J’ai enfin installé Sierra sur mon hackintosh

Nicolas Furno |

Note : si vous avez raté les épisodes précédents, vous pouvez suivre mon aventure hackintosh depuis le début à cette adresse.

Ça y est, j'ai enfin trouvé le temps (et l'envie) de mettre mon hackintosh à jour en installant Sierra. Pour être honnête, je n'avais pas prévu d'attendre aussi longtemps. Je pensais attendre la première mise à jour mineure et installer macOS 10.12.1 autour de sa sortie. Mais le calendrier a joué contre moi, cette version est sortie à la fin du mois d'octobre, une période particulièrement chargée côté actualité.

Et voilà, un hackintosh passé sur Sierra ! Cliquer pour agrandir

Bref, j'ai finalement installé macOS Sierra sur mon hackintosh et l'opération s'est bien passée ! Si vous avez suivi ma méthode d’installation et que vous êtes encore sous El Capitan, voici ce que j’ai fait pour mettre à jour mon ordinateur.

Préparation : les sauvegardes

Pour commencer, le plus important est la sauvegarde. On ne le répétera jamais trop : vérifiez que vous avez bien une sauvegarde intégrale de votre hackintosh, récente et complète.

Pour ma part, j'ai choisi de cloner intégralement et tous les jours le SSD de base sur un disque dur stocké en interne dans l'ordinateur en utilisant Carbon Copy Cloner. Pour commencer, j'ai coupé l'automatisation de la sauvegarde pour conserver pendant quelques jours une version fonctionnelle d’El Capitan au cas où.

Carbon Copy Cloner réalise un clone quotidien de mon hackintosh. Avant d’installer Sierra, j’ai réalisé un ultime clone à la main et coupé la planification. Ce n’est pas obligatoire, mais c’est une sécurité supplémentaire en cas de problème, pour éviter d’écraser la sauvegarde. Cliquer pour agrandir

Je sauvegarde aussi tous les jours la partition EFI qui contient les paramètres essentiels pour que le hackintosh tourne correctement. J'utilise pour cela un script disponible à cette adresse et avant l'installation de Sierra, j'ai aussi vérifié que j'avais bien une sauvegarde récente.

Vous ne serez jamais trop prudents et il est préférable de multiplier les sauvegardes. De mon côté, j’ai aussi une copie effectuée en interne avec Time Machine et une autre encore, cette fois en externe, grâce à Backblaze. Sans compter que tous mes documents importants sont synchronisés avec Google Drive et donc copiés également sur ces serveurs.

Si vous devez choisir, je vous recommanderais au minimum le clone intégral sur un SSD ou un disque dur, interne ou externe. En faisant ainsi, vous conservez une copie prête à emploi qui vous permettra de restaurer rapidement le hackintosh dans son état précédent si quelque chose de vraiment mauvais devait arriver pendant les opérations.

Préparation : Clover et macOS Sierra

Avant de procéder à la mise à jour elle-même, vous devrez préparer Clover. Rappelons que ce programme est une brique indispensable pour un hackintosh puisqu'il fait le lien entre la carte mère et macOS. Selon la méthode suivie pour installer le système, vous aurez peut-être à adapter cette partie.

Ce qui ne change pas, c’est que vous devrez mettre à jour Clover avec la dernière version. Vous pouvez simplement télécharger la version la plus récente sur le site du projet, mais si vous utilisez l’outil Clover Configurator, vous y trouverez un outil de vérification et de mise à jour.

Mieux vaut installer la dernière version de Clover avant de mettre à jour votre hackintosh. Clover Configurator permet de le faire rapidement. Cliquer pour agrandir

J’avais opté pour la facilité à l’installation initiale en exploitant MultiBeast, l’outil clé en main fourni par le site tonymacx86. J’ai gagné du temps la première fois, j’en ai perdu un petit peu cette fois, puisqu’il m’a fallu « convertir » mon installation comme si j’avais utilisé Clover. Cela a l’air impressionnant, mais c’est en fait très simple.

MultiBeast installe les extensions kernel indispensables au bon fonctionnement du hackintosh dans le dossier /Library/Extensions/. Pour que la mise à jour de macOS se passe correctement, ces extensions doivent être placées au sein de Clover, c'est-à-dire sur la partition EFI qui est séparée du volume de stockage principal du Mac. Commencez par monter cette partition (Clover Configurator le fait très bien pour vous) et vous la verrez dans le Finder.

Les extensions doivent être placées dans le dossier EFI/EFI/CLOVER/kexts/Other (vous pourriez les placer dans le dossier dédié à Sierra, mais il faudrait les changer de place l’année suivante). Récupérez au minimum FakeSMC.kext et l’extension associée à l’Ethernet et/ou au Wi-Fi, ainsi, le cas échéant, que celle de votre carte-mère. Tout n’est pas nécessaire pour la mise à jour, mais l’installeur de macOS Sierra aura besoin de quelques briques essentielles pour gérer correctement le matériel.

Installer les extensions du noyau dans la partition EFI est une bonne idée pour simplifier les mises à jour de macOS. Cliquer pour agrandir

Il est temps de télécharger macOS Sierra, ce que vous pourrez effectuer directement depuis le Mac App Store. Quand le fichier est chargé, vérifiez une dernière fois que vous avez une sauvegarde récente du hackintosh. Vous allez maintenant pouvoir procéder à la mise à jour !

Mise à jour de Sierra

Cette partie est quasiment la même que sur un Mac. Elle commence de la même manière en tout cas : après avoir téléchargé le système, ouvrez le fichier d’installation. Sélectionnez le volume de stockage de votre ordinateur et patientez le temps qu’il prépare l’installation et redémarre.

L’installation de la mise à jour commence exactement comme sur un Mac. Cliquer pour agrandir

Lors du redémarrage, Clover apparaîtra comme d’habitude. À ce moment là, vérifiez bien que c’est la partition d’installation de macOS Sierra, et non le volume où El Capitan est installé, qui est sélectionné. C’était bien le cas par défaut pour moi, mais dans le doute, utilisez les touches du clavier pour faire défiler les différentes options. Vous devez choisir Boot macOS Install from Hackintosh HD, avec le nom du volume de stockage qui change à la fin.

Validez et l’interface d’Apple prendra le relai. À ce stade, les pilotes de la carte graphique ne sont pas disponibles, si bien que vous aurez un affichage de mauvaise qualité et déformé. Ce n’est pas joli, mais ce n’est pas très important : vérifiez simplement que la barre de progression avance normalement. Et si tout va bien, vous pourrez répondre aux questions habituelles en fin d’installation : mot de passe du compte iCloud, activation de Siri ou encore envoi des données à Apple.

L’interface d’installation est moche, mais ce n’est pas un problème pour mettre à jour le système. Prenez votre mal en patience, cette étape nécessite une grosse demi-heure environ, sur un hackintosh comme sur un Mac. Cliquer pour agrandir

Si tout va bien, l’installation ira jusqu’à son terme sans embrouille. L’ordinateur redémarrera, Clover apparaîtra à nouveau et en théorie, l’option pour démarrer sur la partition d’installation aura disparue. Vérifiez que c’est bien l’option Boot macOS from Hackintosh HD qui est choisie et validez.

Vérifications et configuration de Sierra

C’est la plus grosse différence entre un hackintosh et un ordinateur vendu par Apple : une fois l’installation de macOS Sierra terminée, vous n’avez pas vraiment terminé la mise à jour du système. Vos premiers pas sur la nouvelle version serviront à faire le point et vérifier ce qui fonctionne toujours et ce qui est cassé.

Mise en garde : mettre à jour un hackintosh au milieu de vos collègues peut susciter quelques railleries. Cliquer pour agrandir

Voici les principaux points à vérifier :

  • Carte graphique : l’affichage est-il dans la bonne définition et tous les écrans sont-ils bien actifs ?
  • Son : les sorties audio sont-elles reconnues, et entendez-vous correctement du son ?
  • Wi-Fi et Bluetooth : les deux connexions sont-elles actives et pouvez-vous vous connecter à un réseau sans fil et à un accessoire (souris ou trackpad par exemple) ?
  • Ethernet : l’accès à internet fonctionne-t-il correctement ?
  • Continuité : les fonctions de Continuité comme Handoff ou AirDrop fonctionnent-elles encore ?
  • iMessage : est-ce que vous pouvez encore envoyer et recevoir des messages ?

Dans le meilleur des mondes, vous n’aurez aucun problème et vous aurez terminé l’installation. Pour ma part, j’ai eu deux problèmes, dont un qui est entièrement de ma faute.

Commençons par le problème qui est de mon ressort : j’ai installé macOS Sierra 10.12.3 le lendemain de sa sortie. C’était sans doute la pire idée que je pouvais avoir, parce que Nvidia a besoin de quelques jours après chaque mise à jour de macOS pour sortir des pilotes adaptés. Par ailleurs, chaque version de ses pilotes est réservée à une seule version de macOS. Je me suis retrouvé avec un affichage en 1024 x 768 pixels et je ne pouvais pas mettre à jour les pilotes, ni même installer la version précédente.

J’ai réussi à m’en sortir avec NVIDIA Web Driver Updater, un outil mis à la disposition des membres du forum InsanelyMac (inscriptions gratuites). Il permet d’installer une version même si elle n’est pas compatible avec votre système. J’ai donc installé la dernière mise à jour des pilotes, adaptée à macOS 10.12.3.

Il m’a fallu ensuite modifier Clover pour changer la manière de charger les pilotes Nvidia. Passons les explications techniques, disons simplement que pour macOS Sierra, vous devez cocher la case Nvidiaweb dans la section System Parameters et décocher la case nvda_drv=1 dans la section Boot.

Sierra modifie légèrement le fonctionnement de Clover pour les utilisateurs de cartes graphique Nvidia. Cochez cette case pour que les pilotes soient correctement pris en charge. Cliquer pour agrandir

Pour finir, il m’a fallu appliquer le patch habituel AGDPfix comme je l’expliquais dans mon article d’installation. Ce petit bug n’a pas été réglé avec macOS Sierra pour autant que je peux en juger et cette étape reste nécessaire, mais fort heureusement simple.

Encore une fois, j’ai été stupide de me lancer dans la mise à jour le lendemain de la sortie de cette version. Nvidia a sorti les bons pilotes le jour suivant et si j’avais attendu 24 heures de plus, j’aurais eu beaucoup moins de problèmes. Pour éviter de reproduire mon erreur, vérifiez que les pilotes sont disponibles à cette adresse. Ce sujet est mis à jour très régulièrement. Et si vous avez un problème, vous devriez vous en sortir en suivant ces explications en français.

Pour finir, la puce audio de ma carte-mère n’était plus reconnue sous macOS Sierra. Étant donné que j’ai eu beaucoup de mal à la faire reconnaître lors de l’installation, ce n’était pas vraiment une surprise toutefois. Et la solution était plus simple cette fois : j’ai supprimé toutes les modifications appliquées pour El Capitan et après avoir fait le ménage, j’ai suivi ce guide. La commande a fonctionné correctement du premier coup, un redémarrage plus tard et c’était bon.

Pour conclure

Tout le reste fonctionnait toujours normalement, d’iMessage à Handoff. Peut-être y a-t-il a un gros bug que je n’ai pas encore repéré, mais à première vue, mon hackintosh tourne désormais sous macOS Sierra sans problème majeur !

En tout, il m’a fallu une après-midi de travail pour mettre à jour l’ordinateur, en comptant le temps nécessaire aux sauvegardes. Si j’avais attendu d’avoir les bons pilotes graphiques, j’aurais économisé au minimum une demi-heure, peut-être une heure en tout. C’est plus long que pour un Mac, c’est vrai, mais ce n’est pas non plus rédhibitoire.

Le prochain article de la série devrait dresser un premier bilan de l’expérience générale. Cela fait plusieurs mois que ma machine de travail principale est un hackintosh et je n’ai jamais été bloqué plus d’une heure. À chaque erreur, j'étais le responsable, le plus souvent pour avoir mis à jour l’ordinateur par réflexe avant la sortie des pilotes graphiques. Une faute bête et agaçante, mais qui n’est pas compliquée à régler.

Pour le reste, je n’ai jamais le sentiment de ne pas avoir de Mac sous les yeux, macOS fonctionne comme sur un modèle vendu par Apple… Il y a quelques différences et des défauts mineurs, mais ce n’est pas le sujet ici et je reviendrai sur tout ça dans le futur bilan.

avatar yellocabb | 

L'angoisse des mises à jour sous Hackintosh... j'adore. 10.12.3 hier soir pour moi sans aucun pb...

avatar jb18v | 

Super :)

Au fait à partir que quelle version d'OSX on peut utiliser le port HDMI 2.0 d'une GTX 970 ?
J'avais un hackintosh sous Yosemite, j'ai changé la GTX 660 pour la 970, et elle a bien été reconnue, mais impossible d'utiliser le 3e écran sur HDMI..
Depuis j'ai recyclé le ssd pour autre chose, mais quand j'aurai du temps je me referai une installation, et vos articles sont précieusement conservés :)

avatar kouriachicoach | 

L'illégalité fait parti des défauts mineurs ou majeurs ?

avatar McDO | 

Violer le CLUF n'est pas forcément illégal... ;)

avatar NestorK | 

Ah ! Encore un "juriste" qui à priori ne connait absolument rien au concept de "légalité" et qui n'a jamais lu un article de loi ou des CGU.

avatar byte_order | 

Dès lors que votre copie de macOS a été obtenue légalement (a priori via l'achat d'un Mac, donc), il ne semble pas du tout illégal de vouloir tenter de faire fonctionner (vous avec acheté et obtenu un droit d'usage de macOS, après tout, et l'usage que vous voulez en faire ne regarde que vous) macOS sur une plateforme matérielle différente.

Je pense même que ce qui serait illégal c'est d'interdire de pouvoir le faire.
Si la licence d'usage de macOS vendue avec un mac est liée à *ce* mac, il appartient à Apple de 1) rendre impossible l'usage de macOS ailleurs que sur *ce* mac, même pas sur un *autre* mac et 2) de ne pas vendre de licence d'usage de macOS séparément d'un mac (hors Apple vend macOS X (10.6, 10.7, 10.8...) sur l'Apple Store *séparément* de la vente d'un Mac).

avatar McDO | 

@byte

Exactement

avatar McDO | 

Perso moi je l'ai fait après 2 ou 3 semaines. Je n'ai eu absolument aucun soucis. Tout s'est déroulé comme un vrai Mac, sauf qu'a la fin de l'installation, l'accélération graphique n'était plus prise en compte (tout à fait normal) donc mauvaise résolution, rafraîchissement hyper lent et lag.
Donc direction le site Nvidia, téléchargement des derniers drivers, installation, reboot, et voilà c'est reparti comme avant.

Nickel 👌 👌

avatar Domsware | 

Hum...

Une demie journée donc. Disons 2 mises à jour par an plus une demie journée pour régler des soucis cela fait 1 jour et demi par an.
Une machine est comptablement amortie sur 3 ans donc cela fait au total 4,5 jours pris sur la durée de vie comptable de la machine.
En multipliant ce nombre de jours par un TJM (Taux Journalier Moyen) de vente de prestation non effectuée pour s'occuper de cette machine, disons 500 € HT, cela porte le coût minimal de l'opération à 2250 €, toujours sur la durée de vie comptable de la machine.

Sans compter l'installation initiale, le temps consacré à la recherche d'informations techniques pour monter la machine...

Bref à performances et prestations identiques, cela devient rentable s'il y a plus de 2250 € HT d'écart entre la machine choisie et le modèle Apple équivalent. Pour un système illégal soit dit en passant.

Dans le cas de figure qui correspond à ma situation professionnelle cela n'est pas du tout rentable.

avatar byte_order | 

> Pour un système illégal soit dit en passant.

Cela reste à prouver. Y compris par Apple, qui s'en garde bien de le tenter en Europe, "soit dit en passant".

Si la copie de macOS installé sur le hackintosh a été obtenu légalement, c.a.d. après avoir acheté au moins un mac livré avec macOS ou juste macOS séparément (20 euros sur l'Apple Store) et sa licence d'utilisation cédée à vie, un client peut parfaitement vouloir tenter de faire une copie privée (si si c'est légal, on paye même une taxe pour l'exercice de ce droit exceptionnel) ou sortir le disque système livré et tenter de faire tourner ce logiciel sur une autre plateforme matérielle si cela le chante. Tout comme vous avez le droit de tenter de sortir le moteur de votre voiture pour l'installer dans un autre véhicule de votre choix : cela se passe dans votre garage, c'est votre droit.

Bien sûr, Apple ne garantie pas le bon fonctionnement de macOS dans ces conditions, et ne peut être tenu responsable de quoi que ce soit dans ces conditions.
Mais relisez bien la CLUF, c'est également le cas avec un Mac : comme toute garantie de logiciel, l'éditeur se dédouane de toute responsabilité en cas de non fonctionnement du logiciel, même dans le contexte idéal prévu par le vendeur...

D'un point de vue comptable, vous oubliez de comptabiliser
- l'expérience acquise durant ces jours de "maintenance" d'un hackintosh, qui n'est pas qu'un coût
- les jours de '"maintenance" d'un mac, qui sont loin d'être 0j par an, il suffit de voir les problèmes de wifi instable, de discoveryd, de freeze de la carte graphique sur Mac Pro, etc. Comme signalé dans l'article, une maj de macOS ne se fait pas en 5min *même* sur un Mac.

Enfin, tout le problème est ici : "a performance et prestations identiques". Le hic, c'est qu'elles sont pas identiques. Elles sont meilleures que l'offre d'Apple.
Sinon, le hackintosh n'existerait tout simplement pas.

avatar bugman | 

@byte_order

"un client peut parfaitement vouloir tenter de faire une copie privée ou sortir le disque système livré et tenter de faire tourner ce logiciel sur une autre plateforme matériel si cela le chante."

Il me semble qu'il a effectivement le droit de copier (a titre privé) mais jamais faire sauter la moindre protection (doit pas y avoir de différences entre un OS et un DVD/BR sur ce genre de questions).

avatar McDO | 

@bugman

Justement il n'y a aucune protection sur MacOS.

avatar byte_order | 

> Il me semble qu'il a effectivement le droit de copier (a titre privé) mais
> jamais faire sauter la moindre protection
> (doit pas y avoir de différences entre un OS et un DVD/BR sur ce genre de questions).

y'a pas de DRM sur la distribution dématérialisée de macOS, ni sur les DVD physiques.

Par ailleurs, la redevance pour copie privée comptant dans ses usages et donc le montant de sa taxe les copies de DVD/BR vidéos alors que cette copie est, effectivement, illégale car nécessitant de casser le DRM des DVD/BR vidéos, j'estime que le concept de copie privée "légale" est tout aussi flou que la façon dont les ayants droits s'estiment "légitime" de tirer un revenu d'usages pourtant réputé interdit, d'autant plus que cette interdiction est de leur fait et techniquement et juridiquement après des années de lobbying auprès des gouvernements.

Juridiquement, tirer un revenu d'une activité que l'on sait illégale, c'est du racket.
C'est ce que font les ayants droits en calculant dans leur redevance pour copie privée celles des films DVD/BR.

Fin de la parenthèse, dans notre cas, macOS n'est pas protégé par un DRM.

avatar Domsware | 

@byte_order

> D'un point de vue comptable, vous oubliez de comptabiliser l'expérience acquise durant ces jours de "maintenance" d'un hackintosh, qui n'est pas qu'un coût

Effectivement si cette expérience est refacturable par la suite. Dans les autres cas c'est un coût.

> D'un point de vue comptable, vous oubliez de comptabiliser les jours de '"maintenance" d'un mac
Il n'y a pas à les comptabiliser puisque ces mêmes coûts pour le hackintosh n'ont pas été pris en compte dans le calcul.

> "Enfin, tout le problème est ici : "a performance et prestations identiques". Le hic, c'est qu'elles sont pas identiques. Elles sont meilleures que l'offre d'Apple.
Sinon, le hackintosh n'existerait tout simplement pas."

Affirmations péremptoires et non fondées, tout comme la conclusion. Il y a de nombreuses raisons à l'existence du hackintosh.

avatar bugman | 

@Domsware

Dans un environnement pro, je conseillerais d'utiliser un Mac (un vrai) plutôt que ce genre de machines. A la maison, c'est une autre histoire.

avatar McDO | 

@Domsware

"1 jour et demi par an"

Sacrilège! Sachant que tu branles rien tout les dimanches, ça en fait des jours perdus/an!

Sérieux, dis simplement que ça te gonfles de mettre les mains dans le cambouis au lieu de sortir des sottises pareilles...

avatar GoldenPomme | 

A 500€ la journée, il perd 117k € HT sur la durée de vie comptable de la machine en la mettant au repos le dimanche.

avatar vrts | 

@Domsware : "lol award" pour Domsware...champion du calcul tiré par les cheveux, archéologue des excuses foireuses et joe la moral pour terminer.
champion !

Le hackintosh c'est pas pour une entreprise, c'est un trip de bidouilleur c'est tout.

