Quel Mac acheter si j’étais étudiant aujourd'hui ?

Nicolas Furno |

J’ai acheté mon premier Mac en 2006. À l’époque, j’étais étudiant depuis environ six mois et mon PC portable sous Linux ne me servait à rien. J’avais besoin d’un ordinateur pour travailler, pas pour bricoler, et je ne voulais pas du tout de Windows. C’est assez naturellement que je me suis tourné vers les Mac, d’abord un iBook G4 qui m’a (fort bien) servi une dizaine de mois avant de laisser la place à un magnifique MacBook noir.

Pomme blanche sur un fond noir. On ne passait pas inaperçu avec ce Mac…

Pour ceux qui ne suivaient pas l’actualité d’Apple à l’époque, on avait deux options si on voulait un Mac portable. Il y a dix ans, le constructeur vendait soit un MacBook 13 pouces en plastique, soit un MacBook Pro 15 ou 17 pouces en aluminium. Le MacBook Air n’existait pas encore et il n’était même pas question d’iPad. Les choix étaient plus limités donc et pour un étudiant, le MacBook était le choix évident.

Convaincu par les Mac, je me suis naturellement tourné vers ces MacBook courant 2007. J’ai attendu leur mise à jour au mois de mai — six mois après la précédente, car oui, à l’époque, il y avait deux mises à jour par an — et j’ai cassé ma tirelire. Bénéficiant de la promotion étudiante à hauteur de 12 %, j’ai même pu m’offrir le modèle haut de gamme, le MacBook noir, qui valait 1450 € neuf et que j’ai payé environ 1275 €.

Cet ordinateur m’a suivi pendant toutes mes études et je ne l’ai abandonné qu’en commençant à travailler chez MacGeneration, à l’automne 2010. Trois ans de bons et loyaux services, des heures de notes pendant les cours, plusieurs mémoires à la fac… autant dire qu’il m’a bien servi et il a ensuite rendu service pendant cinq années supplémentaires dans ma famille.

Il a pris des coups, mais je ne suis pas le seul responsable : après moi, il a servi à plusieurs personnes dans ma famille et il fonctionnait encore au quotidien il y a un an.

Si j’étais étudiant aujourd’hui et que je devais acheter un ordinateur pour m’accompagner en cours, qu’est-ce que je choisirais ? Cette question est apparue autour de la table de repas de MacGeneration et elle s’est avérée plus difficile qu’escomptée. En admettant que j’ai le même budget qu’à l’époque, soit au maximum 1450 € avant réduction, quel Mac est-ce que je choisirais ?

Apple ne propose plus de Mac comme le MacBook

Le premier constat, c’est qu’Apple ne propose plus de machines comme le MacBook d’alors. Cela nous semble étrange aujourd’hui, mais en 2007, la gamme des Mac portables était très simple et très cohérente. Entre l’entrée de gamme vendue à peine plus de 1000 € et le MacBook Pro 17 pouces vendu à partir de 2800 €, il n’y avait pas le gouffre qui sépare actuellement un MacBook Retina d’un MacBook Pro 15 pouces.

Le MacBook noir était vendu 200 € de plus uniquement pour son disque dur légèrement plus gros. Mais il souffrait aussi nettement moins de problèmes de plastique craquelé (et il était plus classe). Cliquer pour agrandir

Les deux familles de Mac portables se distinguaient sur de nombreux points. La taille d’écran déterminait encore plus qu’aujourd’hui la gamme, mais la plus grosse différence était la qualité de fabrication. Les MacBook en plastique étaient d’excellents ordinateurs à l’époque, mais ils étaient fragiles. C’est d’ailleurs pour cela, essentiellement, que j’avais choisi le noir : les MacBook blancs souffraient à l’époque de vieillissement prématuré et leur plastique jaunissait et craquelait dès les premiers mois.

En comparaison, les MacBook Pro en aluminium n’étaient pas encore aussi bien conçus que les modèles unibody, mais ils étaient déjà beaucoup plus solides. De fait, quand on compare aujourd’hui un MacBook à un modèle Pro de la même époque, la différence saute aux yeux. L’appareil en plastique grince de partout et il lui manque des bouts de plastique sur le repose-poignet. Celui en aluminium est en aussi bon état qu’au premier jour.

Deux Mac de 2007 ou 2008 : celui en plastique montre bien quelques signes de fatigue, mais celui en aluminium est en aussi bon état qu’à sa sortie.

À l’époque, c’est cela que l’on payait : une meilleure qualité de fabrication. Et c’était important, ne me faites pas dire ce que je ne dis pas, mais le cœur de l’ordinateur, ses composants internes, ne changeait pas fondamentalement. Prenez mon MacBook mi–2007 avec un MacBook Pro sorti à la même époque : ils ont le même processeur, mais pas à la même fréquence, ils ont la même quantité de RAM, des disques dur similaires et des écrans de la même résolution.

La différence la plus significative était à chercher du côté de la carte graphique, puisque les MacBook se contentaient de celle fournie par Intel, quand les Pro avaient une carte dédiée bien plus puissante. Mais je ne jouais pas plus à l’époque qu’aujourd’hui et je n’ai jamais été limité par la puce Intel.

Les composants internes étaient très proches à l’époque entre un MacBook et un MacBook Pro. Cliquer pour agrandir

En achetant un Mac d’entrée de gamme en 2007, j’avais l’assurance d’avoir une machine à jour en termes de composants. Je sacrifiais la qualité de fabrication et gagnais sur d’autres points : les MacBook avaient une meilleure autonomie et ils étaient plus compacts, ce qui compte dans une salle de classe. Et je savais que j’avais une marge de manœuvre : j’ai très vite acheté de la RAM et un disque dur plus gros, deux composants que l’on pouvait changer avec une pièce et un tournevis.

En tant qu’étudiant, cette option permettait d’économiser à l’achat et mettre à jour ensuite son ordinateur, en payant moins cher pour le stockage ou la mémoire vive. C’était bien pratique et cela a permis de prolonger la durée de vie. Si ce Mac était resté bloqué sur son disque dur 5 400 t/m d’origine, je ne pense pas qu’il aurait servi comme machine principale jusqu’en 2015. Mais il accepte n’importe quel SSD aujourd’hui…

À l’époque, non seulement on pouvait ouvrir les Mac et accéder à leurs composants, mais c’était prévu pour. Une pièce retirait la batterie et quelques vis plus tard, on accédait au disque dur (au fond sur la photo, l’emplacement est vide) et aux deux barrettes de RAM.

Quel Mac aujourd’hui pour le même budget ?

Ce retour dans le passé est instructif pour juger la gamme actuelle. Prenons mon budget de l’époque, environ 1450 € avant la réduction étudiante, et regardons ce que je peux acheter. Apple propose de nombreuses options, du MacBook entrée de gamme au MacBook Pro de l’an dernier, en passant par un MacBook Air qui est l’équivalent direct, sur le plan tarifaire, du MacBook plastique de 2007.

À l’époque, on ne lésinait pas sur les ports… (MagSafe, Ethernet, mini DVI, FireWire 400, deux USB 2.0, entrée et sortie audio et verrou Kensington).

Le MacBook Air est toujours une excellente machine et elle est bien supérieure sur tous les points à mon MacBook de l’époque, c’est indéniable. Mais en même temps, je ne voudrais pas acheter un ordinateur sans écran Retina en 2016, encore moins quand la dalle est aussi mauvaise que celle de cette gamme. Le MacBook entrée de gamme est aussi disponible, mais son processeur serait trop juste pour l’étudiant en géographie que j’étais (bon nombre de logiciels de cartographie m’obligeaient à virtualiser Windows).

La meilleure option serait probablement le MacBook Pro 13 pouces de 2015 qu’Apple vend toujours 1450 €, cela tombe bien. Et je n’ai pas beaucoup de critiques à faire à son encontre, si ce n’est le stockage : 128 Go de stockage, je passerais probablement mon temps à me battre avec macOS. Et contrairement aux Mac de 2007, ce stockage ne peut pas facilement être changé par la suite.

Apple se rattrape aujourd’hui avec sa boutique de Mac reconditionnés qui baisse le tarif d’entrée et permet d’obtenir une meilleure machine au même prix. Mais dans tous les cas, je n’aurais pas aujourd’hui le meilleur de ce qui se fait chez Apple. Les Mac avec Touch Bar seraient totalement hors de portée si j’étais étudiant et même le MacBook Pro 13 pouces de 2016 sans la Touch Bar est vendu 1700 € au minimum, bien au-delà du budget. Je ne perdrais pas en qualité de fabrication en piochant dans le catalogue plus ancien, mais je n’aurais pas les meilleurs composants internes.

Il faut reconnaître toutefois que la situation a bien changé en près de dix ans et que les Mac d’il y a quelques années restent d’excellentes machines. On n’arrête pas de le constater, cela fait plusieurs générations que les processeurs Intel stagnent et même si les SSD font encore des progrès, les Mac d’aujourd’hui sont globalement aussi rapides que ceux de 2012 en usage courant. Alors qu’entre un MacBook de 2007 (Core 2 Duo 2 Ghz) et un iBook de 2003 (PPC G3 800 Mhz), c’était le jour et la nuit.

L’entrée de gamme des MacBook Pro de 2016. Les Mac actuels sont largement plus solides et mieux construits que ceux de 2007, on ne peut pas le nier.

Il faut aussi reconnaître qu’Apple a fait d’énormes progrès en matière de conception et les Mac sont mieux construits qu’ils ne l’on jamais été. Le constructeur maîtrise parfaitement l’aluminium et les machines actuelles devraient particulièrement bien résister à l’usure du temps. Les Mac sont montés en gamme, les prix ont été ajustés en conséquence.

Pourquoi un Mac ?

En réfléchissant à ce que j’achèterais si j’étais un étudiant aujourd’hui, une question s’est naturellement posée. Pourquoi, au fait, acheter un Mac ? En 2007, je n’avais pas vraiment le choix : c’était soit un PC portable sous Windows ou Linux, soit un Mac portable. En 2016, je croulerais plutôt sous les options.

Je pourrais acheter un iPad plutôt qu’un Mac. Après tout, Apple ne cesse de répéter que c’est la solution d’avenir et j’utilisais mon Mac essentiellement pour prendre des notes en cours et rédiger des fiches de lecture et des devoirs. Une tablette et un clavier externe feraient aussi bien et même mieux sur quelques points, à commencer par l’encombrement et l’autonomie.

Et même sur le prix. Avec le prix que m’avait coûté mon MacBook, soit 1275 €, je pourrais acheter un iPad Pro 9,7 pouces haut de gamme (256 Go de stockage et cellulaire) et un clavier. Et j’aurais encore assez d’argent pour financer quelques années de cinéma.

Quitte à économiser, pourquoi ne pas aller jusqu’au bout et opter pour un Chromebook ? On entre dans le bas de gamme (à 500 €, on trouve un très bon modèle) cette fois, mais j’en ai testé quelques-uns l’été dernier et le rapport qualité/prix est imbattable. Et ce sont des ordinateurs bien assez puissants pour prendre des notes pendant un cours. Ils ont l’avantage, comme l’iPad, d’être silencieux et de bénéficier parfois d’une excellente autonomie. Sans compter que la connexion nécessaire actuellement n’est probablement plus un problème à l’heure actuelle.

Peut-être est-ce par habitude, mais je trouve ces deux options moins séduisantes. Même si je n’avais pas besoin d’un Mac tous les jours, j’ai apprécié d’avoir un véritable ordinateur quand, à la fin de mes études, j’ai utilisé des logiciels spécialisés proposés uniquement sur les ordinateurs. Je ne crois pas que l’iPad soit au niveau en matière d’offre logicielle, même si l’App Store a progressé ces dernières années. Et ne parlons pas des Chromebook, même s’ils vont profiter d’une partie des apps Android à l’avenir.

Oublions mon cas pour terminer. À l’heure actuelle, les étudiants n’ont jamais eu autant d’options pour accompagner leurs études d’un outil informatique. Même si cela peut sembler un petit peu absurde, même un iPhone pourrait servir pendant un cours, avec un clavier externe pour prendre des notes ou alors en guise de dictaphone. De façon plus raisonnable, les tablettes et les Chromebook sont les candidats les plus logiques et ils sont bien moins chers que les Mac de 2007.

Malgré tout, un étudiant qui voudrait acheter un Mac aujourd’hui sera moins bien desservi que dans les années 2000. Les petits budgets doivent se contenter de machines moins puissantes ou alors anciennes, ils ne peuvent plus avoir un ordinateur d’entrée de gamme et à jour. Et même si les Mac vendus ces derniers temps sont de superbes machines, solides et très bien conçues, elles ne peuvent plus évoluer au fil des années.

Ce n’est plus un marché qui intéresse Apple. Le constructeur ne manque pas de le rappeler et de le souligner à chaque nouveauté et cela explique sans doute une bonne partie des crispations dans la « communauté » ces derniers mois.


avatar dvd | 

@Kimareo

"Mais des étudiants fauchés au point de devoir compter chaque euro, ça court pas les rues non plus..."

Je ne sais pas sais pas dans quel monde tu vis mais il me semble que tu es vraiment à côté de la plaque. Ça oblige de sortir un peu du sujet mais la paupérisation des étudiants en France est une réalité. Certains ont le soutien des parents, d'autres font des choses assez horribles, prostitution notamment, pour survivre.
Les petits boulot sont une bouffée d'oxygène et lorsque le salaire est juste suffisant, on satisfait un besoin primaire tout bête : manger.
Aujourd'hui acheter un mac en étant étudiant, est un luxe inouï. Même mettre 1500 dans un ordinateur, Waouh...
Quoiqu'il en soit, Apple ne propose rien pour les petits budgets. Certains argueront l'ipad mais soyons sérieux : ce n'est qu'un iPhone agrandi avec les limitation ridicules d'iOs.
Hormis le soin apporté aux machine pc (il y aurait matière à discussion), Windows 10 est une alternative crédible et intéressante au Mac. XPu, Vista, c'est le passé. Microsoft a fait d'énormes efforts pour améliorer leur OS. Et ça paie.

avatar macinoe | 

Oui je pense que ça n'a pas du s'arranger.

Quand j'étais étudiant, il y a 25 ans, je me souviens que le secours populaire faisait des distributions de pates et qu'il y avait une queue énorme..

Certains dans leur chambre de cité U n'avaient que ça à bouffer. Heureusement qu'il y avait un peu de vitamines le Week-end sinon c'était le scorbut assuré.

La vérité est celle là. pour beaucoup d'étudiant se payer des pates et du riz, c'est déjà un problème.

Je n'ai rien contre le fait qu'il y ait des riches et des pauvres et qu'il faut bien démarrer dans la vie..

Mais que certains vivent dans leur bulle et vont jusqu'à nier les difficultés des autres, ça a tendance à me rendre dingue.

avatar Un Type Vrai | 

Beaucoup d'etudiants avaient (ont) la possibilite de travailler le WE.
Beaucoup d'etudiant se payent une annee sabatique au frai de la société...
Ce que j'ai retenu de ma place à l'Unef-ID, c'est que ma vision du monde, mon rapport a l'argent et a ce que nous offre la société c'est très marginal... !
Perso j'etais un vrai etidiant pauvre, mais du coup, je bossais les WE comme plongeur pour payer la bouffe et l'appart. Et du coup je pouvais me payer des macs (d'occasion). Et les vacances je bossai aussi... Bref je ne vais pas plaindre la pauvrete des etudiants, c'est intimement lié a l'idee que tra ailler pour gagner de l'argent c'est Has been... A un moment, c'est aux étudiants de se démerder pour ne pas être pauvre.

avatar Jazzride | 

"Je ne sais pas sais pas dans quel monde tu vis mais il me semble que tu es vraiment à côté de la plaque. Ça oblige de sortir un peu du sujet mais la paupérisation des étudiants en France est une réalité. Certains ont le soutien des parents, d'autres font des choses assez horribles, prostitution notamment, pour survivre.
Les petits boulot sont une bouffée d'oxygène et lorsque le salaire est juste suffisant, on satisfait un besoin primaire tout bête : manger."

c'est la triste réalité actuelle oui autant dire que les études que j'ai eu la chance de faire dans les années 90 c'était du luxe en comparaison, maintenant il y a vie dans les squats, prostitution, etc. et tout ca pour avoir 2 MII trilingue , un boulot chez quick triste monde.

macg c'est vraiment devenu la population bobo fric qui raconte qu'un MBP à 2000 euros pour un étudiant c'est rien et qu'arrivé dans le monde du travail on peut acheter tous les 2 ans un mac à 3000 comme si c'était une baguette de pain: tout ça c'est du bullshit. quand tu paieras impots taxes urssaf rsi et frais divers tu verras ce qu'il reste pour tes loisirs macqueux mon petit

Et faut pas se laisser impressionner par n'importe quel rédact ou vendeur: ça m'étonnerait qu'ils soient en situation d'aligner un CV comme le mien et la capacité de facturer du 200 min de l'heure. Mais malgré ca, tout le monde rame en France et bosse pour essayer j'ai bien dit essayer de déja de payer ses charges. alors faut arrêter de raconter des âneries pareilles. car oui avec les charges qu'on se tape car nous on a pas la possibilité de contourner les lois fiscales comme certaines multinationales... même si on facture bcp il ne reste rien.

voila la réalité française. étudiants dans la misère et salariés/fonctionnaires/libéraux/commerçants en galère.

avatar P'tit Suisse | 

J'aime bien le bobo qui a besoin de dépenser 10’000 fr. français de l'époque pour prendre des notes de géo ? On n'a pas du passer la même licence à Lyon 2 ?

avatar Nicolas Furno | 

@P'tit Suisse

1) Pire, j'étais étudiant parisien.
2) Pire encore, j'étais en prépa dans un grand lycée quand j'ai acheté ce MacBook.
3) Par contre, on payait déjà en euro à l'époque. Vous pouvez vous moquer de mes études, mais laissez moi ma jeunesse (déjà qu'elle s'éloigne de plus en plus ?).

avatar Rigat0n | 

@nicolasf

Je juge pas, et c'est à recevoir sur le ton de l'humour, mais perso en prépa le dernier truc dont j'avais besoin c'était d'un ordi ? (on a peut-être pas fait la même filière cela dit)

avatar Nicolas Furno | 

@Rigat0n

À l'époque, j'ai eu du mal à imposer mon idée. Mais j'ai pris tous mes cours sur ordinateur. Et toute la classe était bien contente de profiter de mes cours, partagés sur le site que j'avais mis en place avec iWeb. Toute une époque…

J'avais pas besoin d'un ordinateur, sans doute. Mais c'est comme ça que je fonctionnais et ça a très bien marché pour moi. Et ça me fait plaisir d'avoir tous mes cours sous la main sur une forme numérique, accessoirement.

avatar bbtom007 | 

@nicolasf

La vraie question : tu as mecho grâce au mac ou pas ? ?

avatar huexley | 

J'ai besoin de prendre des notes et communiquer. Il me faut un mac à 1800 balles. Make sense.

avatar myzt | 

Je m'étais fais payer un netbook à 400 euros (un des premiers sorti en 10 pouces) pour mes études, amplement suffisant, même pas gêner par son CPU en carton, pour la prise de note et le surf à l'époque c'était suffisant
400 euros sur mon compte personnel, sortir 400 euros à 20 ans, c'est pas simple, sans boulot sans implorer papa et maman de vous le payer
Alors un MBP à 1500 euros pour noter en cours, c'est vraiment comme dirait les anglais ''OVERKILL''
La solution serait les Chromebook, je ne connais pas très bien comment ça fonctionne ces machines, mais il parait qu'ils font fureurs aux US et surtout pour l'Education, ça tombe bien, c'est exactement ce que je pense d'eux: des machines qui permettent de prendre des notes en cours pour la moitié d'un prix d'un iPad
Quand on est étudiant, on s'en fiche de la finition, du design, de l'OS (si on est pas un étudiant spécialisée qui requiert un certain nombre de logiciels), tout ce qu'on veut c'est un laptop qui fonctionne bien pour le budget donné (bas si possible)

avatar zxspectrum | 

Le choix d'un ordinateur (ou d'un smartphone ou d'une voiture) peut-il être rationnel ? Vous argumenterez en insistant sur les notions de libre-arbitre et de pression sociale.
Vous avez quatre heures.

avatar 2Bad | 

Oublions pas que les 1500€ de l'époque ne représentent pas la même valeur aujourd'hui

2Bad

avatar kstbb | 

Pour remettre les choses dans leur contexte, question tarifs, à l'époque l'Etat venait de lancer des prêts très bas pour permettre aux étudiants d'acheter leur ordinateur portable (Un ordinateur pour le prix d'un café par jours) et avait beaucoup communiqué dessus. Pour l'étudiant fauché que j'étais, c'était la bonne occasion d'étaler un peu la dépense. Et puis pour la blague, si tu étais étudiant apple t'offrait un ipod mini (un cadeau à 140€ mine de rien).

Du coté materiel, Apple était les champions niveaux batteries, avec des ordinateurs qui avaient déjà, si mes souvenirs sont bon, presque 5hr d'autonomies (wifi éteint, et luminosité réduite). Ce qui était un critère non négligeable quand on pense que les salles de cours n'étaient pas encore équipées de beaucoup de prise électrique. Et puis le format 13" n'était pas aussi courant qu'aujourd'hui, les équivalents pc n'étaient donnés non plus.

Personnellement, j'avais opté pour le macbook blanc d'entré de gammes, qui avait certes quelques soucis avec le plastique, mais bon, un autocollant et le tour est joué, c'est réparé. C'était cher oui, mais c'était investissement, et à l'époque les ordinateurs étaient encore réparable. Le mien a durée 7 ans d'usage vraiment intensifs. J'ai uniquement dût changer ma batteries au bout d'environ 1100 cycles.

Aujourd'hui la donne à changer, et je ne pense pas que je referais ce choix, Apple à changer, les ordinateurs ne sont plus le coeur de leur marché, même OSX commence a être surfait (Alfred qui est plus performant que le spotlight est d'un non-sens total).

Pour finir, payer plus de 1000€ pour un ordinateur que l'on utilise au minimum 5 ans, que l'on peut réparer, upgrader, est à mon sens tout à fait normale (je précise que je vis en dessous du seuil de pauvreté). C'est un produit manufacturé qui nécessite de la main d'oeuvre, avec des métaux précieux et rares. A contrario, payer 500 ou 1000 € pour un ordinateur presque jetable me débecte au plus haut point !

avatar Rictusi | 

Donc je résume:

un MacBook avec un processeur m3? ah non car quand même je bosse avec et son processeur est trop juste..

Un iPad? Mais oui c'est parfait...

Bref la logique, quand elle nous tiens. Je précise que je n'ai pas de MacBook, je ne défend pas la machine, je pointe juste l'incohérence.

avatar melaure | 

J'ai fais mes études dans les années 90 (89-94), études en informatiques, avec un peu d'électronique au début. J'aurais aimé pouvoir me payer de suite un Mac, mais il a fallu que je bosse 3 ans en usine avant de me payer (moi-même) un LC II bien équipé avec un Trinitron ... et un portable c'était impossible.

On parle de paupérisation des étudiants, mais bon sang à mon époque c'était très rare d'avoir une voiture, on voit bien que les familles donnent beaucoup plus de moyens dans les années 2000 et +

Ceci dit pour en revenir au Mac, à l'époque je n'avais aucune hésitation. Je faisais de l'assembleur 68000 et le Mac était nickel avec son processeur. Mais surtout je l'ai boosté en périphérique, RAM, proc, etc ... De plus le Mac n'était PAS un PC sous un autre OS à ce moment là, c'était une véritable plateforme comme les nombreuses autres que j'ai eu entre 1980 et 1990 ! Et j'ai commencé sur Apple II en 1982 et sur Mac + en 1986, donc déjà un bon background (mais là ce n'est pas moi qui ai payé ;) )

Enfin c'est simple dans ma promo info début 90, les possesseurs de PC étaient minoritaires. Qui connait encore ça aujourd'hui ???

Je pense que si j'étais étudiant aujourd'hui, sans tout cet historique, je ne serais pas sûr de prendre une machine ultra verrouillée, à prix de luxe, tout en étant un PC moyen de gamme ... je pense que je serais sur PC, pas un bas de gamme bien sur, mais oui je pense un PC avec un double boot Linux/Windows. J'ai toujours été un passionné de techno, et Tim a tué ce coté là du Mac en 2016. Désolé ...

avatar pifpaf | 

La gamme Apple et les prix ne font que suivre le parcours et l'intérêt de ses dirigeants, ils ne sont plus étudiants depuis longtemps donc la question " Quel Mac pour un étudiant ?" ne se pose plus.
Seul, peut-être, S.Jobs avait gardé une vision moins empesée tout en vieillissant d'où son aura je suppose, l'inverse de son pseudo clone (je n'ai pas dit clown qui se vend dans des dîners de charité) qui le remplace désormais.

avatar fte | 

De Mac pour un étudiant ayant un budget déterminé, il n'y a guère qu'un mini en neuf qui soit raisonnable. Le marché de l'occasion est certainement une meilleure option, en particulier pour les portables.

Enfin, en l'état actuel de l'offre Apple, pour être efficace dans un budget contenu je recommande de l'ultrabook PC (zenbook par exemple) ou un hybride (yoga, bien). C'est moins dommage et risqué aussi, et OneNote est un logiciel de prise de notes génial en mode tablette ou hybride. Très agréable et très pratique.

Si les poches sont profondes, on peut choisir ce qui plaît. Si ce n'est pas le cas, il faut choisir ce qui fait bien le job.

avatar Jazzride | 

"Je pense que si j'étais étudiant aujourd'hui, sans tout cet historique, je ne serais pas sûr de prendre une machine ultra verrouillée, à prix de luxe, tout en étant un PC moyen de gamme ... je pense que je serais sur PC, pas un bas de gamme bien sur, mais oui je pense un PC avec un double boot Linux/Windows. J'ai toujours été un passionné de techno, et Tim a tué ce coté là du Mac en 2016. Désolé ..."

tt a fait un étudiant aime cogiter, pas ingurgiter stupidement. si on ne peut plus bidouiller y a plus de plaisir. les mac actuels sont conçus pour les gens qui consomment sur itunes, y a rien de fun désormais sur mac: machines ultra fermées, hors de prix, pas de bidouille pas d'upgrade en fonction de ses possibilités du moment, pas de jeux non plus; univers triste ituno-centré

c'est devenu un univers de vieux.

avatar thierry37 | 

Ceux qui ont pris (ou prennent) leurs notes de cours sur ipad.
Vous utilisez quelle App?
iOS Note ?
Ou OneNote?
Evernote ?
Autres App?

Merci

avatar fte | 

Je ne suis plus étudiant depuis fort longtemps, ce qui ne m’empêche pas d'avoir un besoin de prendre des notes. :) J'ai pendant un temps utilisé un iPad pour ce faire, mais diverses raisons m'ont ramené vers un ordi plus traditionnel.

Donc s'il ne s'agissait que de prendre des notes, je choisirais OneNote sans hésiter. Sur iPad, Surface, hybrides ou notebook, qu'importe, le logiciel est très bon.

Mais il ne s'agit pas pour moi que de prendre des notes, il s'agit d'organiser des centaines de notes, et de partager des carnets avec des collègues ou la famille. J'utilise donc Evernote, assez extensivement. J'aimerais m'en débarrasser mais je n'ai pas trouvé de solution alternative satisfaisante.

avatar nicoplanet | 

Pourquoi le MacBook 12" n'est pas retenu dans les possibilités (virtualisation et logiciel SIG trop consommateur) alors que le iPad ou le Chromebook sont envisagés comme des options potentielles ?

Il me semble que ni le iPad, ni le Chromebook ne virtualisent très bien Windows ?

avatar Cool Active | 

C'est marrant que beaucoup disent que l'écran du MBA n'est pas retina et serait même de mauvaise qualité.
Ces 2 critères seraient préjudiciable au modèle.

Personnellement, j'ai le MBA, l'écran ne me pose aucun problème.

J'estime de plus qu'il s'agit du meilleurs rapport qualité/prix actuellement.

L'offre du MBA est imbattable par rapport aux prix ubuesques (scandaleux) des derniers MBP 2016.

avatar macinoe | 

Le MBA était une machine exceptionnelle..

Son seul soucis c'est qu'il n'a pas bénéficié de mises à jour significative depuis juin 2013..
3 ans et demi en informatique ça commence à faire beaucoup.

Du coup je pense que le bon choix pour un budget serré c'est de prendre un modèle 2013 ou 2014 d'occasion.

avatar Cool Active | 

Je suis prof.

Et je recommande régulièrement ce MBA à mes élèves ou aux stagiaires.
12 h d'autonomie avérées... C'est imbattable.

Des collègues (2) ont le cru 2012 (4 gb de ram), et il tourne toujours comme une horloge.

Ps : J'ai poussé 6 personnes vers Appel depuis 3 ans... (Je crois, soyons fou, que la pomme der
vait m'offrir le nouveau MBP ;-) )

Pages

CONNEXION UTILISATEUR