Les problèmes de Skylake ont contribué au départ d'Apple, selon un ex-ingénieur d'Intel

Stéphane Moussie |

Pourquoi Apple a-t-elle décidé d'abandonner les processeurs Intel au profit de puces maison pour les Mac ? Cette question trouve plusieurs réponses, notamment la volonté d'intégration et de contrôle toujours plus forte d'Apple, ainsi que le ralentissement des innovations chez Intel. Il ne s'agit pas que d'une supputation, des sources de l'industrie l'ont indiqué sous couvert d'anonymat à plusieurs médias et un ancien ingénieur d'Intel le confirme sans mystère.

François Piednoël, qui fut ingénieur en chef chez Intel de 1997 à 2017, déclare dans une vidéo que le « mauvais contrôle qualité de Skylake » fut le tournant qui a décidé Apple à faire ses propres puces pour Mac.

« Le contrôle qualité de Skylake était plus qu'un problème, il était anormalement mauvais », raconte ce Français largement impliqué dans la création de plusieurs générations de processeurs Intel. Et de poursuivre :

Nous recevions beaucoup trop de signalements pour de petites choses à l'intérieur de Skylake. En fait, nos copains d'Apple étaient ceux qui nous rapportaient le plus de problèmes dans l'architecture. Ça a vraiment mal tourné. Quand votre client commence à trouver autant de bugs que vous, vous n'allez pas dans la bonne direction.

Skylake est la sixième génération de processeurs Core qui est sortie en 2015… et qui sert toujours de base à une partie des processeurs actuels (lire : Comment Intel fait piétiner les Mac).

François Piednoël évoque par ailleurs une guerre de succession à la suite du départ en 2012 du CEO Paul Otellini, guerre qui a été préjudiciable, selon lui, pour l'entreprise. Il a démissionné d'Intel en 2017.

Source
via PC Gamer
avatar romainB84 | 

Après quoi qu’il arrive, ça a du sens quand même!
Apple, avec sa politique de tout maîtriser de À à Z, aurait fini par y venir.
Sans parler des réductions de coûts etc etc... la prochaine étape logique serait presque que ce soit eux qui produisent leurs propres puces (ça semble un projet faramineux au vu de son ampleur... mais ça ne leur a pas fait peur de quitter Google map et de se lancer dans un système de cartographie maison... qui est aussi un chantier de titan) donc wait and see 🙂.

avatar MarcMame | 

@romainB84

"la prochaine étape logique serait presque que ce soit eux qui produisent leurs propres puces"

Très peu probable.
1/ Apple n’a aucune expertise connue dans ce domaine.
2/ Les besoins d’Apple sont d’une part trop faible et surtout saisonnier.
3/ les investissements sont les plus lourds du secteur. En dizaine de milliards / an.
4/ Apple ne partage pas son savoir-faire et donc n’ouvrirai pas son hypothétique usine à d’autres.

Bref, il y a des limites raisonnables à l’autonomie.

avatar romainB84 | 

@MarcMame

Pas faux 🙂

avatar Pyr0h | 

@MarcMame

Même si ces arguments sont bons n’oublions pas que d’autres choses paraissaient très peu probables...

avatar Brice21 | 

@MarcMame

Il est plus probable qu’Apple rachete TSMC car leur Market Cap (8,3 Millards de $) est tout a fait ‘OPA’ble pour Apple...

avatar chriscombs | 

En tous cas, Apple n'est pas le premier client de TSMC. C'est surtout AMD qui achète le plus de wafers en 7nm. Et en guise de "cadeau", AMD aura la primeur du process 5nm. Vu que les Ryzen se vendent comme des petits pains (et ça devrait continuer avec Zen 3 en fin d'année).
La proximité de Lisa Su avec Taïwan peut aussi jouer (même si elle n'a quasiment jamais vécu dans ce pays).
Vu qu'un Ryzen 4800u équipant un PC à 700€ détruit littéralement un Mac Pro Intel 2020 en multithread, les ventes vont continuer de grimper chez AMD (et l'action aussi).

avatar Brice21 | 

@chriscombs

"Vu qu'un Ryzen 4800u équipant un PC à 700€ détruit littéralement un Mac Pro Intel 2020 en multithread,"

La compétition avec Apple Silicon va être passionnante... je parie qu’Apple va les torcher spectaculairement.

avatar chriscombs | 

A voir. En multithread, avec un Threadripper ou Epyc sous Zen 3, j'ai comme un gros doute. A terme, avec la génération en 5nm, on peut tabler sur 256 coeurs et 512 threads (sur les gammes Epyc probablement). Sans oublier les GPU, AMD a une belle expérience avec rdna2. La collaboration Samsung / AMD sur l'architecture ARM permet de tripler les performances par rapport à un Snapdragon.

En attendant, à titre de comparaison (sur passmark)
AMD Ryzen 7 4800U (sur un laptop lenovo à 700€) : 17460 points
Intel Core i7-1068NG7 (MacPro 2020 dont on taira le prix) : 10397 points

Après, la puissance n'aura pas d'intérêt si les développeurs trainent les pieds... Les programmes non portés seront émulés (et forcément ralentis). Une solution transitoire serait le streaming. Les applications de type Shadow / Google Stadia fonctionnent assez bien, sous réserve que les clients aient une connexion fibre.

avatar Brice21 | 

@chriscombs

Sur les GPU je pense que ça va prendre du temps avant qu’Apple ne fasse la nique a nVidia/AMD mais sur les CPU vu la tête de Srouji, je n’ai pas de doute.

Ça prendra 2 ans max avant qu’Apple les ai tous largué (pour le RISC, Qualcomm, Huawei c’est déjà fait) empêtrés dans leur CISC legacy.

Pour les GPU je dirais 5 ans, donc 2025.

Mais l’avantage des SoC d’Apple c’est qu’ils vont tout intégrer du modem 5G au Neural processors, en passant par la gestion de l’énergie, la Secure Enclave, etc. Et sur une telle intégration ils seront tout seuls.

avatar chriscombs | 

Le débat CISC/RISC ne date pas d'hier, je me souviens d'une caricature dans Hebdogiciel (dans les années 80) avec deux personnages prêt à en découdre, et ayant respectivement un t-shirt RISC et l'autre un CISC.
A suivre donc...

avatar sebasto72 | 

@chriscombs

Sauf que depuis, c’est RISC qui a gagné (pour les processeurs principaux, je ne parle pas des contrôleurs).
Le x86, c’est maintenant un proc RISC qui émule des instructions CISC legacy directement dans son silicium. D’où une enveloppe thermique plus importante.

avatar marc_os | 

@ MarcMame
« "la prochaine étape logique serait presque que ce soit eux qui produisent leurs propres puces"
Très peu probable.
1/ Apple n’a aucune expertise connue dans ce domaine. »

Je me suis arrêté de lire tout commentaire de ce fil après avoir lu l'ineptie que je cite ci-dessus, et avoir constaté que personne, non personne n'a même évoqué les PPC, ces PowerPC qui ont précédé les processeurs Intel et qui étaient une coproduction APPLE-IBM et que d'autres soient obligés d'argumenter juste pour rappeler un fait historique, le fait que les processeurs Axx sont des produits conçus par Apple, et que ça ne date pas d'hier.

avatar MarcMame | 

@marc_os

"Je me suis arrêté de lire tout commentaire de ce fil après avoir lu l'ineptie que je cite ci-dessus, et avoir constaté que personne, non personne n'a même évoqué les PPC, ces PowerPC qui ont précédé les processeurs Intel et qui étaient une coproduction APPLE-IBM et que d'autres soient obligés d'argumenter juste pour rappeler un fait historique, le fait que les processeurs Axx sont des produits conçus par Apple, et que ça ne date pas d'hier."

—————-

Tu aurais pu passer pour quelqu’un doté d’une intelligence supérieure si tu avais su faire la distinction entre « conception » et « production ».
Dommage, tu passes juste pour un idiot qui trébuche du haut de son piédestal.

avatar occam | 

@romainB84

"la prochaine étape logique serait presque que ce soit eux qui produisent leurs propres puces"

Ce serait réinventer l’intégration verticale, à l’encontre de toute logique industrielle, alors que l’industrie, pour de très bonnes raisons, s’est mise au mode fabless.

Apple n’est même pas le plus gros client fabless.
Jusqu’à très récemment du moins, Qualcomm, Broadcom et Nvidia dépassaient très largement le chiffre d’affaires d’Apple dans ce domaine des circuits produits en mode fabless.

En ces temps de conjoncture plus que fragile, ce serait risqué de bâtir une infrastructure de fonderie à partir de zéro. Alors qu’Apple a su moduler au mm près le débit de ses fournisseurs, parfois à leur grand dam. (Et c’est un des grands mérites de Tim Cook, injustement éclipsé, d’avoir mis en place ce « fine tuning » logistique.)

avatar romainB84 | 

@occam

Pas forcément de 0.ca aurait pu être en rachetant une boîte.

avatar opware2000 | 

(Erreur : message à supprimer. Désolé)

avatar Dimemas | 

pour une fois je suis d'accord
c'est avant tout la première raison.

miantenant le 1'nm a transformé intel en usine à gaz et s'est fait rattrapé par son concurrent !

