Firefox : 4 révisions majeures pour 2011

Florian Innocente |
Directeur du développement de Firefox, Mike Beltner a jeté les bases d'un nouveau planning pour le navigateur. Objectif, lancer dans le courant de cette année 2011 ses versions 4, 5, 6 et 7. Une volonté d'accélérer la cadence, déjà exprimée par l'un de ses camarades (lire Plus de rythme dans les mises à jour de Firefox).

À un second niveau, des améliorations essentielles devront être apportées, comme de toujours répondre à une action de l'utilisateur en moins de 50 ms ; de ne jamais perdre des données (meilleure stabilité) ou de pouvoir retrouver, d'un poste à l'autre ou sur un smartphone, son navigateur tel qu'on l'avait laissé (via le nuage).

Beltner rappelle que Mozilla, à travers Firefox, a su redynamiser le marché du navigateur web et relancer une compétition entre les acteurs. Ce qui s'est aussi traduit par de nouveaux défis. L'évolution de Firefox doit y répondre en gagnant en stabilité et réactivité, en offrant une interface aisée à appréhender, en proposant des technologies issues du web soutenues par les développeurs et les utilisateurs et en mettant ces améliorations entre leurs mains dans les meilleurs délais.

firefoxchambre


Pour autant, souligne Beltner, l'idée “n'est pas uniquement de gagner des parts de marché”. Mozilla se donne comme mission de promouvoir une plateforme web ouverte par opposition à une tendance du marché “De plus en plus notre vision est menacée par des modèles de développement pour les applications qui contournent le web en faveur d'une connexion directe à des ressources sur Internet, fermées et propriétaires”. Il liste les applications AIR d'Adobe, iOS, Android, le Chrome Web Store de Google, mais aussi une “balkanisation” des plug-ins (h.264, swf ou NaCI, créé par Google pour mettre du code natif C/C++ au sein d'applications web).

Firefox2011RoadmapImage1


La volonté de Mozilla est donc de s'en tenir à une plateforme ouverte et basée uniquement sur le web, utilisée par les ordinateurs, tablettes et téléphones, pour afficher les contenus et utiliser des applications (lire aussi Mozilla avance sur son "App Store" du web).

Pour mettre en oeuvre cette politique, le rythme de mises à jour de Firefox devrait grandement s'accélérer, Google ayant donné le ton avec un Chrome bientôt en version 10, même si dans les faits les changements de numéros ne se traduisent pas forcément par des bouleversements.

Suit une liste d'impératifs : Firefox doit donc recevoir des mises à jour moins espacées et plus régulières ; améliorer sa stabilité et son interface pour la rendre “moderne, gracieuse et élégante” ; optimiser les 5 à 10 actions les plus sollicitées par les utilisateurs ; préparer le support de la future interface de Mac OS X 10.7 et d'Android 3, assurer de bonnes performances du moteur JavaScript sur les derniers processeurs ARM, etc.

Pour Firefox 5 les nouveautés vont porter en premier lieu sur le gestionnaire de comptes (simplifier la connexion/déconnexion à des sites avec mots de passe), une interface comportant des animations, habiller une fonction de partage et tout ce qui peut contribuer à faire progresser sa stabilité et ses performances.

Dans Firefox 6 l'accent sera mis sur la gestion, installation et désinstallation des applications web, un cache plus rapide, la compatibilité Mac OS X 10.7 et des optimisations JavaScript. Pour Firefox 7 le programme est plus flou.

Enfin, conclut Beltner, Mozilla va revoir ses procédures de test ainsi que la manière dont seront supportées les extensions afin de s'assurer une sortie plus rapide de chaque révision.

Cette évolution à marche forcée de Firefox répond à un constat assez simple. Si Mozilla veut continuer à peser et avoir une chance d'imposer ses idées, il lui faut résister à l'ascension rapide de Chrome. Depuis quelques mois on observe en effet dans les parts de marché, une stagnation de Firefox au profit du jeune et très pressé navigateur de Google.

Sur le même sujet :
- Web : iOS dépasse les 2 %, Windows passe sous les 90 %
- Firefox domine en Europe grâce à Chrome

Tags
avatar cobra999 | 
En espérant aussi que les développeurs des modules suivent....
avatar lukasmars | 
Un bizarre sentiment de déjà lu; lors de la sortie de firefox 3 , ils communiquaient déjà de la même manière sur ce que serait firefox 3.5, firefox 3.6 voire même firefox 4 ( y'a presque 2 ans ) ... Bref, ils ont conscience de leur faiblesses mais j'attend de voir.
avatar iBook 68 (non vérifié) | 
ça y est, la course avec Chrome est lancé. Qui arrivera le plus vite à la version 100.0.0.1?
avatar MachX (non vérifié) | 
Pour tourner ça tourne, mais un peu plus de réactivité sur mac ne serait pas du luxe
avatar Anonyme (non vérifié) | 
avec Firefox 4, le déplacement d'une image vers le bureau ne la place toujours pas là où on l'a lâchée. Quand on détache un onglet, il ne se place pas là où on le souhaite. Le déplacement des onglets est tout sauf ergonomique. les listes déroulantes sous OS X ont toujours une gueule de Windows. on pourrait croire que c'est par manque de temps, mais en fait non. parce qu'ils en trouvent quand il s'agit de nous pondre des fenêtres alert et confirm customisées anti-ergonomiques au possible. Donc maintenant, plus la peine d'espérer faire une webapp qui s'intègre au mieux avec l'OS, Mozilla est là pour massacrer nos efforts et s'éloigner de l'IHM système. Trop cool. Y'a pas à dire, ils ont des super priorités chez Mozilla : d'abord les gadgets, ensuite, peut-être un jour, l'essentiel. P.S. : des progrès indéniables sur les perfs et sur le support des standards ceci dit. Mais bon, c'est surtout du rattrapage de retard. Rien qui fasse tomber par terre comme IE9 et ses perfs monstrueuses en affichages de sprites 2D, par exemple.
avatar Ali Baba | 
Firefox devrait abandonner son XUL et concevoir des interfaces natives ; quant aux plugins, JavaScript me semble la solution.
avatar Anabys | 
C'est l'arbre qui cache la forêt leur truc. 1) Ce n'est pas la numérotation des versions qui compte, c'est leur contenu. Ils auront beau numéroter des patchs de 3 lignes de code en nouvelle version majeure, ça ne changera pas la vitesse à laquelle Firefox évolue. 2) Dans l'esprit du public, le changement rapide de numérotation sera plus un problème qu'un avantage. Déjà, en suivant l'actualité informatique, j'ai toujours du mal à savoir quelle est la version actuelle de Chrome, et encore plus à savoir quelle sera la prochaine version majeure et quand elle sortira. Quant au contenu de chaque version majeure de Chrome, n'en parlons pas. Mieux vaudrait, à mon sens, si l'on veut sensibiliser le public, mettre l'accent sur les nouveautés majeures avec un beau message clair, du genre : "Firefox 5, nouveau moteur JS jusqu'à 50% plus rapide qu'avant", "Firefox 18, nouvelles fonctions de protection de la vie privée", etc.. Cette approche a bien fonctionné pour Opera 10 (rapidité) et 11 (extensions). 3) De toute façon, Firefox et Chrome ne sont pas comparables. Quand Chrome est sorti, avec peu de fonctions, Firefox existait déjà depuis plusieurs années. Donc, Chrome a eu beaucoup de retard à rattraper. Dans ce contexte, il est compréhensible que les versions majeures s'enchaînent rapidement. Après tout, pourquoi ne pas pousser la logique jusqu'au bout et faire un système sans version majeure, mais avec une mise à jour permanente (push et installation des patchs en arrière plan, comme Chrome, en totale transparence pour l'utilisateur) ?
avatar Anabys | 
4) Et puis Firefox a un autre problème, qu'il ne réglera pas d'un coup de baguette magique en changeant la numérotation des versions. Firefox repose sur des technologies qui vieillissent mal. Le moteur Gecko, par exemple, à l'heure WebKit prend de plus en plus d'importance. XUL est un autre exemple, cité dans un précédent commentaire. La réécriture d'une bonne partie du code serait nécessaire, et cela serait une "véritable" nouvelle version majeure. 5) La dernière remarque est plus personnelle : je pense que la fondation Mozilla ne fait pas le bon choix en se lançant dans la "course" aux versions comme le font ses concurrents. Ces dernières années, on a pu observer un phénomène bien étrange : la valeur des navigateurs calculés en fonction de la rapidité de leur moteur JavaScript. Alors Firefox a optimisé son moteur, tout en continuant d'afficher un temps de démarrage ridiculement long. Entre nous, je me fiche totalement que Firefox affiche Gmail ou je ne sais quelle application AJAX rapidement, dès lors qu'il met 1 minute à se lancer et 8 secondes à afficher la page précédente à partir du moment où l'on clique sur le bouton "précédent" (bon, d'accord, sur un netbook très peu puissant, mais Chrome à côté démarre en 2 secondes et charge instantanément la page précédente).
avatar levincefr | 
Ok, mais alors dites moi... Suis-je le seul à avoir des problèmes de compatibilité avec Chrome ? Il gagne des parts de marché mais depuis le début, j'ai des soucis réguliers avec des bogues sur certaines fonctionnalités de certains sites. Par exemple, avec l'interface d'administration de Joomla, certaines fenêtres restent vide ou ne s'affichent pas. Donc pour moi, Chrome c'est pas encore ça.
avatar Almux | 
Chrome est le Cheval de Troie de Google. Sa seule raison d'être est de rendre Google maître incontesté et incontestable de la toile.
avatar Manu33 | 
@levincefr : Non tu n'es pas le seul, utilisé quelques temps je suis revenu au origine, Chrome c'est bien mais pas stable (même dans la version...stable)
avatar levincefr | 
Ah enfin quelqu'un qui est d'accord avec moi ! Dans mon entourage, plusieurs personnes utilisent Chrome et en sont satisfait. Les cons...
avatar lompoc | 
J ai utiliser la version beta , beaucoup de plantage, notamment sur les vidéos sur youteub, mais j avous que c est drôlement plus rapide !
avatar Vinyl | 
Dans mon entourage, beaucoup de monde utilise Chrome car Firefox est devenu trop lent. Dommage. Je reste fidèle quand même. On va pas laisser Google tout contrôler et dominer le web ! Je reposte cette vidéo sur Google et la collecte d'infos : http://www.youtube.com/watch?v=hrontojPWEE
avatar #[OmeR]_'666' | 
Le problème de Firefox est le même que celui d'OpenOffice - et ce malgré tous les efforts consentis par les développeurs pour donner l'illusion d'une quelconque intégration - et ce problème, c'est que ce sont deux projets dirigés dans les grandes lignes par des sociétés bien établies, et dont la vocation reste (entre autre) d'être multi-support, et surtout, de faire le même logiciel sur tous les supports. On a pu voir l'interface archaïque de OOo, et la lourdeur de Firefox sur Mac ou Windows. Sous Linux également, Firefox est de loin le plus lent. Après reste le niveau de fonctionnalité du navigateur... et là pour l'instant je n'ai pas encore trouvé chaussure à mon pieds. Mais peut-être est-ce pour dans pas longtemps ?
avatar Aski | 
Cette course avec Chrome, c'est celui qui sera le meilleur ou bien celui qui aura le plus grand numéro de version ? A moins que en fait, plus le numéro est grand, plus on a de parts de marchés. Non, ça ne colle pas avec Internet Explorer et safari ... Je suis un peu perdu là ... on peut m'éclairer ?

CONNEXION UTILISATEUR