J'en utilise un comme machine principale en etant freelance, j'assume les "risques". Au final après 1an et demi j'ai pas de problèmes et il est ultraaaa rentabilisé. Oui c'est comme un Mac (un mac = PC), ça tourne pareil. J'ai même parfois des bugs OSX que j'avais sur mon Macbook pro, c'est dire à quel point c'est la même chose.
Mais quel plaisir d'avoir une vraie carte graphique et de pouvoir faire du CUDA.
La semaine prochaine je rajoute de la RAM + un autre SSD. Vraiment agréable de pouvoir ce qu'on veut avec sa machine.
Le tout dans une petite tour en aluminum toute sobre qui ne fait pas de bruit.
https://www.quietpc.com/images/products/ctc-jb-u2-x2-large.jpg

avatar pocketalex | 

@vrts : +1, je suis dans le même cas que toi, sauf que ... mon hackintosh est ma machine principale dans mon entreprise

Mais là ou je te rejoins, c'est que je suis le seul à en avoir un, et il m'est impensable d'en installer un pour un salarié. Terrain trop aventureux.
Moi je me débrouille avec et pour le moment, il tourne 24/24 depuis 2012 sans le moindre souci, et a subi de nombreuses évolutions (RAM, OS, SSD, CG) sans souci, mais comme le moindre souci peut s'avérer catastrophique, je reste seul sur le sujet, bref je suis total d'accord avec toi sur ce point.

avatar fte | 

@Domsware

« Bref à performances et prestations identiques, ... »

C'est le cœur de la question. Les performances et prestations sont-elles identiques ?

Si les prestations sont identiques, il faudrait en informer les chevaliers de la pomme de ces forums qui clament haut et fort que l'Experience Utilisateur d'un Mac est tellement supérieure.

Si les performances sont identiques, on peut de demander si c'est bien pertinent de ce lancer dans ce bricolage - car c'est indéniablement un bricolage -, pour quel bénéfice ?

Je pense que ni les performances ni les prestations ne sont identiques justement. La performance est aisément du côté du PC en particulier de part un overclocking et du GPU costaud. Quant aux prestations, l'avantage irait volontiers au Mac du point de vue facilité d'emploi, mais il va clairement au hackintosh dès lors que l'on considère la modularité et l'évolutivité. Aussi, un Mac à prix descent doté de 64 GB de mémoire, c'est sympa selon les activités.

« Pour un système illégal soit dit en passant. »

L'est-t-il ? Vendre un hackintosh, certainement. Vendre un PC sans système "hackintoshable" absolument pas. Bidouiller une version de macOS dont on a acquis la licence en tout l'égalité est très possiblement complètement légal.

avatar ErGo_404 | 

Alors déjà, 500€ H.T. par jour c'est peut-être le prix facturé pour un pisseur de code par un vendeur de viande, mais c'est certainement pas le coût de l'employé type qui ferait ce genre de mise à jour dans une entreprise.

Ensuite tu peux restreindre les mises à jour majeures, rien ne t'oblige à toujours passer à la dernière version, surtout dans un environnement "de prod" avec des logiciels dédiés qui ne sont pas forcément adaptés à la dernière version d'OS X.

Enfin, tu ne me feras pas croire que tout ce qui est fait dans une entreprise est uniquement calculé sur la base de la question "est-ce que c'est rentable ou pas". Parfois, passer du temps sur un autre sujet que le travail, c'est aussi l'occasion de décompresser voir de découvrir de nouvelles choses qui pourraient être bénéfiques par la suite. Bref, c'est pas du temps perdu dans l'absolu.

Tout ça pour dire qu'il est important de faire ton calcul, mais que les différentes variables sont très floues et que la décision finale n'est pas forcément aussi carrée que ce que tu affirmes.

avatar pocketalex | 

@Ergo +1 aussi, tu as mille fois raison. Suivre les mises à jour de MacOs n'est pas forcément pertinent si rentable. Encore plus sur un hackintosh.

Je me cantonne à une mise à jour majeure tous les 3 ans (10.8 en 2012, 10.11 en 2015), et sinon les mises à jour de sécurité, bien sur.

avatar Nicolas Furno | 

@pocketalex

Ce n'est pas une mauvaise stratégie en effet, quand c'est possible. Dans mon cas, je dois suivre au plus près Apple pour les articles. Et la honnêtement, c'était pénible de ne pas avoir Sierra au quotidien.

Je pense que l'an prochain, je mettrai à jour dès la sortie de 10.13.1.

avatar thierry37 | 

@Domsware

1 jour et demi par an de maintenance.

Pour 10-15 jours de gagnés avec les performances ? (En rendu, en traitement etc. )

Au final, ça peut être rentable.

avatar Armand07 | 

Faut être pro ...

Pages

CONNEXION UTILISATEUR