La relation maître-esclave entre Apple et GT Advanced

Mickaël Bazoge |

L’affaire de la faillite de GT Advanced, l’ex futur fournisseur de saphir de synthèse d’Apple, est riche de mystère et de rebondissements; le témoignage de Daniel Squiller, le directeur d’exploitation (COO) de l’entreprise, donne un nouvel éclairage sur les relations complexes que GTAT entretenait avec son principal client. Les déclarations initiales de Squiller, destinées au tribunal qui doit statuer sur la mise en faillite de la société, sont gardées au secret et il y planait l’épée de Damoclès d’une sanction pécuniaire d’Apple (50 millions de dollars) en cas de fuite. Le COO a depuis déposé un témoignage que la justice peut divulguer sans que GTAT fasse l’objet de représailles financières.

Une « boule » de 115 kg de saphir de synthèse.

Daniel Squiller y donne la meilleure explication possible sur l’arrêt prématuré du partenariat entre GTAT et Apple. L’accord reposait sur la production de « boules » de saphir de 262 kg alors que le sous-traitant fournissait alors des fourneaux capables de produire des boules de 115 kg. « Malheureusement, la production de boules de saphir de 262 kg n’a pas pu être accomplie dans les temps sur lesquels s’étaient accordées les deux parties. Ces problèmes et difficultés », explique t-il, « ont eu pour résultat la crise de trésorerie de GTAT ».

Son témoignage décrit aussi et surtout les difficultés d’être David face à Goliath. Le COO donne plusieurs exemples des demandes d’Apple qui ont fini par pousser GTAT au bord du précipice. On savait qu’Apple n’avait aucune obligation contractuelle d’acheter le saphir produit par son fournisseur, qui en retour a dû s’engager à en fabriquer énormément. On savait moins que GTAT devait en passer par l’accord d’Apple pour modifier un équipement, des spécifications ou des processus de production; en revanche, s’il prenait à la Pomme de modifier un terme du contrat, son sous-traitant devait immédiatement implémenter le changement.

En cas de retard de livraison, GTAT était mis à l’amende : 320 000$ par boule de saphir, alors que le coût de production d’une boule est de… moins de 20 000$. À l’inverse, Apple se gardait le droit — sans aucune compensation — d’annuler une commande ou de reprogrammer une livraison.

L’usine de Mesa, qu’Apple a équipée pour GTAT, n’a été opérationnelle qu’en décembre 2013, ne laissant au fournisseur que six mois pour produire à pleine capacité. Et les travaux se sont poursuivis après la fin de l’année pour complètement finaliser l’usine… L’alimentation électrique de secours des fourneaux a été un point de contentieux, Apple ayant décidé que cela revenait trop cher. Evidemment, à au moins trois reprises, l’électricité a sauté, provoquant des délais et des retards.

L'usine de GT Advanced à Mesa.

Apple a envoyé quelques uns de ses employés à Mesa afin de superviser les équipes de GTAT. 30% du temps passé par les membres de la R&D de GTAT a été consacré aux interactions avec les employés de Cupertino (sous entendu : ça n’a pas été très productif). À tout cela (et sans doute bien d’autres problèmes liés à la relation collé-serré avec Apple) se sont ajoutés des soucis liés à la nouveauté du type de production de saphir synthétique demandé par le constructeur de Cupertino : celle-ci a finalement coûté 30% plus cher que prévu, et demandé 350 personnes de plus. Et GTAT était tenu d’absorber ces coûts supplémentaires…

En tout et pour tout, les coûts pris en charge par GT Advanced se sont montés à 900 millions de dollars, tandis qu’Apple en a financé moins de la moitié (439 millions, la dernière tranche n’ayant pas été livrée). Bien évidemment, il s’agit ici de la version d’un dirigeant de GTAT; Apple ne compte visiblement pas donner la sienne suite au règlement à l’amiable entre les deux parties.

avatar Bruno de Malaisie | 

Boule de saphir
Boule de flipper
Game over...

avatar Applesoft | 

Si on résume : Apple impose des conditions drastiques pour se protéger et surtout mettre la pression. GTAT les accepte soit :
- par excès de confiance dans leurs capacités
- par jeu de dupe (une fois qu'on aura bien avancé, Apple ne pourra pas nous lâcher, ils seront bloqués et ils nous refinanceront, d'autant que les problèmes de tréso leur sont largement épargnés ...)

Dans les 2 cas, GTAT est fautif selon moi et ça frise soit :
- l'amateurisme
- la corruption du CEO avec son histoire de stock options (mais là ce serait très grave pour lui, c'est 10 ans minimum).

avatar abioninho | 

'Implémenter' le changement? Vous êtes sérieux?

avatar loulou78 | 

Apple voudrait nous faire croire qu'ils vivent dans le monde des bisounours avec leurs KEYNOTE, la réalité des affaires est bien différentes, un vrai monde de requin, je suis écœuré. Ils ont du pouvoir depuis qu'ils ont du fric, ils imposent des conditions drastiques aux fournisseurs, ça me rappelle la grande distribution chez nous...
J'attend le jour où l'image d'Apple sera synchro, avec ce qui se passe en coulisse, je sais c'est pas demain la veille....mais en tant que consommateur, ça me dérange tout ça, les relations commerciales, les petits chinois....faut il boycotter les produits Apple?

avatar SIMOMAX1512 | 

C'est le dirigeant de GT qui a été trop optimiste et a tout accepté.

avatar marsuip | 

C'est clair que GTAT n'aurait jamais du signé ce contrat. Mais savez vous comment cela c'est passé en coulisse a l'époque ?

Comme pour la grande distribution, pour ne pas se faire déférencer, on accepte beaucoup. Voir trop.

C'est malheureusement ce que fait beaucoup de grosse boite puissante.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR