Firefox s’en va-t-en guerre contre Chrome

Anthony Nelzin-Santos |

Firefox est-il en train de faire son grand retour ? Pour la première fois de l’année, le navigateur web de la fondation Mozilla est repassé au-dessus de la barre des 10 % de parts de marché, selon StatCounter. La lente hémorragie semble stabilisée, et Firefox repart à la conquête de nouveaux utilisateurs, bien servi par les polémiques qui touchent Chrome.

La plus saillante est sans doute celle autour de la publication d’une nouvelle version du Manifest, le document détaillant le fonctionnement des extensions, dont la V3 prévoit un nouveau système compliquant le blocage des contenus. Il n’en fallait pas moins pour provoquer la fronde des concepteurs de bloqueurs de pubs. Même si Google assure ne pas vouloir « empêcher le blocage de contenus », le créateur d’uBlock Origin est encore récemment monté au créneau pour dénoncer le double jeu de la firme de Mountain View :

Pour atteindre la part de marché qu’il possède aujourd’hui, Google Chrome devait prendre en charge les bloqueurs de contenu — ce sont les extensions les plus populaires, quel que soit le navigateur. La stratégie de Google a toujours consisté à trouver le point d’équilibre entre deux objectifs, celui de faire grossir la part de marché de Google Chrome et celui de prévenir les dommages des bloqueurs de contenu sur son modèle économique [NDR : la publicité représente plus de 85 % du chiffre d’affaires de Google].

Les capacités de blocage de l’API webRequest [NDR : qui sera dépréciée avec Manifest V3] ont forcé Google à concéder le contrôle du blocage des contenus aux bloqueurs de contenu. Maintenant que Google Chrome est le navigateur prépondérant, Google est dans une position qui lui permet de remettre en question l’équilibre entre ces deux objectifs, d’une manière qui favorise son activité principale.

La controverse est telle que les éditoriaux critiquant vertement Google — et présentant Firefox comme la seule alternative viable — se multiplient. Une tribune de Kate O’Flaherty, journaliste spécialisée dans la cybersécurité, argüant que Google avait donné « à deux-milliards d’utilisateurs de Chrome une raison de passer à Firefox », est même devenue « virale ». Or Mozilla vient tout juste de publier une page facilitant l’importation des données de Chrome dans Firefox.

De la même manière que la fronde d’une partie des utilisateurs professionnels de machines Apple favorise l’image de marque de Microsoft, le mouvement contre Google favorise Firefox. Soutenir Firefox, c’est lutter contre Google. C’est ainsi que l’on peut voir un ingénieur du projet WebKit, salarié d’Apple, porter un t-shirt aux couleurs du panda roux. Est-ce que cela suffit à séduire de nouveaux utilisateurs ? Rien n’est moins sûr. Firefox a repassé la barre des 10 % de parts de marché, mais on ne peut pas encore parler de comeback.

avatar jb18v | 

jamais compris cet attrait pour Chrome.. ok pour tester du dév web au boulot, mais sinon non merci ! :)

avatar reborn | 

@jb18v

En 2008 quand ce truc est sorti il etait rapide comme l’eclair..

Mais depuis.. ?

avatar xDave | 

@reborn

Ah oui sous WebKit ?

avatar Dimemas | 

parce qu'il est meilleur que safari, qui est lent, n'a plus vraiment de suivi par Apple qui l'a abandonné et qui n'affiche pas certains sites correctement...

avatar xDave | 

@Dimemas

?
Si les sites ne s’affichent pas correctement, il y a peut être un codeur qui a pas tout à fait respecter la norme, non.
Et Safari plus lent, je ne crois pas. Peut-être sous Windows à l’époque...

avatar jb18v | 

@Dimemas

Chacun son truc ?

avatar Moonwalker | 

Tu concoures pour le F.U.D. 2019 ?

avatar armandgz123 | 

@jb18v

Avant, chrome était rapide, léger, pratique et esthétique !
Mais c’était avant...

avatar vlsf1 | 

De toute façon Chrome est hyper gourmand en ressources, c’est devenu une usine à gaz... je pense que ça joue aussi en faveur de Firefox

avatar occam | 

Deux milliards de mouches, pardon, deux milliards d’utilisateurs de Chrome ne peuvent pas se tromper...

avatar Liena | 

Google a utilisé des techniques malhonnêtes pour faire basculer les utilisateurs de firefox vers chrome (cf les soit- disants problèmes de firefox avec youtube...)
Juste retour des choses

avatar xDave | 

@Liena

Et surtout sa belle bannière d’auto-promotion partout sur son moteur de recherche ultra dominant.

avatar Spinnozza | 

En fait ce n’est pas réellement Firefox qui « s’en va en guerre contre chrome ».
C’est juste davantage de tiers personnes qui promeuvent avec véhémence Firefox. Ce dernier reste droit dans ses bottes.

Titre racoleur ?

avatar Anthony Nelzin-Santos | 
@Spinnozza : « Titre racoleur ? » : le « Spinnozza » devrait réviser ses classiques.
avatar pocketalex | 

Quand tu bosses et qu'After Effect fait plus des preview comme il faut, la solution : aller sur Chrome et faire "quitter"

avatar byte_order | 

La solution c'est un OS qui gère les besoins mémoires de manière plus efficiente, je dirais, moi.

avatar niclet | 

Perso je préfère Chrome à Firefox principalement pour l’intégration des outils de Google (évidemment). Ceci dit, Firefox m’a toujours déçu par sa gourmandise autrement plus alourdissante que Safari ou Chrome. Ça fait donc des années que je l’ai viré. Un nouvel essai serai peut-être de mise?

avatar lawappe | 

@niclet

Tu devrais lui donner une nouvelle chance. Car le nouveau Firefox est très agréable à utiliser, et ne souffre pas des incroyables soucis de cache que se traîne Chrome depuis 10 ans.

avatar byte_order | 

Depuis la refondation avec Quantum, beaucoup de choses ont changé dans Firefox, et dans l'ensemble c'est nettement mieux et en performance et en ressources.

avatar niclet | 

@byte_order

Ouaip! Vos arguments sont convaincants et semble encourageants. Bon, je lui redonne une chance. ?

avatar Moonwalker | 

Yep !

avatar loubalico06 | 

Fidèle à Firefox depuis 2004 et pas prêt de changer

avatar xbill | 

Firefox, mon navigateur de cœur.

N’oubliez jamais le rôle qu’il a joué contre IE.

avatar Jeanlucesi | 

Pour ma part c'est Vivaldi depuis peu et j'en suis très content.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR