Le prix des options pour l'iMac M1 (+50 € pour le Magic Keyboard avec Touch ID)

Mickaël Bazoge |

Les précommandes du nouvel iMac M1 n'ouvriront que le 30 avril, mais en bidouillant un peu nous avons pu jeter un œil sur les prix que pratiquera Apple pour plusieurs des options destinées aux deux principaux modèles (étant entendu que la seule différence entre les deux versions haut de gamme se limite au stockage SSD).

Et voici un iMac M1 bien équipé avec un Magic Keyboard étendu avec Touch ID, 1 To de SSD, 16 Go de RAM.

On apprend ainsi que l'iMac à 1 449 €, celui avec le GPU 7 cœurs et deux ports Thunderbolt/USB 4, pourra être fourni avec un Magic Keyboard équipé du bouton Touch ID contre 50 € supplémentaires. Et si l'on veut le Magic Keyboard étendu, celui avec le pavé numérique en plus, il faudra allonger un total de 76 €.

Par défaut, ce modèle est livré avec un Magic Keyboard sans Touch ID et une Magic Mouse. Pour troquer la souris contre un Magic Trackpad, il en coûtera 50 € de plus. Par contre, il est impossible de changer la couleur des périphériques, ils sont forcément assortis à celle de l'iMac.

Parmi les autres options destinées à l'entrée de gamme, on peut sélectionner 16 Go de mémoire unifiée (+230 €), 512 Go de stockage (+230 €) ou 1 To (+460 €), ainsi qu'un port Gigabit Ethernet (+26 €).

L'iMac M1 à 4 ports toutes options.

Pour ce qui concerne l'iMac M1 à 1 669 €, celui qui vient avec deux ports USB 3 en plus des deux ports Thunderbolt/USB4, il est d'office fourni avec un Magic Keyboard avec Touch ID. Mais on peut choisir à la place le modèle étendu pour 26 € de plus.

Le prix du stockage supplémentaire est similaire, mais il y a une option supplémentaire à 2 To (+920 €). Là aussi, les 16 Go de RAM coûtent 230 €. Quant au port Gigabit Ethernet, il est inclus d'office.


Tags
avatar mat16963 | 

Ça pique.

avatar raoolito | 

@mat16963

ah bon? vous avez oublié les tarifs des imac 21 que ceux-ci remplacent ?
plus cher oui mais pas des sommes faramineuses. L’imac 24 « de base » c’est celui à 1669€. Et comme avant plus on ajoute de soptions plus le modele 27 (32?) devient plus interessant.

avatar mat16963 | 

@raoolito

Oui mais malgré tout, en 2021, demander 230€ pour 8gb de ram ou 256gb de ssd supplémentaires, autant haut de gamme et puissants soient-ils, c’est de l’abus.

avatar raoolito | 

@mat16963

oui et surprise: plus on monte en gamme moins sont chères ces memes options et plus ca debloque d'autres options plus onéreuses
c'est tellement logique

comme je dis toujours, Channel n5 a sûrement amorti sa formule depuis longtemps et pourtant...
ces imacs feront un tabac car
1: apple n'adresse pas ses machines a des geeks
2: ces macs sont conçus pour repondre aux attentes de cette catégorie precise de clients. Apple a 40ans d'etudes de marché et de stats d'utilisation de chacunes de ses machines. ils savent parfaitement ce qu'ils vendent et pourquoi

chers a votre avis? c'est que vous n'etes pas la cible.

avatar oboulot | 

@raoolito

1: apple n'adresse pas ses machines a des geeks
==> ça fait bien longtemps que ce n’est plus le cas et c’est bien dommage

2: ces macs sont conçus pour repondre aux attentes de cette catégorie precise de clients. Apple a 40ans d'etudes de marché et de stats d'utilisation de chacunes de ses machines. ils savent parfaitement ce qu'ils vendent et pourquoi
==> c’est pas faux mais leur études de marche non pas toujours étaient aussi juste qu’aujourdhui. On se souvient que Apple a presque frôlé la faillite à l’époque

chers a votre avis? c'est que vous n'etes pas la cible. ==> cher oui c’est sur et nous avons des macs depuis 2000 à la maison. On a vu l’évolution tarifaire d’Apple depuis presque 10 ans maintenant. Le passage au tout soudés ect.
Question : vous utilisez des produits Apple depuis quand ?

avatar raoolito | 

@oboulot

ben mon premier mac date de 2001 il me semble, un powermac bleu d'occasion, et depuis j'ai toujours eu au moins un mac
on voit dans un commentaire plus bas qu'a config également le prix est en baisse...

avatar oboulot | 

@raoolito

Merci pour la réponse :)

avatar Cool Active | 

@oboulot

" cher oui"

D’où le Mac mini me semble être la configuration la plus intéressante et de loin.

Ps : mettre un adaptateur au nouvel iMac ce sera vraiment très laid

avatar romainB84 | 

@raoolito

La vache ! Le commentaire le plus intelligent qui m’ait été donné de lire ici depuis pas mal de temps !!
Ça fait plaisir à lire 😊.
Et oui le geek est un frustré de base qui supporte mal qu’on ne s’intéresse pas à lui h24... et envisager qu’Apple puisse faire des produits qui ne lui sont pas destiné lui est totalement impensable .... tout ne peut tourner qu’autour de lui et de ses besoins sinon c’est que la machine est de la merde !!

Comment??? Cette machine ne correspond pas à mes besoin... elle n’a aucune raison d’exister alors (et encore ... je suis gentil, car dans ma phrase je laisse sous entendre qu’il a compris que d’autres personnes ont des besoins différents du sien... ce qui est pratiquement jamais le cas !!)
Comment ?? Un iPhone en 2020 sans écran borderless mais c’est de la merde ce SE!!
Comment ?? Un MacBook M1 qui ne peut brancher qu’un seul écran externe ... mais c’est de la merde ce Mac!
Comment ?? Un iPad 8 avec un écran même pas laminé ... c’est de la merde cet iPad
Comment ?? Un iPhone avec juste 64Go de stockage ... pfff a moins de 512Go c’est de la merde ...
Et la liste est encore longue longue longue longue longue ....

avatar YetOneOtherGit | 

@mat16963

"c’est de l’abus."

Cela a un impact négatif sur le business d’Apple ?

Les. Mac ne se sont jamais aussi bien vendu, ils arrivent à maintenir une activité ordinateurs individuels réellement rentables qui ferait rêver tous les concurrents.

En temps que consommateur nous pouvons le regretter, mais d’un point de vue business c’est absolument remarquable 🤑

avatar Nesus | 

@mat16963

J’ai payé mon 27” i7 3400€, il y a 7 ans.
Les nouveaux iMac l’éclatent.
Donc, je ne dirais pas la même chose que vous. Bon, je ne franchirais pas le pas, parce que j’attends les 30”, qui j’espère seront moins cher que les pros intel à 5000€.
Donc non vraiment, c’est loin d’être cher. Surtout avec un écran 4k.

avatar marenostrum | 

je l'ai paye pareil le mien i7 4GHz et carte graphique puissante (fin 2015). et il est agréable avec Big Sur, donc je vois pas l'intérêt de ces mac.

avatar Nesus | 

@marenostrum

Parce que le mien date de 2013 et il souffre pour tout un tas de choses. Est-ce que pour autant il faut le changer ? Non, j’ai même installé big sur dessus alors qu’il n’est pas supporté. Est-ce que la machine est agréable à utiliser au quotidien ? Non.
Est-ce que c’est un luxe de changer une machine qui fonctionne encore ? Oui. Dans l’absolu, je pourrais résinstaller le système précédent et rester comme ça. Apple ayant mis à jour pour les grosses failles de sécurité, ça serait même pas problématique. Bon après, on est juste figé dans le temps et il vaut mieux éviter d’acheter du matériel récent pour le faire fonctionner avec, sinon c’est la frustration assurée.

avatar raoolito | 

@Nesus

a 3400 vous en avez ajouté des options!

avatar Nesus | 

@raoolito

Bien évidemment.

avatar mat16963 | 

@Nesus

Je parlais surtout du prix des options. Le prix de base est cher (surtout pour 8gb de ram, seulement 256gb de ssd et 2 uniques ports), mais c’est Apple et ce n’est pas non plus complètement invraisemblable comme prix. Par contre demander 230€ pour 8 petits gb supplémentaire de ram ou 256gb supplémentaires de ssd ça reste de l’abu. Et je dirais que quand tu as acheté ton iMac il y a 7 ans les tarifs des options (en tout cas pour la ram, ils ont légèrement baissé pour le ssd) étaient déjà les mêmes qu’aujourd’hui. Sauf qu’entre-temps les prix du marché ont dégringolé. Pas chez Apple.
Et c’est ça que je déplore...

avatar Nesus | 

@mat16963

Sauf que ce n’est pas la même ram que celle qui a baissé. Mais oui, les options sont chères, mais elles ne sont pas plus chères qu’avant, elles ont même tendance à baisser.
Un toutes options vaut moins que 3000€. Après on peut discuter des 16 Go quand le mien en a 32, mais au vu des tests les 16Go sont très largement suffisants.

avatar jopaone | 

50€ pour touchid.. ou la pingrerie d’Apple dans toute sa splendeur 🤦‍♂️

avatar raoolito | 

@jopaone

mmh je ne dirais pas cela. pingrerie pour le port ethernet oui, c’est un truc assez commun. Mais pour le touchId, regardez comme tout le monde en veut :) C’est juste un bon esprit marchant hein?

avatar LoossSS | 

Pingres, radins, crevards : 26€ le port ethernet 🤦‍♂️🤦‍♂️

avatar YetOneOtherGit | 

Toujours aussi admiratif de l’excellence d’Apple sur la segmentation des offres et la politique de définition des tarifs.

Du grand art qui est une référence académique depuis longtemps.

avatar raoolito | 

@YetOneOtherGit

+1
on imagine comment chaque option est bien réfléchie. Et si on ne comprend pas encore tous ces prix ce seront les modeles plus haut de gamme qui completeront le tableau

avatar occam | 

@YetOneOtherGit

"Du grand art qui est une référence académique depuis longtemps."

Pour comprendre cet art, il convient de relire Thorstein Veblen.

Les commentaires sur la tarification des Mac M1 et, davantage encore, des iPad Pro M1, montrent à quel point Apple a réussi à en faire un marqueur de distinction et de stratification sociale.

Dans une société à l’idéologie de plus en plus égalitaire et à la réalité sociale faite de disparités croissantes et toujours plus segmentées, de tels marqueurs gagnent en attrait.

Du temps de Veblen, crinoline et corset, haut-de-forme et frac signalaient l’appartenance à une classe exemptée de basses besognes. Un iMac M1 aussi spartiate qu’anémique, « way overpriced » par rapport à ses composants, mais ultra-chic et du dernier cri, signale aujourd’hui que l’on na pas à se soucier de l’infrastructure, et que l’intendance suivra.

Le cas iPad Pro M1 est plus intéressant encore, car plus subtil. D’une part, comme il a été relevé, y compris par vous, sa dotation en RAM et SSD le met au niveau d’un MB(P?) comparable — à un tarif supérieur, si l’on prend en compte les accessoires indispensables. D’autre part, ne se déplacer qu’avec un tel iPad signale que l’on a atteint un statut économique et social commensurable avec les compétences techniques que l’utilisation à bon escient d’un tel engin semblent suggérer. On n’est pas seulement un digital native et un digital nomad : on est un bourlingueur arrivé, et arrivé à un tel niveau qu’on n’a plus, encore une fois, à se soucier des basses besognes informatiques.

Tout cela grâce à des paliers tarifaires d’apparence tout ce qu’il y a de plus démocratique. Thorstein Veblen, qui réussissait en 1899 le tour de force de montrer les équivalences entre le potlatch des Kwakiutl et les bals de la haute dans les demeures des Hamptons, aurait été fasciné par le conditionnement social des réactions à un Keynote d’Apple.

avatar YetOneOtherGit | 

@occam

"Pour comprendre cet art, il convient de relire Torstein Veblen."

Le bon vieux aspect vanité n’est qu’une part des mécanismes en jeu.

Une des forces d’Apple est aussi de créer de l’adhésion et du désir, le plaisir associé à l’achat n’est pas réductible à un plaisir de projection sociale, mais aussi à un plaisir très personnel de possession identifié comme désirable.

Les mécanismes irrationnels derrière bien de nos comportements (Je m’y associe n’ayant pas comme certains l’aveugle certitude d’avoir une immunité aux multiples manipulations culturelles du marketing) sont nombreux et complexes 😉

Dans les évolution récente un des phénomènes les plus intéressant sont les multiples mécanismes de monétisation mis en œuvre dans les jeux F2P qui sont un petit chef d’œuvre de manipulation de ressorts et des biais humains.

Apple à élevé le marketing à des niveau remarquable tant il est chez eux protéiforme et consubstantielle à la marque.

En paraphrasant McLuhan : L’entreprise est le marketing

avatar occam | 

@YetOneOtherGit

"Le bon vieux aspect vanité n’est qu’une part des mécanismes en jeu.
Une des forces d’Apple est aussi de créer de l’adhésion et du désir, le plaisir associé à l’achat n’est pas réductible à un plaisir de projection sociale, mais aussi à un plaisir très personnel de possession identifié comme désirable."

Vous seriez surpris — agréablement, je l’espère — de découvrir, en relisant Veblen, qu’il a anticipé votre argument. Il serait réducteur par-delà la caricature de le résumer en une « théorie de la vanité ». Les descriptions minutieuses que Veblen donne de la genèse, de l’acquisition et de l’apprentissage des objets distinctifs de la « leisure class » de son temps expriment plaisir, adhésion et désir.

La découverte de Veblen, dont on saisit aujourd’hui à peine les fondements empiriques, au fur et à mesure que l’on épluche ses notes de recherche que l’on croyait perdues, est que la désidérabilité, qu’un individu pourrait honnêtement concevoir comme reflétant sa propre individualité, est à tel point corrélée avec le statut et le conditionnement social de l’individu qu’il serait imprudent de nier a priori qu’elle en résulte, du moins en partie.

C’est l’une des réussites majeures du marketing d’Apple que de donner à chaque client l’impression qu’il est unique, libre, et singulièrement responsable de ses décisions, alors qu’il s’inscrit en fait dans les grilles finement calibrées d’Apple.

Je pense que ce constat aurait fasciné Veblen : une entreprise qui non seulement fournit les marqueurs de distinction sociale, mais encore qui parvient à les définir, à les instrumentaliser au bénéfice de sa stratégie commerciale, et enfin à conditionner sa clientèle de manière à ce que cette dernière les intègre et se constitue en communauté émergente. Ça, c’est véritablement du grand art. Il faudrait l’instrumentaire de l’analyse moderne des systèmes pour examiner et modéliser ce phénomène qui est, comme vous dites, protéiforme.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR