App.net : un réseau social financé par ses utilisateurs

Nicolas Furno |
Un nouveau réseau social va bientôt naître : app.net, c'est son nom, a dépassé son objectif de financement et il devrait ouvrir ses portes dans les jours ou semaines qui viennent. Un réseau de plus, mais celui-ci a une particularité de taille : il n'est pas financé par la publicité, comme la majorité de ses concurrents, mais par un abonnement obligatoire de tous ses membres. Ses concepteurs ont déjà mis un système à la Kickstarter pour se lancer : il leur fallait 500 000 $ au minimum pour concrétiser leur projet.



app.net est né de la déception de son concepteur, Dalton Caldwell. Dans une vidéo proposée sur le site du projet, il explique que les réseaux gratuits et financés par la publicité sont décevants puisque leurs utilisateurs ne sont pas leurs membres, mais les publicitaires. Selon lui, l'objectif principal de Facebook ou Twitter est de vendre le maximum d'espace publicitaire, mais aussi de maximiser les revenus publicitaires. Tant pis si, en conséquence, l'expérience utilisateur est dégradée, ce n'est pas le plus important.

La polémique qui enfle depuis un an à propos de Twitter va dans son sens. Ce réseau social a été créé sans publicité et il a été très ouvert pendant les premières années, permettant à de nombreux autres services — dont ceux de Dalton Caldwell — de venir se greffer sur ses données. Pour être rentable, ce réseau a décidé de suivre le modèle de Facebook et d'ajouter ses publicités plutôt que de demander à ses utilisateurs de payer. Un choix qui oblige aussi le réseau à se fermer sur son propre site et ses applications (lire : Twitter se rêverait en réseau fermé).



Dalton Caldwell en est persuadé, il est possible de créer un réseau social ouvert et payant, où les utilisateurs — et non les publicitaires — sont la seule motivation de ses concepteurs. L'idée d'app.net était née : un réseau social où un abonnement payant est obligatoire et où il n'y aura aucune publicité. Tout l'argent récolté doit servir exclusivement aux frais de fonctionnement du réseau, mais aussi à ses améliorations pensées pour les utilisateurs exclusivement. Ce réseau est très ambitieux, puisqu'il est présenté comme un flux social en temps réel. Derrière, on peut imaginer des formes et fonctions variées, du flux RSS au service de chat, mais il fallait bien commencer quelque part. Dans un premier temps, app.net est un clone de Twitter par ses fonctions.

Quand vous créez un compte, vous devez choisir un pseudonyme qui reprend le @ initial et vous pouvez même reprendre le pseudo Twitter actuel. Dans la version alpha proposée pour le moment, on retrouve le principe de la liste de messages de Twitter et même certains éléments de présentation, comme les réponses, les followers et followings ou les tags avec le signe #. Les messages sont toutefois plus longs (256 caractères, tout un symbole en informatique).



À quoi bon payer pour un service qui existe déjà ? La question mérite d'être posée, d'autant que l'abonnement demandé par app.net n'est pas insignifiant puisqu'il faut compter 50 $ par an (environ 40,5 €). Ceux qui n'aiment pas la publicité et l'idée de financer un service par leurs propres données y trouveront leur compte. Ce réseau est ambitieux et s'il parvient à mettre en place ses idées, il pourrait devenir un réseau social vraiment séduisant. Ses concepteurs ont notamment l'idée de l'enrichir avec des modules supplémentaires, nommés "apps", qui viendront se brancher directement sur les données pour en faire autre chose.

Les développeurs bénéficieront d'un accès très large à l'API, c'est-à-dire aux outils qui leur permettront de construire des clients ou des applications qui utilisent les données app.net. Maintenant que le projet est assuré d'être financé, l'engouement est sensible avec plusieurs clients iOS déjà en cours de réalisation. Pour accéder à l'API du réseau dès maintenant, il faut toutefois payer 100 $ à l'année.



En attendant, il faut reconnaître ses limites. Pour commencer, ce réseau ambitieux n'est qu'au stade des promesses pour le moment, difficile de savoir si elles seront vraiment tenues. À l'heure actuelle, app.net contient un peu plus de 10 000 participants, ce qui est ridicule comparé aux millions d'utilisateurs de Twitter ou de Facebook. Ajoutons que l'énorme majorité des utilisateurs parle anglais et que le nombre de français y est ridiculement bas. La population d'inscrits est constituée essentiellement de développeurs et ce réseau intéressera d'abord d'autres développeurs, ou de journalistes informatiques (nous avons créé un compte).

Ce réseau est loin d'avoir la reconnaissance sociale de Twitter et il est probable qu'il ne l'obtienne d'ailleurs jamais. app.net est plus un complément de Twitter ou de Facebook et son prix le réserve aux plus geeks. Un choix surprenant pour un réseau social, mais qui peut s'avérer payant. On ne le saura pas avant quelques mois, mais d'ici là vous pouvez encore vous inscrire pendant une vingtaine d'heures. S'inscrire avant l'ouverture officielle vous permet d'être assuré de conserver votre pseudo Twitter, mais vous pouvez très bien ouvrir un compte sans.

avatar Gone91 | 

Bah tiens, ils ont trouvé le bon filon, un financement kickstarter pour faire baver les sites spécialisés et créer du buzz sans effort, un abonnement pour payer un service copié collé sur twitter et facebook (l'interface est digne des travaux de R&D de samsung :sifflote:)

Tout ça pour quoi ? Une expérience utilisateur meilleure que sur les réseaux sociaux gratuits ? Faut qu'on m'explique en quoi l'expérience utilisateur de twitter est médiocre à cause de son mode de financement..

avatar monoco | 

Sinon il existe également Diaspora, open-source, décentralisé (chacun peut installer son propre serveur diaspora ou en utiliser un déjà existant, et tous les serveurs sont connectés les uns aux autres pour n'en faire qu'un seul réseau) et contrôlé par l'utilisateur, donc qui place l'utilisateur en premier ET qui est gratuit (même si les dons sont bien sûr possibles). Le site du projet : diasporaproject.org
N'oublions pas également l'équivalent libre de Twitter, identi.ca, même si celui-ci est moins prometteur que Diaspora qui a le mérite d'avoir de la gueule malgré sa version alpha.

avatar monoco | 

Et puis comparer FB à Twitter au niveau du lien financement / respect de l'expérience utilisateur et surtout de la vie privée, c'est difficile... Même si je déplore le renfermement du réseau de micro-blogging (enfin moi j'utilisais déjà que le site et les apps officielles alors ça change pas grand chose de mon côté... Et les pubs sont sacrément moins intrusives que sur Facebook !).

avatar spiderben25 | 

J'ai pas de pub sur Twitter moi (via Tweetbot)

avatar iCaramba | 

'd'autant que l'abonnement demandé par app.net n'est pas insignifiant puisqu'il faut compter 50 $ par an'
Vous rigolez ??? Perso je trouve pas ça cher ; si ce réseau arrive à se faire un nom , je suis preneur…

avatar oomu | 

"Bah tiens, ils ont trouvé le bon filon, un financement kickstarter pour faire baver les sites spécialisés et créer du buzz sans effort, un abonnement pour payer un service copié collé sur twitter et facebook (l'interface est digne des travaux de R&D de samsung :sifflote:)"

Le projet est déjà existant (serveur, service en place, fonctionnel).

Y a donc déjà eu un investissement avant kickstarter.

"Tout ça pour quoi ? Une expérience utilisateur meilleure que sur les réseaux sociaux gratuits ? Faut qu'on m'explique en quoi l'expérience utilisateur de twitter est médiocre à cause de son mode de financement.."

c'est expliqué sur le projet.

le problème de Twitter, c'est qu'il va devenir progressivement hostile aux développeurs et à terme utilisateurs (pubs, contrôle du contenu, usage et revente des informations utilisateurs pour les publicitaires), comme Facebook.

Le but de App.net (tout comme identi.ca ou diaspora) est de se débarrasser du financement par la pub, qui est néfaste pour créer une plateforme perenne et un écosystème viable (financièrement) de sociétés autour.

-
identi.ca n'a pas de financement clair pour le maintenir s'il devait décoller.

-
diaspora est équivalent à jabberd, cyrus ou apache httpd : c'est une technologie, un logiciel, pour monter un système de notification comme twitter. Mais aucune entreprise, aucune communauté ne financent un ou des serveurs pour fournir ce service.

App.net tente de se financer, dés le début et est fonctionnel, déjà.

-
Je me fiche bien si au final l'entreprise échoue. La personne derrière n'est pas un inconnu ni un voleur. Mais le pari est osé, mais je veux que ce genre de financement réussisse et que "le gratuit par pub" cesse d'être la seule solution.

Donc, j'y participe.

avatar oomu | 

"Et les pubs sont sacrément moins intrusives que sur Facebook !)."

concernant Twitter, on ne critique pas l'actuel twitter.

On critique ce qu'il VA devenir.

Ce ne sont pas des spéculations de gourous annonçant la fin du monde.

On SAIT ce que Twitter Inc va faire. Twitter l'a expliqué dans ses lettres aux développeurs et annonces aux médias.

1e: Twitter va progressivement interdire la création de clients alternatif (tels que twitterrific, tweetbot etc)

2e: La pub va devenir beaucoup plus intrusive : "histoires", tweets allongés, interactivité dans la timeline, etc.

3e: "storification" de twitter : en gros twitter va mettre l'accent sur des discussion/article/applications/jeux autours des tweets. Le service va se complexifier, à la Facebook.

4e: régression de l'api : moins d'accès pour les développeurs.

On le sait parce que twitter l'a annoncé. mais n'a donné aucune date (c'est frustrant.)

avatar oomu | 

@spiderben25 [13/08/2012 14:05] via MacG Mobile

"J'ai pas de pub sur Twitter moi (via Tweetbot)"

c'est justement la principale raison pourquoi les clients alternatifs seront à terme bloqués par Twitter.

avatar dway | 

App.net est totalement fermé, c'est une arnaque a fuir.
Disapora est deja bien meilleur.

avatar oomu | 

@iCaramba [13/08/2012 14:26] via MacG Mobile

"si ce réseau arrive à se faire un nom , je suis preneur…"

Son principal problème sera de réussir à s'interfacer avec le monde existant pour avoir une légitimité.

C'est un difficile exercice.

avatar oomu | 

@dway [13/08/2012 14:57] via iGeneration pour iPad

"App.net est totalement fermé, c'est une arnaque a fuir."

le service est propriétaire, les données sont accessibles.

"Diaspora est deja bien meilleur."

diaspora est une technologie.

Il faut la mettre en oeuvre.

Vous le faites? Orange le fait ? Hp ? mon chien ?

Pour réussir à faire quelque chose de la taille de Twitter, il ne faut pas se contenter de serveurs mis en place par des gens comme moi, comme cela se fait pour XMPP.

Il faut un véritable service capable de monter en charge pour des millions d'utilisateurs avec un financement et une communication solide : de l'argent, du gros.

-
Dans l'absolu, un serveur diaspora aurait du être la base de ce qu'un FAI fournit (en plus d'une boite imap, etc)

Mais les temps sont à l'appauvrissement des services internet fournis par les opérateurs (imap quasi inexistant, mort de usenet, blog/stockage médiocres ou stoppés).

Sans Free, il n'y aurait même pas eu les box avec les services jeux/télé/autre tout en un

bref, les FAI et entreprises ayant cessé leur responsabilité d'apporter + d'infrastructures et services à internet, ce sont les entreprises privés à pub qui ont pris le relai

mais c'est malsain.

Alors ça doit être des entreprises privées payées, mais ca reste un pari audacieux.

Oui, le modèle idéal aurait du être une fédération de serveur diaspora maintenu par les acteurs internet, à la DNS/imap.

Pour le tchat, pareil, c'aurait du être une fédération de serveurs XMPP, par les FAI et hébergeurs.

avatar minimat (non vérifié) | 

Sinon adblock allège un peu les pubs facebook, gratis.

avatar Nihondjin | 

On viens de m'inviter sur ce réseau http://thechangebook.org/ gratos et sans pub...???

Sinon perso je n'en peux plus de créer des comptes sur des tas de sites / forum / réseau que je ne visite pas finalement.

La multiplicité de l'offre va-t-elle tuer tout les réseaux sauf ceux qui seront hyper spécialisés ? Qu'en est-il de google+ ? ça marche ? ils ont une énorme force de frappe et font tout pour faire ouvrir des comptes aux utilisateurs de de leurs services.

avatar misc | 

Dommage qu'ils ne mentionnent pas vraiment la vente des données utilisateurs.
Cela me préoccupe plus que les pubs.

avatar thefolken | 

Il a rien compris lui, si twitter avait été payant, il n'aurait jamais rencontré le succès, et des gens comme lui n'auraient jamais eut l'idée ni même l'envie de venir se greffer dessus.

avatar pacou | 

Résumons la philosophie qui est derriere tout ca par cet essaie de citation non parfaite (on retiendra l'idée) :

si vous utilisez un service gratuitement, vous êtes le produit.

Méditons, et regardons les services comme Facebook et Twitter et Gmail et Youtube et ...

Que pensez vous maintenant de l'abonnement à un service de discussion? Surtout si ils ont prévus (ce que je ne sais pas) le droit à l'oubli.

avatar Marksanders | 

Il nous reste copain d'avant qui est le must en France

avatar thefolken | 

@oomu :
'Le but de App.net (tout comme identi.ca ou diaspora) est de se débarrasser du financement par la pub, qui est néfaste pour créer une plateforme perenne et un écosystème viable (financièrement) de sociétés autour.'

Bah bien sur... Néfaste pour la pérennité d'une plateforme... Pour l'écosystème... Google permet bien d'utiliser leur algo pour et sur ton propre site, soit en affichant leur pub, soit en payant pour une API spéciale, sans pub.

Ça n'a donc strictement rien à voir.

Le seul problème de la pub, c'est lorsque ça vient influer sur la ligne éditorial, les fonctionnalités et la vie privée des utilisateurs. Ce qui est effectivement le cas sur beaucoup de sites...

avatar merzhin22 | 

@oomu

Tu va te calmer

avatar ArchiArchibald | 

Je suis favorable à l'élimination des services publicitaires comme Facebook ou Google. Pour Twitter, c'est encore un procès de mauvaise intention, on ne peut pas présager de l'avenir, même s'il semble que le chemin qui se dessine soit celui de Facebook, effectivement. La prudence est de mise.
Bref, vive les alternatives, même payantes.

CONNEXION UTILISATEUR