Test du MacBook Pro 15" 2017 (Core i7 à 2,9 GHz)

Anthony Nelzin-Santos |

Vous voulez acheter le modèle le plus puissant de la gamme MacBook Pro ? Il vous en coûtera 3 299 €, soit 100 € de plus que l'an passé (mais toujours 1 700 € de moins que le modèle toutes options que nous avions testé il y a quelques mois). Le MacBook Pro 15 pouces à processeur 2,9 GHz est le vaisseau amiral de la flotte d'Apple — mais est-ce un esquif ou un cuirassé ? La réponse dans notre test.

À la (re)découverte du MacBook Pro 15 pouces

De la même manière que mon collègue Stéphane a « découvert » l'iMac en testant le nouveau modèle 21,5 pouces, j'ai (re)découvert le MacBook Pro 15 pouces en testant ce modèle. J'ai passé mes premiers salaires dans un MacBook Pro 15 pouces à grille-pain Core Duo intégré, revendu pour financer l'achat d'un MacBook Pro 17 pouces à écran « haute définition » mat.

Encore aujourd'hui, j'ai besoin d'un ordinateur portable mais puissant, pour développer des photos et compiler des sites web, faire de la musique et mener des analyses statistiques. Mais après l'abandon du MacBook Pro 17 pouces, je suis passé aux ordinateurs à écrans 13 pouces et processeurs Intel Core i7, gagnant en mobilité ce que j'avais perdu en puissance brute.

À quelques exceptions près, je n'ai pas touché à un MacBook Pro 15 pouces depuis, et c'est la première fois que j'utilise pendant plusieurs jours une machine dotée d'une Touch Bar et d'un grand trackpad Force Touch. Avant de passer aux mesures donc, vous me permettrez de dire quelques mots de ces éléments que vous connaissez peut-être, mais qui me sont largement inconnus.

Le trackpad, d'abord. Le grand trackpad, le large trackpad, l'immense trackpad. L'espace entre le clavier et le trackpad réduit à peau de chagrin, on ne peut plus y reposer l'annulaire et l'auriculaire. Il faut donc les tenir en l'air ou les poser sur le trackpad lui-même, c'est-à-dire choisir entre la fiabilité d'opération (mais la main crispée) et le confort d'utilisation (mais un contrôleur dépassé par la présence de deux doigts supplémentaires).

Autrement dit : en agrandissant le trackpad du MacBook Pro, Apple a compromis la réalisation de gestes quotidiens à un ou deux doigts pour améliorer celle de gestes à trois ou quatre doigts. La société qui mit au point le premier ordinateur portable à trackpad intégré, et vend aujourd'hui un quart de milliard d'appareils tactiles par an, a « bêtement » regressé sur ce plan.

C'est d'autant plus dommage que les avantages procurés par cet élargissement du trackpad sont indéniables : le zoom, le changement de bureau virtuel et l'affichage de Mission Control, ou encore les manipulations complexes dans Logic ou Final Cut, sont grandement facilités. Le retour haptique procuré par le Taptic Engine est toujours aussi agréable, même si l'on pourrait regretter que le développement de Force Touch ne soit pas aussi poussé que celui de 3D Touch sur l'iPhone.

Le clavier, ensuite. Les amateurs de claviers mécaniques n'apprécieront pas sa course courte et sèche, qui renvoie la force de frappe plutôt que de la dissiper, mais d'autres l'adorent. Disons qu'à défaut d'être incontestablement agréable, ce clavier est indubitablement efficace : après quelques jours d'acclimatation, je suis parvenu sans peine à frapper 120 mots par minute avec une fiabilité supérieure à 95 %, la cadence nécessaire pour restranscrire fidèlement un exposé oral.

Et puis ce clavier a des arguments à revendre, comme la stabilité de ses mécanismes papillon « de deuxième génération », ou le rétroéclairage individuel de chacune de ses touches. Attention toutefois : quelques utilisateurs se plaignent d'avoir dû renvoyer leur machine après qu'une ou plusieurs touches sont restées bloquées ou subitement tombées en panne. Ce n'est certainement pas un problème courant, mais c'est un problème clairement identifié de ce nouveau clavier.

À la découverte de la Touch Bar, aussi

Puisque l'on remonte le topcase, parlons de la Touch Bar, enfin. Par où commencer ? Par les extrémités, tiens. On a fait tout un foin du remplacement de la touche esc par un bouton tactile. C'est un faux problème : même s'il est parfois surprenant qu'elle prenne la forme d'un grand bouton Terminer ou d'une petite croix de fermeture, on peut l'atteindre sans viser précisément, l'étendue de sa zone tactile dépassant largement le cadre de ses différentes incarnations.

À l'inverse, on n'a pas dit assez de bien de l'intégration d'un capteur Touch ID dans le bouton d'allumage. Une fois connecté à sa session, et à condition bien sûr de l'avoir configuré, on peut l'utiliser presque partout où le système demanderait sinon un mot de passe, notamment à la sortie de veille. Il facilite encore les achats en ligne grâce à Apple Pay… ce qui n'est pas forcément une bonne nouvelle (et puis soyons francs : en France du moins, et sur le web en particulier, Apple Pay est encore peu répandu.)

Entre les deux, les choses sont plus… complexes. La Touch Bar casse le paradigme de la manipulation indirecte qui fait la spécificité de la plateforme Mac : l'affichage est sur le plan vertical (mais la Touch Bar est sur le plan horizontal), le clavier et le trackpad travaillent ensemble sur le plan horizontal (mais la Touch Bar entre en concurrence avec les deux). Elle ne demande pas seulement un temps d'adaptation, mais une refonte des modes d'interaction avec macOS.

Or Apple n'a pas (encore ?) mené ce chantier : même en se forçant à l'utiliser, il est souvent difficile de trouver un intérêt concret à la Touch Bar. Quand elle ne duplique pas des raccourcis clavier ou des éléments de la barre d'outils, elle présente des éléments confondants d'inanité, comme les minuscules aperçus faisant office de barre de défilement dans Photos. Ce n'est pas comme si l'écran permettait d'afficher des miniatures de taille raisonnable et le trackpad permettait de défiler rapidement et précisément !

Tout n'est pas à jeter : dans Final Cut ou Logic, ou encore dans Sketch et Affinity Photo, elle montre comment elle pourrait faciliter la manipulation de certains curseurs et objets, ou plus généralement de fonctions cachées dans des sous-menus et/ou innaccessibles par des raccourcis clavier. Mais les utilisateurs de ce genre d'applications ont déjà des habitudes de travail bien établies, et ne sont peut-être pas ceux qui adopteront le plus rapidement la Touch Bar.

Vous me direz qu'elle peut mettre le pied à l'étrier de nouveaux utilisateurs de ces applications complexes, et qu'elle n'est pas tout à fait inutile dans Safari ou le module d'édition de Photos. Vous avez bien raison, mais cela ne me fera pas oublier cette sensation que sur un plan purement conceptuel, Apple a choisi la mauvaise machine pour inaugurer cette technologie, même si elle n'avait sans doute pas d'autre choix sur les plans techniques et tarifaires.

Dans ses propres applications, Apple fait montre d'un manque cruel d'ambition, la Touch Bar fournissant rarement une alternative supérieure à l'interface conventionnelle. Pire : elle fait parfois montre d'une incohérence troublante, lorsque Pages et Notes fournissent deux jeux complètement différents de boutons, ou lorsque les boutons de fermeture apparaissent à droite des boutons plutôt qu'à la place de la touche esc. Cela n'aide pas les utilisateurs à se familiariser avec la Touch Bar, et ne pousse les développeurs tiers à se fouler.

Et puis en tapant vite, on peut changer la luminosité ou le volume par erreur, parce que le gras du doigt effleure la barre en allant chercher un « à » ou un tiret un peu haut. La deuxième ou la troisième révision de la Touch Bar sera peut-être incontournable, mais en attendant, elle n'est pas particulièrement convaincante. Au moins n'est-elle pas une nuisance.

Une machine puissante, mais…

Pour être tout à fait complet sur les composants externes, il faudrait encore mentionner l'écran Retina offrant une résolution de 227 ppp et une luminosité de 500 nits, et prenant en charge l'espace colorimétrique P3 et le codage des couleurs sur 10 bits. Ou la webcam offrant une « qualité HD » passable, occupant la bordure la plus épaisse, ou plutôt la moins fine puisque celles du MacBook Pro sont bien plus discrètes que celles de l'iMac. Ou encore les hauts-parleurs offrant un son étonnamment ample et profond, et surtout un volume suffisant pour sonoriser une pièce.

Les machines utilisées dans les comparaisons suivantes. Cliquer pour agrandir

Mais passons plutôt aux composants internes, comme le processeur Intel Core i7-7820HQ, doté de quatre cœurs cadencés à 2,9 GHz. Comme tous les processeurs Intel Core récents, il prend en charge le Turbo Boost, qui lui permet d'atteindre jusqu'à 3,9 GHz sur un seul cœur. Et comme tous les processeurs Intel Core i7, il prend en charge l'Hyper-Threading, qui « transforme » les quatre cœurs physiques en huit cœurs logiques. Ce n'est pas négligeable, mais ce n'est pas l'alpha et l'oméga non plus.

Pour beaucoup d'applications en effet, même celles qui sont bien adaptées au multi-threading, la fréquence brute importe plus que le nombre de cœurs. Cela explique que l'iMac 27 pouces haut de gamme réalise certaines tâches presque deux fois plus rapidement que le MacBook Pro haut de gamme : son processeur Intel Core i5 quadricœur ne prend certes pas en charge l'Hyper-Threading, mais il est cadencé à 3,8 GHz, et n'est pas limité par les mêmes restrictions énergétiques.

Le test synthétique Geekbench. Cliquer pour agrandir

D'une génération de MacBook Pro à l'autre, les gains sont limités mais pas négligeables, de l'ordre de trois secondes à la minute dans l'exportation d'un clip 5K dans Final Cut. L'apport de la bonne dotation en RAM de série (16 Go, même si l'on peut regretter l'absence d'une option 32 Go, qui serait fort utile dans Final Cut ou Logic) et du SSD capable de débits supérieurs à 3 Go/s (qui peut désormais être soutenu par du stockage Thunderbolt 3 à sa hauteur) dans le confort général d'utilisation est indéniable.

Nos traditionnels tests applicatifs. D'une génération à l'autre, les gains sont limités, mais on n'attendait pas autre chose. La différence entre les 13 et 15 pouces est claire, plus grand nombre de cœurs et meilleure dotation en RAM obligent, mais l'écart avec l'iMac se creuse.Cliquer pour agrandir

Un confort seulement troublé par le ronronnement des ventilateurs : les pales fractionnées inaugurées par le MacBook Pro 15 pouces « accroissent le flux d'air », selon Apple, mais n'empêchent pas la mise en route précoce du système de refroidissement. Au moins est-il efficace, maintenant toujours la température des composants à un niveau raisonnable, et assurant le retour rapide à la température de base.

Les ventilateurs se mettent notamment en route lorsque la carte graphique dédiée, une AMD Radeon Pro 560 à 4 Go de VRAM GDDR5, est mise à contribution. Si elle n'est pas aussi « robuste » que la Radeon Pro 580 à 8 Go de VRAM GDDR5 de l'iMac 27 pouces, seule à même de résister aux workflows 3D et VR les plus exigeants, elle est tout de même fort capable. Entre deux « trucs de pro », vous pourrez jouer à des jeux relativement récents en 1080p entre 40 et 60 i/s, ce qui est toujours ça de pris.

Le test synthétique Valley Benchmark, qui se rapproche du comportement d'un jeu. Cliquer pour agrandir

Si la dernière génération de composants n'est pas beaucoup plus puissante que la précédente, elle est un peu plus économe. Ainsi le MacBook Pro 15 pouces 2017 a tenu 1h41 dans notre test d'autonomie « 100 % », qui consiste à épuiser la batterie le plus rapidement possible, soit un bon quart d'heure de plus que son prédécesseur.

Nos traditionnels tests d'autonomie. Cliquer pour agrandir

L'écart est moins significatif dans notre test plus empirique, qui consiste à utiliser la machine comme nous le ferions pendant une journée de travail typique, mais j'ai été épuisé avant la batterie… après plus de 7h40 d'utilisation. Reste que les MacBook Pro 15 pouces 2014 frôlaient les neuf heures dans le même exercice.

…moins impressionante que par le passé

On ne va pas faire la fine bouche : cette machine est clairement l'ordinateur portable le plus puissant jamais vendu par Apple. Mais avec le repositionnement de la gamme tout-en-un, l'écart entre le MacBook Pro et l'iMac s'est creusé, le premier n'est plus tout à fait une version mobile du deuxième. Or Apple présente le MacBook Pro 15 pouces comme une station de travail transportable, suivant en cela les usages d'une majorité de clients.

Ou du moins, la division « marketing » d'Apple présente le MacBook Pro 15 pouces comme une station de travail. La division « design industriel », elle, voit toutes les machines comme des blocs d'aluminium à raboter. La division « ingénierie » est sans doute très fière de sa « touche de génie », mais elle aurait sans doute pu mieux impliquer la division « logiciels » pour rendre la Touch Bar plus utile. Cette machine est comme disjointe, différents composants l'entrainant dans différentes directions.

Tout cela vous passe au-dessus ? Bien, prenons un argument beaucoup plus prosaïque : alors que le MacBook Pro 17 pouces que j'évoquais en introduction valait 2 499 €, ce MacBook Pro 15 pouces coûte 3 299 €, sans pouvoir se prévaloir de la même domination sur les autres machines du segment. Cela ne l'empêche pas de se vendre, mais c'est sans doute un choix moins évident que par le passé. Ce n'est pas un esquif, ce n'est pas un cuirassé… c'est un vieux grément qui se demande ce qu'il fait là.


3 299 €

Achat recommandé

Les plus :

  • Puissance appréciable
  • Écran magnifique
  • Ensemble clavier/trackpad convaincant

Les moins :

  • Prix
  • Ventilateurs assez présents
  • Touch Bar pas toujours convaincante
Tags
avatar pocketalex | 

... de la part du monsieur qui explique à tout le monde qu'il a tort, d'autres cibles en vue ? tout personne qui discute avec vous en fait.

avatar pocketalex | 

@Malum

Excuse moi mais tu n'es vraiment pas crédible dans tes commentaire

Ta conclusion parle d'elle même

""Les MBP restent des machines puissantes" : c'est malheureusement un peu trop généreux comme appréciation. Par exemple, ces machines ne peuvent pas trop faire tourner les jeux video AAA à cause de leur carte graphique entrée de gamme."

Eh, on parle de station de travail portable mec, pas de console de jeux.

avatar pocketalex | 

@Marco :

je ne fais que détailler les choix d'Apple concernant son MBPr, je suis pas la pour dire que c'est des choix que j'approuve ni que c'est ce que j'aurais aimé, ni que c'est le "meilleur laptop"

c'est des choix qui privilégient la forme du boitier, et ils ne sont pas inintelligents

Perso, j'aurais préféré un boitier plus gros, conserver le 2015 par exemple qui était très bien, et une meilleure CG pourquoi pas mais SURTOUT ... l'option 32Go de RAM aurait été plus malin

tout cela n'en fait pas de la machine 2016/2017 "une grosse merde", mais une bonne machine avec un bon compromis finesse/poids/puissance
Par contre elle est vendue à un prix indécent, ça, c'est sur

avatar Marco787 | 

@ pocketalex

Où ai-je écrit ou même impliqué que le MBP est "une grosse merde". Nulle part. Je n'ai jamais dit ou pensé cela.

"mais une bonne machine avec un bon compromis finesse/poids/puissance". Il existe de multiples laptop PC aussi voir plus minces, autant ou bien plus performants, mais pour bien moins chers. Dell et Asus (par exemple) fournissent des laptops plus minces, avec une connectique bien plus étendue.

avatar pocketalex | 

@Marco

"Où ai-je écrit ou même impliqué que le MBP est "une grosse merde". "

Relis toi, tu lui jette pas des fleurs. Quand on commence à se demander ce qu'une station de travail portable à de plus qu'un laptop grand public ... excuse moi mais bon

"Il existe de multiples laptop PC aussi voir plus minces, autant ou bien plus performants, mais pour bien moins chers."

Ben je suis allé voir chez Dell, intéressé.
Si on coche les cases "15 pouces" et "léger" et "écran HD", on a un seul modèle, le XPS 15
Il est plus lourd (1.8Kg), il est plus épais (18mm), il est moche (subjectif), alors il propose l'option 32Go, c'est bien, et la CG c'est une 1080 ? non. Une 1070 ? non. Une 1060 alors ? non. C'est une GTX 1050 qui est quasi équivalente en terme de performances.

Et moins cher ... 2349€ HT vs 2332€HT mais comme les configs sont différentes ce comparatif est un peu bancal. L'un a plus de RAM et de SSD par défaut, l'autre est plus fin et plus léger, il offre plus de connectique haut débit mais pas de connectique standard, les clavier et trackpad sont différents, le design, etc, etc

Pas sur que Dell, dans un boitier plus fin et plus léger, puisse proposer la même config

avatar Marco787 | 

@ pocketalex

"Relis toi, tu lui jette pas des fleurs"

??? Le simple fait de comparer les MBA aux MBP ne veut pas dire que les MBP sont de "la merde," pour reprendre votre très belle expression.

Ce raisonnement n'a aucun sens.

Vous même quand vous dites que le MBP est une station de travail, et le MBA, un ordi grand public, vous faites une comparaison.

Par ailleurs, considérer le MBP comme une station de travail, quel type de tâches au juste vous effectuez qui relève d'une vraie station de travail (plutôt que d'un terme marketing) ?

Sur son site Internet, Apple présente par exemple le MBP comme étant capable de "playing graphics-heavy games" (source : https://www.apple.com/macbook-pro/), ce qui est totalement mensonger, malheureusement.

Les prix des ordi Dell que vous citez sont plus que surprenants. Voici un lien qui correspond en tout cas à la réalité :

http://www.dell.com/fr/p/xps-15-9560-laptop/pd?oc=cnx95604&model_id=xps-15-9560-laptop

Cet XPS est à 1 930 TTC (avec la remise de 10% automatique) et un écran ultra HD, pas Full HD.

La carte graphique 1050 n'est pas identique, mais plus rapide (elle est par exemple 40% plus rapide qu'une 960M !). Elle est quasi identique à une 965M, qui est plus rapide que la carte des MBP.

Quant au poids,le MBP est à 1,83 kg (https://www.apple.com/macbook-pro/specs/), contre comme vous le reconnaissez vous-même, 1,8 kg pour le Dell.

Et d'après vous, 1,8 kg c'est plus lourd que 1,83 kg ????!!!!!!

Quand à la finesse, le MBP n'est pas plus fin. Car le Dell a pour hauteur 1.7 cm uniquement au point le plus haut, mais descend à 1.1 cm, là où le MBP a une hauteur constante de 1.55 cm.

La connectique du Dell est en outre bien meilleure.

L'écran du Dell est un peu plus grand (15,6 " vs. 15,4 ").

Et le Dell (et d'autres PC) ont un avantage crucial pour les utilisateurs : leur permettre d'augmenter la RAM / SSD sans payer une fortune, puisque ces éléments sont accessibles sans problème par l'utilisateur. Apple facture par exemple 240 euros pour 8 Go, soit près de 4 fois plus que sur Amazon ! Idem pour le SSD vendu par Apple au prix de l'or brut.

L'écart de prix avec le MBP est gigantesque, pour des performances identiques ou moindres selon les usages.

avatar pocketalex | 

je me demande si on chipote pas sur des détails dont tout le monde, il me semble, se fout

dell, 1.8Kg à 2Kg suivant config, si on prend la config à 1.8, tu as raison, si on prends celle à 2Kg, c'est moi ... bon

idem l'épaisseur, 2mm de plus pour le dell, 3mm de moins sur la tranche de devant, du coup à un moment il est plus épais, à un moment il l'est moins

Mieux vaut laisser tomber sur ces points là, on a raison et tort tous les deux. Pour le reste il y a débat, bien sur :)

avatar Marco787 | 

@ pocketalex

" oir si un GTX 1080 apporterait plus ou pas, sachant qu'elle pourrirait l'autonomie de manière très significative"

Une fois de plus, vos propos sont ineptes. D'une part et comme toujours, vous vous contentez de propos très vagues : que veut dire au juste très significatif ? Une heure ? deux, trois ? Pas la moindre indication.

D'autre part, il existe des cartes GTX 1080 a plus faible consommation (90 - 110 W) et faible bruit.

avatar pocketalex | 

@Marco :

Le seul moyen d'avoir les vrais chiffres serait d'ouvrir un MBP, de dessouder la radeon pro et de souder une GTX 1080 ...

Le TDP officiel de la 1080 Mobile est de 150W (https://www.pcper.com/reviews/Graphics-Cards/NVIDIA-Pascal-Mobile-GTX-1080-1070-and-1060-Enter-Gaming-Notebooks), pour tomber sous les 100W, il faut regarder du coté de la 1060 ou de la 970M, mais on reste encore largement au dessus des 35W annoncés pour les radeon pro 450, maintenant, c'est pas des 450 qu'il y a dans les MBP 2017 mais des 555 ou des 560 et impossible de mettre la main sur leur TDP, du coup compliqué de savoir si il est toujours à 35W ou plus et si plus... combien

Mais je le répète, Apple a fait le choix de la mobilité et non de la puissance brute, c'est un choix qui impose des limitations en puissance, au profit d'un boitier au format contenu.
Un plus grand boitier, avec une plus grande batterie, aurait permis l'insertion d'une CG plus puissante, c'est par ailleurs un choix que j'aurais approuvé, mais ils en ont décidé autrement

Et je comprends que ceux qui ont besoin de puissance GPU, tout comme ceux qui ont besoin de beaucoup de RAM (32Go) soient frustrés par cette machine

Moi j'ai arrêté de miser sur le laptop le plus puissant possible, j'ai longtemps été dans cette optique et au final je suis revenu à la station desktop, parceque si on a VRAIMENT besoin de puissance, c'est juste incomparable

Je préfère et de loin l'option "grosse station de travail" qui étalera le moindre laptop sur tous les aspects : 2 grand écrans VS un 15" maximum, pas de limitation de CPU, de GPU, de RAM et aussi de stockage (mix de SSD et de DD + stockage réseau NAS + périphériques externes). Quand on veut attaquer des travaux lourds, au final, on a le meilleur

Un vrai laptop ultra puissant n'est pas franchement portable (4Kg et plus) et n'offre pas d'autonomie sérieuse, et un laptop intermédiaire (type le dell DELL XPS ou le MBPr 15") sera incomparablement moins puissant qu'une bonne tour

avatar victoireviclaux | 

Vous avez les problèmes de touches qui font un bruit bizarre sur vos nouveaux MacBook Pro ?
Perso ça le fait quand le processeur est assez chaud.
Et il est possible de se le faire réparer en Apple Store ? (MacBook Pro 13" Sans Touch Bar 2016)

avatar rolmeyer | 

@victoireviclaux

Problème connu, essuyage de plâtre nouveau clavier. MacBook 12 affecté en premier ces machines suivent.

avatar Anthony Nelzin-Santos | 
@victoireviclaux : je n'ai pas eu le problème sur mon 15 de test, mais on a eu des touches qui « collent » sur un 13, et c'est un problème par ailleurs bien documenté dans les forums (les nôtres comme ceux d'Apple). Malheureusement, la prise en charge varie d'Apple Store en Apple Store, et surtout selon que ayez pris un AppleCare ou pas.
avatar victoireviclaux | 

D'accord, merci pour votre réponse. Malheureusement même si ce n'est pas vraiment un problème qui me gêne, je ne sais pas comment régler ce problème...

avatar debione | 

Allez dans un Apple Store et gueuler... Si il veulent pas gueuler plus fort?

avatar pocketalex | 

@debione

et ne pas oublier ses boules de pétanque !

avatar Kenjy | 

Pour info, le modèle le plus puissant à un Core i7 à 3,1GHz ;)

avatar Anthony Nelzin-Santos | 
@Kenjy : qui n'est pas un modèle « de série ».
avatar k43l | 

Il y aurait pas une erreur sur les graphiques du test "Valley Benchmark".
Le 1080p moins performant que la résolution native ?? Par native j'entends 2 880 x 1 800.
Même avec la résolution mise en échelle soit 1920x1200 le 1080p devrait être plus performant.

avatar Anthony Nelzin-Santos | 
@k43l : la définition « native », c'est la définition logique à laquelle l'ordinateur est configuré par défaut. Dans le cas du MBP 15, c'est 1 680 x 1 050, donc moins que 1 920 x 1 080, ce qui explique les résultats.
avatar Un Type Vrai | 

Je vais encore garder mon vieux MBP 153 un moment...

J'avais jamais fait attention que l'espace entre le clavier et le trackpad sert à poser mes doigts (tellement c'est naturel, ça c'est du design Apple !!!).
J'y pose le bord des pouces souvent, l'index et le majeur de la main inactive sinon (souris / pavé numérique / Lorsque j'écris sur une feuille à côté, lorsque je lis ou regarde un contenu (vidéo par exemple).

Je pense que ça permet à mes bras de revenir un peu plus en arrière pour moins se fatiguer... Haaaa la morphologie et le design, ça fait du bien quand ça fait sens !

avatar xDave | 

@Un Type Vrai

Ben disons que le trackpad est plus grand qu'avant. Peut-être que quand on est habitué à un 17", c'est plus délicat de s'adapter.
Je commence à m'y faire vraiment et c'est largement compensé par le gain de précision du trackpad justement

avatar Frodon | 

Comparer un prix d'il y a plus de 5 ans à un prix d'aujourd'hui, quelque soit le domaine, produit...etc, ça n'a aucun sens économiquement parlant.

Il aurait été plus judicieux de comparer à ce que peut proposer la concurrence aujourd'hui, à finition, intégration et configuration similaires.

Et effectivement regarder l'écart de prix entre les machines concurrentes et le Macbook Pro aujourd'hui par rapport à celui qu'on pouvait constater il y a 2, 3, 5 ans entre machines comparables (aussi bien techniquement que point de vue qualité d'intégration et design).

Là ça aurait permis de juger d'une éventuelle évolution négative ou positive en terme de prix.

avatar jojo5757 | 

Honnêtement j'ai un MacBook Pro ancienne génération et je ne parlerai que du clavier mais je ne suis pas à l'aise. Trop éloigné du bord du micro il faut tendre les bras. Alors maintenant avec un trackpad encore plus grand j'imagine même pas. Je préfère de loin mon MacBook Air 11". La meilleure machine, polyvalente, simple (pour un usage commun, bureautique s'entend) mais avez des ports et un MagSafe.
Ah oui: j'ai mis une souris Logitech sur mon Mac portable. J'aime pas les souris Apple, j'en ai eu pendant 2 ans et les ai revendues. Comment je ferai sur un MacBook qui n'a qu'un port pour mettre le dongle ? Oui ok ya les souris Bluetooth mais c'est incomparablement plus réactif une souris avec un dongle...

avatar patrick86 | 

"les pales fractionnées inaugurées par le MacBook Pro 15 pouces « accroissent le flux d'air », selon Apple, mais n'empêchent pas la mise en route précoce du système de refroidissement. […] Les ventilateurs se mettent notamment en route lorsque la carte graphique dédiée, une AMD Radeon Pro 560 à 4 Go de VRAM GDDR5, est mise à contribution."

Je note un point intéressant, qui est les ventilateurs sont, à leur régime minimal, suffisamment silencieux pour que nombre d'utilisateurs pensent qu'ils ne tournent pas. ?

Je ne sais pas ce qu'il en est exactement sur cette génération 2017 ; sur un modèle fin 2013, c'est 2000 tr/min minimum, quelque soit l'activité de la machine (sauf en veille, évidemment).

avatar rolmeyer | 

@patrick86

Tu notes un point intéressant mais qui n'est pas nouveau. Les modèles 2016 et 2017 étant trop chers pour moi et pas indispensables j'ai pris un modèle 15 p 2015 Tbolt2 sur le refurb superbradé il y a un an. Et c'est pareil les ventilos ne sont bien sûr jamais à l'arrêt et ils sont inaudibles en régime de croisière comme sur les modèles suivants. Et bien sûr part les températures actuelles, ils deviennent audibles plus souvent qu'en décembre.

avatar fte | 

C’est bien évidemment subjectif, les critères d’évaluation étant grandement une affaire personnelle. Mes critères sont quelque peu différents... Pourtant le ton et la conclusion générale des tests publiés récemment rejoignent mes propres évaluations.

J’ai toujours besoin d’un Mac, ou plutôt de macOS. Et forcément je me tiens à jour sur l’offre Apple, ne serait-ce que si mon matériel vieillissant venait à me lâcher et que je doive précipitamment acheter une machine de remplacement. Il y a quelques semaines, je pensais encore au MBP 13" comme solution palliative, mais j’en ai eu un entre les mains et j’ai pu comparer en live avec mon matériel actuel...

6.5/10 pour le 13", 6/10 pour ce 15". C’est ça. J’aurais été plus sévère avec le 13", à vrai dire, mais l’idée générale est là.

Tant pis.

avatar xDave | 

@fte

Sans vouloir défendre mon acquisition (forcée de surcroît), teste toi-même.
Tout dépend de l'usage qu'on en a, de la machine de laquelle on vient, etc.

Pour moi, c'est un saut quantique ?
Mon 2011 était à la rue à côté.

avatar fte | 

@xDave

"teste toi-même"

C’est fait. Le MBP 15" 2016, ainsi que le MBP 13" 2017, un peu plus que 5 minutes (trois jours le premier, en deux fois, deux jours le second).

Ce sont des machines impeccablement construites, avec des composants actuels, (avis subjectif :) mais au design médiocre, à l’utilisabilité très discutable, un clavier de merde galactique, un écran certes magnifique mais horriblement brillant, et dépourvues de toute flexibilité tant à l’achat qu’après coup.

Je crois que je peux résumer l’expérience ainsi : déballage et visuels fabuleux, utilisation épouvantable.

Ça n’implique que moi.

avatar fte | 

@xDave

"Sans vouloir défendre mon acquisition"

Il n’y a pas besoin. S’il convient à tes usages, splendide. Il ne convient pas aux miens. Voilà tout.

avatar hucar | 

Après 7 ans de bons et loyaux services (MacBook Pro 15" mi-2010 - une carte son changée avec l'Apple Care, une carte mère chagée par Apple suite à un problème connu) j'ai franchi le pas et pris exactement cette machine avec l'espoir qu'elle dure 7 ans et au delà si possible :-)
Il est vrai qu'en l'état, la TouchBare me laisse perplexe. Le pire pour moi c'est mon petit doigt qui envoie mes mails alors que suis en train de les écrire ! ça c'est énervant ! sinon je me demande ce qui se passe si elle tombe en panne hors garantie (disons qu'un clavier physique a moins de chance de tomber en panne).
Concernant le clavier, mon plus gros soucis d'adaptation c'est les petites flèches en bas à droite qui sont difficiles à appréhender au toucher sans regarder. Sinon c'est vrai que ça fait du bruit quand on écrit mais je m'habitue (je pense que c'est surtout pour ceux qui sont autours que c'est plus compliqué).
Le TrackPad est grand, certes, mais il est bien pratique. Là aussi il faut modifier sa position, mais rien d'insurmontable.
Je trouve l'écran magnifique, moi qui déteste les écrans brillant (j'avais la chance d'avoir un écran mate) je suis surpris de ne pas être incommodé par les reflets et les rendus sont très agréables.
Forcement, tout va plus vite que sur mon ancien MacBook Pro alors de ce coté mon avis n'est pas très objectif mais le confort de travaille que j'ai gagné me conforte dans mon choix. L'USB-C, en passant, est une tuerie ! Je le compare avec la fibre optique VS l'ADSL.
Alors, c'est vrai qu'il est cher mais comme j’économisais depuis deux ans à force d'attendre les nouvelles machines qui n'arrivaient pas et que mon mac donnait des signes de faiblesse, j'ai préférer prendre cette dernière génération updatée plutôt que celle d'avant (j'avais fait le calcul inverse la fois d'avant et je me suis retrouvé avec un mac sans USB 3 et à la longue c'était moins drôle).

avatar macbook60 | 

@hucar

7 ans waouh sa c'est de l'amortissement, j'espère que ce nouveau durera au moins 5 ans
Sa doit être impressionnant la différence avec l'ancien ??

avatar hucar | 

Oui, c'est impressionnant et surtout très agréable, c'est évidement mon outil de travail et oui pour 7 ans c'est un bon investissement (enfin le précédent le fut) la suite me le dira :-)
Pour la TouchBar, je viens de trouver comment la personnaliser pour qu'à défaut de m'aider elle ne m’embarrasse pas comme sur Mail par exemple.

avatar Vanton | 

@hucar

L'absence d'évolution possible risque fort de rendre ces machines obsolètes bien plus rapidement que leurs devancières qui pouvaient gagner en RAM et en stockage avec un investissement modeste.

avatar Malum | 

Ah cette fameuse obsolescence tarte à la crème qui fait si bien à dénoncer. Que dire, sinon l'absurdité ici dans ce commentaire alors que justement d'avoir tenu 7 ans et en utilisation prouve l'inanité de cet argument de l'obsolescence ? Si la machine achetée aujourd'hui tient 7 ans encore, avec les logiciels actuels et tant que leur mise à jour sera acceptée par la nouvelle machine, on en est à un tel point de sofistication que ce qui peut être fait aujourd'hui avec ce Mac pourra encore l'être dans 7 ans.

avatar hucar | 

Ce qu'il faut quand même dire, c'est qu'en 7 ans j'ai pu ajouter de la RAM, changer le disque dur par un SSD et enlever le graveur de DVD pour y mettre un second disque dur.
Là je sais que je ne pourrai rien faire de tout cela.
Du coup l'obsolescence peut prendre différente forme et il est vrai que si mes besoin ne dépassent pas les capacités de ma nouvelle machine alors il n'y a pas de raison que ça ne dure pas 7 ans.

avatar jazz678 | 

@macbook60

C'est bien souvent ce que beaucoup oublient de prendre en compte dans le prix.
Très peu de machines atteignent cette longévité.

Mon vénérable MBPro mi 2009 fonctionne encore bien, au prix d'un remplacement de DD par un SSD et ...c'est tout ce que j'ai eu à faire comme "réparation" en 8 ans.

avatar Dr. Kifelkloun | 

Mon impression générale est que, depuis 2016, Apple se fait dessus en ce qui concerne tous les Macs.
- pas dévolution significative pour le MacBook, qui pourtant pourrait devenir un produit phare et très portable. Apple semble le mettre de côté.
- MacBook Air... Tiens il est toujours là lui? Un anachronisme au catalogue.
- Gadgetisation du Macbook Pro. Le seul qui me semble intéressant en ce moment est le 13-in sans touch bar. Cette touch bar a failli être une bonne idée, comme le smart connector des iPads. A failli.
- iMac: pas d'évolution significative récente. Le design commence à bien dater, le iMac Pro est juste une tentative maladroite pour faire oublier le...
-... Mac Pro. Que dire de plus. Rien que son nom sonne comme maintenant une blague.
- Mac Mini: pas d'évolution encourageante. Pourrait être cool si le prix avait un peu de sens et si Apple donnait l'impression qu'ils savent que ce produit existe encore.

Vu l´état de la gamme "Mac", Apple ferait bien d'y faire un peu le ménage en enlevant ce qui est anachronique et ce qui ne se vend pas. Il est assez incroyable de voir qu'il y a 23 références de "Mac" au catalogue... Perso ça me repousse parce que je ne vois absolument pas où Apple veut en venir. Je n'aurai pas l'outrecuidance d'évoquer la politique tarifaire grossière.

avatar Vanton | 

@Dr. Kifelkloun

Le panier moyen montre clairement que l'anachronique MacBook Air représente encore une part très très importante des ventes. Voilà pourquoi il est toujours là, voilà pourquoi Apple l'a mis à jour.

avatar jazz678 | 

@Dr. Kifelkloun

A te lire on se demande vraiment comment Apple a pu se retrouver en cette place de 1ere capitalisation boursière au monde, 216 milliard de CA, 46 milliards de bénéfices nets...et tout le reste, en ayant à ce point foiré ses produits.

Il y en a qui se "font dessus" effectivement mais pour beaucoup beaucoup moins que ça

avatar Bloodwave | 

Il parle de la gamme ordinateurs, le succès dont tu parles, Apple le doit surtout à l'Iphone (presque 70% du CA sur Q1 2017)

avatar pocketalex | 

@Bloodwave

l'iPhone fait plus de chiffre car plus de ventes, mais il n'en reste ps moins que les Macs se vendent très bien et son de belles marges

Pas du tout de quoi avoir peur

Si il y a des gens qui ont peur, ce n'est pas Apple, c'est les geeks qui ont connu un certain âge de l'informatique qui faisait leur bonheur et que l'informatique actuelle a pris une direction qui ne leur convient pas

avatar rolmeyer | 

@jazz678

Apple a réussit à être la première entreprise en capitalisation boursière car elle a réussit à mettre un ordinateur de poche dans la poche de tout le monde, ordi de poche bien coûteux.
Certainement pas à cause du mac et avec le mac. Et d'ailleurs quand on connaît l'arrogance de cette compagnie, on imagine bien le coup de pied au cul qu'il ont eu à l'ego quand on voit leur mea culpa concernant le Mac Pro.
L'iMac Pro est un truc torché en urgence, allez hop on le colle en gris pour que les mecs sur Instagram puissent montrer qu'ils ont un ordi à 7000 boules. Faut le distinguer cet iMac. C'est le pendant mac de l'Apple watch Gold. Mais c'est un signe encourageant car ils ont compris qu'il reste des fans de macOS, de gpu, cpu, ram et bench qui veulent un truc qui déménage et longtemps. Fans un peu oubliés ces derniers temps , Apple promet de corriger le tir. C'est pas mal déjà de le dire c'est pas dans leurs habitudes. Ils ont corrigé le tir aussi avec l'Apple watch, fini les Gold Lagerfeld et Colette et bling ils en ont fait un bon outil pour ceux qui veulent ça.

avatar jazz678 | 

@rolmeyer

Cette arrogance perçue aussi n'est que une vue de l'esprit. Souvent liée aux prix supposés "trop élevés" des machines. Le prix sera plus bas de 500€ beaucoup la trouverais super sympa.

Le fait est qu'Apple applique sa stratégie et sa fonctionne plutôt bien. Point final.

Quant à la capitalisation et la place qu'occupe Apple, elle est due à 2 choses : les profits qu'elle est capable de générer pour les actionnaires (et dont la profitabilité de leurs produits, et le Mac génère bien des profits) et le risque financier moindre qui y est associé.

Apple est une société sécurisante dans tous ses aspects.

avatar Dr. Kifelkloun | 

Si on suit tes paramètres, les actions de Google ou de Facebook se portent encore mieux alors que ces sociétés ne fabriquent strictement rien.
La santé financière de Apple n'a strictement rien à voir avec ses Mac Book Pro, et ses Macs en général.

avatar pocketalex | 

@rolmeyer

"Apple a réussit à être la première entreprise en capitalisation boursière car elle a réussit à mettre un ordinateur de poche dans la poche de tout le monde, ordi de poche bien coûteux."

Pas plus que le haut de gamme Android.
Après, chacun est libre d'acheter son smartphone le prix qu'il veut, pour ma part c'est 600€ max et je le garde 3 ans minimum.

"Certainement pas à cause du mac et avec le mac."

Je vois pas ou tu veux en venir ? Vu le ton de tes phrases, tu as l'air de signifier que le Mac est un échec par rapport à l'iPhone vu les chiffres de ventes.
Ce sont deux machines différentes dans des secteurs différents, c'est incomparable.
C'est comme comparer les ventes de sacs de pomme de terre avec celle des lits bébé pour "tailler des croupières" aux lits bébés qui n'arriveraient pas à suivre les ventes des pommes de terre.

"Et d'ailleurs quand on connaît l'arrogance de cette compagnie, on imagine bien le coup de pied au cul qu'il ont eu à l'ego quand on voit leur mea culpa concernant le Mac Pro."

Salutaire le mea culpa, comme quoi ils sont peut-être pas si arrogants que ça non ?
Par ailleurs, depuis ce mea culpa, on retrouve des barrettes de RAM sur slot, des CPU sur slot, et pourquoi pas, des SSD sur barrettes et PCIe ? A voir

"L'iMac Pro est un truc torché en urgence, allez hop on le colle en gris pour que les mecs sur Instagram puissent montrer qu'ils ont un ordi à 7000 boules. Faut le distinguer cet iMac. C'est le pendant mac de l'Apple watch Gold."

Sérieux, tu te décrédibilises tout seul avec des commentaires comme ça
L'apple watch or était chère car vendu avec un boitier en Or
L'iMac Pro est cher car vendu avec des composants de station de travail, et par ailleurs il est tout aussi cher que les PC équivalents
Le comparatif est nul et non avenu et te rabaisse à quelqu'un pour qui "cher" veut dire "bling bling et m'as-tu-vu", quelquefois le matériel. Pourtant, un ingénieur CAD avec une station HP Z640, il est pas "bling bling"

"Mais c'est un signe encourageant car ils ont compris qu'il reste des fans de macOS, de gpu, cpu, ram et bench qui veulent un truc qui déménage et longtemps."

Quand t'achètes un Xeon et une carte Vega ou une carte Quadro, t'es pas un "fan", t'es un professionnel
Le "fan" il va faire mumuse avec un i7 et une GTX 1080, pas avec du matos de pro dont il n'aura de toutes façons pas les logiciels qui l'exploite.

"Fans un peu oubliés ces derniers temps , Apple promet de corriger le tir. C'est pas mal déjà de le dire c'est pas dans leurs habitudes. Ils ont corrigé le tir aussi avec l'Apple watch, fini les Gold Lagerfeld et Colette et bling ils en ont fait un bon outil pour ceux qui veulent ça."

La dessus je te donne raison, mais sans ton aigreur.
Apple s'est lancé dans les machines pro tout collé-tout-soudé avec du matos propriétaire (SSD, carte graphique, etc) et dans les montre de luxe avec des boitier or 18 carat hébergent une électronique à l'espérance d vie de quelques années tout au plus

Deux secteurs casse-gueule (les stations pro sont évolutives et les montres Suisses sont prévues pour durer des centaines d'années) où ils se sont ramassés, et tant mieux, ils reviennent aux fondamentaux

avatar Dr. Kifelkloun | 

@jazz678
ce ne sont sûrement pas les Macs qui font le succès de Apple en 2017, et surtout je ne vois pas dans quelle direction Apple part avec la gamme Mac.
Parle de "Mac" aujourd'hui à des jeunes (des vrais jeunes, hein), ils ne savent même pas ce que c'est.
C'est la tendance qui m'inquiète. Ma fille a un chromebook à l'école. Apple est en train de perdre le marché de l'éducation aux USA. Dans quelques années il ne sera pas simple de convaincre ces gens là (et leurs parents) qu'il faut dépenser des milliers de $ pour avoir un "ordinateur".
J'ai un vieux Macbook Air qui commence à bien montrer son âge et je ne sais même pas par quoi le remplacer. Pire, je ne sais même plus si ça vaut le coup de le remplacer. Et j'utilise Apple depuis 20 ans.
Donc je ne doute pas un instant que la société fasse plein de fric mais ça ne change rien à ce que je pense de leur gamme de plus en plus illisible d'ordinateurs.
Soit dit en passant, ne me dis pas qu'il font encore du fric avec les Mac Book Air, Mac Mini ou Mac Pro... Ils doivent garder ça parce que ça ne leur coute rien. Je n'en vois de récents nulle part.

avatar jazz678 | 

@Dr. Kifelkloun

"ce ne sont sûrement pas les Macs qui font le succès de Apple en 2017"

Ne confond pas faire le succès et rapporter de l'argent.
Les profits gigantesques de Apple ne viennent pas du Mac tu as parfaitement raison. Mais la fait est que le Mac participe largement au succès et à la notoriété de cette société.
Et quoiqu'on en dise le Mac rapporte de l'argent à Apple. Aucun n'est vendu à perte

"Pire, je ne sais même plus si ça vaut le coup de le remplacer."
Si tu te pose la question probablement que non et que ton MBA répond encore à tes besoins.

avatar Dr. Kifelkloun | 

"Si tu te pose la question probablement que non et que ton MBA répond encore à tes besoins."
Si, c'est une vraie batteuse depuis Sierra. Il me sort par les trous de nez mais il n'y a rien en ce moment chez Apple qui me titille, alors que l'achat du MBA avait été presque impulsif tant cet ordi était pratique et collait parfaitement à mes besoins.
Il ne faut pas prendre ce que je dis pour une attaque en règle contre Apple. Si la gamme des Macs était aussi cohérente que celle des iPhones ou iPads ça aiderait un peu à mon avis. Il suffit d'aller dans un Apple Store pour voir que les Mac Mini, MBA ou Mac Pro n'ont plus une place évidente.

avatar jazz678 | 

@Dr. Kifelkloun

"l n'y a rien en ce moment chez Apple qui me titille,"
Tu dois être bien difficile ??
as-tu seulement testé une de leurs machines ? MB qui est très proche du MBA ou MBP13 ( ça vaut peut être le coût de voir ses ambitions à la hausse et prendre un truc plus récent et plus costaud...mais plus cher). Le refurb d'Apple propose de bonnes config à des prix raisonnables.

"Il ne faut pas prendre ce que je dis pour une attaque en règle contre Apple"
Tu peux. Ça ne me pose personnellement aucun problème.

" Il suffit d'aller dans un Apple Store pour voir que les Mac Mini, MBA ou Mac Pro n'ont plus une place évidente."

J'y suis allé la semaine dernier. C'est vrai ?.
Mais toutes ces machines sont en fin de vie. Je dirais donc que c'est normal. La relève du MBA, le MB donc, est quant à lui en bonne place

avatar Vanton | 

@Dr. Kifelkloun

Pourtant le MacBook Air doit encore bien se vendre... C'est quasi le seul ordi de la gamme portable qui rentre dans le panier moyen...

Pages

CONNEXION UTILISATEUR