Fermer le menu
 

« Notre challenge est de montrer la nouvelle face de FileMaker »

Stéphane Moussie | | 16:42 |  43

L'année 2013 de FileMaker a été marquée par deux événements importants : l'abandon de Bento et la sortie de la plateforme FileMaker 13. Nous avons interviewé Dominique Goupil, le président de cette entreprise spécialisée dans les logiciels de base de données, filiale d'Apple depuis son lancement en 1998.

Dominique Goupil est le président de FileMaker depuis sa création.

« L'arrêt de Bento a été une décision difficile »

En pleine torpeur estivale, le 30 juillet 2013, FileMaker annonce l'arrêt de Bento, son gestionnaire de base de données grand public disponible sur Mac et iOS. Un logiciel très abordable (40 €) et facile d'utilisation vendu à plus d'un million d'exemplaires depuis sa sortie en 2008.

« Ça a été une décision difficile, affirme Dominique Goupil. Bento était plus axé consommateur, alors que FileMaker est une application professionnelle. On a réalisé que pour bien faire les choses, il fallait plutôt se focaliser sur une seule partie, qui était la partie FileMaker. Maintenant FileMaker est une plateforme, qui comprend le serveur, la technologie iOS et la technologie web. On a décidé de se focaliser sur cette partie et donc d'arrêter la gamme Bento », qui n'avait pas été mis à jour depuis la version 4 sortie en 2011.

D'après AppleInsider, cet arrêt a entraîné le licenciement de 20 personnes qui occupaient des postes de vente ou de support technique. « Pas de commentaire sur les affaires internes », décline poliment le dirigeant.

En retirant Bento, l'éditeur a aussi laissé des utilisateurs en plan, sans autre solution viable que de se tourner vers la concurrence pour trouver un logiciel similaire. « Je reconnais que Bento et FileMaker sont très différents », concède Dominique Goupil. Un utilitaire de migration et de la documentation ont été mis en place pour faciliter la transition vers FileMaker pour les gens qui envisageaient cette option. Mais le prix de FileMaker, même avec le tarif spécial (209 € HT), et sa complexité ont empêché une migration significative. Seulement un petit nombre d'utilisateurs sont passés de Bento à FileMaker, admet le patron qui s'attendait à cette situation.

Bento a ouvert la boîte

L'expérience Bento n'aura toutefois pas été totalement vaine. Développer un logiciel grand public a permis à l'éditeur de se rendre compte d'une nouvelle attente du marché :

Traditionnellement, ce que nous faisions avec FileMaker, c'est que nous mettions à disposition des outils pour que les gens créent leurs solutions et après c'était leur problème. On avait ce que j'appelle "la salade de fruits en colère" en matière d'interface. C'est-à-dire des couleurs dans tous les sens, des trucs de toutes tailles, etc. Or, les consommateurs sont habitués à un certain standard de design, surtout pour les produits Apple. Quand ils viennent au bureau, ils ne veulent plus retrouver des trucs à la papa qui ne marchent pas bien. On a fait beaucoup d'efforts pour guider les gens à pouvoir faire des solutions beaucoup plus attrayantes.

C'est dans cette optique que la nouvelle version de FileMaker a récupéré des idées de Bento (lire notre aperçu de FileMaker Pro 13). « Dans FileMaker Pro 13, il y a beaucoup de thèmes, des styles, des guides, etc. C'est un effort tout à fait coordonné », souligne Dominique Goupil.

La solution de démarrage pour gérer des clients.

Une évolution dans la continuité

S'il est un peu plus accessible grâce à ces solutions de démarrages notamment, FileMaker a toujours un positionnement « exclusivement professionnel ». Et son président d'énumérer ses trois principales utilisations qui « n'ont pas énormément changé au fil des ans » :

  • la première c'est manager des clients, des étudiants, des prospects commerciaux... tout ce qui a à voir avec la gestion de personnes ;
  • la deuxième utilisation c'est souvent autour de la gestion d'actifs, quelque chose de très traditionnel dans ce domaine-là ;
  • la troisième est spécifique à FileMaker, c'est la gestion de procédés. Ça concerne aussi bien le management d'une conférence, de contrôle qualité, que la gestion d'un bureau d'architecte, etc.

Le cœur de métier de FileMaker est donc resté le même depuis ses débuts, mais le logiciel a su évoluer avec son temps, déclare Dominique Goupil qui illustre son propos avec le cas d'iOS.

