Les véhicules électriques pourraient être moins chers à produire dès 2027 en Europe

Nicolas Furno |

Une étude commandée par Transport & Environnement (T&E), une ONG européenne qui milite en faveur d’un transport plus écologique, envisage que tous les véhicules électriques vendus en Europe pourraient coûter moins cher que leurs équivalents thermiques dès 2027. La bascule sur les coûts de production serait plus proche de nous que prévu initialement, ce qui pourrait aussi accélérer la transition d’une énergie à l’autre pour les ventes. De ce fait, l’étude envisage aussi que 100 % des véhicules neufs vendus dans l’Union européenne à partir de 2035 pourraient être électriques.

Célébration d’un cap à l’usine Renault de Flins : 18 millions de voitures produites sur place et c’est une Zoé qui a atteint ce cap (image Renault).

Les véhicules électriques coûtent aujourd’hui nettement plus cher que leurs équivalents thermiques, c’est un fait indéniable sur tous les segments. La différence de prix est absorbée en partie par les bonus écologiques, c’est le cas en France avec une aide de 7 000 € sur toutes les voitures électriques neuves, mais cela ne suffit pas à effacer entièrement la différence. Malgré tout, le prix de l’électrique diminue rapidement et devrait continuer à baisser dans les prochaines années.

Sur une voiture électrique, c’est la batterie qui est le composant le plus cher de très loin. Pour le reste, produire une voiture thermique est plus coûteux, car son moteur à explosion compte nettement plus de pièces qu’un moteur électrique. Or le prix des batteries utilisées dans les véhicules ne cesse de diminuer depuis des années (-89 % entre 2010 et 2020) et devrait encore baisser dans les années à venir. Les constructeurs s’équipent pour produire plus de batteries et baisser les prix, à l’image de Volkswagen qui a un plan ambitieux dans ce domaine.

Le prix des batteries tourne actuellement autour de 137 dollars par kWh, il pourrait atteindre les 100 dollars en 2024 et même descendre à 58 dollars/kWh en 2030. Avec une telle baisse du composant le plus cher, les tarifs des voitures électriques devraient baisser mécaniquement eux aussi. L’étude effectuée par BloombergNEF envisage un calendrier différent selon le segment du véhicule. Les utilitaires légers, comme le Kangoo de Renault, devraient être les premiers à passer d’un côté à l’autre, avec des modèles électriques au même prix que les thermiques dès 2025. Pour le segment C, celui d’une Golf par exemple, il faudra plutôt attendre 2026 et le segment B, celui d’une 208 de Peugeot, attendra 2027 d’après cette étude.

Le prix des véhicules électriques (bleu) baissera rapidement dans les années à venir, jusqu’à croiser celui des véhicules thermiques équivalents (noir).

Précisons que l’étude ignore volontairement les bonus, qui varient d’un pays à l’autre. D’après elle, les voitures électriques seraient moins chères sans aucune aide gouvernementale que leurs équivalents thermiques. Ces recherches sont toutefois associées à plusieurs conditions importantes. Les constructeurs automobiles doivent être incités à produire toujours plus de véhicules électriques, ce qui passera d’après T&E par un maintien et un renforcement des règles européennes sur les normes d’émission CO₂1.

Si tout va bien, les véhicules électriques pourraient être les seuls vendus dans toute l’Union européenne dès 2035. Mais pour parvenir à cet objectif ambitieux, l’étude précise qu’il faudra d’autres actions, tout particulièrement pour accroître l’offre en stations de charge, un point noir aujourd’hui notamment en France. Le gouvernement avait annoncé à l’automne vouloir déployer 100 000 bornes de charge en 2021, mais faute de moyens suffisants, on en sera loin, comme le révèle encore l’association Avere en notant une progression beaucoup trop lente des déploiements.

Dans les études qui interrogent des consommateurs sur la voiture électrique, le prix est en effet souvent parmi les premières raisons avancées pour rester sur du thermique. L’autonomie et plus encore les faiblesses de l’infrastructure de charge ne sont jamais loin derrière et pour les propriétaires de véhicules électriques, c’est en général le principal défaut qui remonte. Le rapport compilé par BloombergNEF en tient bien compte et note que faute d’une politique suffisante de ce côté, les voitures électriques ne représenteront que 85 % des ventes en 2035.

Tesla est le seul constructeur à ce jour à offrir sa propre infrastructure de charge, avec un réseau dense et adapté à la demande. Ici, en Autriche (photo Jakob Härter (CC BY-SA 2.0)).

L’étude indique aussi que le prix des batteries ne suffira pas, même si c’est le critère le plus important. Les constructeurs doivent aussi réaliser des investissements conséquents pour créer des plateformes exclusivement électriques, ce qui serait la seule capable de baisser suffisamment les prix. La voie suivie notamment par le groupe Stellantis (ex PSA), avec des plateformes hybrides partagées entre thermique et électrique, ne permettra pas d’atteindre une rentabilité suffisante selon un ancien directeur général de Renault interrogé par Le Figaro. Il juge qu’une plateforme doit atteindre un volume de 300 000 véhicules produits par an pour devenir rentable.

Créer ces plateformes demande du temps et beaucoup d’argent et c’est pourquoi l’Union européenne devra maintenir la pression sur les constructeurs, jugent les auteurs de l’étude. Comme on le voit, plusieurs conditions importantes devront être remplies pour que l’électrique remplace entièrement le thermique, tant du côté des industriels que des infrastructures. Sans compter que les deux fonctionnent de pair : des stations de charge bien réparties sur le territoire et en nombre suffisant pour répondre à la demande permettent de vendre des véhicules avec des batteries plus petites et donc moins coûteux à produire.

La plateforme exclusivement électrique E-GMP du groupe Hyundai. Pendant un temps, les rumeurs suggéraient qu’Apple allait l’utiliser pour sa voiture électrique, mais un accord entre les deux entreprises est finalement tombé à l’eau.

Si l’Europe veut atteindre ses objectifs de pollution pour 2050, elle devra maintenir et renforcer ses politiques dans tous les domaines, juge pour conclure T&E. Il lui faudra conserver les systèmes de bonus et malus, améliorer ses infrastructures de charge et maintenir la pression sur l’industrie, par exemple en définissant dès maintenant une date butoir pour la fin des ventes de véhicules thermiques.

Accroche : Ivan Radic (CC BY 2.0)


  1. Pour rappel, les constructeurs automobiles doivent respecter un quota d’émissions pour leurs ventes en Europe, sous peine de devoir payer une amende. Cette mesure entrée en vigueur en 2020 a fortement contribué à la progression du nombre de voitures électriques vendues en Union européenne.  ↩︎


avatar toumaii3 | 

« Avec une telle baise du composant »… You made my day 😊

avatar stefhan | 

@toumaii3

Ah ah j’ai signalé la faute aussi 😂
C’est sûr qu’il y a un manque là 😅

avatar raoolito | 

@toumaii3

joliii !

avatar JLG01 | 

@toumaii3

Est-ce que cela lui a fait mal?🥴
Il y en a vraiment qui aiment!😇
😹

avatar Link1993 | 

Quand en parallèle l’AIE sort un rapport indiquant que l’obtention des ressources conflictuelles va être compliqué dans les 10 prochaines années par manque d’obtention des ressources (pas par manque de ressources, mais par manque de lieu d’extraction parce que les états ou les civilisations -Europe- ne veulent pas avoir de mines), je vois pas les prix baisser sur la fabrication des véhicules électriques, à moins de les simplifier très grandement…

avatar Un Type Vrai | 

Quel composant en pratique ?
Cobalt ? Il y en a de moins en moins dans les batteries.
Lithium ? C'est abondant
Terre rare ? Il n'y en a pas dans les batteries (mais il y en a plein dans les pots catalytiques)

...

Concrètement, quel est le composant bloquant ?

avatar Link1993 | 

@Un Type Vrai

Je crois que tu ne m’as pas compris (ou que tu t’attendais à ce que je parle du manque de ressource dans la croûte terrestre, le classique).

Non, je parlais de minage des ressources, et que les états ne mettaient pas en place ce qu’il fallait pour exploiter plus les ressources, par rapport à la demande qui va être importante pour la transition énergétique decarboné.

Le lithium est un très bon exemple. Yen a plein (c’est pas une terre rare, d’ailleurs, ça veut pas dire grand chose, faut dire ressources stratégiques, qui incluent plus de chose). Mais pour l’instant, y’a que 2 pays qui en produisent. Si la demande augmente, ça va être problématique à l’avenir, car les infrastructures nécessaires pour miner la ressources ne sont pas là, et ça mets énormément de temps (plusieurs années) a se construire. C’est en ça que l’AIE dit : Attention !

Plus de lecture par ici :)

https://www.iea.org/reports/the-role-of-critical-minerals-in-clean-energy-transitions/executive-summary

(Pour info, l’acier n’est pas visible car non indiqué comme ressource stratégique. C’est la première fois qu’une étude aussi importante sort, donc ça peut se comprendre, mais c’est piégeur pour les personnes qui ne sont pas du milieu)

avatar Link1993 | 

@CNNN

Oui, totalement. Mais on retourne sur l'étude partagée plus tôt : faut investir longtemps à l'avance, et ce n'est pas fait !

En France, ça manque pas de minerais non plus !

(Et on pourrait aussi retrouver à 100% notre indépendance énergétique d'ailleurs, y'a de l'uranium encore dans nos terres, et y'a pas si longtemps, on le minait encore)

avatar roccoyop | 

@Un Type Vrai

Surtout que les batteries se recyclent de mieux en mieux, donc tous les éléments devant être extraits seront du coup déjà présents sur place, en Europe

avatar Link1993 | 

@roccoyop

Voir ma réponse. C'est pas la possibilité qui manque, c'est l'investissement à très long terme pour de très très grande quantité à extraire.

https://www.iea.org/reports/the-role-of-critical-minerals-in-clean-energy-transitions/executive-summary

avatar 421 | 

@Un Type Vrai

Le ratio terres rares électriques/ thermique a été franchis il y a quelques années…

avatar Dziga_Vertox | 

Tesla va peut être devenir ringard on ne sait pas

avatar R-APPLE-R | 

Comme par hasard une Zoe 🤓 nous prennent pour des jambons 🤨

avatar raoolito | 

@R-APPLE-R
pourquoi? c'est la seconde voiture electrique la plus vendue d'europe...

avatar R-APPLE-R | 

@raoolito

C’est pas le problème je faisais référence à cette phrase dans l’article : 18 millions de voitures produites sur place et c’est une Zoé qui a atteint ce cap.
Ils ont fait en sorte que ça soit une Zoé c’est se que je dis.

avatar YAZombie | 

Pas très clair "ils ont fait en sorte"… c'est qui "ils"? Et comment ont-ils "fait en sorte"? Ils les ont vendus avec des pistolets sur la tempe des acheteurs? 🤔

avatar R-APPLE-R | 

@YAZombie

Heu …. Non " ils " les marqueteux ont dû demander à la chaîne de production de faire en sorte que se soit une Zoé qui sorte 18 millionièmes pour faire plus de Pub sur l’électrique voilà tout.

avatar BobLeCanard | 

@R-APPLE-R

Actuellement à Flins, seulement 2 modèles sont produits : la Renault Zoe et la Nissan Micra.
Il est tout à fait possible de « forcer » le film de fabrication pour que ça « tombe » sur une Zoe… mais dans le mix de production les Micra sont très nettement inférieures en nombre par rapport aux Zoé, donc même sans le faire exprès il serait probable que ça se soit passé naturellement.

[edit : la photo remonte à 2017, et à cette époque c’était la Zoe « phase 1 », qui côtoyait bien déjà la Micra. Mais il y avait peut-être encore aussi des Clio IV, et je n’ai pas l’info sur les volumes de cette année. Mais en 2020 sont sorties 92000 Zoe et 35000 Micra, je pensais qu’il y en avait moins de Micra que ça.
L’info sur le « forçage » possible du film de fabrication, elle, reste vraie 😉]

avatar R-APPLE-R | 

@BobLeCanard

D’accord merci de l’information 😌

avatar zoubi2 | 

@R-APPLE-R

Et alors... Qu'est-ce qu'on en a à cirer ???? 🙄

avatar Biking Dutch Man | 

Mon voisin très écolo a revendu sa zoé qui était un drame en terme de fiabilité et d’autonomie.

avatar raoolito | 

@Biking Dutch Man

mon pere a une zoe et il ne la quitte plus, ca remplace sa 306, sa 106 (oui!) et il n'arrete plus de tourner avec. Je crois me souvenir qu'il y a de nombreuses versions de la Zoé, en tous cas si c'est la derniere, j'ai pu passer un apres midi et rien à redire, un vrai regal.
autonomie plus de 300km… pas extraordinaire mais tout à fait honorable

avatar iftwst | 

@Biking Dutch Man

Très bonne voiture de ville la ZOE.
Bon après pas pour de la route. Le thermique a quoi qu’en dise pas mal de beaux jours devant lui en terme d’autonomie autoroutière….

(Je garde un souvenir ému de trajet en Tesla model 3 d’un ami de nuit en hiver chauffage coupé à se cailler dans une voiture à 50k€ pour grappiller de la batterie en priant que l’on puisse atteindre la borne de recharge !)

avatar Fredouille14 | 

@iftwst

eh oui, l’électrique c’est plus adapté aux climats tempérés à 19c et de jour

Pages

CONNEXION UTILISATEUR