Que le grand débauchage commence

Florian Innocente |
Le Département américain de la Justice (DOJ) a annoncé qu'il avait trouvé un arrangement avec six sociétés, dont Apple, afin de mettre un terme à des accords croisés où chacun s'interdisait d'aller démarcher les salariés de l'autre. Sont impliqués aussi Google, Intel, Adobe, Pixar et Intuit

Concurrents, mais aussi partenaires sur certains projets, l'accord tacite entre ces sociétés impliquait de ne pas faire de démarchage actif des salariés, mais que ceux-ci restaient libres de poser leur candidature spontanée.

Selon le DOJ qui a porté plainte, les hauts responsables de ces entreprises ont participé à l'élaboration et l'application de ces directives. Elles étaient mises en oeuvre sans limites géographique, ni de durée, ni de type de postes, ni de divisions particulières au sein des entreprises.

Cette politique aurait eu comme conséquence de restreindre la capacité des salariés à trouver de meilleurs postes, d'évoluer dans leurs carrières et dans leurs salaires. Un obstacle aussi à une saine concurrence entre ces protagonistes.

Le DOJ s'est ensuite fait plus précis dans la chronologie des faits. En 2006 les responsables d'Apple et de Google se sont mis d'accord pour ne pas solliciter leurs employés respectifs. Chez Apple, Google était sur la liste des entreprises "À ne pas appeler". Même topo chez Google.

Un an plus tôt, en mai 2005, Apple et Adobe avaient déjà mis en place ce système. Apple, chez Adobe, était considéré comme "en dehors des limites", c'est à dire intouchable.

En avril 2007, les dirigeants d'Apple et de Pixar se mettaient d'accord aussi. Ce n'est pas dit dans le communiqué du DOJ, mais on peut penser que la négociation entre Steve Jobs d'Apple et Jobs Steve de Pixar n'a pas été difficile… Les ressources humaines de Pixar furent en tout cas prévenues de ne pas toucher aux gens d'Apple.

En septembre 2007, Google et Intel appliquaient le même protocole. Intel était présent dans une liste de sociétés intouchables par Google. Et Intel d'avertir pareillement ses ressources humaines.

Enfin, en juin 2007, Google et Intuit (éditeur de logiciels de comptabilité) formalisaient également cette pratique.

Le DOJ a proposé à ces entreprises que l'accord signé les engage pour les cinq prochaines années. Elles se verront interdire toute pratique visant à reproduire tout ou partie de cette politique. Et elles devront veiller à ce que ces changements soient appliqués. Aucune amende n'a été décidée.

L'accord signé entre les six et le Département de la Justice américaine va maintenant être soumis au jugement d'un tribunal qui, s'il l'accepte, permettra de clore le dossier.

Les défenseurs de cette politique estiment qu'elle permet aux entreprises d'être moins préoccupées par la perspective de perdre à tout moment quelques-uns de leurs meilleurs talents. Et qu'en échange elles peuvent mieux collaborer autour d'innovations qui profiteront aux consommateurs. De toute évidence le DOJ a considéré l'intérêt du salarié plutôt que celui de son employeur.

En réponse, Google, Intel et Intuit ont nié avoir enfreint la loi. Mais tout trois ont validé l'arrangement. Google a précisé qu'il s'était en effet abstenu de démarcher des personnes chez ses partenaires afin de maintenir de bonnes relations, mais que cette politique avait été abandonnée il y a un an (l'affaire a justement début à cette période). Apple, Adobe et Pixar n'ont pas réagi dans l'immédiat.

Sur le même sujet :
- Débauchages : Apple, Google, Intel… en négociations
- Apple/Google : pas de débauchage
Tags
avatar Switcher | 
Intéressant article qui met en lumière certaines pratiques. Je serais curieux de savoir s'il existe des équivalences en France (probablement oui, mais ça n'est peut-être jamais aussi formel). =-/
avatar Florian Innocente | 
On a un accord similaire avec MacBidouille, M4E, MacBrains et MacPlus.
avatar sekhmet | 
en même temps si tu veux avoir de bonnes relation avec une autre entreprise, le minimum vital c'est de pas lui voler ses meilleurs employés. je comprend pourquoi ils ont signé de tels accords, ça ne me choque pas du tout.
avatar Brewenn | 
"On a un accord similaire avec MacBidouille, M4E, MacBrains et MacPlus" Quel intérêt puisque ce sont les mêmes informations relayées depuis les mêmes sources.
avatar Hasgarn | 
@ innocente : mon rire du matin. Merci ^^
avatar michaelprovence | 
Je comprends pourquoi steve n'a jamais trouvé ailleurs ;)
avatar Bigdidou | 
Sekmet, c'est du second degré ? Oui, forcément...
avatar Yukiko | 
Sekhmet, tu appliquerais le même raisonnement pour les clients ? « en même temps si tu veux avoir de bonnes relation avec une autre entreprise, le minimum vital c'est de pas lui voler ses meilleurs clients. je comprend pourquoi ils ont signé de tels accords, ça ne me choque pas du tout. » En fait, pour avoir de bonnes relations avec une autre entreprise, le mieux c'est de ne pas du tout travailler dans le même secteur d'activité. Reste plus qu'à trouver un secteur sans aucune concurrence... houlala... c'est peut-être plus simple d'avoir de médiocres relations. :)
avatar Vivid | 
@Brewenn faut souffler un peu.... ;-)
avatar didier31 | 
C'est chouette un pays où les sociétés se disputent les salariés, ici on se demandent comment s'en séparer !
avatar iLaurent | 
@didier31+1 C'est moins marrant que Brewenn mais tu as carrément raison !
avatar Dr_cube | 
[quote]on peut penser que la négociation entre Steve Jobs d'Apple et Jobs Steve de Pixar n'a pas été difficile…[/quote] Lol ^^. Perso je ne vois pas comment ils vont régler ce problème.. Ils vont forcer ces entreprises à aller débaucher des employés des autres entreprises ? Ce genre d'obligations me choque tout autant que la discrimination positive qui nous force à embaucher des handicapés ou des femmes pour la simple raison de leur handicap ou de leur sexe. Idem pour ces écoles qui se doivent de recruter des élèves issus des cités pour le simple prétexte qu'ils viennent d'un quartier dit défavorisé. C'est terriblement ridicule d'essayer de gommer des discriminations par une autre forme de discrimination approuvée et imposée par l'Etat. Si Apple n'a pas envie de débaucher chez Google, on va leur imposer de débaucher n employés de chez Google chaque année ?
avatar shahtooh | 
@ Dr_Cube Non, ce n'est pas ridicule. Il y a simplement différentes façons de lutter contre les discriminations. Ce que vous décrivez s'appelle la "discrimination positive". C'est effectivement une forme de discrimination mais qualifiée de positive parce qu'elle vise avant tout à assurer le rattrapage d'une catégorie discriminée sur les catégories dominantes. Elle ne vise donc pas la suppression de la discrimination en tant que telle, sinon en participant au processus de lutte contre les discriminations à long terme, mais cherche à forcer le changement dans une première étape. Parce que les blocages sont souvent tels qu'il faut obliger les catégories dominantes à modifier leurs comportements. Parce que les blocages sont souvent tels qu'ils faut parfois un peu tricher pour permettre aux catégories discriminées de rattraper leur retard. Avec plus ou moins de bonheur selon les lieux et les époques...
avatar Yukiko | 
Dr_cube, le grief, c'est l'entente passée entre ces entreprises. Il ne s'agit pas de contraindre la société X à débaucher chez Y ou Z, mais de s'opposer aux ententes de non-concurrence sur le marché de l'emploi. Rien n'interdit en revanche à ces entreprises d'inclure des clauses de non-concurrence aux contrats de travail passés avec certains de leurs salariés, afin de préserver leurs intérêts légitimes, dans la mesure où ces clauses ne sont pas abusives (durée, étendue géographique, domaine d'activité...).
avatar USB09 | 
@ Brewenn : L'information n'est pas relayé de la meme façon selon les sites et selon les chroniqueurs. C'est comme si tu disais toutes les boulangeries font du pain.
avatar Ed Fillion | 
shahtooh : +1
avatar Florian Innocente | 
[b]@ usb09 "L'information n'est pas relayé de la meme façon selon les sites et selon les chroniqueurs. C'est comme si tu disais toutes les boulangeries font du pain."[/b] La réaction de Brewenn n'avait pas valeur d'information c'est juste pour faire son sale gosse. C'est son hobby à lui.
avatar Brewenn | 
C'est plutôt "dépôt de pain" que boulanger ! Cela revient à avoir tous le même employeur, par régies ou distributeurs interposés.
avatar Switcher | 
@Brewenn Faut arrêter de se prendre pour le centre du monde : ta généralité n'est pas la mienne et tout le monde n'habite pas à côté d'un "dépôt de pain" ahahahah.
avatar mmarvin | 
Je ne vois pas l'intéret d'un tel accord pour un salarié. Il existe aussi les clauses de "non concurrence" qui restreint le droit de certains salariés à partir chez le concurrent pendant une période de généralement deux ans après son départ de le première entreprise.
avatar hartgers | 
@ Brewenn : La source pour le journaliste, c'est comme la farine pour le boulanger. Il faut bien un matériau pour commencer, le traitement fera la différence. MacG, M4E et compagnie ne vont pas faire de l'investigations sur le terrain alors que d'autres personnes mieux placées peuvent le faire. Tout comme le boulanger ne fabrique pas sa farine.
avatar Brewenn | 
@hartgers Pas besoin d'investigation, justes quelques rumeurs et c'est livré pour de l'information, l'important est que le chaland voit les pubs.
avatar Eurylaime | 
En lisant ça, je pense à tous les défenseurs acharnés d'Apple, la société différente qui s'arrange bien en privé avec ses partenaires et offre le spectacle public des méchants du camps d'en face pour alimenter la machine marketing ^^
avatar zoubi2 | 
Je n'ai pas l'impression qu'il y ait ce genre d'accord entre le Modem et l'UMP...
avatar Feroce | 
"Il existe aussi les clauses de "non concurrence" qui restreint le droit de certains salariés à partir chez le concurrent pendant une période de généralement deux ans après son départ de le première entreprise." C'est vrai, mais ces clauses sont toujours assorties d'indemnités en conséquence. Donc le pauvre type qui quitte son entreprise à un poste clé et ne peut aller à la concurrence ne se retrouve pas sans rien. De même, elles ne sont pas valides si c'est l'employeur qui licencie (généralement). Sinon ça serait trop facile : "ah tu fais chier, tiens, dégage, et reste 2 ans dans la merde". En Belgique par exemple, elle ne concerne déjà que ceux qui gagnent une somme déjà pas ridicule, et est assortie de conditions relativement strictes. Voir par exemple http://www.droitbelge.be/fiches_detail.asp?idcat=25&id=208 Chez mon ancien employeur, j'avais une clause de non concurrence tout à fait fantaisiste, de 24 mois :-) Et je ne parle pas du reste... De toute façon, ce genre de clause se négocie au moment de la signature du contrat... A chacun de tirer correctement la couverture à lui, dans la mesure de ses possibilités.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR