Fermer le menu
 

Adobe InDesign : 15 ans, l'âge bête

Mickaël Bazoge | | 10:30 |  71

Il y a 15 ans, pratiquement jour pour jour, un vent nouveau a commencé à souffler dans les studios de PAO. Le seul outil à disposition des maquettistes, QuarkXPress, était certes un bon logiciel, mais son éditeur Quark usait et abusait de son monopole absolu pour imposer toutes sortes de limitations (qui, de cette époque, ne se rappelle pas ces maudits dongles ADB ?). Le pire étant sans doute l'absence presque totale d'innovation. Pourquoi investir dans le développement de nouvelles fonctions quand vous êtes celui qui impose ses vues sur tout un secteur ?

C'est en mars 1999 qu'Adobe commença à faire la démonstration qu'un autre logiciel de PAO était possible. La tornade InDesign n'a cependant été qu'un léger coup de vent : la version 1.0 livrée le 31 août 1999 se montrait en effet largement sous-dimensionnée pour les besoins des utilisateurs pro. Mais c'est dès la mouture suivante, la version 1.5, que les maquettistes ont pu sérieusement envisager de bazarder XPress pour un outil moderne, sérieux, bien moins onéreux et surtout, respectueux de ses utilisateurs.

15 ans plus tard, les choses ont bien changé. Le métier de maquettiste s'est mué en une sorte de chef d'orchestre multimédia, qui doit savoir non seulement mettre en forme un article sur une page blanche, mais aussi créer une animation et mettre à jour un site web. Adobe a suivi cette évolution en livrant des mises à jour successives d'InDesign ayant petit à petit imposé le logiciel dans les studios. Mais le fantôme de l'ancien QuarkXPress a rattrapé Adobe. La mainmise progressive d'Adobe sur le marché s'est accompagnée de réflexes que l'on pensait définitivement disparus.

Branislav Milic est un des meilleurs spécialistes mondiaux d'InDesign. Consultant et formateur dans une dizaine de pays européens et aux États-Unis pour les groupes de presse et des agences, il est parfaitement au fait du logiciel et de ses coulisses. Il y a cinq ans, nous l'avions interrogé pour fêter les dix ans du logiciel, et depuis la situation a évolué… mais pas dans le bon sens. Un vent mauvais s'est levé.

Lors de notre dernière rencontre, vous aviez prédit un avenir radieux pour InDesign devant l'émergence des nouvelles formes de publications électroniques. Aujourd'hui nous nous revoyons et vous semblez inquiet. Pour quelles raisons ?

Depuis plusieurs années, Adobe ne développe plus InDesign en écoutant réellement les utilisateurs. Même si lors de l'une ou l'autre conférence publique nous avons la possibilité de rencontrer les développeurs pour leur soumettre nos impressions et requêtes, généralement c'est le département Marketing d'Adobe — pas vraiment au fait de la réalité du métier de metteur en page — qui décide quelles sont les fonctions qui seront ajoutées et/ou améliorées et qui a le dernier mot, avec tout ce que cela entraîne comme décalage entre l'offre et la demande. À cela se greffe une détérioration progressive de la qualité du logiciel après InDesign CS5.5. Et pour couronner le tout, les équipes de développement ont beaucoup changé ces derniers temps... dans la moins bonne direction.

Prenons les problèmes les uns après les autres. Vous dites que l'équipe de développement d'InDesign est sous la coupe du marketing. Qu'est-ce que cela signifie ?

Adobe regarde d'abord les tendances du marché et, actuellement, l'EPUB et le Digital Publishing sont les nouvelles révolutions en publication. Au lieu de compléter les fonctions inachevées ou buggées de l'InDesign historique pour le « print », le marketing impose des fonctions uniquement pour ces nouvelles tendances sans corriger les fonctions existantes qui sont pourtant aussi utilisées dans ces nouveaux types de publications. Ce n'est pas seulement ma propre conclusion vue de l'extérieur, elle m'a été confirmée de l'intérieur par des développeurs désabusés. Il n'y a plus l'esprit entretenu par des spécialistes et experts du noble art de la « mise en page » comme entre 1980 et 2000. Aujourd'hui le marketing dit qu'il faut des animations dans InDesign, mais quid des notes de bas de page toujours aussi limitées ?

Je rappelle régulièrement cette anecdote révélatrice qui date d'InDesign CS (2003). Un important client d'Adobe aux États-Unis avait dit: « Ajoutez cette série de fonctions et nous vous achèterons 1 000 licences ». Aussitôt dit, aussitôt fait en moins de deux ans. Pendant des années, j'ai demandé autour de moi qui utilisait ces fonctions... quasi personne. Dans InDesign CS6, l'outil Récupérateur de contenu est apparu, il est censé aider à la mise en page de documents de formats différents. C'est l'exemple parfait de la fonction qui n'a été demandée par personne, dans laquelle Adobe met beaucoup de temps et d'énergie, mais qui n'est utilisée par personne comme j'ai pu le constater lors de mes différents sondages.

Catégories: 
Tags : 

Les derniers dossiers

Ailleurs sur le Web


71 Commentaires Signaler un abus dans les commentaires

avatar Heka 26/08/2014 - 16:01

M’étant personnellement promené dans les sous dossiers installés par Adobe sur le systeme (sur mac en particulier) pendant mes heures de chômage technique, je peux vous dire que le logiciel d'adobe est un vaste chantier dégueulasse qui s'installe partout et n'importe comment.

Grand bien prendrait à l'entreprise Adobe d'embaucher une petite équipe ultra-spécialisée et chargée de faire fusionner les éléments qui se recoupent, supprimer les doublons, concentrer les éléments de la suite dans un même dossier plutôt que de les disperser n'importe comment. Elle pourrait aussi améliorer les fonctions existantes de certaines logiciels qui sont extrêmement laborieuses à utiliser.

Je m'attendais à ce que les excellentes innovations proposées par Apple dans le logiciel Pages entrainement de grands changements dans les fonctions existantes de indesign car elle relevaient du bon sens.

avatar YARK 29/08/2014 - 15:40 (edité)

Oui, mais là c'est du rêve, Pages est plus proche de Word que du monde de la PAO.
En tout cas, tel qu'il est actuellement : impossible de s'en servir pour le print : export pdf dégueulasses, fonds perdus inexistants, ou alors faut sacrément bricoler... Bref tout juste bien pour dépanner Mamie.

avatar Madalvée 26/08/2014 - 21:49

Branislav,
Ayant des commandes essentiellement Print de la plus conventionnelle à la plus inattendue, me conseillez-vous de repasser de la version CS6 à la version CS5.5 (que je possède aussi) ? C'est une question de crédibilité professionnelle. Je n'ai pas jusque là éprouvé les limites de la CS6.



avatar branislav_milic 27/08/2014 - 00:45

InDesign CS5.x est moins buggé et plus rapide.
De toute façon si vous travaillez en CS6, vous pouvez toujours exporter le .INDD en .IDML et l'ouvrir en CS5.x en cas de soucis, en perdant évidemment les fonctions spécifiques de la CS6.

avatar branislav_milic 27/08/2014 - 09:34

Si vous avez dans votre entourage un formateur ou un expert des produits Adobe, lié de près ou de loin à Adobe,… l'avez-vous vu relayer cet article?

Si non, cela en dit aussi beaucoup sur le degré de liberté/soumission de ces formateurs/experts vis-à-vis d'Adobe. Je suis une grande gueule, un rebelle, je dis ce que je pense car je ne défends pas les intérêts d'une grosse boîte, mais bien ceux des utilisateurs. Je suis toujours du côté des utilisateurs, même quand InDesign a fait son apparition car quitter QuarkXPress était bon pour les utilisateurs.

Mais expliquer à Adobe
- que ce genre d'interview est bon pour InDesign et Adobe en général,
- que les meilleurs conseils viennent de ceux qui vont vous dire des choses qui font mal, des choses que vous n'aviez pas envie d'entendre au premier abord,
- que vos meilleurs amis sont ceux qui parlent franchement...
est une mission presque impossible car on a affaire à une grosse société américaine pur jus.

avatar Socrate1 27/08/2014 - 19:22 (edité)

Merci pour cette interview vérité où Adobe en prend pour son grade mais le mérite quand même bien. C'est vrai que le DPS, j'ai commencé à y plonger le nez (nous avons des besoins très restreints donc les autres solutions paraissent disproportionnées en fait), mais bon diou, je comprend mieux pourquoi je trouvais cette fonction aussi mal intégrée et, franchement, plutôt mal foutue :-/ . Panneaux fourre-tout alignant tout, rien et son contraire, les maquettes liquide qui sont une bonne idée mais à l'ergonomie assez ésotérique avec leurs poignées qui me font me demander, devant le boulot qui reste quand même à abattre, si ce ne serait pas plus simple de le faire à la main, plutôt que de devoir voir, page après page, ce qu'il aura fait et le corriger en conséquence… Je n'ai pas été particulièrement impressionné j'avoue. Quand à leur nouvelle grille tarifaire… no comment. Comment flinguer sa propre clientèle en une leçon, c'est un cours magistral que vient de nous offrir Adobe…

Heu, tant qu'à l'avoir sous la main, je vais me permettre une petite question à M'sieur Milic ^^ : en repartant sur le print, parlant des bizarreries d'InDesign, j'utilise la CC 2014 et le raccourci Cmd+Espace+glisser de la souris pour zoomer sur la zone délimitée, que je trouve plus pratique que le z, semble avoir disparu. C'est normal et voulu par les dév. parce que je serais la peule personne actuellement sur Terre à m'en servir ou s'agirait-il d'un bug de ma CC ?

avatar branislav_milic 27/08/2014 - 19:28 (edité)

Cmd+Espace+tracer une zone de zoom fonctionne dans InDesign CC2014.
Cmd+Espace+glisser c'est dans Photoshop.

avatar Socrate1 28/08/2014 - 07:26

Bonjour
Bouip, désolé, je m'a suis mal exprimé. Mais par contre ce raccourci ne fonctionne quand même pas ici. Zarb. Merci quand même de ta réponse :-).

avatar Vinc 27/08/2014 - 19:57

Excellent article ! J'ai commencé moi aussi avec 1.0 / 1.5 et je suis totalement d'accord avec tout ce qui est dit par BM. Pour la DPS je ne savais pas mais c'est tellement galère à utiliser que je ne suis pas surpris.

Qui plus est cette évolution catastrophique vaut pour les autres logiciels qui vont tous dans une très mauvaise direction (sans compter les outils web —nouveaux et anciens–, qui eux n'ont vraiment aucun intérêt).

avatar YARK 29/08/2014 - 15:30

Tout en étant un inconditionnel d'InDesign, ça fait combien de temps que je dis qu'il faut s'en tenir à la version 5 (qui a mon avis est amplement suffisante pour une majeure partie des graphistes) ?!!!

Après, si vous voulez un truc/usine à gaz, ça tombe bien, le Cloud, c'est du gaz et moi j'en veux pas, na !

Leur abonnement, c'est un abonnement qui ressemble surtout à du racket.

J'en reviens toujours à Coluche "et dire que si on n'achetait pas, ça se vendrait pas...".
Et bien oui, arrêtez au moins en version 6 et envoyez les chier : notre boulot passe avant leurs belles cravates et belles totos. MERDE ALORS !!!

Et bravo à Branislav pour son objectivité.

avatar branislav_milic 31/10/2014 - 14:59 (edité)

Mise à jour du 31 octobre 2014:
Chris Kitchener, qui était l'InDesign Senior Product Manager, n'est plus à ce poste et il n'est même plus chez Adobe. Comme quoi...

avatar khouya 16/10/2016 - 03:58 (edité)

Bonjour,

Merci pour cet article très enrichissant. Donc selon vous la CS5.5 serait la meilleure version ? Pensez-vous qu'on puisse encore trouver la version CS5.5 Afrique du Nord ?

J'ai installé la CC 2015 Afrique du Nord pour les besoins d'un projet. J'ai pu constater que le bug de l'export de documents longs sous CS6 (!) est résolu sous CC (mais d'autres bizarreries sont apparus comme la page blanche après un rechercher/remplacer...).
Le fait de bénéficier des fonctionnalités de la version MENA rien qu'en paramétrant la langue facilite les choses je trouve.
Maintenant si vous pensez que la CS5.5 est meilleure, je préférerai installer celle-ci.

Merci d'avance !
J'espère que vous trouverez ce message. L'article datant de 2014...

avatar branislav_milic 17/10/2016 - 08:00

La dernière version d'InDesign a fait beaucoup de progrès dans la correction de bugs mais elle reste à certains égards problématiques et ceux listés dans cet article sont toujours présents.
Aussi la CS5.5 semble n'être plus compatible avec Sierra mais je n'ai pas testé à fond.

avatar khouya 17/10/2016 - 12:19

Merci ! Quant à la version Afrique du Nord ? Même verdict ?
Comme c'était produit par Winsoft avant, il y a peut-être des différences ?

Par rapport à l'OS, personnellement je suis resté sous Mavericks. J'ai l'impression que les mises à jour de l'OS servent surtout l'obsolescence... + gourmand en ressources, peu d'améliorations, des logiciels qui ne sont plus compatibles... Est-ce que je me trompe ?

Par rapport au bug, j'ai pu sous CC exporter des documents longs sans pb. Impossible sous CS6.

Merci !

avatar tempest 17/10/2016 - 09:18 (edité)

La relecture a posteriori de cet entretien avec Branislav est éloquent… et affligeant.
Quand on pense l’énergie que des gens comme Branislav (ou moi à ma très modeste échelle) ont mise dans la promotion d’InDesign face à cette boule qu’était devenu XPress (pas tant le soft d’ailleurs que la façon dont Quark traité ces clients). Et à présent une fois installée en haut de la pyramide Adobe se comporte comme Quark 15 ans plus tôt. C’est pourquoi au vu des réalisations déjà disponibles de la société Affintity, je pose beaucoup d’espoir sur leur futur logiciel de PAO Affinity « Publishing ». S’il est du même niveau que Designer et Photo alors Adobe aura du soucis à se faire au moins pour les petites structures, agences et les free-lance… Je préconise d’ailleurs déjà les deux premiers logiciels auprès de mes étudiants dans les structures de formations ou j’interviens.

avatar branislav_milic 17/10/2016 - 10:09

«Affinity Publisher» n'est pas pour bientôt.
J'ai eu une discussion avec les développeurs et je pense qu'ils ont compris mon point de vue: rivaliser avec InDesign sera bien plus difficile (au niveau de la conception du logiciel) que de rivaliser avec Photoshop et Illustrator.

avatar tempest 17/10/2016 - 11:05

Je me doute que c’est une autre paire de manches que les deux autres logiciels… J’espérai le logiciel pour le courant 2017 mais je comprends que ce n’est pas pour demain…
Quoi qu’il en soit si les devs d’Affinity ont Branislav MILIC comme special technical consultant, alors ils auront un produit qui répond aux attentes et pas une bouse farcie d’options que personne n’utilise…

avatar branislav_milic 17/10/2016 - 12:33

Ils ne m'ont pas comme consultant.

avatar apreslapluie 17/10/2016 - 13:04

Dommage ;-)

avatar khouya 18/10/2016 - 03:32

Ce que tu as dit m'intriguait. Je viens de tester un document avec des feuilles de styles qui contiennent du GREP. J'ai testé sur CC 2015, CS6 et CS5.5.

C'est hallucinant la différence ! Sur CC et CS6, on assiste à des lenteurs rien qu'en double cliquant sur un mot (la petite roue multicolor qui tourne plusieurs secondes). Sur CS5.5 par contre rien de tout ça. Pas de ralentissement ! Et qd on sait que sur CS6 on ne peut même pas exporter de documents longs, c'est un comble !

Vraiment cet article est très enrichissant à plus d'un titre. Merci !

avatar khouya 18/10/2016 - 16:59

Est-ce aussi valable pour Photoshop et Illustrator ?
Faut-il s'en tenir à la CS5.5 ? Merci !

Pages