Notre lettre ouverte à Tim Cook

La redaction |

Le chemin parcouru par Apple est fascinant. Autrefois presque anonyme, elle est désormais présente dans les médias jour et nuit et est devenue un sujet de conversation incontournable. Qui aurait cru il y a dix ans qu’elle s’inviterait non seulement dans le débat présidentiel américain (passe encore) mais aussi dans celui de la présidentielle française !



Apple fait vendre du papier et doit en faire vendre à n’importe quel prix. Les histoires du « come-back » et les analyses sur sa domination laissent ainsi place à la mode du « Apple bashing » — plus c’est gros, plus ça passe ! Edmund Conway en a encore récemment donné un bon exemple : ce journaliste américain a annoncé « quitter Apple », lui reprochant notamment de ne plus « être cool » ou d’avoir eu l’idée de présenter un nouveau connecteur.



Se proclamer fan de nouvelles technologies et être contre l’évolution, pose un problème. Quitte à se payer la pomme, autant le faire de manière argumentée et cohérente. Apple, ses produits et ses services sont en effet loin d’être parfaits, et la société, comme toutes les autres, perd parfois des clients, qui partent sans doute pour de bonnes raisons. Comme ceux qui choisissent Apple ont de tout aussi bonnes raisons.





On peut donc critiquer Apple sans pourtant tomber dans la caricature ou le grand n’importe quoi. Alors, si on avait à faire part de nos griefs à Tim Cook, voici ce qu’on lui dirait. Et non, cette liste n’est pas exhaustive.



Le culte de la minceur



De tout temps, Apple a été obsédé par la finesse : au fil du temps, l’iMac ou l’iPod, pour ne citer qu’eux, n’ont cessé de s’affiner. Mais cette obsession est aujourd’hui pathologique et contre-productive.



Super, l’iPhone 5 est 20 % plus fin que son prédécesseur. Mais on troquerait volontiers 2 ou 3 mm d’épaisseur contre une plus grosse batterie et donc une meilleure autonomie. Avoir un ordinateur dans la poche, c’est bien, pouvoir réellement s’en servir comme un ordinateur de poche et donc sans craindre la panne sèche, ce serait mieux.





Cette volonté maladive de tout réduire complique parfois l’utilisation des appareils. Sans même parler de la multiplication des adaptateurs pour les Mac, on se dit que l’iPod original avec sa grosse molette était bien plus simple à utiliser que ne l’est aujourd’hui l’iPod nano 7G avec son petit écran tactile et ses boutons taille pygmée.



Les bridages mesquins



Apple est de plus en plus mesquine. Il y a quelques années, elle mettait des encoches dans ses rallonges USB pour qu’on ne puisse pas les utiliser avec autre chose qu’un clavier Apple. Aujourd’hui, elle réserve la plupart des options de configurations aux modèles les plus chers, sans aucune raison technique.



On pourrait continuer la liste pendant longtemps, très longtemps, mais l’on s’arrêtera à un point qui nous agace particulièrement : pourquoi diable Apple réserve-t-elle le TRIM à ses propres SSD ? De nombreux utilitaires permettent de l’activer en un clic sur des SSD tiers, sans aucun problème pour le moment — à part la désactivation de cette fonction à chaque mise à jour du système.



Tous ces petits points de friction sont des détails pris un par un, mais sont passablement suants lorsqu’on les additionne. Apple ne perdrait rien à les résoudre, bien au contraire…



La politique tarifaire osée



Apple doit sans doute être la seule société ayant le culot (ou l’arrogance) de vendre un ordinateur de bureau à 1 349 € avec un simple disque dur 5 400 TPM. Il est monté dans un imposant silent-block, nul doute qu’un disque dur 7 200 TPM n’aurait pas été beaucoup plus bruyant (toujours moins de toute manière que les disques 3,5" de la précédente génération). Quitte à faire ce choix, elle aurait au moins pu proposer l’option Fusion Drive sur tous les modèles, voire la proposer de série au moins sur le haut de gamme.






Image iFixit




Dans le même genre, continuer à facturer 100 € le doublement du stockage sur les appareils iOS est tout simplement stupide. Même si le prix de la NAND pouvait justifier cette pratique — ce n’est pas le cas — on a du mal à comprendre comment 32 Go de flash (lorsque l’on passe de 32 à 64 Go) peuvent valoir autant que 16 Go (lorsque l’on passe de 16 à 32 Go). Enfin si, on comprend, il y a la sacro-sainte marge…



Autre point sur lequel Apple est facilement critiquable, sa politique de change particulièrement asymétrique : elle est (très) souvent plus prompte à augmenter les prix qu’à les baisser… Sa grille de correspondance des prix est ainsi perpétuellement décalée : un iMac est vendu aujourd’hui en France environ 144 € de plus qu'en Californie… C’est malheureusement la quasi-totalité de l’industrie informatique qui se fait les poches des consommateurs européens, Apple ne se distinguant pas.



La politique (ou l’absence de politique) de validation de l’App Store



Les plateformes centralisées de téléchargement d’Apple ont changé la vie de millions d’utilisateurs et sont indéniablement pratiques. Un nouvel appareil iOS ? Un mot de passe plus tard, vos apps se téléchargent. Un nouveau Mac ? Quelques clics et vous retrouvez votre environnement de travail.



Les choses sont moins roses de l’autre côté du miroir. Apple fixe ses règles, elle en a parfaitement le droit. Mais ces règles sont parfois mouvantes, ne sont pas toujours très claires et appliquées de manière très cohérente. Pour le développeur, la validation est donc parfois une loterie : quand les choses se passent mal, elles peuvent très mal se passer.





AppShopper est un bon exemple récent : sans doute utilisée par plusieurs millions de personnes, cette application a été retirée de l’App Store du jour au lendemain. Apple a décidé un beau matin de changer les règles du jeu, comme d’habitude sans prévenir les éditeurs (lire : App Store : Apple ajoute discrètement une règle). Une économie s’est certes construite grâce à Apple, mais les appareils iOS se vendent aussi grâce à leur écosystème logiciel. Le nécessaire équilibre dans cette relation commerciale n’est pas toujours là.



Apple change souvent ses règles, mais en plus, elle ne les respecte pas toujours elle-même. Dans iGeneration pour iPad par exemple, nous avons implémenté les achats in-app dans les règles de l’art, en suivant à la lettre les recommandations édictées à la WWDC. Ce qui est valable pour les ingénieurs d’Apple et pour les milliers de développeurs qui ont payé pour les écouter ne l’est visiblement pas pour les équipes de validation. Pas la peine de s’expliquer, on se heurte à un mur : il nous a donc fallu revoir notre approche, et tant pis si elle est bien moins sensée et agréable pour l’utilisateur. Apple n’est pas connue pour son obsession de l’expérience utilisateur, si ?



Dernier point qui met (à juste titre) les nerfs des éditeurs à vif : les délais de validation. Un délai d’une semaine est raisonnable, même si on aimerait dans l’absolu que les choses soient encore plus rapides. De même, on comprend qu’en période chargée, les délais s’allongent un peu. Mais que l’on doive attendre quasiment un mois pour qu’une simple correction de bogues ne nécessitant rien d’autre qu’une validation technique (et donc automatisée) soit publiée est tout simplement inadmissible.



D’autant, on le rappelle, que les éditeurs payent pour les services d’Apple : à elle de respecter sa part du contrat donc. Peut-être en commençant par accélérer le délai de paiement des 70 % dus aux éditeurs, par exemple.



Les bogues perpétuels et les mises à jour



L’erreur est humaine et les logiciels ont donc des bogues. Mais pourquoi, pourquoi, des bogues qui ont été résolus reviennent ? À chaque mise à jour majeure d’OS X, les bogues affectant le Wi-Fi reviennent, et il faut toujours trois à six mois pour retrouver une connexion fiable. À chaque mise à jour majeure d’iOS, les problèmes d’autonomie reviennent, et il faut toujours un ou deux correctifs pour pouvoir à nouveau passer la journée.





Certains bogues connus ont subsisté pendant des années — un en particulier, qui touchait QuickTime, était devenu une blague parmi les développeurs tant la situation était ubuesque. OS X et iOS ne cessent de s'améliorer, mais de petits points de frictions ne sont jamais résolus voire empirent — allez expliquer pourquoi la plupart des fenêtres d’iTunes 11 sont toujours modales ou pourquoi après avoir nettoyé l’interface d’OS X, Apple s’est sentie obligée de créer deux nouveaux designs de menus contextuels (iPhoto et iTunes) !



Sur un sujet similaire, la politique de mises à jour d’Apple pourrait s’améliorer, notamment en matière de sécurité. La firme de Cupertino a augmenté d’un an le cycle de vie d’iOS, un bon point qui permettra à certains de garder un peu plus longtemps leur appareil. Mais elle réserve souvent ses mises à jour de sécurité aux deux dernières versions d’OS X et toujours à la dernière version d’iOS. Elle laisse ainsi dans le noir des millions d’utilisateurs qui ne peuvent pas passer à une version plus récente du système et sont victimes de failles laissées béantes. Sans aller jusqu’à adopter le modèle de Microsoft, Apple pourrait sans doute mieux protéger l’ensemble de ses utilisateurs, et pas seulement les plus récents ou les plus fortunés.


Tags
avatar Akerloof (non vérifié) | 
@Booyaa Ils sont sûrement arrivé au même conclusions que nous mais ils sont tenu par les actionnaires. Les ventes progressent donc objectivement ils n'ont aucune raison de revoir la politique à court terme . Mais à long terme , je suis certains que des mutations doivent être en cours .
avatar Miniwilly | 
Tomber de Charybde en Scylla : Charybde et Scylla auraient été deux dangers du détroit de Messine, entre l'Italie et la Sicile, le premier étant un tourbillon, le second un écueil. Les marins qui cherchaient à éviter le premier allaient périr en s'écrasant sur le second.
avatar nemrod22 | 
Bel article
avatar philiipe | 
Quel pamphlet remarquable ! Comme le rappel un proverbe tchadien : "seul un vrai ami te dira que tu as mauvaise haleine"
avatar loiclt | 
Un article qui a de la geule !!
avatar jeanlucinfo2 | 
Et encore?
avatar philiipe | 
@akerloof : 'Ils sont sûrement arrivé au même conclusions que nous mais ils sont tenu par les actionnaires.' Je partage ton avis. Et le problème avec les actionnaires, c'est de faire toujours plus. Or, combien de levier restent-ils à Apple. Les premiers qui me viennent à l'esprit : - accélérer l'obsolescence pour accélérer le renouvellement. - augmenter les prix. - jouer l'effet halo en équipant les clients de iDevise avec d'autres produits. - élargir sa présence géographique. - sortir un nouveau produit pour augmenter le chiffre d'affaires qui se tasse: une TV Apple. Apple est à son apogée. Personnellement je pense qu'ils seront en difficultés dans 5 ans s'il ne se réinvente pas.
avatar pmloikju (non vérifié) | 
Très bon résumé ! Une année très mouvementé pour Apple. Je retiendrais surtout la hausse des app 0,79--->0,89€ Et ces fameux disque à 5400 rpm... Quoique l'iPhone 5 64Go à 999€... Oh et l'adaptateur 30 broches vers lighting à 29€ ! Il y en a beaucoup d'autre !
avatar jeanlucinfo2 | 
"La firme de Cupertino a augmenté d’un an le cycle de vie d’iOS, un bon point qui permettra à certains de garder un peu plus longtemps leur appareil" comme s'ils étaient obligés de mettre à jour. franchement.
avatar Yuku | 
@philiipe : 'proverbe tchadien : "seul un vrai ami te dira que tu as mauvaise haleine"' Tres juste par rapport a l'article: qui aime bien chatie bien. Paske y'en aurait d'autres des doleances AMHA (bluray, gamme pro, etc.)... Ce qui n'enleve rien aux qualites par ailleurs, car evidemment il y en a, et plutot plus que de defauts heureusement pour nous...
avatar Zefram | 
Très bien votre lettre, il y en aurait encore à rajouter. Je signe où ?
avatar Booyaa | 
Perso une seule chose que je retien cette annee le double ipad avec intervalle de 6 mois LES BATARD si je peux dire!!
avatar Iggdrasyl | 
Très bon article et je me retrouve parfaitement dans cette lettre adressée à Tim Cook
avatar ThurstonMoore | 
"Autre point sur lequel Apple est facilement critiquable, sa politique de change particulièrement asymétrique : elle est (très) souvent plus prompte à augmenter les prix qu’à les baisser… Sa grille de correspondance des prix est ainsi perpétuellement décalée : un iMac vendu aujourd’hui 1 349 € TTC en France est affiché à 1 060 € TTC en Californie… C’est malheureusement la quasi-totalité de l’industrie informatique qui se fait les poches des consommateurs européens, Apple ne se distinguant pas." :d) Hum là amah c'est plutôt une question d'administration et de fiscalité qu'autre chose. Il ne faut pas oublier qu'on est en France.
avatar conkouati | 
il ne reste qu´à la traduire et l'envoyer à tim cook.
avatar melaure | 
Très bon article, des choses que beaucoup de clients pensent. Mais aussi non exhaustif. Que dire du non support du Blu-Ray qui est pourtant devenu LE standard des films commercialisés, tout ça pour forcer l'utilisateur sur l'iThunes Store ... Idem d'ailleurs pour ceux qui montent en HD et qui auraient aimé pourvoir faire de l'authoring avec un iBR, successeur de iDVD ...
avatar johnlocke2342 | 
Bel article, avec lequel je suis en tous points d'accord, en particulier avec le cas de l'iMac, ses disques durs à 5400 rpm et son prix démesuré. Certes, c'est une belle machine, mais mon Hackintosh fait tout aussi bien voire mieux (perfs d'un iMac 2010 avec graveur Blu-ray en plus) pour beaucoup moins cher: à performances égales, il m'a coûté le tiers du prix d'un iMac de configuration voisine. Certes, c'est une tour moche mais ce n'est pas le plus important. Et, en bon geek, j'aime mettre les mains dans le cambouis.
avatar VanZoo | 
Je pense la même chose qu'exprime cette lettre ! Y a trop d'applications trompeuses et voleuses ! À quand un Apple de nouveau cohérent et innovant !
avatar Francis Kuntz | 
"Pas la peine de s’expliquer, on se heurte à un mur : il nous a donc fallu revoir notre approche, et tant pis si elle est bien moins sensée et agréable pour l’utilisateur. Apple n’est pas connue pour son obsession de l’expérience utilisateur, si ?" Faux. J'ai eu des applications invalidés par un reviewer. Une escalade bien argumentée et le lendemain l'application était validée sans même être retouchée...
avatar PhilBoost | 
Très bon article, et chaque point d'analyse est très pertinent. De la critique très constructive, pour résumer. Et pour répéter ce que certains intervenants ont dit avant moi : ça vaudrait le coup de traduire en anglais cet article et de l'envoyer à Tim Cook, afin qu'il puisse le répercuter à ses équipes, dans l'espoir de voir s'améliorer les points que vous soulevez. Un grand merci à la rédac' de MacG pour la qualité et le bien fondé de ses publications. Bravo !
avatar Francis Kuntz | 
Ce qui est quand même amusant dans cette histoire, c'est qu'on a toujours reproché à SJ de son vivant tous ces problèmes. Maintenant qu'il est mort, on voit que les problèmes notamment tarifaires s'intensifie.. Et si le conn*** était TC depuis le début ?.... Bref, j'attends de voir la direction d'Apple ces 2 prochaines années histoire de voir où TC mène Apple. Dans les choses qui ont changé en positif, Macge aurait pu parler des excuses publiques et de la demande d'assumer ses responsabilités demandé par TC aux dirigeants. Chose improbable du temps de SJ.
avatar Foxyflying | 
Très bon article... On se sent compris.
avatar bugman | 
Merci pour l'article, on se dit que l'on est peut être pas si hystérique que l'on veut bien parfois nous le faire croire. Tout n'est pas tout noir chez Apple (loin de là), mais tout n'est pas tout rose non plus. J'espère qu'Apple lira et fera passer l'article dans ses hautes sphères.
avatar Scs38 | 
Bel article et plus spécialement pour le côté des marges folles :D
avatar FollowThisCar | 
Très bon argumentaire. Maintenant, je pense qu'il faut aller plus loin dans la critique constructive et sonner l'alarme. Apple, depuis la mort de Steve, a désormais changé de stratégie. Il ne s'agit plus de créer des produits répondant aux besoins des clients et de leur proposer un rapport qualité-prix ingénieux. On avait une approche marketing d'excellence, qui, en plaçant le client au centre du système, a fini par porter ses fruits et débouché sur une machine à générer des milliards de bénéfices. Maintenant, c'est l'inverse. L'objectif n'est plus la satisfaction du consommateur, mais la rentabilité maximum à tout prix, voire au détriment du client. On n'invente plus pour le plaisir du client, mais on invente des stratagèmes inouïs pour justifier des hausses de prix, afin d'améliorer toujours plus des marges déjà extravagantes. Peu importe que le client ait besoin des innovations, on le lui impose, et on en profite pour augmenter les prix. Ainsi, la finesse de l'iMac et l'impossibilité de modifier la mémoire dans les premiers modèles en sont la preuve. Bientôt, les prochains MacBook seront tous à écran Rétina et deviendront de fait inabordables pour le commun des mortels. Il y a donc inversion des priorités stratégiques. Une évolution vers la distribution croissante de dividendes, la poursuite du bonheur des actionnaires et non celui des clients. C'est une erreur majeure et potentiellement tragique.
avatar Domsou | 
1/ Apple n'est pas aux mains des actionnaires, 2/ Plutôt que de râler sur les marges d'Apple, il convient à mon sens de se poser la question suivante : « Si les marges sont si importantes et injustifiées , comment se fait-il qu'aucun concurrent ne soit encore parvenu à proposer des produits de qualité similaire avec une marge plus faible histoire de rafler la mise ? »
avatar daito | 
En quoi le texte présenté ici est une "lettre ouverte à Tim Cook". Je ne comprends pas. Ensuite, autant on peut être critique sur ce que certains appellent les mesquineries" d'Apple autant les critiques sur la finesse ou les bugs logiciels prêtent à sourire. C'est plus un avis perso qu'une critique générale que l'on pourrait faire à Apple (notamment pour l'histoire de la finesse). Perso oui je suis très satisfait de la finesse supplémentaire gagnée avec l'iPhone 5 (la prise en main est vraiment différente en comparaison avec un téléphone plus épais) surtout que l'autonomie est inchangée est largement acceptable (vous l'avez écrit dans votre test de l'iPhone 5). Dire que le gain en finesse est contre-productif avec l'iPhone 5 c'est juste ridicule tant justement le gain en finesse dans cet appareil a apporté un plus en ne sacrifiant rien dans l'autonomie. Donc il y a là un sérieux problème de réflexion. Sans parler de l'argument type mauvaise foi ("l’iPod original avec sa grosse molette était bien plus simple à utiliser que ne l’est aujourd’hui l’iPod nano 7G avec son petit écran tactile et ses boutons taille pygmée")....je ne vois pas la difficulté à appuyer sur des boutons latéraux même petits....le petit d'écran n'est pas lié à la finesse de l'iPod....quel est l'argument qui tient la route pour dire que les anciens iPod sont plus simples à utiliser (qui d'ailleurs ont aussi maigri avec les années). La recherche de la finesse ou de la petitesse est un principe fondamental de l'industrie que l'on retrouve dans d'autres produits et qui a fait le succès d'Apple. Surtout enlever ce point de votre pseudo lettre ouverte sinon Tim va se t......avec. Concernant les bugs, je suis désolé, ces bugs, notamment celui du Wifi, sont aléatoires et ne touchent pas tout le monde. Je n'ai pas eu de problème de Wifi avec ML. Souvent ils sont d'ailleurs liés au réseau WIFI des utilisateurs. Là aussi, il manque un peu de finesse et de réalisme dans votre critique.
avatar F_P | 
+10 J'ai pendant des années, en toute connaissance de cause, accepté de payer beaucoup plus cher pour des Macs, car il y allait de la survie de la petite société. L'arrivée d'iTunes et des iBidules a totalement changé les comptes. La philosophie de la marque aussi : il n'est pas innocent que les nouveaux Macs n'aient plus d'entrée son, ni de sortie sur graveur : ce sont ne devenus que des MOYENS DE CONSOMMER ce qui est vendu dans LA boutique à 30% de marge. Je garderai bien et renouvellerai UN Mac, mais désormais, c'est sur Ubuntu que j'ai orienté l'avenir du parc familial (mais avec une certaine tristesse) . TIM, change la trajectoire avant qu'il ne soit trop tard... pour la Pomme. (mais probablement, comme aurait pu dire Isaac N, la pomme gardera toujours la même trajectoire)
avatar daito | 
"Mais elle réserve souvent ses mises à jour de sécurité aux deux dernières versions d’OS X et toujours à la dernière version d’iOS. Elle laisse ainsi dans le noir des millions d’utilisateurs qui ne peuvent pas passer à une version plus récente du système" Concernant OS X, j'imagine qu'Apple se base sur le parc installé d'une version donnée et j'imagine que ce parc est mieux connu d'Apple que de MacG. Par ailleurs, les problèmes de sécurité ne sont pas vraiment critiques sur Mac. J'ai encore un PM G5 sous Leopard connecté sur le net et j'avoue avoir aucun problème de sécurité.
avatar Katsini | 
Votre article est parfait. Manque simplement la signature de milliers d'Apple users...
avatar alan63 | 
Les résultats financiers de la pomme vont peut être détruire toute cette analyse Les chiffres quand ils sont bond importent plus que les doléances clients. N'empêche rien ne nous oblige a acheter Mécontent de l'iPhone 5 j'ai switché vers Nokia Mécontent de Lion et de Mountain Lion je suis revenu vers SL Je n'utilise ni iTunes ni iPhoto ni QuickTime Je n'achèterai pas un produit Apple neuf beaucoup trop cher Et si demain je suis mécontent des performances de mes Mac , j'irai voir ailleurs . Il y a une vie avec et sans Apple Et sûrement quantité de choses plus importante dans cette vie que la couleur d'un banal iPad par exemple ou d'un Galaxy Note , d'un écran retina ou autre Magic Mouse
