Adobe MAX 2018 : les principales nouveautés du Creative Cloud

Stéphane Moussie |

Comme chaque année au moment de sa grande conférence MAX, Adobe livre un festival de nouveautés logicielles. Outre l’annonce d’un « vrai » Photoshop sur iPad et l’arrivée de l’app de montage vidéo Premiere Rush CC qui méritent leurs articles à part entier, les nombreuses applications du Creative Cloud évoluent toutes.

Image Adobe

Toutes les mises à jour demandent macOS Sierra au minimum — El Capitan passe à la trappe. Pour bénéficier de performances optimales grâce l’API Metal, c’est High Sierra ou Mojave qu’il faut utiliser. Le gain n’est pas négligeable, Adobe parle d’une augmentation des performances de l’ordre de 15 à 20 % sur ses applications audio et vidéo.

Lightroom CC

Un petit rappel concernant l’écosystème Lightroom ne fera de mal à personne. Adobe a lancé l’année dernière un tout nouveau service baptisé Lightroom CC. Les photos sont stockées dans le nuage, et on y accède avec des clients, disponibles sur toutes les plateformes, qui s’apparentent à des versions simplifiées du Lightroom « traditionnel ».

Le bon vieux Lightroom n’est pas abandonné. Renommé Lightroom Classic, il continue son chemin en parallèle, toujours exclusivement sur bureau (lire : Adobe enfonce le cloud avec Lightroom CC et Lightroom Classic CC). Voilà pour le contexte.

Lightroom CC reçoit peu d’améliorations aujourd’hui, mais il faut dire qu’Adobe a publié des mises à jour tout au long de l’année pour enrichir son logiciel naissant.

La reconnaissance faciale est enfin prise en charge — c’était une des grosses lacunes par rapport à Lightroom Classic. L’intelligence artificielle Adobe Sensei identifie automatiquement les visages. On peut ensuite parcourir la liste des personnes reconnues. La recherche s’améliore plus globalement en suggérant des critères, comme l’appareil photo utilisé, le lieu ou bien encore l’objectif.

Un nouvel onglet permet de voir quels albums on a partagés sur le web, et de les consulter directement.

Pour faciliter la tâche des nouveaux clients potentiels, Adobe a introduit un outil pour migrer les photothèques Apple Photos vers Lightroom CC.

Lightroom Classic CC (Lightroom 8.0)

Comme promis par Adobe, la version « traditionnelle » de Lightroom poursuit sa route. La prise de vue en mode connectée (quand l’appareil photo est branché à l’ordinateur) est plus stable et plus rapide. Adobe annonce une vitesse de transfert multipliée par 1,5 ou 2. L’amélioration se concentre pour le moment sur les appareils Canon. Une meilleure prise en charge des Nikon est prévue pour plus tard.

Lightroom Classic sait désormais tirer parti des données de profondeur présentes dans les photos prises en mode Portrait avec l’iPhone. On peut sélectionner la profondeur comme masque de gamme pour réaliser des retouches locales sur cette « couche » des photos. Cela permet donc de modifier ce qui se trouve à l’arrière-plan indépendamment de l’objet au premier plan. Dommage que cette option ne soit pas présente dans Lightroom CC.

Pour rappel, Lightroom Classic est disponible uniquement dans le cadre du Creative Cloud depuis l’année dernière, il n’y a plus de licence perpétuelle. Trois formules « pour la Photo » sont toujours proposées :

  • Lightroom Classic + Lightroom CC avec 20 Go de stockage en ligne à 11,99 €/mois
  • Lightroom Classic + Lightroom CC 1 To à 23,99 €/mois
  • Lightroom CC 1 To à 11,99 €/mois

Typekit devient Adobe Fonts

Sept ans après son acquisition par Adobe, Typekit, le service comprenant des milliers de polices, est renommé Adobe Fonts et s’intègre plus profondément au Creative Cloud.

Les limites de synchronisation, de pages vues, de domaines et de support sont retirées. Les polices peuvent être utilisées de manière illimitée. Toutes les formules Creative Cloud comprennent Adobe Font, y compris les applications individuelles et l’abonnement photo. Le changement de nom s’accompagne d’une refonte du site censée offrir plus de simplicité.

Adobe XD

L’application de création et de prototypage d’interfaces logicielles tire parti de l’acquisition de Sayspring. Il devient possible de tester son projet dans le cadre d’une utilisation vocale, avec Alexa par exemple. On assigne des commandes vocales aux actions, puis on les essaye en les prononçant. Le résultat de l’action est annoncé par une synthèse vocale qui lit le texte prévu à cet effet.

Adobe XD bénéficie aussi d’améliorations concernant son cœur d’utilisation, dont une nouvelle fonction Auto-Animate qui permet de créer des animations simplement en dupliquant un plan de travail et en modifiant les propriétés des objets.

L’application s’ouvre par ailleurs aux plug-ins, sources de fonctionnalités supplémentaires et d’intégration à de nouveaux services (Slack et Microsoft Teams font partie des premiers), et communique mieux avec Illustrator et After Effects.

Adobe Portfolio

Nouvelles possibilités pour Portfolio, le service destiné à créer facilement un site vitrine. On peut désormais créer plusieurs sites avec le même compte, connecter Lightroom CC au service pour exposer rapidement ses clichés, et utiliser un nouveau modèle de page très simple à personnaliser. Ces nouveautés ne consoleront pas les utilisateurs de Muse, l’éditeur de sites web récemment abandonné par Adobe.

Premiere Pro

L’application professionnelle de montage vidéo a une nouvelle option (non activée par défaut) qui permet de laisser le profil colorimétrique par défaut du système d’exploitation tout en ayant des couleurs toujours justes dans Premiere Pro. Couleurs encore, avec cinq nouveaux outils dédiés à la colorimétrie de l’image.

Premiere Pro profite également d’améliorations concernant la réalité virtuelle, la collaboration, les performances, l’enregistrement automatique…

After Effects

Les performances de l’application de compositing ont été optimisées. L’outil de tracking Mocha est maintenant accéléré par le GPU, tout comme neuf effets supplémentaires. Les deux effets Onde progressive et Médiane sont quant à eux multithreadés pour être exécutés plus rapidement par le CPU, et les vidéos H.264 et HEVC sont décodées plus efficacement grâce à l’accélération matérielle. Les utilisateurs trouveront aussi de nouveaux outils pour créer plus rapidement et plus précisément des animations.

Audition

Le logiciel de montage audio profite de deux nouveaux effets exploitant l’apprentissage automatique pour réduire du mieux possible le bruit de fond et la réverbération. Le moteur d’Audition a aussi été huilé pour pouvoir gérer simultanément jusqu’à 128 pistes en lecture et 32 en enregistrement sur des stations de travail « standards », sans composant spécialisé supplémentaire. L’interface a été retouchée afin d’améliorer la lisibilité dans les gros projets.

Character Animator

Le logiciel de création de personnages animés se dote de l’outil Characterizer qui permet d’animer une marionnette à l’aide de son visage. C’est le même principe que les Animoji sur iPhone X, mais avec la webcam de son ordinateur et avec une étape supplémentaire d’enregistrement d’expressions faciales.

Character Animator gagne également une fonction Replays, pour enregistrer et réutiliser de petites scènes, ainsi que des améliorations pour les animations des personnages.

Illustrator

L’application de dessin vectoriel, maintenant compatible avec les GPU externes, contient un nouveau dégradé plus souple, qui permet de colorer les objets de manière « naturelle et photo-réaliste ». Toujours dans l’édition, on peut réaliser des modifications qui s’appliqueront automatiquement à tous les mêmes objets du document.

La barre d’outils a été réorganisée. Les outils sont rangés par groupe et il est possible de les déplacer pour se créer une barre sur mesure. Progrès aussi pour l’interface, qui s’adapte automatiquement en fonction de la définition de l’écran et qui a un mode présentation mettant en avant le projet.

InDesign

L’application incontournable de PAO tire parti d’Adobe Sensei pour insérer parfaitement une image dans un cadre d’un seul coup. L’intelligence artificielle s’efforce de déterminer la partie la plus intéressante de l’image, ainsi que de la redimensionner et de la positionner du mieux qui soit. Dans la même veine, Adobe Sensei peut aider l’utilisateur à redimensionner les images et les cadres en cas de changement de mise en page.

En outre, le panneau Propriétés d’InDesign s’adapte en fonction de l’élément sélectionné et des améliorations ont été apportées concernant les PDF et les options de mise en page.

Prix et disponibilité

Depuis 2012 que le Creative Cloud existe, les utilisateurs ont l’habitude. Toutes les mises à jour, qui doivent sortir aujourd’hui, sont comprises dans leur abonnement.

Les prix ne changent pas. La formule comprenant toutes les applications (sans Adobe Stock) coûte 59,99 €/mois avec engagement d’un an, ou bien 89,99 €/mois sans engagement. Une application seule coûte en général 23,99 €/mois avec engagement d’un an et il y a toujours des formules spéciales pour Lightroom et Photoshop.

avatar Gillesgilles2 | 

Vraiment triste que adobe muse est abandonné

avatar Madalvée | 

C’est quand même un peu maigre, avec les creative suite c’était la révolution à chaque version…

avatar hoovertoulouse | 

Oui l'arrêt de Muse est une catastrophe !
Quant à Indesign, il n'évolue plus. J'espère que Affinity Publisher va lui donner un coup de pied au cul ;-)

avatar Benitochoco | 

@hoovertoulouse

Muse c'est une catastrophe comme logiciel, ça disparition est un grand pas pour le web.

avatar Peek-a-Boo | 

Et donc LA question qui se pose à chaque MàJ majeure de la CC : est-ce que Suitcase fonctionne ou va fonctionner prochainement ? Étant donné qu'Extensis est partenaire d'Adobe Max cette année, on peut espérer une compatibilité rapide, non ?

MàJ : Extensis a été super réactif sur ce coup-là, puisque Suitcase Fusion 9 est apparu il y a quelques minutes avec évidement la compatibilité avec CC2019. Mauvaise nouvelle : c'est une mise à jour payante (60$).

avatar xDave | 

@Peek-a-Boo

En parlant de Suitcase j’ai eu un put&in de bug avec FontExplorer et Safari + Emoji transformés en “?”
Vraie prise de tête pour trouver le souci et la solution.

avatar Peek-a-Boo | 

Désolé, pas de solution avec Font Explorer. Mais c'est souvent dû au cache des polices qu'il faut vider de temps en temps.

avatar xDave | 

@Peek-a-Boo

Oh mais j’ai fini par trouver.
C’est une incompatibilité avec FontBook depuis High Sierra. En lien avec l’auto activation.
Faut jouer avec le terminal.
C’est pénible en cas de redémarrage, heureusement je ne redémarre que rarement

avatar freestef | 

@Peek-a-Boo

"Extensis a été super réactif sur ce coup-là, puisque Suitcase Fusion 9 est apparu il y a quelques minutes avec évidement la compatibilité avec CC2019. Mauvaise nouvelle : c'est une mise à jour payante (60$)."

Je les déteste ! À chaque mise à jour Adobe, c'est une mise à jour payante de Suitcase. Ils feraient mieux de proposer un abonnement. Au moins on saurait à quoi s'en tenir.

À quand un gestionnaire de polices concurrent et raisonnable au niveau du prix ? Ou mieux... qu'Adobe en inclue un dans la CC :-)

avatar Madalvée | 

Suitcase a abandonné Quark, il va bien continuer avec quelqu’un quand même.

avatar bugman23 | 

Vivement le nouveau Zii ☺️

avatar Switch | 

Stocker ses photos dans le nuage alors qu'on peut les avoir sur chez soi (TimeCapsule, NAS, Mac), est aberrant. Peut-être pour les pros (avec la fibre), mais pour un particulier ça n'a aucun sens, sans compter que ça doit bouffer une bande passante monstre.

avatar cclude | 

Adobe est pathétique sur mac, c'est d'une lourdeur malgré mon iMac 2017 booster, je n'attends plus que Affinity publisher pour virer adobe.....tout le reste, il y a un équivalent voir mieux.

avatar lepoulpebaleine | 

@cclude

J’aime beaucoup Affinity.
En revanche je ne connais pas d’équivalent à After Effect à prix raisonnable. Une idée ?

avatar pocketalex | 

@lepoulpebaleine

Il y a, dans une moindre mesure, Motion d'Apple

Mais les deux concurrents sérieux sont Nuke et Resolve de BlackMagic

Nuke est pas donné, 3700$ pour la version de base, 8000$ pour la version Studio, mais c'est un monstre, et une référence dans le domaine des Vfx

Resolve est pas cher, gratuit de base et 300$ en pro

L'inconvénient de ces logiciels est le même que FCP X (vs les logiciels de montages classiques) : la façon de travailler et l'interface, les fonctionnalités, etc, TOUT est à réapprendre, donc une "courbe d'apprentissage" relativement ardue, tout ce qu'il faut pour décourager les gens qui ont leurs petites "habitudes"

Le nodal, c'est très puissant, mais si on connait pas, on est en face d'une petite montagne...

Bref, des logiciels que l'on apprécie si l'on se bouge le cul :)

avatar cclude | 
avatar gela | 

Indesign va décider à ma place ce que je veux comme cropping photo ? Ha ben ça alors !

avatar EricdeB | 

Mmmmpfff... J'ai poussé mon bon vieux Mac Pro 2009 bloqué à El Capitan au max. Brave bestiole infatigable. Mais là, il est bon pour la retraite. Déjà ne plus pouvoir faire évoluer Mac OS ça me saoulait. Si maintenant je ne peux plus faire évoluer la CC...
C'est quand qu'Apple va se décider à mettre sa gamme iMac à jour ? Je ne me vois pas acheter la version 2017 au prix fort.

avatar pocketalex | 

@EricdeB

J'ai le même problème avec mon Macbook 12" 2016 que j'avais laissé sur El Capitan : pas le droit à la CC 2019

Bon

Mais tu n'as pas obligé d'installer Mojave pour la CC 2019, High Sierra la fait tourner (voire, Sierra... j'ai pas investigué)

Donc si ton MP 2009 peut passer à High Sierra, il te sera encore utile :)

avatar EricdeB | 

@pocketalex
Il ne peut pas... Il est bloqué à El Capitan. À moins de le flasher/bricoler. Mais c'est mon outil de travail. Donc j'évite toute bidouille. Je peux encore patienter mais ça va devenir chaud. J'attends juste la nouvelle génération d'iMac. Mais, avec Apple, on ne sait jamais quand et si ça évoluera.

avatar pocketalex | 

@Eric

ok

Autre argument : j'ai installé la CC 2019 sur mon iMac pro, et j'ai la 2018 sur mon Macbook 12"

La 2019 propose des nouveautés, certes, mais c'est pas non plus "révolutionnaire". C'est pas "j'ai la 2019 je peux bosser, j'ai la 2018 je peux rien faire" hein :)

Et comme elle est nouvelle, c'est même pas plus mal d'attendre un peu... même si, contrairement à l'installation de la 2018, j'ai pas remarqué de bug notoire et évident, voire grossier, voire empêchant de travailler

J'ai même noté une accélération des performances d'After Effect... mais sinon, pas de changement notable, pas d'urgence donc, ton MP 2009 a encore quelques beaux jours devant lui

avatar EricdeB | 

@pocketalex

Okay ! Je me doutais que je n'allais pas sombrer dans les abysses de la hasbeenitude du jour au lendemain mais quand même, ça commence à me contrarier de ne plus pouvoir suivre ;)
De beaux jours oui, mais pas trop nombreux j'espère. Il souffre de plus en plus (carte vidéo à l'agonie dont le ventilo accélère à la moindre tâche anodine, voire peut carrément souffler comme un avion si elle est trop sollicitée). Et, franchement, après plus de 9 ans et demi passés en sa fidèle et remarquablement longue compagnie, j'avoue qu'il me tarde de connaître hardware plus actuel. Carte vidéo surtout. USB plus rapide, etc.

avatar pocketalex | 

@Eric

Pour taffer sur un iMac Pro avec la "Vega" au top, je suis pas sur sur que le GPU, enfin ça dépend de ton taf et de tes softs, soit LE truc qui va te changer la vie

Avant j'avais un MBP 2012 avec GPU intégré dans le CPU (merci Intel), puis un hackintosh core i7 avec une GTX 640 (beuh) puis une GTX 980 (mieux !), et enfin iMac Pro Vega 56.
J'avoue dans mon quotidien ne pas avoir senti une violente différence, sauf à utiliser certains plug-ins, ou pour les softs de 3D.... mais si tout cela n'est pas ton quotidien ou l'est ponctuellement, ce sera pas la "Ferrari du jour au lendemain".

Alors que le passage du HDD au SSD, puis du SSD au "SSD nVme"...

ou bien le saut en perf CPU (core i7 2C laptop vers core i7 desktop 4C puis vers Xeon 8C)...

ou encore le passage de 16 à 64Go de RAM ...

ceux là, je les ai bien senti passer :)

avatar EricdeB | 

@pocketalex
Je ne veux surtout pas l'iMac Pro ;) Si “Pro” ce sera le prochain Mac Pro. Et encore, j'attends de voir le bidule, le prix... Je me dirige plutôt iMac classique (d'où mon attente d'évolution de cette gamme) en version haut de gamme bien boostée histoire qu'il tienne un peu de temps. 5 ans serait bien. Je suis un graphiste print ;) J'utilise principalement Photoshop, Illustrator, Indesign, Xpress, Acrobat... Plus d'autres, destinés à la création typo, comme Fontlab, très très peu gourmands puissance. Donc des logiciels “raisonnables” en demande hardware par rapport aux logiciels vidéo, 3D, etc. En single core un iMac gris haut de gamme vaut à peu près un iMac Pro il me semble.
Exemple couillon, Indesign, Photoshop et Illustrator tirent vachement partie du GPU des cartes vidéo depuis pas mal de temps. La mienne, datée au carbon 14 aux environs de mars 2009, est incompatible. Il y a deux ans ça ne se ressentait pas. Mais plus ça va, plus les évolutions de la suite CC font apparaître des lenteurs inconnues jusqu'il y a peu. Là ça devient un peu relou.
J'ai toujours changé quand je commençais à ressentir une gène, un changement de perfs handicapant. Il y a 20 ans tout était lent. On rachetait du matos pour aller moins lentement qu'avant ;) Mais, depuis 2004 je dirais, les ordi sont assez puissants pour tenir un paquet de temps sans ralentissement dans mon secteur. Mon Mac Pro 2004 je l'ai changé en 2009 pour mon Mac actuel car les PPC devenaient obsolètes. Celui-ci va passer à la cave parce que son matos interne ne me permet plus d'évoluer et parce que je ressens des ralentissements malgré les SSD, le gavage de RAM, etc.

avatar pocketalex | 

@Eric

J'ai peur que beaucoup déchantent sur le prochain iMac Pro

De 1), ce sera une machine "pro" donc avec les mêmes composants, peu ou prou, que l'iMac pro : Xeon, Ram ecc, SSD Nvme derrière une T2, CG Vega et Cie

Des composants chers et qui risquent en plus, sait-on jamais, de se retrouver en plus grand nombre (2x Xeons sur la carte mère, plusieurs cartes Vega, etc) donc les prix élevés en seront multipliés

De 2), ce ne sera pas la tour Mac Pro 2012 que l'on a connu. Apple a mis en place des fondamentaux dans ses gammes "pro" (MBP, iMac Pro) que l'on va forcément retrouver sur le futur Mac Pro. Donc des SSD propriétaires derrière une puce T2, pas évolutifs.
Pas sur non plus que l'on trouve de slots PCI avec la possibilité d'y installer tout et n'importe quoi (mais ça serait une belle surprise)
J'en passe et des meilleurs, la machine sera surement plus accessible que l'iMac Pro mais il faut garder raison : on ne retournera pas à la tour PC, fut-elle de Luxe comme le Mac Pro 2012

Ce qu'il te faudrait, c'est un iMac refreshed... on l'attend tous

"Mais, depuis 2004 je dirais, les ordi sont assez puissants pour tenir un paquet de temps sans ralentissement dans mon secteur"

Je bois tes paroles.

Beaucoup ici pestent sur les performances soit disant "moins bien" des Mac vs les PC car les CPU et GPU sont "plus récent, mieux, plus rapide", etc, sur un PC neuf, souvent parceque ce dernier a vite adopté la dernière génération
Dans la réalité, les performances soient stagnent depuis un moment, notamment pour les CPU, et franchement, la différence à l'usage entre une machine de 2012 et une machine de 2018 n'est pas tout le temps très significative, ça dépend des métiers, des machines et des usages
Soit les performances sont énormes, notamment pour les GPU, mais cela ne concerne au final qu'une niche d'utilisateurs

C'est un peu ce qui sauve le Macbook Air, car ses composants datent, mais en fait, on lui reproche surtout l'absence d'écran Retina, sinon pour le reste, qu'il ait un CPU i5/i7 de 2014, de 2017 ou de 2018, pour les usages de cette machine, ça ne change pas grand chose. Et son SSD véloce lui permet de garder la tête haute

Pages

CONNEXION UTILISATEUR