Le Mac n'est (bientôt) plus un PC comme un autre

Christophe Laporte |

L'iMac Pro devrait être la dernière surprise de cette année. On espère qu'elle sera aussi bonne que les AirPods, arrivés dans les derniers jours de l'année 2016, et qui avaient été une divine surprise. Au vu des révélations de ce week-end, l'arrivée de cette machine pourrait faire date.

À vrai dire, on regrette qu'Apple ne consacre pas un petit keynote à son nouveau monobloc pour le présenter en détail. En tout cas, cela ne semble pas être la tendance au vu des propos de Craig Federighi. Car cet iMac Pro semble incarner une tendance lourde initiée par les MacBook Pro Touch Bar.

iMac Pro : qui joue le rôle de coprocesseur ?

Le Mac est de moins en moins un PC comme un autre. Si le phénomène Hackintosh a pu prendre une certaine ampleur ces dernières années, c'est parce que d'un point de vue matériel, le Mac était un PC comme un autre. Voilà douze ans que cet état de fait dure. Mais depuis quelques années déjà, avec la montée en puissance des systèmes sur puces pour iPhone et iPad, on se dit que l'avenir pourrait s'écrire autrement, qu'Apple pourrait prendre des chemins à la fois plus fermés et plus originaux.

Cette voie, c'est celle que semble prendre lentement mais surement l'iMac Pro. Car contrairement à ce que l'on a tendance à entendre, le coprocesseur, ce n'est pas la puce d'Apple, mais c'est le processeur d'Intel.

C'est la puce A10 Fusion à qui incombe le processus de démarrage, les problématiques toujours plus importantes de sécurité ou encore l'accès au matériel. Pour l'utilisateur, cette puce servira avant tout à faire fonctionner Dis Siri et éventuellement un Face ID ou un Touch ID (s’il y en a un), mais dans les faits, l'A10 Fusion en fera beaucoup plus.

Ces puces sont amenées à jouer un rôle grandissant. Dans ces prochains portables, ce sont elles qui devraient s'occuper de la gestion de l'économie d'énergie (lire : Vers plus d'ARM et moins d'Intel dans les prochains MacBook Pro) . Le rôle du processeur Intel apparait de plus en plus limité. Son job finalement, c'est de faire fonctionner dans son coin les apps macOS, tout en étant soigneusement encadré par la puce de l'iPhone 7. Mais ce n’est plus lui le chef d’orchestre. De là à imaginer que d'autres puces pourraient faire tourner d'autres systèmes et qu'Apple pourrait se lancer dans une transition, il n'y a qu'un pas qu'on se gardera bien de franchir du moins pour le moment.


Reste à voir si ces puces seront appelées à jouer d'autres rôles. Pourrait-on leur confier certaines tâches où les processeurs Ax sont plus performants que les processeurs Intel ? Est-ce qu'Apple pourrait aller encore plus loin en matière d'architecture avec les Mac Pro ? Sachant que les prix de ces machines sont toujours très élevés, Apple peut oser des architectures beaucoup moins standard et plus originales que sur un Mac mini à 500 $.

Back to the Mac version hardware

Ce qui est intéressant à noter, c'est qu'après avoir connu un "Back to the Mac" sur le plan logiciel, Apple est en train d'utiliser cette recette, mais sur le plan matériel. D'un point de vue architecture, l'iMac Pro ou les MacBook Pro Touch Bar commencent à se rapprocher des stations NexT, qui faisaient un grand usage de ces puces spécialisées (lire : Ce que préfigure le co-processeur M7 d'Apple) .

Ce phénomène de balancier chez Apple est assez fascinant. Pendant plus de 20 ans, l'architecture du Mac était très différente des PC, d'abord avec ses processeurs 68x00, puis avec les PowerPC. Elle a d'une certaine manière capitulé en 2005 ou dit autrement fait preuve de pragmatisme, en signant la paix avec Intel. Elle pensait à juste titre que la supériorité de macOS sur Windows lui permettait de faire cette transition, qui s'avérait tout bénéfice, car en plus venait se greffer la carte de la compatibilité. Si à cela, on ajoute son savoir-faire en matière de design, on obtient la recette qui a fait le succès du Mac ces dernières années. Apple écoule aujourd'hui plus de Mac en un trimestre qu'en un an en 2005.

Mais on l'a vu sur le front des smartphones, jouer uniquement la carte du logiciel pour se distinguer ne suffit plus. Si l'iPhone n'a pas trébuché face à la concurrence, c'est parce qu'Apple a renforcé comme jamais sa maitrise et son expertise sur le matériel. Et c'est sans doute la différence entre les deux époques, Apple ne dépend plus d'un partenaire pour ses processeurs, elle a pris son destin entre les mains. Et en l'espace de quelques années, sa division de conception de processeurs est devenue l'une des plus performantes au monde, si ce n'est la plus performante. C'est ce savoir-faire qui peut lui permettre de faire toute la différence, et d'amener le Mac vers de nouveaux horizons.


Tags
avatar Stardustxxx | 

@ Achylle_
Sans blagues, tous les pros n'ont pas les mêmes besoins!!!!

Certains se contentent de 8, et d'autres ont besoin de plus.

avatar Jazzride | 

ca ne me dérange pas un systeme apple fermé, mais avec des choses dedans, du xserve du mac mini remis à jour du mac pro remis à jour du ipod classic du aperture, mais pas de l'émoji caca en guise d'évolution.

une belle machine avec rien dedans et rien autour j'en veux pas.donc au revoir apple allez merci pour la balade.

avatar dtb06 | 

Je déteste ce concept d'iMac Pro.
Un monobloc, c'est bien pour un truc pas puissant. Mais un truc puissant, ça fait du bruit et ça chauffe. Alors avoir ça devant la tête toute la journée ça risque d'être l'horreur. Au moins une bonne vieille tour, tu peux la mettre sous le bureau. Et il suffit de faire glisser le panneau latéral pour donner un coup de bombe à air de temps en temps.

Et je ne parle même pas de la durée de vie des composants qui risquent de souffrir avec au moins 300W à évacuer en charge... Moins c'est confiné, plus c'est silencieux.

Et sérieusement, sur tous les ordinateurs que j'ai eus tant au niveau personnel que professionnel, j'ai A CHAQUE FOIS changé la RAM au bout de quelques temps. Et le disque pour une grande majorité. Mon MacBookPro 2009 a eu au moins 4 disques différents depuis son achat (le disque 160Go d'origine, un disque hybride 500Go, un SSD 500Go et maintenant un SSD 1To). Par contre, je ne lui ai jamais décollé l'écran :)

avatar Almux | 

En fait Macintosh était le premier "PC" = Personal Computer et l'est quasiment resté, alors que Bill a vendu Windows DOS = Dirty OS = OS sale à IBM qui vendait des ordinateurs qui s'adressaient à des industriels et des entreprises.
Par conséquent, il est impropre de parler de véritables "Personal Computer" sous Windows.
Heureusement, Microsoft a fait d'énormes efforts pour produire un OS utilisable par tout un chacun. Mais, si on y prend garde, le côté impersonnel de Windows transparaît encore aujourd'hui: c'est dans son ADN.

avatar Achylle_ | 

Eh ben...

avatar fte | 

@Almux

"En fait Macintosh était le premier "PC""

Ah. L’Altair, c’était quoi alors ? Et le BASIC de Gates pour l’Altair, et la fondation de Microsoft...

Oh. Et l’Apple I, puis l’Apple II, c’était quoi ?

Quant au DOS, il tire son origine de CPM de Digital.

Après, si on veut se la jouer et pinailler sur des définitions, le premier personal compter permettant de faire du compute très personal, c’est l’Apple II doté de VisiCalc.

Il faut bosser ton histoire de l’informatique personnelle, tu n’y es pas encore.

avatar Stardustxxx | 

@ Almux
"le côté impersonnel de Windows transparaît encore aujourd'hui: c'est dans son ADN."
Nan, Windows n'a pas d'ADN, c'est juste du code.

Il faut attendre encore un peu avant les ordinateur a ADN.

avatar byte_order | 

> En fait Macintosh était le premier "PC" = Personal Computer

OMG.

Et l'Apple II ?
Et le Commodore 64 vendu plus de 15 millions d'unité ?!
Et le Sinclair zx81 ? Spectrum ? Le BBC Micro ?
Les compatibles MSX ?

Tous ont précédé le macintosh, et tous étaient des ordinateurs personnels, cad capable d'être achété par des particuliers et d'exécuter differents types de programmes dessus, ou d'en écrire soit-meme d'ailleurs.

Vous confondez le terme ordinateur personnel avec "l'achitecture PC", celle qui est utilisé dans le terme "compatible PC".

Une révision de l'histoire pourtant encore assez courte de l'informatique serait utile je pense.

Quand à votre rant sur dirty OS... Bref.

avatar pehache | 

Contresens complet : "Personal Computer" ça ne veut pas dire "destiné aux particuliers" !

C'était par opposition aux ordinateurs centralisés et utilisés simultanément par plein de personnes par l'intermédiaire de terminaux. Donc quand les gens, même en entreprise, ont eu un ordinateur réservé à leur usage personnel sur leur bureau, on a appelé ça "Personal Computer".

avatar fte | 

@pehache

"on a appelé ça "Personal Computer"."

C’est fou qu’il y ait besoin d’expliquer ça. Bientôt il faudra expliquer ce qu’est un crayon.

avatar JLG01 | 

Les premier Macintosh (systèmes jusqu’au 7) avaient une mémoire interne regroupant l’essentiel des outils de gestion de l’affichage, ce qui rendait l’imitation impossible et réduisait considérablement la taille des applications.
Ce n’est qu’à partir du système 9 (de mémoire) que les clones sont devenus possibles, et plus encore avec l’adoption des puces Intel.
Disposer d’un système sur puce spécifique (et théoriquement non disponible dans le commerce) restaure cette spécificité.
Il n’est pas certain que ce soit une réelle avancée technologique.

avatar jellyboy74 | 

La dernière fois qu'Apple a tenté le coup de l'archi unique , ils se sont planté littéralement avec la génération PPC que ce soit les G3/G4, Powermac, powerbook etc. Non pas que c'était de mauvais ordis, loin de là , mais Apple s'est cassé les dents sur le mur de la compatibilité et les dev's ont boudés. En 2006 le passage en Intel à changé la donne. Il y a aussi aujourd'hui l'option Ryzen qui arrive mais je n'oublis pas qu'en 2006 mon powermac et mon powerbook ont été mis obselète très rapidement ...les rendant totalement inutiles.

Si Apple retourne sur cette voie, ce sera sans moi, j'ai pas digéré cette transition, et encore moins le traitement des mac pro 1.1 et 2.1 ....

avatar Jazzride | 

"En fait Macintosh était le premier "PC" = Personal Computer et l'est quasiment resté"
non ce n'est pas ca l'apport de apple , apple corp n'a pas inventé le PC. ce n"'est pas ca le concept de apple ni il y a 30 ans ni maintenant. "le côté impersonnel de Windows transparaît encore aujourd'hui: c'est dans son ADN." Quel ramassis d'aneries, alors quand j'utilise cubase sous mac c'est personnel mais cubase sous windows c'est impersonnel.
"Disposer d’un système sur puce spécifique (et théoriquement non disponible dans le commerce) restaure cette spécificité. Il n’est pas certain que ce soit une réelle avancée technologique."
ils sont régulierement victimes de leurs démons sauf que là il n'y a plus jobs pour sauver la boite. si apple mise 100% ARM et tout fermé sans rien à proposer, la boite est condamnée à ne produire que du téléphone.

pour ma part clairement si les mac mini prétendument non abandonnés et mac pro ne sont pas attractifs, je laisse apple, il n' y a plus que logic qui me pousse a conserver au moins un mac, sinon je n'y vois plus que des inconvénients.

- depuis la mort de jobs les mac sont des repoussoirs
- depuis son déces il n' ya plus aucune créativité dans cette boite
- on passe des années à attendre que ces messieurs-dames veuillent bien nous proposer du haut de leur splendeur une machine potable non jetable non collée

Alors c'est bon. Pendant ce temps dans le monde PC la tendance est devenue inverse! Pour un budget de 1/2 voire 1/3 on a des monstres, évolutifs, en béton, et même superbes si on y met le prix. Et surtout quand on a besoin d'un PC pour bosser on sort sa CB et on a un choix immense, de 200 à 80 000 euros, alors qu'en mac il n'y a plus rien. Même plus de mac mini ou de mac pro. C'est lamentable, alors on nous sort un ersatz de "pro", mais un ersatz à 5000 euros quand meme.

Au niveau soft du 100% Apple y a plus rien non plus, tout est dispo sous windows et même de plus en plus sous linux. Alors quoi ? On fait quoi on achète la poupée jobs à 200 euros (...) et on allume un cierge tous les soirs ou on avance ?

avatar Jazzride | 

"Disposer d’un système sur puce spécifique (et théoriquement non disponible dans le commerce) restaure cette spécificité. Il n’est pas certain que ce soit une réelle avancée technologique."
ils sont régulierement victimes de leurs démons sauf que là il n'y a plus jobs pour sauver la boite. si apple mise 100% ARM et tout fermé sans rien à proposer, la boite est condamnée à ne produire que du téléphone.

pour ma part clairement si les mac mini prétendument non abandonnés et mac pro ne sont pas attractifs, je laisse apple, il n' y a plus que logic qui me pousse a conserver au moins un mac, sinon je n'y vois plus que des inconvénients.

- depuis la mort de jobs les mac sont des repoussoirs
- depuis son déces il n' ya plus aucune créativité dans cette boite
- on passe des années à attendre que ces messieurs-dames veuillent bien nous proposer du haut de leur splendeur une machine potable non jetable non collée

Alors c'est bon. Pendant ce temps dans le monde PC la tendance est devenue inverse! Pour un budget de 1/2 voire 1/3 on a des monstres, évolutifs, en béton, et même superbes si on y met le prix. Et surtout quand on a besoin d'un PC pour bosser on sort sa CB et on a un choix immense, de 200 à 80 000 euros, alors qu'en mac il n'y a plus rien. Même plus de mac mini ou de mac pro. C'est lamentable, alors on nous sort un ersatz de "pro", mais un ersatz à 5000 euros quand meme.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR