absolument pas besoin de lui pour perdurer.

La violence est un problème de société, de conscience. C'est par là qu'il faut commencer si nous voulons la résorber. Alors bien évidement que certaines actions politiques et techniques peuvent aider. Je ne dis pas le contraire. Mais ne croyez-vous pas que supprimer de la circulation les armes létales aurait beaucoup plus d'impact que de censurer le réseau et collecter massivement les données informatiques des gens ?

Dans l'affaire de San Bernardino, comme dans les autres où des iPhone sont impliqués nous dit-on, il s'agit de VRAIS gens qui tuent ou violent d'autres VRAIS gens, avec des VRAIES armes du monde réel, sous l'impulsion d'une réelle violence qui s'est développée en eux. Ça ne se déroule pas dans une cyberdimension.

Il y a une autre chose à comprendre : personne ne fait le mal, de son propre point de vue.
Celui qui tue croient que c'est le meilleur moyen d'arriver à son bonheur, parce qu'il ne sait pas ou ne comprend pas que ça ne marchera pas. C'est un problème d'information disponible et de conscience.

avatar Ipader | 

@patrick86 :
Ça fait des années qu'ils se servent de ces outils pour arriver à leurs fins.

Propagande, Recrutement, formation, logistique, communication...

avatar pariscanal | 

@Ipader :
Îls se servent des moyens de communications comme tôut le monde .... Il est important pour tôut un chacun d y avoir accès

avatar Ipader | 

@patrick86 :
Ça aurait pu être évité si on savait ce qu'ils faisaient, comme des 100e d'autres tentatives qui ont pu être déjouées.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR