MWeb Pro, un éditeur de notes Markdown pour utilisateurs avancés

Félix Cattafesta |

La version 4.0 du puissant éditeur de notes en markdown MWeb Pro est disponible depuis la semaine dernière, ce qui a attiré notre attention. Cet éditeur est assez classique sur la forme, mais propose de nombreuses options spécifiques qui devraient intéresser les utilisateurs avancés.

MWeb Pro permet d'exporter ses notes sous une multitude de formats : PDF, EPUB, Docx voir même PNG. Il dispose aussi d'un système de publications vers différentes plateformes comme Wordpress, Evernote, Tumblr, Blogger et divers autres sites chinois. Sur Wordpress, trois clics suffisent pour mettre en ligne un article. On pourra également gérer la date de publication et ajouter des tags.

Niveaux langages, le logiciel prend entièrement en charge les normes CommonMark et GitHub Flavored Markdown. Il supporte LaTeX et propose des fonctions de créations de sites statiques. Un moteur de recherche et de tri vous permettra d'organiser vos notes de manière poussée.

On peut publier ses notes sur plusieurs plateformes différentes, mais aussi envoyer directement des images.

Depuis la version 4.0, l'application supporte nativement la puce M1 et la synchronisation via CloudKit. On peut aussi désormais créer des thèmes personnalisés ou en télécharger directement depuis le site du développeur. Un bouton dans la barre des tâches permet de prendre des notes rapidement.

L'éditeur de thèmes ravira les perfectionnistes.

MWeb Pro est vendu 19,99 € sur le Mac App Store, et vous pouvez essayer le logiciel gratuitement pendant 14 jours depuis le site du développeur. Une version iOS est aussi disponible gratuitement sans support iCloud/Dropbox ni d'option pour publier ses articles. Si vous désirez débloquer ses fonctions, il vous en coûtera 8,99 €.


avatar Almux | 

Dinosaure dans l'usage de l'informatique, je n'ai jamais compris à quoi sert et ce qu'est vraiment un "Markdown".
Une brève explication?

avatar Amaczing | 

@Almux

D’où ton extinction. Bizarre que tu vives encore ?! Tiens un coup de gourdin !

Houba houba !

avatar Bilbo | 

@Amaczing

:D Tu viens de faire ma jounée

@Almux

1. Documents en mode texte pur donc portage certain et total.
2. Mise en forme via une CSS donc à ton goût.
3. ...

Le point 1 permet de mettre en œuvre plein d'outils. Il n'y a plus qu'à.

avatar Derw | 

@Almux

Le Markdown permet d’indiquer la « forme » d’un texte grâce à des caractères textes, par exemple les astérisques donnent de l’italique, les doubles-astérisques donnent du gras, # donne un titre…

Les avantages :
1. Multiplateforme, multi-applications
2. Pas besoin de prendre la souris pour mettre en forme, tout se fait au clavier.
3. Il peut être converti en HTML, ce qui en fait un truc plus simple pour rédiger une page web que d’écrire directement en HTML.
… plus les autres trucs donnés par les autres réponses.

Inconvénients :
1. Contrairement à ce qui parait logique pour ce genre de « langage » simple, ce n’est pas universel, il y a plusieurs markdown, avec des capacités parfois différentes.
2. Tout n’est pas faisable : on ne peut pas mettre de couleur, on ne peut pas mettre de cible à un lien (en tout cas pas avec du markdown de base), on ne peut pas mettre de classe ou d’ID…
3. Tant qu’on est en phase de rédaction en Markdown, le texte devient assez vite complexe à relire et corriger vu qu’il est parsemé de caractères qui n’ont rien à voir avec le texte lui même…
4. Pour les mm raisons, cela gêne les correcteurs orthographiques.

avatar macstaw | 

@Derw

Antidote de débrouille très bien avec le Markdown, il suffit de le lui signaler

avatar Almux | 

Merci pour ces explications.
Effectivement, présenté ainsi, cela semble assez pratique. Toutefois, il est vrai que pour un vieux en voie de disparition comme moi (avec mes petites notions de HTML et l'usage de logiciels spécifiques relativement pointus qui permettent de créer assez facilement des "documents bien assez complexes" — Je n'utilise pas Word: l'Univers m'en préserve!) cela signifie un nouvel apprentissage, avec une courbe cognitive ralentie par l'âge! 🤪
😇 Conclusion: Je passe mon tour et place aux jeunes! 😇

avatar pat3 | 

@Derw

Le markdown a été créé par John Gruber (et Aaron Schwarz) pour faciliter l’écriture d’articles de blog, au départ. C’est un langage de balisage léger qui est un sous-ensemble du HTML).
Son usage est d’abord pensé pour des documents web (articles, documentation, FAQ…).

Mais de nombreuses éditeurs de texte permettent d’écrire et de formater du markdown, et c’est une syntaxe adoptée par de nombreux services en ligne, de WordPress à Slack en passant par Github…

"Inconvénients :
1. Contrairement à ce qui parait logique pour ce genre de « langage » simple, ce n’est pas universel, il y a plusieurs markdown, avec des capacités parfois différentes. »

C’est quand même pas mal résolu : le GFM est un standard de fait, et il s’appuie sur le CommonMark qui est un vrai standard.

"2. Tout n’est pas faisable : on ne peut pas mettre de couleur, on ne peut pas mettre de cible à un lien (en tout cas pas avec du markdown de base), on ne peut pas mettre de classe ou d’ID…"

Mais par défaut, les parseurs markdown acceptent le HTML; et ce n’est pas fait pour décorer le texte, c’est fait pour le structurer à des fins se publication en ligne.

"3. Tant qu’on est en phase de rédaction en Markdown, le texte devient assez vite complexe à relire et corriger vu qu’il est parsemé de caractères qui n’ont rien à voir avec le texte lui même…"

De très très nombreux éditeurs de texte en markdown permettent d’afficher le texte balisé ou le texte « rendu ».
Aujourd’hui, certains éditeurs peuvent avoir des fonctions sophistiquées qu’on ne trouve pas dans les traitements de texte (comme le pliage de texte, fonction hyper pratique pour naviguer dans du texte long.
Enfin, le markdown permet de générer facilement une table des matières (avec la fonction [TOC], pour Table of Content),

@Almux
Tu peux tester en ligne un excellent éditeur de markdown: Hedgedoc (ex CodiMD, fort libre de HackMD): https://demo.hedgedoc.org/

Si ça t’intéresse, j’ai fait un tuto pour apprendre le markdown et HedgeDoc à mes étudiants… sur Hedgedoc : https://demo.hedgedoc.org/p/ByjPvtLDH#/
À faire depuis le navigateur d’un ordinateur, à la rigueur d’une tablette.

avatar Derw | 

@pat3

« C’est quand même pas mal résolu : le GFM est un standard de fait, et il s’appuie sur le CommonMark qui est un vrai standard. »

Je ne suis pas un spécialiste de Markdown. Juste un utilisateur frustré. La page de Wikipedia (qui ne respecte peut-être pas le CommonMark) indique bien que pour faire du gras ou de l’italique on peut utiliser les astérisques ou les tirets bas. 2 méthodes pour un résultat cela complexifie le principe. Du coup, comme je n’en connaissais qu’un sur les 2, j’aurais été incapable d’en comprendre le sens en relisant un texte écrit par quelqu’un d’autre.

« Mais par défaut, les parseurs markdown acceptent le HTML; et ce n’est pas fait pour décorer le texte, c’est fait pour le structurer à des fins se publication en ligne. »

Le fait que je sois obligé d’écrire du HTML à chaque fois que je dois positionner une classe, un ID ou surtout faire un lien ciblé réduit pas mal l’intérêt du système.

Par ailleurs, tout comme la forme (gras, italique…), la couleur n’est pas forcément de la « déco ». Ils peuvent chacun être porteur de sens. Après, je suis d’accord pour dire que le Markdown n’a pas à porter la couleur ni la forme. C’est au CSS de le faire. Mais en l’absence de support des classes pour contextualiser, le Markdown limite leurs usages ou impose de la « divite » ou de la « spanite »pour encadrer du contenu avec ces classes…

avatar iPop | 

@Derw

En fait le markdown était déjà utilisé à l’époque des machine à écrire, c’est pour cela que l’on trouve très souvent deux fonctions.

avatar iPop | 

@Derw

A l’époque son créateur utilisait des caractères simple qui ne gênait pas la vision du document. Par exemple souligner un texte en faisait un titre. Deux lignes un sous titre (si c’est pas l’inverse), etc…

avatar iPop | 

@Almux

Les textes sont enregistrés au format TXT entant dire qu’en terme de durabilité, d’archivage c’est le top. C’est comme TEXTEDIT en plus simple.

Le Markdown est un ancien language qui consistait à faire ressortir les mots/balises sur les machines à écrire sans trop les défigurer (chapitre, titre, etc).

D’un autre côté c’est pratique et n’importe quel logiciel peuvent lire le document. C’est un peu plus compliqué pour les images par contre.

Les applications compatibles peuvent facilement exporter un document stylé ou une page en HTML beaucoup mieux que Word il y a une décennie.

avatar andr3 | 

@Almux

Création de documents complexes sans la complexité et la lourdeur d'un Word p. ex.

avatar pim | 

@Almux

Le code étant inscrit dans le texte, il ne peut pas être « perdu », comme peuvent l'être des modifications dans des documents Word en passant d'une version à une autre. C'est très léger, c'est multiplateforme, le document apparaîtra à l'identique partout et c'est pérenne : dans cinquante ans on pourra encore ouvrir ces fichiers.

Et comme on n'a pas à se préoccuper de la forme, générée de façon identique grâce aux différents codes, on peut se focaliser sur le fond plutôt que sur la forme.

avatar LaurentR | 
avatar raoolito | 

@LaurentR

ca y est
c'est la manière utilisée pour formater ses textes dans slack ou discord
ca s'appelle du markdown ! ben le voici plus intelligent aujourd'hui merci 🙏

avatar ech1965 | 

Markdown c'est ce qu'aurait du être html/css si ils n'avaient fait fausse route en se basant sur SGML

Séparer le fond de la forme:

avatar jackhal | 

C'est pas "eux" qui ont fait fausse route, c'est toi qui connais queud au HTML et qui surestime grandement ton niveau.

avatar unixorn | 

N'importe quoi. Déjà parce que Markdown n'est qu'un format intermédiaire qui a vocation a être transformé en HTML, mais aussi et surtout parce qu'il n'y a justement aucune séparation fond/forme en MD. En outre, des tas de fonctionalités ne sont pas accessibles en MD et il faut souvent être directement du HTML pour les obtenir (par exemple pour mettre du texte en couleur).

avatar macstaw | 

@unixorn

Ou pour aligner à droite, justifier…
La plupart des éditeurs Markdown acceptent le HTML.
Je dis ça en ayant parfaitement conscience de mon faible niveau !

avatar Almux | 

Voilà qui me rassure: je n'aurai donc pas trop perdu mon temps à apprendre tout ce bazar pour rien! 🧐👽🤣🤣

avatar Tibimac | 

@unixorn

Justement le HTML n'est pas là pour mettre la couleur sur le texte. Ça c'est le CSS qui s'en occupe !

avatar iPop | 

@unixorn

Le markdown n’est pas un format. Le format c’est TXT. C’est simplement une façon d’écrire.

avatar pat3 | 

Pour revenir sur MWeb, c’est un des meilleurs gestionnaires de notes en Markdown, et la version 4 devrait intégrer un nouvel éditeur de texte (présenté séparément sous la forme d’une application, OneMarkdown. par son auteur), très convaincant.
A tester, pour les amateurs.

avatar ataredg | 

Ici, le prix est de 33,99 €. Chez vous aussi?

avatar dede125a | 

@ataredg oui... 😐

Après, ce que j'apprécie dans MWeb c'est sa gestion des documents en librairie ce qui me facilite la gestion des cours que je rédige et permet de facilement gérer des liaisons entre documents.

Plus généralement, je trouve que le Markdown c'est une forme très (très) simplifiée de LaTeX et donc très adapté à la rédaction de cours, documentations, manuels...
Avec PanDoc alors là c'est la fête pour la gestion des exports depuis Markdown.

Il existe (encore ?) une version Lite de MWeb qui permet de se faire la main sans débourser un rond, sinon vous pouvez retrouver l'essentiel des fonctions avec Obsidian qui est gratuit (mais moins Mac friendly — c'est une application electron —)

avatar pat3 | 

Oui, c'est Mweb (pas pro) qui est à 20,99.
Après l'auteur indique que les fonctionnalités de sites statiques sont les seules différences entre la version pro et la version normale, donc on peut s'en tenir à la version normale, voire à la version Lite qui est gratuite (mais je ne sais pas si elle a été mise à jour avec la version 4).
De toute façon, il existe une version de test de 14 jours pour se faire un avis. La version normale vaut son prix, mais pour la version pro, à 34€, ça devient cher, même si j'adore ce logiciel.

Autant se tourner vers du libre (Joplin, Zettlr… pour ne citer que celles qui sont équivalentes en fonctionnalités, mais il y en a beaucoup d'autres - fsNotes, https://fsnot.es/, par exemple, libre sur Mac).
Joplin (https://joplinapp.org/) bénéficie d'une grosse équipe de développement depuis deux trois ans, les fonctionnalités avancent à très grand pas (gestion de plug-ins, amélioration de l'interface, gestion de templates…).
Zettlr (https://www.zettlr.com/) est plus orienté écriture que notes (thèses, bouquin, articles), mais on peut très bien prendre des notes avec.

Ce que j'apprécie vraiment dans Zettlr et Mweb, c'est la gestion des notes à plat, dans le Finder, sans ajout de métadonnées. Joplin les encapsule dans du .json, ce qui est moins transparent. Ceci dit, il est très facile d'exporter ses notes depuis Joplin, y compris toutes les notes d'un coup.

CONNEXION UTILISATEUR