« Cette image est-elle vraie ? » Adobe veut vous fournir la réponse

Stéphane Moussie |

Vigilant comme vous êtes, vous vous méfiez des images sensationnelles qui circulent comme une traînée de poudre sur les réseaux sociaux. Mais comment avoir la certitude que cette image d'un chaton à cinq pattes n'a pas été retouchée ? Adobe planche depuis quelques années sur cette problématique avec des médias et d'autres acteurs du numérique. Après tout, qui est mieux placé que le créateur de Photoshop pour répondre à la question de l'authenticité des images ?

La Content Authenticity Initiative franchit une nouvelle étape importante avec le lancement en bêta pour tous les utilisateurs du Creative Cloud de Content Credentials. Intégré à Photoshop, ce système permet à l'utilisateur de lier à son fichier les informations sur les retouches qu'il a effectuées. Que ce soit un simple ajustement de la luminosité ou l'intégration d'une ressource externe (synonyme dans ce cas de trucage), ces modifications sont attachées au document, y compris la ressource externe utilisée. Ce nouveau type de métadonnées n'est pas enregistré par défaut, c'est à l'utilisateur d'activer l'option dans Photoshop.

Le « certificat » des créations est présenté sur la banque d'images Adobe Stock ainsi que sur la plateforme Behance. Et quand une image n'est pas hébergée sur l'un de ces services, on peut la charger sur le site verify.contentauthenticity.org pour voir les modifications qu'elle a subies. Cette manipulation rend la vérification laborieuse, mais l'objectif à terme est de faire apparaître ces informations là où les images circulent le plus. Twitter fait partie des entreprises engagées dans la Content Authenticity Initiative, tout comme Microsoft, Qualcomm, Nikon, ARM, l'AFP, Getty Images, le New York Times ou encore France Télévisions.

Outre un moyen de lutter contre les fausses informations, Adobe promeut ce système comme un certificat d'authenticité sur le marché des NFT. Les créateurs peuvent associer leur adresse de portefeuille de cryptomonnaies à Content Credentials pour prouver qu'ils sont les véritables auteurs des œuvres numériques en vente. Plusieurs plateformes de NFT (KnownOrigin, OpenSea, Rarible et SuperRare) vont présenter cette information et de son côté Behance va accueillir une section dédiée aux NFT.

Le « certificat » d'une image visible sur le site dédié de l'initiative.

La réussite de l'initiative dépendra de son adoption par les principaux créateurs et diffuseurs d'images. Adobe prévoit de mettre en ligne un kit de développement open source permettant à tous les éditeurs d'intégrer Content Credentials à leurs apps et services, mais plusieurs acteurs cruciaux manquent encore à l'appel, parmi lesquels Apple, Google et Facebook.


avatar raoolito | 

"mais plusieurs acteurs cruciaux manquent encore à l'appel, parmi lesquels Apple, Google et Facebook. »

apple, la derniere fois qu’il a voulu mettre en place un scan d’image, on a vu la levée de boucliers.
Par contre facebook et google (image) là oui, c’est central.
(on se demande d’ailleurs ce que qualcomm vient faire ici)

avatar Alex Giannelli | 

@raoolito

Je ne vois aucun rapport entre ce que voulait faire Apple, et ce que propose Adobe.

avatar r e m y | 

Pour protéger ses créations en les signant de façon indélébile, je vois bien le fonctionnement et son intérêt.
Par contre pour lutter contre les fake news en identifiant une image retouchée, là, je ne vois pas... celui qui veut truquer une image avec des intentions malhonnêtes, ne va pas activer l'option qui signalerait ses modifications !

avatar draco1544 | 

@r e m y

"ne va pas activer l'option qui signalerait ses modifications !"

La c’est juste pour le test, mais je pense que leur objectif c’est que ce soit toujours le cas et que ce soit impossible à supprimer

avatar r e m y | 

Oui enfin Adobe communique uniquement sur leur souhait d'aider les créateurs à protéger leurs créations:
As with any new technology, there are some bad actors trying to take advantage of artists. We know that some artists in this new ecosystem have seen their work copied with no benefit or attribution. Through the Content Authenticity Initiative, we have developed an open-source standard that allows artists to attach their artwork provenance to their creations.

Il ne s'agit pas d'identifier des images retouchées accompagnant des fake news (tel le chaton à 5 pattes en début d'article) mais juste d'identifier des images originales que se seraient accaparés des malandrins à l'insu de leur créateur legitime.

avatar ingmar92110 | 

@r e m y

Peut-être que c’est l’inverse qui devrait se passer? Les images « originales » étant signées, on les compare à celles dont on soupçonne qu’elles ont été retouchées; on ne peut évidemment pas compter sur le truqueur pour être honnête.. ça suppose évidemment une banque d’originaux énormissime pour avoir un sens..

avatar r e m y | 

Même retouchée, une image conservera la signature de son auteur original. C'est l'objet de cette initiative d'Adobe (pas de détecter la retouche sur les photos de chatons à 5 pattes...)

avatar marenostrum | 

la retouche fait partie de la création. d'ailleurs ce que offre Adobe, c'est son fonds de commerce. c'est pas dans leur intérêt de détecter les images retouchées. les gens vont utiliser d'autres logiciels ou d'autres manières de produire des montages.

avatar cosmoboy34 | 

@marenostrum

Pas sûr que les gens montant des fake News avec Photoshop soient également des clients « payants »

Je rejoins l’avis précédent dommage que ce soit une option activable et pas une option par défaut. D’ailleurs une légiferation la dessus ne serait pas de trop pour exiger un traçage

avatar pocketalex | 

Les créations faites à partir de Google Image, ce sera bientôt fini

CONNEXION UTILISATEUR