Fermer le menu
 

Prise en main de la Magic Mouse 2

Mickaël Bazoge | | 17:30 |  84

La toute première version de la Magic Mouse date du mois d’octobre 2009. Elle succédait à la Mighty Mouse qui n’avait pas laissé un souvenir impérissable (les plus anciens se rappelleront de la fameuse bille qui s’encrassait). Au moment de sa sortie, la Magic Mouse a également provoqué la controverse.

Cliquer pour agrandir

Si Apple avait eu pitié de ses pauvres utilisateurs en abandonnant les deux boutons latéraux et la bille de scrolling, l’ergonomie de cette nouvelle souris a été décriée par certains : les gestes multi-touch tout droit inspirés de l’iPhone n’ont pas eu l’heur de plaire à tous.

Mais surtout, ce qui a frappé les esprits à l’époque a été l’alimentation du périphérique : deux bonnes vieilles piles AA à placer derrière une trappe, dans le ventre de la souris. Dans la foulée, Apple a lancé la commercialisation d’un chargeur de piles (35 € tout de même). Depuis, on accumule les piles rechargeables (elles se cachent partout à la rédaction), en pestant fréquemment contre leur autonomie toujours en berne — notamment pour la souris dont les allées et venues sur le bureau consomment plus que le clavier ou le trackpad.

Le contenu de la boîte (qui au passage abandonne complètement le plastique) : la souris, de la documentation, et un câble Lightning vers USB, le même que celui fourni avec l’iPhone — Cliquer pour agrandir

Fini la litanie des piles

Avec la Magic Mouse 2, le soulagement est de mise : exit les piles et leur gestion pénible (qui n’a jamais pesté le matin après avoir oublié de recharger les piles la nuit ?), place à la batterie lithium-ion ! Il est évidemment trop tôt pour dire l’autonomie de cette souris, mais Apple promet un mois d’utilisation sur une charge complète (2 heures).

Puisqu’on en parle, vidons l’abcès tout de suite. Apple aime à se présenter comme une entreprise qui a le soin du détail chevillé au corps — les ingénieurs du constructeur n’ont-t-ils pas passé un temps infini sur le bruit des patins de la souris (lire : Nouveaux Mac : « Suer sur les détails ») ? Mais si Apple aime « suer sur les détails », alors pourquoi avoir positionné le port Lightning de recharge sous la souris ? Qui, chez Apple, a bien pu se dire avec l’assentiment de tous, qu’il s’agissait là d’une bonne idée ? Parce que franchement, la recharge de la Magic Mouse 2 posée sur son dos provoque au choix l’hilarité ou un grand désarroi :

Cliquer pour agrandir

On nous rétorquera, avec raison, qu’OS X ne manquera pas de prévenir l’utilisateur lorsque la batterie commencera à marquer des signes de fatigue ; qu’il suffira alors de prendre ses précautions et de laisser brancher la souris une nuit histoire d’être tranquille pour un mois supplémentaire ; et qu’après tout, il en allait de même avec les piles : il ne fallait pas oublier de les recharger avant que la souris ne meure complètement.

Tout cela est vrai. Mais il n’en reste pas moins que posée sur le dos comme un chélonien qui gît sur sa carapace, la Magic Mouse 2 perd beaucoup de sa superbe. Heureusement, une minute de recharge permet de tenir une heure, de quoi dépanner. Contrairement aux Magic Keyboard et Magic Trackpad 2, n’espérez pas pouvoir utiliser la Magic Mouse 2 avec son fil de recharge à la patte : d’une, c’est totalement impraticable vu l’emplacement du port Lightning, et de deux OS X coupe toute connexion entre le Mac et la souris.

Magic Mouse 1 et Magic Mouse 2 : saurez-vous dire la différence ? Indice : il n’y en a (presque) pas, si ce n’est que la nouvelle version est légèrement plus grande et allongée… — Cliquer pour agrandir

La Magic Mouse 2 ne viendra pas réconcilier ceux qui n’appréciaient pas l’ergonomie du modèle précédent : l’expérience utilisateur est très très proche d’une génération à l’autre. Au contraire du Magic Trackpad 2 qui se montre bien différent de son prédécesseur (lire notre prise en main), Apple n’a pas intégré Force Touch sous la surface tactile de la nouvelle souris. Cela aurait eu du sens pour le clic forcé par exemple, mais au lieu de cela on continuera à cliquer de manière « traditionnelle », ce qui ne changera pas les habitudes.

… Évidemment, les différences sautent aux yeux quand on retourne les mulots : la trappe des piles a disparu et le logo Apple est noir — Cliquer pour agrandir
Catégories: 
Tags : 

Les derniers dossiers

Ailleurs sur le Web


84 Commentaires Signaler un abus dans les commentaires

avatar Nico-1971 15/10/2015 - 17:43

Une belle photo pour R E MY ;-)

avatar benji2227 15/10/2015 - 17:46 via iGeneration pour iOS

Quelles en sont les dimensions comparé à celles de l'ancienne Magic mouse? Je pense qu'augmenter la taille n'est pas un mal ergonomiquement parlant

avatar Elmediterraneo 15/10/2015 - 17:46 via iGeneration pour iOS

Avec si peu de fonctionnalités par apport au trackpad et un port de rechargement si mal placé je pense qu'Apple veut tuer la souris sur le long terme. En poussant indirectement l'utilisateur de Mac de bureau a privilégier le trackpad maintenant commun avec les portables.



avatar C1rc3@0rc 15/10/2015 - 20:49

+1
Cela fait des années que Ive s’ingénie a détruire un de ces fondamentaux d'Apple!
il suffit d'aller voir sur le site de Guy Doyen pour observer la destruction au marteau piqueur de l'ergonomie des mulots!
Cela a commencé avec le premier iMac et une souris ronde inutilisable et le summum a ete atteint avec la Mighty Mouse et sa salete de bille de navigation.

La dernière generation en date réussi a supprimer les piles, pour placer un port de charge la ou il va s'encrasser le plus vite et qui oblige a retourner le mulot pour le charger: Ive avait amené la souris au bord du gouffre, la il lui fait faire un grand pas en avant!

Personnellement je trouve la solution des piles amovibles pratique: c'est standard, tous mes appareils possèdent des piles rechargeables, j'en ai toujours qui sont chargées et si je part en voyage j’enlève les piles et je suis tranquille: pas de risque de gonflement lies aux batteries!

Parce que si le risque s'est réduit, une batterie reste un élément dangereux qui peut gonfler en détruisant l'appareil...

Mais aucune chance que cette souris arrive sur mon bureau: je veux pas avoir de tendinite, j'ai un trackpad et lorsque j'ai besoin d'une souris j'ai une Logitech filaire hyper précise et réactive et ERGONOMIQUE!

avatar patrick86 15/10/2015 - 22:28

"pour placer un port de charge la ou il va s'encrasser le plus vite"

Vous vous tordez l'esprit à vouloir trouver à tous prix le moindre argument possible contre cette souris.
On peut discuter de son ergonomie, de la pertinence de l'emplacement du connecteur empêchant de l'utiliser pendant la charge ou d'une batterie intégrée, de l'absence de ForceTouch, etc.

Mais le coup du connecteur qui s'encrasse, c'est de la mauvaise fois.

C'est le même connecteur Lightning que l'iPhone, qui chez beaucoup d'utilisateurs, est bien plus exposé aux poussières et autres résidus de fibres textiles ramassés au fond des poches de jeans ou des sacs à main.

Le capteur optique est bien plus sensible aux poussières qui peuvent altérer son fonctionnement et pourtant, vous n'êtes pas en train de nous faire un procès à toutes les souris optiques dont le capteur est dessous. Si ?

" lorsque j'ai besoin d'une souris j'ai une Logitech filaire hyper précise et réactive et ERGONOMIQUE!"

Quel modèle (par curiosité) ?

-

"il suffit d'aller voir sur le site de Guy Doyen pour observer la destruction au marteau piqueur de l'ergonomie des mulots!"

?? Le lien que vous donnez pointe vers 2 photos. Rien de plus.
Je m'attendait à un article complet expliquant en détail les défauts ergonomiques des souris Apple, mais non. Rien. Nada.

Alors si vous pouviez nous l'expliquer — puisque vous avez une formation d'ergonomie — ça rendrait probablement service à ceux qui vous liront — si ces souris ont effectivement un problème d'ergonomie.

"et le summum a ete atteint avec la Mighty Mouse et sa salete de bille de navigation."

Je l'adore cette bille de défilement — sauf quand elle est sale. Je la trouve très intuitive et pratique.

avatar CBi 15/10/2015 - 17:47

Ça peut valoir le coup pour qui utilise la souris en nomade = pas facile de trimballer des piles de rechange ou un chargeur. Pour mon usage sédentaire, le modèle précédent, plus 2 jeux de piles rechargeables pour être sur de ne jamais être à sec, suffit largement.
L'occasion manquée par Apple, c'est d'offrir la recharge par induction = un tapis de souris chargeur Apple à 150€, ça manque à la gamme.

avatar iDanny 15/10/2015 - 17:50 via iGeneration pour iOS

Je préfère les cénobites aux chéloniens :)

avatar Mickaël Bazoge macG 15/10/2015 - 18:37

Un bon point pour celui ou celle qui trouvera la référence de ce passage ;)

avatar ComptePerdu 15/10/2015 - 18:59

Apollinaire ?

avatar C1rc3@0rc 15/10/2015 - 20:46

Frédéric Dard?

avatar smog 15/10/2015 - 20:53

l'Age de Glace ? ;-p

avatar jackhal 15/10/2015 - 21:19

Le Rôtisseur VI ?

avatar Mickaël Bazoge macG 16/10/2015 - 12:06

Ça aurait pu ! C'est une référence au premier test de Voight-Kampff dans Blade Runner. L'enquêteur demande au réplicant Leon sa réaction s'il voyait un chélonien dans le désert…

avatar Switcher 16/10/2015 - 18:28

Arf, arrivé trop tard...
^^

avatar P'tit Suisse 15/10/2015 - 19:01 via iGeneration pour iOS

@iDanny :
Certes, mais ne faut-il pas être moine pour les cénobites ?

avatar C1rc3@0rc 15/10/2015 - 20:43

Ben au choix, soit être un crustacé terrestre (une sorte de bernard-l'hermite - désolé j'ai pas résisté), soit un adepte d'un communauté religieuse (pas forcement moine) dont le principe est la vie... en communauté. Sinon ça peut aussi etre une créatures torturée de la série Hellraiser.

Coté ergonomie, en fait la définition est pas si mauvaise pour décrire le travail de Ive (surtout la version Hellraiser!)

avatar jean_claude_duss 15/10/2015 - 17:50

non l'occasion manquée c'est de faire une souris ergonomique.
mais apple nous prouve depuis maintenant plusieurs année que l'ergonomie était le dernier de leurs soucis.

avatar Moonwalker 16/10/2015 - 00:13

L'ergonomie. Le gros mot est lâché.

Mais c'est quoi une souris ergonomique ?

Le dictionnaire de El Capitan nous dit :
ergonomie : science de l'organisation du travail
ergonomique : Dont la conception est bien adaptée aux conditions de travail de l’utilisateur, en parlant d’un produit, d’un matériel. Un fauteuil ergonomique.

Je dois ma seule tendinite d'origine informatique à une souris Logitech MX1100. Bonjour l'ergonomie.

Mighty Mouse, Mighty Mouse Bluetooth et Magic Mouse ne m'ont jamais causé aucun problème.

Les souris Apple se dirigent du bout des doigts. Sans aucun effort.

avatar patrick86 16/10/2015 - 06:32

"Je dois ma seule tendinite d'origine informatique à une souris Logitech MX1100. Bonjour l'ergonomie."

J'ai aussi du mal à voir ce que ces souris ont de plus ergonomique…

Les souris Apple se tiennent effectivement du bout des doigts — comme à peu près toutes les souris de cette taille —, et il est tout à fait possible d'avoir la main inclinée sur le côté, comme avec une logitech "ergonomique".

avatar violonisme 15/10/2015 - 17:54 via iGeneration pour iOS

L'argument du cable est valable , mais seulement dans une certaine mesure. On trouve des câbles lightning moi pour largement moins que le prix demandé par Apple , pour une qualité bien meilleure souvent.

avatar Sostène Cambrut 15/10/2015 - 18:25

@violonisme

Alors on retiendra l'argument des batteries rechargeable qu'il n'est désormais plus nécessaire de remplacer.

avatar Androshit 15/10/2015 - 20:49 via iGeneration pour iOS

@violonisme :
Peut-être, mais au final 10 balles de plus pour un câble Lightning et être débarrassé de la galère des piles et accus, tout en gagnant du poids, c'est cadeau.

avatar fte 15/10/2015 - 17:57

Je garde ma MX Master :)

avatar SWBLi 15/10/2015 - 19:06 via iGeneration pour iOS

@fte :

+1000 il n'y a pas mieux même si un peu imposante

avatar Hodd Dellatho 15/10/2015 - 18:05 (edité)

Je me demande, est-ce qu'elle est aussi "bruyante" que le premier model?
Sur mon bureau, entre le Mac, Les disques durs, le clavier (Apple) c'était elle qui faisait le plus de bruit.

Pages