Pour nous ce qui a changé énormément, c'est iOS. Le problème numéro un que nous avons c'est l'inertie. Les gens font tourner leur business aujourd'hui d'une certaine façon et ça marche à peu près. Ils viennent nous voir en disant "On peut peut-être faire mieux." Avec iOS il y a beaucoup de gens qui se disent "qu'est-ce que je pourrais faire dans le domaine mobile ?" et qui découvre ou redécouvre FileMaker. Ça ça a été une énorme différence pour nous.

Et d'expliquer que le défi aujourd'hui est justement de faire comprendre aux anciens utilisateurs que le FileMaker de 2013 « n'est plus le FileMaker d'il y a cinq ou dix ans » :

Quand on fait une démo dans un Apple Store, on dit aux clients : "oubliez tout ce que vous savez, on va vous montrer quelque chose de différent aujourd'hui, on va vous montrer comment créer une application iOS en moins de dix minutes tout en pointer cliquer." Les gens s'imaginent encore un produit exclusivement Mac/PC, sans penser au mobile ni au web. C'est le challenge qu'on a, c'est montrer la face nouvelle de FileMaker. Qui n'est pas nouvelle du jour au lendemain, mais qui est une évolution graduelle et dont la version 13 est l'aboutissement pour le moment.

Le gestionnaire de base de données s'est ouvert naturellement à iOS, mais il ne faut pas s'attendre à une version Android. L'éditeur écarte catégoriquement une application Android pour plusieurs raisons : la volonté de se concentrer sur une gamme resserrée de produits, la place de plus en plus importante des terminaux iOS dans les entreprises et la simplicité procurée par une solution homogène. « Pour les autres plateformes, il y a le web ».

Un nouveau modèle économique

L'une des grosses nouveautés de la plateforme FileMaker 13 concerne en effet le web. FileMaker WebDirect permet de travailler sur une base FileMaker dans un navigateur web. Sans être encore un client web complet, cette fonction permet enfin de consulter et d’ajouter des données dans une base FileMaker sans FileMaker Pro. Limité pour le moment aux navigateurs de bureau, FileMaker WebDirect sera compatible prochainement avec les navigateurs mobiles.

WebDirect n’est pas totalement indépendant, puisqu’il faut FileMaker Server pour rendre les pages. Un nouveau fonctionnement qui justifie un nouveau modèle économique : une licence de FileMaker Pro vaut toujours 349 € HT (ou 209 € HT pour une mise à jour), mais FileMaker se rapproche du modèle SAAS en proposant une tarification mensuelle. FileMaker Pro peut ainsi être « loué » 9,50 € HT par mois, FileMaker Advanced à 14 € HT par mois et FileMaker Server à 29 € HT par mois dans le cadre d’un contrat annuel de licences en volume réglé annuellement.

« On n'a rien enlevé, les gens ont toujours le système classique, ils peuvent acheter des licences traditionnelles de FileMaker en boîte ou en téléchargement, répond Dominique Goupil quand on l'interroge sur la possibilité de passer exclusivement à un système d'abonnement comme le fait Adobe avec le Creative Cloud. Il n'y a pas de changements prévus pour le moment, puisque ça marche, les gens sont habitués à cela. » Il lâche tout de même que « ce qui changera éventuellement, c'est qu'il n'y aura plus forcément de mise à jour dans les licences. »

Quant à la création d'un « Cloud FileMaker », qui permettrait d'héberger les bases de données sur les serveurs de FileMaker, « on s'est posé la question, mais ce n'est pas quelque chose qu'on offre pour le moment », déclare Dominique Goupil qui n'en dira pas plus sur le sujet. Le culte du secret d'Apple s'applique aussi à sa filiale.

Catégorie : 
Tags : 

Les derniers dossiers

43 Commentaires

avatar sekhmet 05/03/2014 - 16:53

La V13 présente de nouvelles fonctions intéressantes et des petits détails pas mal. Cependant son modèle de vente le rend beaucoup plus cher qu'avant. les premières version de Filemaker Go pour ipad étaient vendu autour de 30$. puis avec la v12 c'était gratuit. Maintenant l'utiliser en mode client serveur coute pas moins de 100$ par utilisateur. ce qui est extrêmement cher. Et De Facto empêche la mise à jour chez mes clients qui utilisent Filemaker surtout sur Ipad...Les fonctionnalité WebDirect sont bonnes, mais c'est du HTML 5 donc à réservé pour les nouveaux navigateurs, les anciennes fonctionnalité web ont encore de beaux jours devant elles pour garder un maximum de comptabilité, même si je reconnais que le WebDirect fonctionne bien (là aussi à 100$ par connexion !)

avatar iapx 05/03/2014 - 21:07

Comment faire confiance à cette compagnie depuis l'arrêt de Bento? Ça me parait difficile, j'ai payé pour ça opour être laissé le bec dans l'eau.

avatar marenostrum 06/03/2014 - 02:11

personne ne peut te garantir un service à vie.

avatar pim 05/03/2014 - 17:03via iGeneration pour iOS

Nota bene : on peut utiliser la version iPad, gratuite, complète, telle que, sans possibilité de modifier les modèles (donc on enlève toute la puissance de FileMaker...) et avec une utilisation purement locale.

avatar sekhmet 05/03/2014 - 18:10

oui effectivement. et ça peut être un excellent moyen pour un développeur de diffuser une application. vu que le runtime est gratuit, il suffit juste d'envoyer le fichier en local et le tour est joué. à noter aussi qu'il existe des solutions pour synchroniser des fichiers locaux avec un serveur. Par exemple pour des cas ou on se promène avec son ipad puis qu'on rentre à l'entreprise plus tard.Il y a beaucoup de possibilités. D'autant que Filemaker GO 13 prend en charge beaucoup de nouvelles choses dans IOS. comme par exemple le nombre de doigt utilisé, le double tap, l'orientation de l'ipad. Beaucoup de détails qui permettent désormais de concocté une application proche d'un logiciel natif. Et c'est très apprécié.

avatar Le docteur 05/03/2014 - 18:45

Bento, "consommateur"? FileMaker, "professionnel". Je remercie ce monsieur pour cette confusion classique entre "professionnel" et "monde l'entreprise".
Eh bien non, Bento était utilisé par des "professionnels". Certes sans le sou et peu intéressants, mais tellement délaissés qu'ils pourraient devenir un créneau pour peu qu'on s'y intéresse en cherchant à comprendre leur mode de fonctionnement réel : les enseignants.

J'utilisais Bento, qui me convenait mieux que FileMaker et j'avais un mode de fonctionnement qui était devenu quasi dépendant du lien iCal-Bento qu'ils ont commencé par torpiller en toute discrétion (j'avais même essayé de faire un retour en arrière pour le récupérer quand j'ai réalisé la connerie que j'avais faite en installant la mise à jour qui flinguait cette fonction).

J'en profites pour rappeler que les besoins des enseignants ne sont pas de zolis cours assistés (on n'est pas des brêles réclamant l'assistance de boîtes privées, merci) ou des applications visant les élèves (oui, le but c'est d'intéresser les élèves, mais encore faut-il pouvoir leur concocter du cours de bonne tenue, pour cela), mais des applications facilitant leur boulot, leur offrant une interface ergonomique pour préparer leurs cours et gérer leur emploi du temps et leurs élèves.
Cette remarque vise les gens qui croient que faire des logiciels dédiés aux enseignants, c'est faire leurs cours à leur place ou leur forcer la main pour du "collaboratif" pédagogo.

Personnellement, j'ai très mal pris cet abandon en deux temps de FileMaker. J'ai vraiment le sentiment d'avoir acheté un logiciel rapidement mis hors circuit alors qu'il correspondait complètement à mes besoins. Je regrette aussi d'avoir conseillé ce logiciel à des camarades enseignants. Bien des fois ils cherchaient du compliqué et chiant et je pouvais leur dire : "regarde Bento : il y a tout ce qu'il te faut facile et ergonomique.

J'ai le plaisir d'apprendre maintenant, que moi et mes petits camarades sommes des "consommateurs", terme dont je refuse d'ailleurs de me faire affubler de quelque manière que ce soit et que je considère en règle général comme insultant.

FileMaker, enfin : c'est hors de prix pour nous qui passons déjà une part importante de notre salaire à payer pour des outils que nous utilisons au boulot et pour le boulot. Et de plus, sans les fonctions de lien à iCal il est moins intéressant que Bento ancienne formule. Les autres fonctions avancées sont inutiles.

Quand Bento sera définitivement "obsolète" et ne communiquera plus avec les versions mobiles, ce sera l'acmé.
Déjà que mon "vieil" iPad ne communique plus avec les nouveaux iWork et que mon iPhone est en passe de mal finir aussi. Déjà que mon catalogueur de bouquins ne peut plus non plus se mettre à jour avec la version mobile. Entre l'obsolescence programmée et l'abandon pur et simple de super logiciels déclarés choses de peu, je me suis fait un portefeuille elbow, là.

avatar alucardex 05/03/2014 - 18:53

troll on :

Moi je suis d'accord avec l'éditeur on parle du monde de l'entreprise... pas des prof' !
Si les prof' se mettent eux aussi à râler quand le terme professionnel est utilisé de travers on est pas sortie de la crise ^^
Tu mettais à jour ta base de recettes de cuisine sur Bento ?
-__-

troll off : ne me jette pas du feu, je plaisante =)

avatar bugman 05/03/2014 - 19:29

Salut Doc,

Bien qu'étant d'accord avec ton coup de gueule, j'aimerais souligné que tu as cette chance de pouvoir disposer de tarifs (préférentiels) éducations, étant prof.
Personnellement, à la recherche d'emploi (et à qui une BDDR est plus qu'ndispensable), je n'ai pas cette chance. ;)

avatar Le docteur 05/03/2014 - 21:23

Oui, c'est encore plus hors de prix pour toi. Mais 200 euros alors qu'il existait un logiciel simple, direct et communiquant avec d'autres applications sans se prendre la tête, ça reste monstrueux aussi dans mon cas.

Quant aux plugin, oui, encore repasser à la caisse.

avatar pim 05/03/2014 - 20:51

@ Le Docteur :

Tu peux « recréer » le lien avec iCal et Carnet d'Adresses dans FileMaker avec des plug-ins d'éditeurs tiers.

Pour ma part je trouve utile justement que les deux soient séparés, mon boulot devant les élèves sur une partie, ma vie « ludique » de « consommateur » d'un autre côté.

Pour l'obsolescence programmée c'est effectivement une catastrophe chez Apple. Même chez Microsoft ils font mieux (par exemple avec XP qui ne tire sa révérence que maintenant, et a été supporté pendant toutes ces années...). On n'a pas le choix, avancer à marche forcée en changeant sans cesse d'iPhone, d'iPad et de Mac, ou alors rester en arrière et voir les fonctions utiles disparaître les unes après les autres... On ne peut pas faire la liste des applications géniales abandonnées en plein champ par Apple : iWeb, Bento, AppleWorks, ...

avatar Florian Innocente macG 05/03/2014 - 23:32via iGeneration pour iOS

@pim :
Changer sans cesse avec Apple, ah bon ?

Je vois au quotidien un iPhone 4 utilisé avec iOS 7 pour du Mail, du web, de la photo et du WhatsApp (pas super vite mais ça marche), un iPhone 3GS bon pied bon œil qui en est à sa troisième propriétaire et un MacBook Pro 13 de 2009 qui tourne mieux qu'avant depuis qu'il a reçu un SSD.

avatar cv21 05/03/2014 - 19:57

Mon commentaire n'apporte rien ...mais..MS Access de Microsoft, sur PC uniquement, c'est de la balle ! (ou presque)

Plus sérieusement, à part Libre Office et sa base de donnée qui s'en rapproche un peu, le choix de ce type de logiciel me parait franchement limité quelque soit la plateforme. Cela me surprend. Il ne reste plus qu'à continuer sur une usine à gaz Mysql php, c'est "facile" lorsque l'on comprend un peu; ou des feuilles de calcul type excel, cela reste lourd.

4D et Filemaker, je vois mal leur intérêt par rapport à une base de donnée mysql ou sqlserver...et de la programmation autour...

avatar sekhmet 05/03/2014 - 22:57

l'intérêt c'est que tu fais une base filemaker, et tu la déploie tout de suite sur mac, sur pc, sur ipad sur le web. que tu peux faire des choses très complexe avec une très grande rapidité de développement... mais vraiment grande, c'est surprenant...
Moi j'utilise beaucoup Filemaker pour piloter du MySQL d'ailleurs. MySQL devenant juste un contenant web de donnée, toute la partie calcul, saisie, backup etc... étant déportée en Filemaker, c'est vraiment souple, et rapide à maintenir...

avatar MacMarc 05/03/2014 - 23:34

Tout le monde ne connaît pas le langage PHP...
Ça va beaucoup plus vite de faire une BDD FileMaker que de programmer en php-Mysqli.
Du moins pour moi qui doit seulement me familiariser avec ce langage avant de commencer à faire apparaître le contenu de la moindre rubrique de base de donnée...

avatar Tatie_Danielle 05/03/2014 - 20:41

Bon Mr Goupil, c'est très bien tout ça, mais va falloir s'attaquer sérieusement aux performances qui ne font que décroître de versions en versions !

avatar USB09 05/03/2014 - 20:53via iGeneration pour iPad

@Le docteur

Pour les enseignant, vous trouverez iStudiez Pro si je ne me trompe pas. Application très complète : gestion de temps, cours, élèves , notes, absences et remarques au menu.

avatar Le docteur 05/03/2014 - 21:26

C'est en anglais, ça ne fait pas super sérieux a priori et c'est apparemment orienté sur des usages qui ne sont pas les miens.

Je faisais mon cahier de texte en renseignant les événements du calendrier et je pouvais le visualiser et le tirer dans Bento. Sinon, j'avais juste besoin de fiches élèves.

avatar pim 05/03/2014 - 20:57

Je me permet de signaler que des séminaires de découverte de FileMaker sont organisés par Apple :

http://info.filemaker.com/se_fr_FileMaker_seminar_1avril.html

Difficile de manquer l'info ceci dit, c'est la première chose qui s'affiche quand on ouvre le site de FileMaker. Tout ça pour dire en bref que la formation en question est très très bien, le formateur (Sébastien Raybaud) est très bon.

avatar i-han 05/03/2014 - 21:44via iGeneration pour iPad

il est un fait que MS avec access reste le SGBD le plus abordable pour traiter quasiment tout facilement .
alors garder votre vieux pc sous xp et office.
le meilleur outil pour tout faire en bureautique, imbattable !

avatar sekhmet 05/03/2014 - 23:00

Uniquement sur Windows... de plus il faut vite passer en VB pour aller chercher des fonctions plus complexe, là ou en Filemaker c'est pré-programmé.. Filemaker est également beaucoup plus facile d'approche que Access. Access possède quelques fonctions sympathique et plus avancées... Mais j'ai vite arrêté à cause de la limitation sur la plateforme windows...

avatar MacMarc 05/03/2014 - 23:09

Quitte à dépenser 135€... Autant faire un effort supplémentaire et prendre FileMaker Pro (ce qui était un peu plus évident pendant leur offre dans le cadre de la migration à partir de Bento malheureusement), plus ouvert et plus intuitif.

Au moins, on peut créer des applis utilisables gratuitement sur iOS et si par la suite, on veut en créer aussi qui soient autonomes pour Mad et PC, on sait que ce sera possible en évoluant vers la version Advanced (moyennant, c'est vrai, un autre passage à la caisse :-/

avatar Filou53 05/03/2014 - 23:08

Juste pour info,
et je n'ai pas encore testé,
Tap Forms serait une bonne alternative à Bento
http://www.tapforms.com

avatar Filou53 05/03/2014 - 23:09

Juste pour info,
et je n'ai pas encore testé,
Tap Forms serait une bonne alternative à Bento
http://www.tapforms.com
à un prix abordable.

avatar JPaul 75 06/03/2014 - 04:42

@ pim
Je trouve un peu raide de la part de FileMaker de faire payer des "séminaires" qui ne sont que des présentations publicitaires de leur logiciel.

Bento était un logiciel tellement bridé que c'en était frustrant.
Je ne vais donc pas pleurer sur sa disparition.
Par contre, il assurait automatiquement la synchro avec le carnet d'adresses de Mac OS X.
Peut-être que cette version 13 de FIleMaker aurait pu nous proposer quelque chose de similaire…
Pendant longtemps, FMP semblait axer son développement sur le monde PC, ce qui est tout de même un comble pour une filiale d'Apple. De ce côté, ils ont levé le pied.
Trop timides pour aller plus loin dans l'intégration ?
Et ils n'ont même pas été capables d'accompagner la sortie de cette nouvelle version avec celle de leur outil de formation (FileMaker Training Series). AU point de proposer à leurs clients de se former à FMP 13 en utilisant un outil propre à la version précédente. Ça fait quand même pas mal de temps que cette mise à jour est sortie et je trouve cela proprement honteux de la part d'un éditeur qui se veut professionnel. D'autant que l'interface a beaucoup changé avec cette version.
FileMaker est un très bon outil qui mérite un peu mieux que cette désinvolture.
Ses clients aussi.
Petite rectification : FileMaker appartenait précédemment à Claris, autre filiale d'Apple depuis 1988 et sa première version date de 1985.

avatar poco 06/03/2014 - 07:34

FileMaker est LE meilleur logiciel de sa catégorie (programmer des applications verticales pour l'entreprise). C'est très abordables en terme de technicité et surtout très très stable et fiable.

Le prix est un peu élevé mais pour une entreprise c'est dérisoire par rapport aux services qu'il rend et en comparaison aux solutions type SAP/BAAN etc… qui sont inabordables pour une PME.

Maintenant j'attire aussi votre attention sur Xojo ex Real-Basic qui peut certainement moyennant un prix et un investissement abordables en formation rendre les mêmes services que Bento.

Pages