avatar Orus | 
Excellent article. Et si Apple continue de faire la sourde oreille, il va surement en payer les conséquences très bientôt. (Trop amusant de lire les réactions et les arguments délirants des fans (actionnaires ?), qui ne sont évidement pas d'accord.)
avatar daito | 
" Manque simplement la signature de milliers d'Apple users..." À mon avis il sera compliqué de les avoir et par ailleurs c'est une lettre ouverte (enfin je ne comprends toujours pas pourquoi) pas une pétition. Une remarque : À l'époque de Steve Jobs on avait déjà le culte de la minceur, les bridages mesquins, les politiques tarifaires osés, les faux problème de l'AppStore. Donc une question me taraude. Pourquoi cette fausse lettre ouverte arrive maintenant ? Pourquoi à Tim Cook ?
avatar Madalvée | 
C'est sans doute un peu pur tout ça que je n'ai pas rallumé mon Mini 2011 depuis que mon Pwerbook est réparé… La belle époque de l'apogée de l'art avant que tout ne se gâte… Même professionnellement je ne sais pas si c'est suitcase ou mountain Lion mais mes logiciels PAO sont impraticables à haute dose, pour mes charrettes je me rabats sur mon parc Power PC.
avatar daito | 
"Et si Apple continue de faire la sourde oreille, il va surement en payer les conséquences très bientôt. " Non puisque ce qui est critiqué dans cette fausse lettre ouverte c'est Apple depuis ses débuts ou du moins de puis des années, je dirais même que c'est l'ADN d'Apple et pourtant Apple est toujours dans la route du succès. C'est ce qui fait que je comprend pas vraiment les motivations de cette fausse lettre ouverte.
avatar ericaqc | 
Ma lettre ouverte à la rédaction de MacGeneration, C'est une drôle de coïncidence cette "lettre ouverte à Tim Cooke", car j'attendais depuis quelques jours le "bon" article pour écrire ce mot que je souhaite court. Vous êtes des passionnés, très bons et très travaillants (vous nous donnez des mises à jour de l'actualité souvent à des heures très tardives!). Pourtant, depuis quelque temps, je me demande comment vous faites pour vous lever le matin pour couvrir l'actualité d'une compagnie que vous semblez détester de plus en plus. Et pour avoir réalisé il y a quelques temps que je devenais de mauvaise humeur vis à vis Apple sans raison apparente, je ne peux que noter que votre détestation est contagieuse. Non pas qu'il n'y a pas de raisons de critiquer (Apple m'a déjà bien fait ch...), mais encore faut-il que l'on sente en parallèle la passion qui vous anime pour couvrir cette compagnie. Je crois que le temps est peut-être venu pour vous de vous poser les bonnes questions quant au travail que vous faites. J'ai appris à apprécier à travailler sur ordinateur grâce au Mac. Quand j'entends le bruit que fait le PC de ma conjointe juste en étant allumé (et il n'est pas très vieux) ou que j'ai à faire un peu de travail sur son ordinateur (Windows 7), les quelques doléances personnelles que je peux avoir face au Mac s'effacent vite. Je ne suis à l'évidence pas près de "switcher"! Je devrais acheter très prochainement un iMac 21'5" Fusion Drive. Cela devrait approcher les 2 000$. Il remplacera mon vaillant MacBook blanc de mai 2006 qui m'avait coûté un peu plus de 1 500$ et qui lui même remplaçait un iBook de 2001 qui m'avait coûté près de 3 000$ si ma mémoire est bonne. Alors non, je ne me sens pas "escroqué" comme il semble que je devrais me sentir à vous lire. Je pense même faire un bon investissement pour plusieurs années (et oui, je crois pouvoir être heureux avoir 8 Go de mémoire vive). Un petit élément sur lequel méditer aussi: nous ne sommes pas tous des geeks. Ou à tout le moins des super-geek. Je n'ai rien compris de la doléance concernant le TRIM pour les SSD... Et je ne saurais pas reconnaître un SSD : ) Quant au débat sur le crime du disque dur à 5 400 TPM, ma réaction : Zzzzzzz.... Ce serait génial si Apple sortait les meilleurs produits qu'elle vendait avec une marge de 5%; qu'ils validaient toutes les application en 48 heures; que leurs milliers d'employés aient tous la même compréhension du comment instaurer des achats in-app et que Tim Cook parlait un excellent français. Mais le monde n'est pas parfait. À partir de là, c'est à vous de voir. Bien cordialement! (vraiment; mes critiques ne diminuent en aucun cas à mes yeux la valeur du travail que vous faites ... Vous ne couvrez peut-être tout simplement pas la bonne compagnie ou vous avez besoin d'une bonne pause Apple)
avatar Lemmings | 
Un point qui manque toutefois, la fiabilité des services web (iCloud), même si il y a un réel mieux comparé au passé, ils sont encore loin du niveau attendu et vendu dans la pub !
avatar diegue | 
PAS D'ACCORD POUR LA MINCEUR ET LE STYLE ! Il est tellement agréable d'avoir dans la main un iPhone 5 que je suis prêt à accepter de le recharger très souvent. Ainsi pour l'iPad, je serais prêt à "payer" minceur et légèreté par des rechargements plus nombreux. Pour le reste, le problème pour moi le plus pénalisant : le Wifi ! Combien de fois il faut l'arrêter et le remettre pour avoir une connexion Wifi, et ce tant sur MBA que sur iPad, moins sur iPhone
avatar DJBZ | 
Je ne pense pas que la minceur soit pathologique, mais le macbook m'air'de est une pure abhération pour tout ceux qui sont venu voir Apple pour y trouver la puissance et la fiabilité.
avatar rikki finefleur | 
le problème d'apple est qu'il ne veut pas s'ouvrir au monde, mais emprisonner son monde..
avatar Ludavid21 | 
Je pense exactement la même chose. Super article!
avatar chepiok | 
+1 pour cette bonne synthèse
avatar Domsou | 
@F_P : 'ce sont ne devenus que des MOYENS DE CONSOMMER ce qui est vendu dans LA boutique à 30% de marge' Apple ne fait pas 30% de marge sur les ventes. Ces 30% représentent un ensemble de services proposés au vendeur.
avatar Anonyme (non vérifié) | 
Nickel !
avatar fabrice16 | 
Envoyez la svp. Je suis ok avec tous les points.
avatar ed/dy | 
Vous auriez pu aussi parler des faibles performance des cartes graphique des Mac qui m'exaspère souvent. Difficilement défendable face à un utilisateurs de PC vu le prix des machines. Ou des modèles portable sur les Mac de bureau >.
avatar Ephaistos78 | 
Même si les critiques évoquées dans l'article ne sont pas sans fondement, on voit bien qu'en France en particulier, il est devenu de bon ton d'être anti-Apple. C'est la nouvelle façon de se démarquer d'être contre ce que l'on a adoré . Je ne compte plus les articles commençant par " la fin de la Pomme" ou dernièrement "Apple a perdu" sans parler du dernier reportage d'Envoyé Spécial sur France 2, reportage faisant l'amalgame complet Foxconn=Apple=esclavagiste. Et pourtant, les ventes aux USA ou en Chine s'envolent . En revanche, elles reculent en Europe et particulièrement en France. Faute à la crise ? Je ne pense pas, enfin pas seulement... Le Français aime maintenant Android , pensant que ce logiciel est cool (ça ne vous rappelle rien ?) parce que non bridé , libre quoi ! Et pourtant s'il y a bien un Big Brother en ce monde numérique, c'est bien Google qui, à travers son système vedette, cherche à rentabiliser chacun de nos gestes, qu'ils soient sur Smartphone sur tablette ou à travers son moteur de recherche. Son eco système est aujourd'hui omniprésent et bien plus intrusif que ce d'Apple mais une majorité de Français ne le voit pas. Pour eux Android c'est cool , et Samsung , son prophète est super cool. Je ne veux pas faire une charge anti Google pour autant car la firme à la Pomme n'est pas un enfant de chœur non plus. Mais attention aux illusions , le réveil n'en sera que plus difficile. Alors oui, il y a beaucoup de choses à dire contre Apple. Mais aussi beaucoup de choses positives, ne les oublions pas !
avatar spk909 | 
très bon article, je partage votre avis a 1000%.
avatar Anonyme (non vérifié) | 
@ericaqc +100 Tout à fait d'accord, J'aime votre objectivité, et oui, tout le monde n'est pas un "super-geek"
avatar hirtrey | 
@ThurstonMoore : 'Il ne faut pas oublier qu'on est en France.' Faux le MBA 11 est à 999$ HT au US soit 755€ . En France il est a 1049 TTC soit 877€. ==> Apple vend donc bien le MBA 16% plus cher en France qu'au US.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR