Palm retrouve son ADN

Christophe Laporte |
Jon Rubinstein a quitté discrètement Apple en 2006. Maillon essentiel dans l’organigramme de la société californienne, il avait supervisé pendant des années la division Macintosh hardware, avant de s'occuper brièvement de la division iPod.

On dit que son départ fut lié à la volonté d’Apple d’utiliser des processeurs Intel (lire : Pourquoi Rubinstein a quitté Apple) ; Rubinstein a toujours été un défenseur de l’architecture PowerPC.

Comme il l’expliquait lors du keynote de Palm au CES, il pensait bien, après avoir quitté Apple, profiter de la vie au bord d’une plage, mais c’était sans compter le coup de fil de Fred Anderson, l’ancien directeur financier d’Apple, qui avait pour lui une opportunité « extraordinaire » : raviver l’esprit d’innovation au sein de Palm.

Palm : dans la même situation qu'Apple en 1997 ?

Lorsqu’il arrive en juin 2007 en tant que président exécutif, Palm est dans une situation assez similaire à celle qu’Apple a connue avant la fin des années 90. Société star des années 90 avec son Palm Pilot qui avait raflé la mise sur le marché des PDA à un certain Newton, elle ne parvient plus à se réinventer et à se doter d’un système d’exploitation moderne. En 2006, Palm, pour ne pas perdre pied sur certains marchés, vendit en quelque sorte son âme au diable en commercialisant un smartphone équipé de Windows Mobile, l'OS du grand rival de l’époque.

Lors de son arrivée, tout comme Steve Jobs en son temps qui arrêta la division du Newton, Jon Rubinstein commença par faire le ménage. Il fit annuler le développement du Foleo - un ultraportable présenté comme le meilleur compagnon du Treo - alors que celui-ci avait été annoncé au grand public et était proche d’être commercialisé. Le nouvel objectif était de se focaliser sur le coeur de métier de Palm : les smartphones.


pre_05


Le mobile : l’ADN de Palm

Pendant son keynote, Jon Rubinstein a insisté sur le fait que « le mobile constitue l’ADN de Palm », contrairement à la concurrence, notamment à Apple qui conçoit des baladeurs, des ordinateurs, des logiciels… Et pourtant, les deux sociétés ont une philosophie très proche.

Lors de la présentation du Pré, les dirigeants de Palm ont insisté sur la manière dont leur appareil allait changer la vie des utilisateurs, sur sa simplicité d’utilisation, son interface extrêmement bien pensée, ainsi que sur de petits détails qui finissent toujours par faire la différence… Les caractéristiques techniques n’ont été évoquées qu’à minima, car, finalement, comme chez Apple, ce n’est pas tant cela qui compte, mais bien plutôt le logiciel.

La présentation du Palm Pré était d’ailleurs digne d’un événement Apple avec comme « one more thing » à la fin, la présentation du fameux Palm Touchstone, le dock de Palm qui permet de recharger le Pré par induction.



webOS : le Mac OS X de Palm

Si Palm a réussi à mettre au point le premier smartphone capable semble-t-il de rivaliser avec l’iPhone, c’est parce qu’elle maîtrise à la fois le logiciel et le matériel et qu’elle porte une grande attention à ces deux aspects. « webOS est le système d’exploitation de Palm pour les dix ans à venir » a clamé le P.D.G. de Palm Ed Colligan.

D’un point de vue technique, on ne sait pas grand-chose encore sur ce système. On sait tout juste que son noyau est basé sur Linux et que son navigateur web est basé sur WebKit. Ce dernier joue un rôle clé dans webOS. Ce n’est pas un simple navigateur web, il est au coeur de toutes les applications qui seront écrites pour le Pré.



Pour avoir une chance de résister face aux géants que sont Apple, Microsoft ou Google, Palm a voulu que le développement d’applications sur sa plate-forme soit le plus simple possible. À en croire ses dirigeants, n’importe quel développeur web pourra très facilement concevoir des logiciels sur le Pré, puisque le SDK s’appuie sur les mêmes technologies que le web 2.0 : HTML, CSS, JavaScript…

Cela rappelle un peu la stratégie adoptée au début par Apple avec l'iPhone. Avec l'accent mis sur les applications web, mais avortée une fois qu'arriva finalement un SDK. Manifestement les développeurs Palm pourront quand même faire des appels poussés dans le système d’exploitation pour certaines fonctionnalités.

Autrement dit, on devrait avoir un appareil connecté, mais peut-être moins polyvalent qu’un iPhone. Dans l’état actuel des choses, il sera visiblement impossible de concevoir un jeu 3D, mais Palm aura tout le temps par la suite de rectifier le tir si nécessaire. On l’a vu avec Apple, mettre au point un système d’exploitation mature pour les terminaux mobiles prend beaucoup de temps. Et Palm repart de zéro puisqu'en l'état les applications existantes ne fonctionneront pas sur ce mobile. Son fabricant ne prévoit pas de créer d'émulateur, laissant cette opportunité à des tiers.

Ceux qui ont pu tester ce smartphone ont été surpris par sa réactivité et par la vitesse d’exécution de son navigateur web, nettement plus rapide que ce qu'offre la concurrence. Tout ceci est notamment lié au fait que le Palm Pré embarque un processeur de nouvelle génération, l’ARM Cortex A8, environ deux fois plus rapide que l'ARM 11 de Samsung que l’on retrouve dans l’iPhone.

Un App Store pour le Palm Pré

Palm compte bâtir un écosystème assez proche de celui d’Apple. Le Palm Pré aura son App Store avec un mode de fonctionnement plus ou moins similaire. Toutefois, le processus de validation à cet "App Catalog" devrait être moins draconien. La société américaine veut surtout s’assurer que les logiciels mis en vente sur sa boutique soient stables et sûrs pour les utilisateurs.

De nombreux détails restent inconnus à ce jour aussi bien sur le plan technique que sur celui du marketing. Palm dit tout mettre en oeuvre pour sortir son appareil d’ici la fin du semestre. Aux États-unis il sera d'abord lancé en exclusivité chez l'opérateur Sprint. Le PDG de Palm a précisé que l'Europe serait servie à peu près en même temps. La société n’a pas de temps à perdre si elle veut convertir l’essai. Car, chez la concurrence, 2009 devrait être également riche en nouveautés.

avatar cham | 
Article très intéressant. Merci.
avatar Anonyme (non vérifié) | 
Etant un ptit jeunot, je ne connaissais pas réellement Palm, j'en avais juste entendu parler dans les années 90 pour ses PDA simples et performants ! C'est avec un réel plaisir que j'ai suivi la keynote jeudi et que je me suis aperçu de la puissance de Palm. J'ai enfin pu comprendre pourquoi il y avait tant d'attraits pour cette marque la décennie dernière. Pour revenir à WebOS, on aurai pu le coller dans l'iPhone tellement cela ressemble à du OSX dans l'esthétique et le fonctionnement ! On se rend compte tout à coup que iPhone OS, bien que très performant, apparaît tout de suite plus fade, triste et moins cohérent niveau interface avec son grand frère Leopard. Mr Jobs, please, faite un effort pour le coté eyecandy pour la prochaine version OS mobile 3. Merci !
avatar lord danone | 
Seulement le marketing et l'image d'apple sont largement meilleurs que chez palm et comme Apple en 90 il va falloir du temps pour reconquerir son marché.
avatar beboy | 
Les icones ont même gardé un petit quelques chose du PalmOS avec le rond derrière. Je suis très enthousiaste mais j'ai peur pour eux que ce nouvel OS arrive un peu tard.
avatar michaelprovence | 
Je pense que ça peux marcher l'appareil est génial l'OS à l'air pareil. Palm a toujours eu une base business important ça va être très intéressant !! la guerre Palm, Blackberry, Apple, Nokia, Android va commencer dans le multi touch !! les prix vont surement baisser c'est pas bon pour Apple qui aime les marges très élevées. Microsoft devrait aussi si mettre bientôt !
avatar melaure | 
C'est vrai que s'il aime avant tout les technologies de pointe et bien conçues, je comprend qu'il soit parti d'Apple lors du passage au x86. Ca promet s'il veut que son Palm Pré soit à la hauteur de la conception du PPC. Ca veut dire un mot : Excellence, ce qu'Apple a perdu aujourd'hui (du coté matos, pas logiciel). En tout cas, beau combat en perspective. Et j'ai hâte de l'essayer.
avatar biniou | 
@melaure : quand tu énonces des faits ainsi tu ferais bien d'argumenter. Je ne trouve pas que la qualité Apple ai baissée et encore moins que ce soit dû à l'abandon des PPC ... De plus si les PPC étaient l'excellence, pourquoi tant de machines utilisants des iC2 et aussi pourquoi pas de portables G5 ?
avatar Orpioo | 
C'est certain qu'ils auraient été sympathiques les MacBook Pro G5 watercoolés faisant 4Kg et 5 cm d'épaisseur...
avatar biniou | 
Toujours pour répondre à Melaure : je pense aussi que l'abandon du PPC est une aubaine pour Apple. On dit toujours qu'Apple se rapproche de Microsoft, mais là, c'est plutôt Windows qui s'est rapproché du Mac en faisant du Macintosh la machine polyvalente par excellence. Le but d'Apple c'est de vendre des ordinateurs à un publique le plus large possible et c'est ce qu'elle est en train de faire comme quoi sa stratégie fonctionne. Ca ne sert à rien de rester sectaire et borné (je ne dis pas que tu l'es) en brandissant le drapeau du défunt PPC et en hurlant à la mort la trahison qui précipita Apple dans un gouffre sans fond.
avatar biniou | 
Pour revenir à la news, je suis un peu déçu par ce téléphone. Même si c'est une bonne copie de l'iPhone, je trouve l'interface pas toujours des plus intuitive et me demande ce qu'il en sera de la compatibilité avec les différents OS au niveau de la synchronisation des données. Je vais regarder la keynote pour me faire une meilleure idée.
avatar Un Vrai Type | 
@lord danone : En 1990, Apple avait une mauvaise image de marque. @ biniou : Le G4 et le G5 ne sont pas vraiment des PPC, les 601->G3 eux le sont. Dans le PPC (qui est ouvert et utilisable par n'importe quel fondeur) il n'y a pas de truc immonde qui prend plein de place et qui ne sert qu'à multiplier par 4 la rapidité de 5% des instructions, alias Altivec. Et puis, je ne suis pas certains qu'un Core 2 Duo fasse longtemps le malin devant les derniers Freescale...
avatar biniou | 
@Un Vrai Type : tu sais DSP ou MicroProcesseur pour l'utilisateur lambda, c'est du pareil au même. Il y a pas mal de choses à améliorer avant de faire des puces plus performantes comme par exemple la précision et la stabilité des horloges systèmes...
avatar daito | 
Même si le Palm Pre semble être un produit intéressant qui se démarque peut être du reste de la concurrence, je ne comprends pas trop l'effervescence (peut être juste fictive) autour de ce nouveau produit! Car, en prenant un peu de recul, on s'aperçoit qu'au niveau software, le Palm Pre ne propose rien de nouveau de ce que l'iPhone a introduit il y maintenant deux ans! En clair, Palm "copie" juste les avancées apportées par l'iphone en terme d'interaction homme-machine sans apporter de vraies innovations. Même si leur produit semble bien fonctionner, est-ce que cela sera suffisant pour concurrencer l'iPhone. Par exemple, pourquoi les nombreux utilisateurs d'iPhone changeront pour un mobile qui ne fait rien de plus! Ensuite, je pense que le hardware est en dessous de ce que propose l'iPhone. En terme de design, le Palm pre se demarque par une épaisseur deux fois supérieure à celle de l'iPhone et par un clavier coulissant (on est obligé alors de sortir le clavier à chaque fois que l'on veut écrire quelque chose). Là encore pourquoi aller vers un appareil qui présente un design quand même moins sexy? Et il y a le prix! Les rumeurs indiquent que la bête sera vendu à $399! Pourquoi alors acheter un appareil qui ne fait pas plus que l'iPhone moins cher et plus abouti sur le design? Enfin une observation. Revenons sur l'environnement de développement! Palm évoque un SDK basé sur les standards du web (Javascript, CSS etc...). C'est marrant quand Apple a proposé aux développeurs de faire des Web APP (avant l'arrivée de son SDK cocoa), l'ensemble des observateurs ont énergiquement critiqué cette approche! Par contre, là avec Palm, rien, néant. Tous se passe très bien. Une question! Pourra-t-on développer des appli gourmandes en ressource avec cette approche?
avatar oomu | 
les G4 et G5 sont des PPC altivec eest réellement une fonctionnalité qu'ibm améliorait , ainsi que motorola apple n'a pas abandonné le PPC, IBM a abandonné le PPC ! freescale ne fait plus de PPC généraliste de haute performance. IBM ne fait plus que du POWER pour calculateurs industriels. (des processeurs, que l'on ne peut PAS refroidir dans un boîtier d'imac) de fait, il n'y avait aucune possibilité pour apple de continuer sur le ppc au delà du G5 double coeur 2.5ghz, il n'y avait _RIEN_ Pas d'avenir . PAS de gamme. Pas de fondeurs. Pas d'améliorations. IBM et Freescale avaient changé leur fusil d'épaules. fini, stop, out ! - le PPC est une chouette architecture, mais depuis le désastreux p4, c'est bon, des années sont passés! MARRE du passé. le passé c'est TARTE. - Palm dans les années 90 avait ZE produit , l'agenda électronique qui marche (!) le soucis, comme d'autres sociétés (genre hmmmm, allez, rim!) c'est qu'ils se sont mis en hibernation juste après. ne cherchant plus à inventer le futur, mais à pondre un palm++ et après le palm++ ? ben le palm++ bis! etc. Palm aurait du travailler immédiatement à ringardiser leur 1er agenda. - concernant pre, cela fait plaisir, même si franchement,encore une fois, je ne vois qu'un clone d'iphone bas de gamme, mais c'est clairement le meilleur clone jamais vu et Palm fait un réél effort de pondre un VRAI produit Qui Marche !(tm) à surveiller donc. J'espère aussi que par la suite, palm ne ferai pas du pre++, du pre++ bis, du pre color, du pre "argent", du pre "il fait du ski", mais relativement vite (qq années), un nouvel appareil extraordinaire qui renvoie le PRE dans le grenier de papy , au coté du gramophone.
avatar oomu | 
dans les années 90, apple avait mauvaise réputation. Je voyais un mac, je sautais par la fenêtre. en entreprise, c'était la honteuuuuh. mais qu'une chose soit claire : apple vendait toujours du MAC. et bien, sisi. figurez vous que jamais apple a été en perte. chose très étonnante qui va contre le sens commun. Quand steve jobs est revenu, l'analyste des dirigeants d'apple n'était pas qu'ils perdaient des sous en vrac, mais qu'ils fonçaient vers la totale obsolescence. Apple n'était pas dans la même situation financière que Palm.
avatar biniou | 
@oomu : oui mais bon avec Palm (même si j'aimais beaucoup), pas mal d'applications ne tournaient pas ou plantaient. Il était difficile de se retrouver entre les applications fonctionnant pour tel modèle (et ou marque) avec écran couleur, sans écran couleur, tel résolution de l'écran, ... Je pense à un excellent logiciel de télécommande infrarouge par exemple qui fonctionnait principalement avec le Vx. C'était parfois un vrai casse-tête pour s'y retrouver. Donc, il ne faut pas s'imaginer que Palm était un produit parfait, loin de là. Ici, ils ont simplement copié le téléphone d'Apple en poussant même la ressemblance dans leur keynote dont le fameux pas de boutons mais les doigts qui me rappellent un vague souvenir de la première keynote iPhone. Ceci étant dit la concurrence ne peut pas faire de mal à Apple. Il faudrait juste ne pas oublier de débrancher le champ de distorsion...
avatar DrFatalis | 
Il est vrai que je regrette mon palm zire 72, qui me donnait bien plus qu'un ipodtouch (que j'aime beaucoup) mais qui a fini sa carrière en tombant d'une paillasse.... @biniou " c'est plutôt Windows qui s'est rapproché du Mac en faisant du Macintosh " Ouaiaiaiais, super, tu peut appeller cela du "progrès". Pour moi, c'est une régression, une trahison et un foutage de G.. intense. @ Oomu: C'est ça, c'est ça "du passé, faisont table rase, nous ne sommes rien...". Oublions donc le comportement d'apple dans le passé pour pouvoir continuer, invariablement à tout lui pardonner...
avatar Jean-Baptiste Leheup | 
@ oomu mais qu'une chose soit claire : apple vendait toujours du MAC. et bien, sisi. figurez vous que jamais apple a été en perte. chose très étonnante qui va contre le sens commun. Ca va tellement contre le sens commun que ça n'en est même pas vrai du tout ! Apple a perdu une quantité énorme d'argent. Allez, par exemple : 740 millions de dollars de perte durant le 2ème trimestre 96, et 704 millions un an plus tard. Entre les deux, un seul trimestre bénéficiaire, à... 25 millions de dollars. Apple a été à 3 semaines de trésorerie de mettre la clé sous la porte, ce qui constitue sûrement un record parmi les sociétés qui, finalement, n'ont pas fait faillite...
avatar richarre | 
Alors toutes ces années de R&D sous BeOS pour en arriver à ça... Je suis écœuré.
avatar Atlante | 
Daito, ton post est long, à côté de la plaque et sans intérêt. Tu parles de hardware en utilisant la forme comme argument, tu compares les WebbApp de l'iPhone à Webos qui fonctionnera sans conncetion internet permanente... Non visiblement tu ne t'es pas intéressé au Pré, parce contre tu as pris le temps de nous écrire un pavé qui ferait sourire les plus fanatiques d'Apple. Du grand n'importe quoi, comme d'habitude.
avatar ricchy | 
Si il n'y avait pas l'Iphone, sur que j'aurai évolué de mon tréo 650 à cette bête. ;o)
avatar Le docteur | 
Pour le Foleo, je ne suis pas sûr que le ménage ait été une bonne idée. Le succès des NetBook, qui me semble en ce qui me concerne des succédanés de ce qu'aurait pu être le Foleo. J'espère que Rubinstein n'a rien à voir avec le machin censé recentrer Palm sur le bas de gamme (je ne veux même pas me rappeler le nom de ce truc). Par contre, c'est vrai que ce petit dernier semble enthousiasmant. Je ne sais pas quoi penser du côté WebApp, qui est un concept qui me laisse en général sceptique, souvent lourd et bugué à mort. Mais Palm semble en avoir fait quelque chose d'intelligent, peut-être même que ça va bien plus loin que la WebApp. Genre, une possibilité de développer des logiciels qui écrivent dans un vrai standard ouvert. Les palmistes sont aux aguets sur la question primordiale pour eux : mes vieilles applis Palms, géniales forcément, seront-elles compatibles. On retrouve la parenté avec le vrai esprit Mac, attaché aux trucs qui marchent vraiment et pas forcément maniaque de nouveauté inutile.
avatar Le docteur | 
Enfin, ça m'empêchera pas de regretter le Foleo...
avatar Le docteur | 
D'autant plus, en voyant le Pré... Imaginez la même chose sur un ultraportable...
avatar fadem | 
Eh bien moi je le trouve pas mal du tout ce Pré. En attendant de l'avoir en main évidemment. L'iphone est une magnifique machine mais on sait tous qu'il manque certaines fonctionnalités basiques que tous les concurrents, même le mobile le plus simple, proposent. Si ce Pré et son webOS arrive à égaler l'iphone en matière d'ergonomie, de simplicité et d'efficacité et qu'en plus il propose ce que n'importe quel téléphone d'aujourd'hui propose, ben ptet qu' l'iphone a trouvé un sérieux concurrent... Affaire à suivre donc !

Pages

CONNEXION UTILISATEUR