Surface Studio : des atouts et des défauts face à l’iMac

Mickaël Bazoge |

Avec sa Surface Studio, Microsoft a remarquablement réussi son coup. Le premier tout-en-un mis au point par la même équipe qui a développé la gamme de tablettes Surface est non seulement un bel objet, mais c’est aussi la consécration d’une vision, celle d’un ordinateur dont l’écran tactile n’est pas qu’un moyen de se faire mal au bras.

CnetCliquer pour agrandir

Microsoft a de plus bénéficié d’un coup de main d’Apple qui, au lendemain de l’événement Surface Studio, lançait ses nouveaux MacBook Pro. La présentation des ordinateurs portables avec leur Touch Bar a été vivement critiquée, tandis que la Surface Studio était saluée pour son audace… et ce, par la même clientèle visée par les deux vieux concurrents, les professionnels et les créatifs.

Maintenant que les choses — et les polémiques — commencent doucement à se tasser, il est temps de vérifier sur pièce ce que valent vraiment ces nouvelles machines. Les premiers tests du MacBook Pro avec Touch Bar sont tombés il y a quelques jours, avec des avis mitigés. Qu’en est-il de la Surface Studio ? Tom Warren (pour The Verge), Dan Ackerman (pour Cnet) et Devindra Hardawar (pour Engadget) livrent leurs verdicts résumés ci-dessous.

Connectivité : un pied dans le passé

C’est la base qui contient l’ordinateur à proprement parler. À l’instar d’Apple avec l’iMac, Microsoft a fait le choix incongru de positionner tous les ports à l’arrière, ce qui rend la manipulation des câbles bien peu pratique. La première déception — il en faut tout de même — provient des choix technologiques réalisés par le constructeur : on trouve en effet quatre ports USB 3.0 (pas de 3.1, pas de connecteur USB-C), un port Ethernet, un Mini DisplayPort pour brancher un second écran, un lecteur de carte SD et… un port audio jack.

EngadgetCliquer pour agrandir

Si on peut reprocher à Apple de projeter un peu trop dans le futur les utilisateurs des nouveaux MacBook Pro avec leurs quatre ports USB-C/Thunderbolt 3, Microsoft retiendra les propriétaires du Surface Studio… un peu trop dans le passé ! L’absence de Thunderbolt sera un frein pour les switchers Mac.

Le PC comprend aussi une webcam de 5 mégapixels ainsi qu’une caméra infrarouge pour les fonctions de reconnaissance Windows Hello. Sur le côté droit, se trouvent le bouton d’allumage et le contrôle du volume. Enfin, le stylet Surface Pen peut tenir aimanté sur la tranche.

Performances : un PC haut de gamme de l’an dernier

Microsoft a livré aux testeurs des Surface Studio haut de gamme, avec un processeur Core i7 à 2,7 GHz (Skylake, la même génération que les nouveaux MacBook Pro), 32 Go de RAM DDR4, un GPU GTX 980M et un stockage de type Fusion Drive (2 To HDD, 128 Go de SSD). Une machine facturée 4 199 $. L’entrée de gamme à 2 999 $ se contente d’un Core i5 (Skylake), 8 Go de RAM, 1 To de stockage (64 Go de SSD) et une GeForce 965M.

EngadgetCliquer pour agrandir

Alors que The Verge aurait aimé des processeurs de dernière génération Kaby Lake, Cnet regrette le choix d’avoir utilisé des GPU Nvidia habituellement destinés aux ordinateurs portables haut de gamme.

En passant son tour sur une GeForce 1080, Microsoft a ici raté l’opportunité de faire de la Surface Studio un ordinateur suffisamment puissant pour les adeptes de la réalité virtuelle… mais également pour les graphistes 3D et les développeurs de jeux les plus gourmands. Dans les faits, une 980M reste suffisamment bien armée pour de la réalité virtuelle tout de même !

« Ce sont de vieilles technologies pour un PC au design si futuriste », s’étonne même Tom Warren. La Surface Studio est cependant suffisamment puissante pour faire fonctionner dans de bonnes conditions des jeux exigeants comme Forza Horizon 3 ou Gears of War 4, mais pas nécessairement avec les réglages les plus élevés. Overwatch par exemple tourne à 60 images/seconde en 1080p avec les réglages “haut” ; Gears of War à 50 i/s avec les réglages “medium”.

Cliquer pour agrandir

Cnet a réalisé quelques benchmarks qui montrent que la Surface Studio Core i7 et le MacBook Pro Core i7/2,7 GHz sont assez proches l’un de l’autre.

En usage, et même avec des composants datant de l’an dernier, la Surface Studio reste un excellent PC bien évidemment. Pour Devindra Hardawar, c’est même un des ordinateurs les plus puissants qu’il ait testé. On peut jongler entre des dizaines d’onglets, lire une vidéo 4K, et jouer à Minecraft en haute qualité sans que la machine explose. Un tel écran invite de toutes façons au multitâche. Seul hic, il arrive parfois que la partie HDD de l’espace de stockage, avec ses accès mécaniques, se rappelle au bon souvenir de l’utilisateur.

Autre problème soulevé par Tom Warren : le bruit. La Surface Studio n’est pas une machine silencieuse, les ventilateurs tournent en continu, avec un volume plus ou moins élevé selon sur quoi on travaille.

Un écran aussi grand que flexible

C’est la vedette incontesté de la Surface Studio : ce grand écran de 28 pouces d’une définition de 4 500 x 3 000 (13 millions de pixels). C’est 1,2 million de moins que l’iMac 5K Retina (5 120 x 2 880), mais tout de même il y a de quoi faire. La technologie PixelSense — déjà exploitée dans les Surface Pro 4 et Book — offre au tout-en-un un rendu parmi les meilleurs jamais vus, s’enthousiasme Engadget.

Comme l’iMac, la dalle de la Surface Studio affiche un large gamut de couleurs P3. L’ordinateur comprend en fait trois réglages : sRGB, DCI-P3 et un mode “vivid” qui booste la luminosité et les couleurs. À utiliser avec parcimonie pour éviter les aberrations chromatiques. Les pros de l’image, qu’il s’agisse de photographes ou d’éditeurs vidéo préféreront utiliser le P3.

La particularité de cet écran est de pouvoir être utilisé comme une immense tablette graphique. L’ingénieux système de bascule permet de positionner l’écran jusqu’à une position de 20 degrés (avec toutes les variations possibles). Le Surface Pen peut alors se transformer en crayon pour dessiner, ce qui est un des premiers usages mis en avant par Microsoft.

Le contact de la pointe du stylet et de l’écran donne presque une impression de crayon contre une feuille de papier, comme l’explique Engadget. C’est l’impression qu’en a eu le dessinateur Nick Cogan invité par Cnet à tester l’ordinateur. Le plus important, « c’est que cela semble naturel, que cela soit comme avec un crayon ». Et c’est ce qu’il a ressenti en dessinant ses Mickey sur la Surface Studio.

The VergeCliquer pour agrandir

Lawrence Mann, autre illustrateur pour The Verge, compare la précision et la latence du Surface Pen à celles d’une tablette Cintiq qu’il a l’habitude d’utiliser. Il voudrait pouvoir appliquer une rotation de l’écran et avoir en main un stylet plus ergonomique. Alexander Sapountzis, pour Engadget, note de son côté que la technologie de palm rejection est « pire » que sur l’iPad Pro.

Le constat qui s’impose à la lecture de ces tests, c’est que la Surface Studio concurrence plus volontiers les Cintiq de Wacom, du moins pour ceux qui font du dessin leur profession.

Surface Dial : attention, ça glisse

Après cette fameuse bascule de l’écran, le Surface Dial a provoqué le second effet « whaou » lors de l’événement spécial de Microsoft. Le périphérique rond est une nouvelle interface qui permet d’appeler des outils contextuels, selon le logiciel utilisé. L’appareil se pose sur l’écran de la Surface Studio et… malheureusement il lui arrive de glisser !

CnetCliquer pour agrandir

Le Surface Dial « ne colle pas très bien à l’écran », se plaint-on chez The Verge. Et ce, même dans la position à 20 degrés, l’appareil « glisse », ce qui est perturbant et « ennuyeux ». La navigation dans les menus et sous-menus n’est pas aussi simple que ce que la communication de Microsoft voudrait faire croire, note-t-on chez Cnet.

Utiliser ce palet de hockey demande un petit temps d’apprentissage, ce d’autant que les fonctions proposées par le Surface Dial sont différentes d’un logiciel à un autre. Tout cela évoque évidemment la Touch Bar des nouveaux MacBook Pro… et tout comme pour la barre tactile d’Apple, il importe que les éditeurs prennent en charge le périphérique.

EngadgetCliquer pour agrandir

La liste des logiciels compatibles compte une vingtaine de noms, et il y manque le plus important d’entre eux : Photoshop. Adobe ne fait pas partie des partenaires de Microsoft, pour le lancement du moins. De plus, quelques applications présentent un support a minima, avec de simples fonctions de zoom, de navigation, voire tout simplement d’ajustement du volume.

Comme chez Apple, le succès de ce périphérique est maintenant entre les mains des développeurs.

Une machine qu’Apple aurait pu imaginer ?

Dans une de ses récentes interviews, Phil Schiller a bien fait comprendre que les écrans des Mac ne seront jamais tactiles. Apple a testé des prototypes qui ont validé la conviction de l’équipe dirigeante : non, ce n’est pas une bonne idée (lire : Pour Phil Schiller, le Mac est une « expérience tactile à temps partiel »).

Pourtant, la Surface Studio ressemble beaucoup à ce qu’un iMac tactile aurait pu être. Si Apple avait présenté un tel ordinateur, on peut parier sans trop se tromper que beaucoup auraient salué l’inventivité du constructeur… dont pas mal de créatifs.

Ces derniers pourraient-ils être tentés de basculer vers la Surface Studio et Windows ? Apple « force » les créatifs à utiliser un iPad Pro et un Pencil, mais toutes les applications professionnelles ne sont pas forcément disponibles sur la tablette, ou encore dans des versions allégées.

CnetCliquer pour agrandir

La Surface Studio va peut-être attirer un certain nombre de professionnels déçus par les nouveaux produits d’Apple ou cette impression de plus en plus tenace que la Pomme ne les tient plus en si haute estime. Il est déjà remarquable, note The Verge, qu’un appareil de Microsoft puisse être sérieusement considéré comme une alternative au Mac.

Si l’éditeur de Redmond a maintenant de bonnes bases pour continuer à améliorer son produit et cultiver son image auprès des pros, il va toutefois se heurter à une réalité résumée par Nick Cogan : « Je pense que la grande barrière, c’est que [la Surface Studio] est sous Windows. Tant de personnes dans les milieux créatifs ont plusieurs décennies d’expérience avec leurs Mac ».


avatar xela57 | 

Malheureusement si Microsoft doit compter sur les éditeurs, ça va être compliqué, Windows Phone est un bon exemple ...

avatar NestorK | 

@xela57

Tu compares Windows sur mobile et Windows sur ordinateur ?

avatar xela57 | 

@NestorK

Non le fait que des éditeurs doivent suivre Microsoft alors que il ne le font plus depuis longtemps ...

avatar en ballade | 

tu peux donner des exemples d'editeurs?

avatar bonnepoire | 

Tu crois que les éditeurs vont se casser le cul pour les 5 rednecks qui vont acheter ce truc? Vu le prix on s'attend à mieux, surtout venant de gens qui descendent sans cesse Apple sur ce critère.

Personnellement, je trouve que c'est un design du passé. Du bloc carré, des barres chromées... berk! Ça va mal vieillir tout ça

avatar Benitochoco | 

Je suis pourtant aussi sur Mac, et je peux te dire que la Surface Pro est un produit vraiment génial. Puissant, bonne autonomie, pouvoir passer de Sketchbook à Solidworks sur la même machine avec le confort d'une tablette ou d'un véritable ordinateur en déplacement, le MBP reste à la maison, ou je quitte la Surface pour la production. Franchement, ils ont super bien bossé.

avatar akaaw | 

Arrête de nous vendre cette merde

avatar bonnepoire | 

Confort d'une tablette? Really???

avatar macinoe | 

Ah oui, quand même...

Ca doit être une sacré expérience de voir le monde avec tes lunettes

http://i2.cdscdn.com/pdt2/t/y/6/1/700x700/kitty6/rw/hello-kitty-lunettes...

Tu peux me les prêter ?

avatar bonnepoire | 

Des lunettes n'y feraient rien. Par contre, un cerveau...

avatar ArnaudB | 

Sans le support d'Adobe Photoshop, ce truc n'a aucun avenir dans l'industrie graphique.

avatar akaaw | 

+10

avatar C1rc3@0rc | 

Je vois pas le rapport.
Windows Phone est mort parce que c'etait pourrit depuis le depart, l'interface etant un catastrophe et Microsoft ayant conduit une politique absurde, inconsistante (en concurrence avec ses partenaires, fallait le faire) sur le materiel.

La il s'agit d'un PC de reference qui tourne sous Windows (et probablement sous Linux sans grosse difficulté) qui a surtout pour objectif d'etre copié, amelioré et vendu moins cher pas les constructeurs PC traditionnels et les nouveaux arrivant chinois. Ça n'a donc rien a voir.
Apres niveau materiel, MS a produit une machine actuelle, qui s'integre dans l'environnement existant sans souci. Manque juste le Thunderbolt, mais la c'est plus a cause du choix du processeur qu'autre chose. Si MS avait du attendre les Kaby Lake qui integrent Thunderbolt 3 et USB 3.1 nativement, la machine ne serait sorti au mieux qu'au printemps.

Ce qui est surtout remarquable c'est que cette machine s'inscrit dans le redémarrage de l'industrie PC qui cherche a convaincre le client, non plus avec du marketing, mais avec des innovations et de la fonctionnalité.
Microsoft fait le pari de l'écran tactile. c'est un choix, on verra si ça prend, mais au moins MS est coherent et tiens sa route.

avatar mac_adam | 

@circé : Le dernier paragraphe avec les sous-entendus bien gras à l'encontre d'Apple... Si tu ne fais pas gaffe tu finiras comme cette merd. de mcdo.

avatar harisson | 

@mac_adam

Circé est en "mode destruction" depuis un paquet de temps déjà (2012) ^_^.

Il ne comprend pas que les problèmes viennent essentiellement de la manière dont Tim Cook gère Apple et sa mutation logique de startup en multinationale "ultrafriquée" (merci en grande partie à la "communauté européenne Apple" (GB pre-brexit et française pour la majorité).

avatar béber1 | 

ce sera compliqué, peut-être `
mais comme l'évoque la question-réponse de NestorK ce ne sera certainement pas comme Windows Phone

avatar bonnepoire | 

Pourtant ils risque d'en vendre moins que de windows phone...

avatar béber1 | 

bonnepoire
"Pourtant ils risque d'en vendre moins que de windows phone…"

MS a selon son propre aveu raté le "l'ère du mobile"
http://www.lesnumeriques.com/telephone-portable/pdg-microsoft-avoue-que-...
donc pour l'instant il semble qu'ils aient fait une croix dessus.

En conséquence, ils essaient de raccrocher ce qui leur reste des wagons de la Micro-mobile (tablettes Surface…) avec ce qui fait le cœur de métier de MS : la micro-Informatique professionnelle incarnée par les PC (un secteur qu'Apple semble encore laisser de côté), en créant une continuité qui va de la Surface Pro au Studio.

Même si ce n'est pas encore assez bien pensé de mon point de vue (refonte en profondeurs des ergonomies Windows pour l'utilisation et les possibilités du multipoint), c'est cohérent et opportuniste.

Il leur restera de peaufiner le concept pour obtenir un outil attrayant et efficace, qui pourra aussi séduire le grand public

avatar bonnepoire | 

Je suis d'accord avec toi mais je vois très mal ce produit inonder les foyers et les entreprises.

avatar McDO | 

@xela57

Toute la suite Adobe est dispo sur Windows. 3DSMax est une exclue Windows,... Partant de là, difficile de dire qu'on ne peut pas bosser sur des créa dans un environnement Windows...

avatar xela57 | 

@McDO

Toi tu n'a pas lu l'article ...

avatar ArnaudB | 

Photoshop n'est pas supporté, Autodesk arrête 3DS max l'an prochain pour se concentrer sur Maya. Ça ressemble au "bon plan" logiciel à la microsoft...

avatar McDO | 

Ça reste un ordinateur Windows, donc Photoshop tourne dessus, et Maya est dispo sur Windows également...

avatar ArnaudB | 

Et maintenant explique moi l'intérêt de cette machine avec une suite Adobe qui ne prends pas en charge le tactile de la bécane ?

avatar Graphy-21 | 

Juste pour infos... lis l'article. Ce n'est que le Surface Dual qu'Adobe ne supporte pas ENCORE... pour le tactile c'est parfaitement gérer au stylet avec interface classique ou au doigt avec une interface adaptée...

Quand on sait pas... on sait pas

Pages

CONNEXION UTILISATEUR