Mais le pari est risqué pour Apple, l'avenir nous dira si c'était une bonne idée

avatar Paul Position | 

@ Dimemas

Apple a bien stipulé qu'elle continuerai à développer un MacOS pour Intel, au cas où.

Et si dans quelques années, la transition foire ou si Intel dépasse (largement et durablement) en performance les puces Apple, la Pomme reviendra sur cette plateforme en rajoutant même qu'elle est ravie que son départ ait poussé Intel à se réveiller !!!

avatar corben | 

C’est juste un prétexte supplémentaire mais en créant ses propres puces pour iPhone et iPad au détriment de fournisseurs comme Samsung on se doutait bien que la pomme voulait s’affranchir de partenariats trop coûteux comme Intel

Concevoir ses propres puces c’est contrôler sa roadmap, son développement et sa rentabilité

Avec ou sans Skylake, Apple serait quand même passer à l’ARM

avatar marc-5 | 

@corben

L’article manque en effet de sa déclaration suivante qui dit que c’est de toutes façons le sens de l’histoire pour Apple. Skylake n’étant qu’une des raisons.

avatar occam | 

@corben

"en créant ses propres puces pour iPhone et iPad au détriment de fournisseurs comme Samsung"

Depuis le APL0098 du 1er iPhone jusqu’au SoC A9 (iPhone 6.x, SE, iPad 2017), tous les processeurs ARM d’Apple furent fabriqués par Samsung, seul ou, pour le A9, en partage avec TSMC.
Depuis, c’est TSMC qui les fabrique pour Apple.

Si Apple avait des capacités de fonderie, cela se saurait.

avatar Dwigt | 

@occam

Apple CRÉE l’architecture interne de ses processeurs pour iPhone et iPad depuis dix ans. Ça sort évidemment de fonderies Samsung ou TSMC, mais il est clair qu’Apple conçoit elle-même les puces, plutôt que de passer commande de composants au catalogue chez Samsung ou Qualcomm.
On ne dit pas qu’un iPhone ou un Mac est un produit Foxconn avec un logo Apple dessus. Pour les processeurs, c’est la même chose.

avatar corben | 

@occam

J’ai bien dit créer
Il y a une différence entre concevoir et fabriquer
Je n’ai jamais dit fabriquer

C’est pour ne pas dépendre d’entreprises comme Intel, Samsung, qualcomm, Amd qu’Apple conçoit ses puces

Par contre elle a bien besoin de fondeurs pour fabriquer

Cela dit fabriquer c’est rien par rapport au coût de conception

avatar Dimemas | 

et surtout surtout !!!
Apple est loin d'être le seul client de TSMC, et encore moins son premier client puisque c'est AMD qui a l'air d'être plutot en formé avec le ryzen 4000 en fin d'année puis le zen 4 en 5nm qui devrait sortir en 2021.
En fait les cinq clients sont : Apple, HiSilicon, Qualcomm, AMD et MediaTek.
Je me souviens encore de l'article écrit ici qui disait cet hiver que TSMC avait augmenté ses ventes de processeurs alors que Apple était plutôt en baisse (et ça a été confirmé ensuite avec les résultats de ventes, CA) alors que c'était totalement faux faux !
C'est AMD qui a fait grimpé en flèche les ventes grâce aux Zen2 et le ryzen 3000 et les processeurs mobiles 4000.
Et il y aussi les GPU navi !

Intel est complètement dans les choux sur la ventes de CPU sur les boutiques avec presque 80-90% de ventes de CPU AMD...

Et je ne vous parle pas de Nvidia et de l'architecture Ampere qui sera aussi faite par TSMC cette année !
Pas dit que Apple réussisse à avoir toutes les puces qu'ils souhaitent dans les années à venir...

avatar byte_order | 

@occam
> Depuis le APL0098 du 1er iPhone jusqu’au SoC A9 (iPhone 6.x, SE, iPad 2017),
> tous les processeurs ARM d’Apple furent fabriqués par Samsung,
> seul ou, pour le A9, en partage avec TSMC.

Il me semble que pour les 2 premiers, ce n'était pas des SoC "de" Apple, au sens conception, mais conçu par Samsung pour Apple et fabriqué par Samsung et, rapidement, par TSMC également.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR