Le logiciel de colorimétrie de Spider-Man : New Generation est open-source

Mickaël Bazoge |

Les petits génies de Sony Pictures Imageworks ont décidé de faire un joli cadeau à la communauté : le logiciel de colorimétrie OpenColorIO est disponible en open-source. Cet outil très professionnel est compatible macOS, pour peu que l’on passe par Homebrew (Windows et Linux sont aussi de la fête, tous les détails pour l’installation sont à cette adresse).

Cette version 1.0 d’OpenColorIO, en gestation depuis 2003, est une solution de gestion colorimétrique complète pour les films d’animation et en prises de vue réelles. Le logiciel a notamment œuvré sur Spider-Man 2 (le film de 2004), Alice au Pays des Merveilles (le Tim Burton de 2010), ou encore l’épatant Spider-Man : New Generation sorti en décembre dernier. Les fichiers OpenColorIO sont pris en charge nativement par de nombreux logiciels pro du commerce, comme Nuke, Silouette FX et d’autres.

« Nous voulions rendre OpenColorIO à la communauté qui dépend de lui », explique Michael Ford, vice-président et patron du développement logiciel chez Sony Pictures Imageworks. « Les développeurs et les entreprises qui utilisent le logiciel tous les jours vont guider la feuille de route, à commencer par les fonctions et leur cadence pour une nouvelle version 2.0 ».

La licence d’OpenColorIO a été confiée à l’Academy Software Foundation, qui va désormais animer le développement du logiciel auprès de la communauté (auparavant, Sony donnait l’accès à l’outil via une licence BSD modifiée).


Tags
avatar hawker | 

Ca fait au moins 10 ans que cet api est dispo en opensource et utilisee en prod partout...

Ce n'est pas l'api de colorimétrie de Spiderman new generation simplement, mais de la majorité des films depuis des années.

avatar papalou | 

@hawker.
Oui, j'ai pas compris ce qu'il y avait de nouveau, à part peut-être le fait que ce soit une 1.0 ? C'est déjà en open source depuis toujours.

avatar BeePotato | 

Comme le dit bien l’article, ce logiciel est opensource depuis longtemps, via une licence BSD. Il ne s’agit donc pas là d’un passage an opensource.
Si j’ai bien compris, c’est juste que Sony a placé le logiciel sous le contrôle de l’Academy Software Foundation — ce qui me donne surtout l’impression que Sony a eu envie de se débarrasser de la charge du développement de ce logiciel. Mais bon, ça fait toujours mieux de dire qu’on « confie cet outil à la communauté ».

avatar oomu | 

il n'est pas rare qu'un logiciel devenu stable et mure soit mis sous la tutelle d'une entité bien formalisée.

ça permet d'encourager les concurrents d'y participer aussi sans avoir le sentiment de faire le boulot de Sony.

CONNEXION UTILISATEUR