Apple est-elle hostile envers les développeurs macOS ?

Mickaël Bazoge |

macOS Catalina, dont la version finale est attendue dans pas longtemps, va-t-il provoquer une fuite des développeurs ? C'est la crainte que l'ont peut nourrir à la lecture de ce billet de Kyzrati, développeur du jeu Cogmind. Depuis quelques années, la perspective d'adapter le titre — un Rogue-like velu — sur Mac lui trottait dans la tête. Mais il a fini par déchanter à cause d'Apple et des nombreuses exigences imposées par le constructeur.

Cogmind.

Pour Kyzrati, le comportement d'Apple est « hostile » envers les développeurs macOS. Il y a tout d'abord le prix des machines qui représente un investissement important, en particulier pour un studio de jeux vidéo dont le gros de la clientèle est composée d'utilisateurs Windows. Mais Catalina pèse aussi de tout son poids.

D'une part, le futur macOS remise au placard les applications 32 bits : terminée la « grande bibliothèque de logiciels et de jeux » qui ne passeront pas au 64 bits (lire : macOS Catalina : comment se préparer à l’abandon du 32 bits). Kyzrati loue le travail de rétrocompatibilité de Microsoft pour Windows, un lourd bagage historique qui peut aussi représenter un boulet au pied.

Sous Windows, le développeur de Cogmind peut ainsi se concentrer sur ce qui compte le plus pour les joueurs, c'est à dire les nouveautés et l'ajout de fonctions supplémentaires, plutôt que d'investir ses ressources limitées dans l'optimisation 64 bits.

Mais ce qui lui pose un véritable problème, c'est la notarisation par défaut des applications. Les développeurs doivent faire certifier leurs apps auprès d'Apple, un système qui vérifie la présence de composants malveillants. Pour l'utilisateur, la manifestation la plus visible de ce « notaire », c'est l'affichage d'une alerte pour confirmer s'il souhaite installer l'app (lire : La notarisation des apps bientôt obligatoire pour les nouveaux développeurs inscrits).

Pour le développeur, c'est perçu comme un fardeau supplémentaire même si le processus est relativement transparent et rapide. Il faut d'abord régler 99 $ par an pour obtenir l'identifiant Developer ID indispensable, et puis surtout Kyzrati craint que la notarisation soit un moyen pour Apple de resserrer davantage l'étreinte autour de son écosystème — ce qui est effectivement le cas, quelque part.

Un control-clic et ça repart.

Néanmoins, relevons qu'Apple a lâché temporairement un peu de lest concernant cette exigence de notarisation. De plus, du moins sur la bêta 9 de Catalina, il est toujours possible d'ouvrir un logiciel non notarié via un control-clic sur son icône. La liste de griefs de Kyzrati ne s'arrête pas là : il revient aussi sur l'attention particulière réclamée par les utilisateurs de Mac.

Un jeu comme Robotality compte 4% de joueurs macOS, qui sont à l'origine de… la moitié des requêtes au SAV ! Impossible pour un développeur seul de passer son temps à répondre aux incessants appels à l'aide d'une si petite communauté. Évidemment, ce témoignage n'est pas forcément (espérons-le !) représentatif de l'ensemble des développeurs macOS, dont beaucoup voient tout l'intérêt de la notarisation. Mais ce cri du cœur pourrait bien trouver un écho plus large auprès de développeurs frustrés par la politique de plus en plus serrée d'Apple.


avatar Bigdidou | 

@occam

« Bon, le Mac a encore sa clientèle, qui en achètera tant qu’elle aura du fric et qu’elle croira se payer du chic avec. »

Tu es réellement fatigant avec tes insultes récurrentes que tu pourrais réserver à d’autres forums, toujours basées sur l’expression du même mépris et de la même condescendance vis à vis de ceux qui n’ont pas tes intérêts ou la même vision de l’usage de l’informatique.

Globalement, je t’emmerde, je n’ai aucun intérêt pour tes logiciels scientifiques 32 bits, et je ne me paie pas du chic avec mes macs : juste ce que j’estime du confort, de la simplicité à l’usage de l’outil et une certaine protection vis à vis de ce que je ressens comme des agressions ergonomiques et esthétiques de Windows que je suis devenu trop vieux pour subir.

avatar zoubi2 | 

@occam

"Bon, le Mac a encore sa clientèle, qui en achètera tant qu’elle aura du fric et qu’elle croira se payer du chic avec"

Désolé, mais là je ne vous suis plus. On croirait lire une connerie à la @Levrai, ce qui n'est pas un compliment... On ne peut pas préférer MacOS à Windoze sans passer pour un bas-du-front ?

Vous devenez un peu compulsif. Dommage.

avatar BeePotato | 

@ occam : « Bon, le Mac a encore sa clientèle, qui en achètera tant qu’elle aura du fric et qu’elle croira se payer du chic avec. »

Mouais, peut-être bien.
Note qu’à côté de ce type de clientèle, le Mac a aussi encore la clientèle d’autres scientifiques que ceux qui étaient à ta réunion, utilisant d’autres logiciels que ceux qui étaient concernés par cette réunion. C’est fou comme le monde peut être vaste. ;-)

avatar Jean-Jacques Cortes | 

Pour ma part, le Macintosh est le seul ordinateur passé entre les mains, sur lequel je n’ai jamais écrit le moindre programme. Une usine à gaz où il n’y a pas le moindre langage utilisable sans passer par des outils compliqués et lourds d’emploi. Même la station ATEC 5000 de mon atelier était plus simple à programmer (langages Atlas et Atol).

avatar BeePotato | 

@ Jean-Jacques Cortes : « Une usine à gaz où il n’y a pas le moindre langage utilisable sans passer par des outils compliqués et lourds d’emploi. »

Il est amusant de lire ça au sujet de la plateforme qui a vu naître Hypercard sur une des branches de son arbre généalogique, et Interface Builder sur une autre. :-)

avatar jokerplus | 

@Jean-Jacques Cortes

Perso j'utilise macOs pour développer en Xamarin avec Visual Studio. L'environnement fonctionne aussi avec Windows mais comme l'émulateur et la compilation vers iOS nécessite un Mac, je prends le chemin le plus court. Il manque quelques extensions mais l'environnement est un peu plus réactif ça équilibre.

avatar Tibimac | 

C'est juste le cas d'un dev Windows habitué à faire son truc à sa sauce comme il veut dans son coin sans que personne l'emmerde, il débarque sur Mac et ça l'emmerde de se rendre compte qu'Apple fait en sorte de sécuriser/moderniser ses plateformes et que ça va pas dans le sens qu'il a emprunté sur Windows. Et du coup sa version macOS doit être moyenne (car porté d'une version Windows) donc forcément c'est surement moyen donc = beaucoup de plaintes car sur macOS les gens sont habitués à de la qualité, contrairement à sur Windows.

avatar debione | 

Les softs qui merde sur mac ça existe aussi... Même des softs Apple...

avatar mouahaha | 

"beaucoup de plaintes car sur macOS les gens sont habitués à de la qualité, contrairement à sur Windows."

De la qualité sur osx il dit... les JV sur osx c'est 30fps, quand ça veut bien, avec les paramètres sur faible... Sacré qualité, et on dit merci qui pour ça... ? Merci apple :)

avatar TheUMan | 

On va bien rigoler à la sortie de Catalina quand on aura plus que 2-3 applications Apple qu'on ne pourra même pas utiliser (Rappels) car plus compatible avec les anciens périphériques ou le reste du parc informatique qui ne sera pas passé sur ce dernier.
Si Apple voulait enterrer macOS il ne s'y prendrait pas différemment.
Alors que jusqu’à présent la plateforme était vraiment ouverte, là, c'est le virage à 180°.
Il ferait mieux d'accompagner et d'aider les développeurs plutôt que de les mettre au pied du mur.
L'innovation ne passera pas par un système fermé. Ils veulent calquer l'os sur ce qu'ils font sur iOS mais quand on voit le résultat (iOS 13 et iPadOS) on peut se poser des questions sur la bonne direction tellement ces 2 systèmes sont bogués par rapport à leur prédécesseur.

avatar Mike Mac | 

@TheUMan

C'est la fin de MacOS ?

Un complot dont le but est de convertir à iOS ?

A quoi servent les transitions douloureuses si c'est pour perdre beaucoup de clientèle en route ?

MacOS en ARM serait dans la foulée un coup de grâce ?

avatar TheUMan | 

L'avenir nous le dira mais en tout cas c'est plutôt mal parti.
C'est malheureusement pas la première fois où l'on va pas dans le bon sens (dans tous les sens du terme). Un exemple tout bête, sur iPadOS, on ne voit plus là où on place le curseur car il n'y a plus la loupe qui s'affiche... (On nous oblige à utiliser un stylet ?)

avatar BeePotato | 

Apple peut certes parfois sembler hostile aux développeurs, à qui elle impose tout un tas de contraintes plus ou moins compréhensibles.
Mais je me sens dans un environnement bien plus hostile à chaque fois que je me retrouve confronté aux API proposées par d’autres OS, et je c’est toujours avec plaisir que je redécouvre ensuite le confort de Cocoa (et dérivés). :-)

À voir si SwiftUI me fera le même effet…

Pages

CONNEXION UTILISATEUR