Apple Silicon : le DTK fait quasiment aussi bien qu’un MacBook Air, malgré Rosetta

Nicolas Furno |

Le DTK, pour « Developper Transition Kit », est un Mac mini envoyé par Apple aux développeurs qui souhaitent avoir un Mac ARM pour adapter leurs apps avant la transition sur des puces Apple Silicon. En théorie, cette machine de développement est soumise à des conditions strictes qui devraient empêcher ces développeurs à publier quoi que soit à son sujet, et aussi les empêcher de mesurer ses performances. Raté et raté : après les photos, voici les premiers benchs !

Pierre Dandumont a déniché des résultats de mesures de performances réalisés dans l’app spécialisée Geekbench 5. Voici les premiers scores pour le processeur, et voici ceux qui mesurent le circuit graphique de l’Apple A12Z intégré au DTK. Bilan, l’ordinateur dépasse les 800 points avec un seul cœur et tourne entre 2 500 et 3 000 points avec tous les cœurs du processeur, tandis qu’il dépasse les 10 500 points avec le test Metal.

Quelques mesures du CPU réalisées avec Geekbench 5.

Ces valeurs numériques n’ont aucun sens en soi, elles servent à comparer deux machines. Comparons donc : le DTK arrive nettement en-dessous des performances de l’iPad Pro de 2020 qui dispose du même système sur puce. En moyenne, la tablette s’en sort avec un score de 1 100 points avec un seul cœur, et autour de 4 700 en multi-cœur.

Cette différence est tout à fait normale. Sur l’iPad, Geekbench 5 est une app ARM qui exploite pleinement le processeur de la tablette. Sur le DTK, c’est une app x86 qui doit être « convertie » à la volée par Rosetta 2, la couche d’émulation d’Apple. En clair, on mesure davantage les performances de Rosetta que de l’Apple A12Z avec ces premiers tests et il ne fait absolument aucun doute qu’une version optimisée de Geekbench 5 ferait beaucoup mieux.

Par ailleurs, l’app n’a accès qu’à quatre cœurs sur les huit que compte la puce conçue par Apple, probablement une limite de Rosetta. Il s’agit sans doute des quatre cœurs performants, les quatre autres étant là pour optimiser l’énergie consommée sur la tablette. Encore une fois, il convient de rappeler que le DTK n’est pas un Mac commercial et son architecture sera unique. D'après les rumeurs, les premiers Mac avec Apple Silicon utiliseraient une version spécifique de l’Apple A14 qui sera pensée spécifiquement et optimisée pour les besoins de macOS. On pourrait ainsi avoir 12 cœurs, dont huit puissants, le double du processeur intégré dans le kit de transition.

Tout cela étant posé, on peut aussi relever que le DTK s’en sort très bien, alors qu’il utilise le processeur d’un iPad et alors qu’il doit composer avec l’émulation x86 vers ARM. Le même Geekbench 5 sur un MacBook Air de dernière génération affiche des scores très proches : environ 1 100 points en single-core et autour de 2 800 en multi-core pour un Core i7 haut de gamme. Que l’on soit quasiment au même niveau de performances théoriques alors que rien n’est optimisé laisse encore une fois espérer des performances spectaculaires cet automne.

Mesures de performance des derniers MacBook Air (graphique MacGeneration).

Le test Metal, qui mesure les performances de la puce graphique, est encore plus impressionnant à ce titre. Le DTK dépasse les 10 500 points avec Metal et OpenCL, quand le MacBook Air dernière génération atteint péniblement les 9 000 points en configuration haut de gamme. Ces tests sont sans doute moins concernés par le passage à ARM et par Rosetta, mais Apple devrait très bien s’en sortir face aux puces graphiques intégrées conçues par Intel.

En théorie, les développeurs qui reçoivent le DTK n’ont pas le droit de l’ouvrir pour voir ce qu’il contient exactement. Mais vu le peu de respect du NDA jusque-là, on peut se dire que cela arrivera vite ! On découvrira probablement une carte-mère d’iPad Pro rapidement bricolée pour qu’elle entre dans le boîtier d’un Mac mini, mais qui sait, on aura peut-être des surprises.

avatar marenostrum | 

Ils l’ont déjà rentabilisé.

avatar malcolmZ07 | 

Ces chiffres sont très impressionnant, surtout si vous avez déjà émulé des jeux ps3 sur votre mac/pc.
Craig durant un interview:

“Even that DTK hardware, which is running on an existing iPad chip that we don’t intend to put in a Mac in the future, it’s just there for the transition, the Mac runs awfully nice on that system.”

“It’s not a basis on which to judge future Macs, of course, but it gives you a sense of what our silicon team can do when they’re not even trying,” Federighi continued. “And they’re going to be trying.”

le meilleur reste à venir

avatar Han Solo | 

si le bench passe par roseta, alors il est totallement inutilisable. c'est comme faire un bench 68k sur un émulateur qui fait du jit. La redondance des boucles peut donner des résultats totalement faux.

avatar byte_order | 

Il me semble que Rosetta 2 ne fait pas de l'émulation mais de la translation x86 -> ARM64 soit au runtime (JIT), comme Rosetta 1, soit lors de l'installation.

Parler d'émulation me semble donc abusif.

avatar byte_order | 

Par contre, coté Metal, cela confirme bien que les perfs GPU issu des iPhones et iPad, comparées à celle des GPU AMD ou NVidia, c'est pas sur le même plan du tout. C'est mieux que l'eGPU d'Intel, c'est tout.

Cela va se sentir sur les futurs iMac d'entrée de gamme. L'option GPU AMD, si jamais elle existe, va grimper de prix je pense...

avatar Achylle_ | 

c'est vraiment très prometteur tout ça....
Contrairement a Microsoft, je suis confiant sur le fait que les premiers Mac ARM soient plus performants avec rosetta que les machines intel qu'ils vont remplacer
Et qu'ils les ridiculisent complètement sur des apps natives.

Plusieurs raisons :
- on parle ici d'un A12 de presque 2ans, absolument pas modifié
- on parle de betas de MacOs ARM et Rosetta 2 encore mal optimisées
- Apple a certainement volontairement ralenti sur le A13 pour que le A14, surtout en version Mac, paraissent monstrueux, avec de jolis chiffres marketing a annoncer genre perfs +50% ou x2 par rapport au Mac qu'il va remplacer.
- Rien n'empêche Apple d'ajouter des cœurs ou co processeurs spécialisés, augmenter le TDP, etc...

la grande force d'ARM, outre la puissance / Watt, c'est surtout la scalabilité de l'architecture.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR