Avec GeForce Now, le Mac devient un PC très joueur

Mickaël Bazoge |

C’est une réalité que les utilisateurs de Mac ne connaissent que trop bien : pour eux, le jeu, c'est mort. Oh certes, il existe bien une petite logithèque sur macOS mais elle est sans commune mesure avec le choix pléthorique de leurs camarades sur PC.

Dans ces conditions, comment étancher sa soif vidéoludique tout en restant sur son Mac ? On ne peut pas compter sur Apple pour améliorer la situation malheureusement, mais on peut se tourner vers des solutions de cloud gaming pour se faire plaisir y compris avec une machine aux performances graphiques inexistantes.

Les plateformes ont fleuri ces derniers mois ; nous avons ainsi eu l’occasion de tester — et d’apprécier — le Shadow de la jeune pousse française Blade. Une autre proposition signée Nvidia est en passe d’être lancée : GeForce Now. Encore en bêta, cette solution présente des performances intéressantes ; il nous manque toutefois quelques cartes pour pouvoir donner un avis définitif.

Un PC de gamer dans le Mac

Sur Mac comme sur PC, GeForce Now permet de s’adonner aux jeux les plus gourmands, sans avoir sous la main une machine suffisamment puissante pour les faire tourner. Pour peu qu’on possède une connexion internet solide (on y reviendra), le contrat est rempli : on peut jouer à PUBG ou Injustice 2 sur un MacBook Air de 2014 ! Et on en prend plein la vue malgré la carte graphique anémique de l’ordinateur.

Les jeux en question bénéficient en fait du meilleur rendu qui soit puisque le traitement graphique est assuré par les GPU les plus puissants de Nvidia, avec une promesse : celle de faire tourner les jeux en 1080p à 60 ou 120 images par seconde. Pour y parvenir, le constructeur utilise des GPU Tesla P40, qui allouent dynamiquement des ressources graphiques en fonction des besoins du jeu. Cela peut être l'équivalent d'une GTX 1060 ou d'une GTX 1080Ti, du moment que le jeu roule au minimum en 1080p à 60 FPS.

Au-delà des considérations techniques, jouer sur un Mac un peu vieillot à des jeux triple A réservés à Windows met une petite claque (au passage, on regrette qu’Apple ait abandonné ce terrain). En quelque sorte, c’est comme si un PC de gamer s’était glissé dans le Mac.

Il y a GeForce Now et GeForce Now

Nvidia a déjà étrenné le jeu vidéo dans le nuage avec la Shield TV. Le boîtier de streaming du constructeur, solide concurrent de l’Apple TV, offre en effet la possibilité de jouer à une centaine de titres contre un abonnement de 9,99 € par mois. Des jeux en streaming qui là aussi bénéficient de performances dignes des plus gros PC de joueurs.

La Shield TV.

Ce modèle économique, qui se rapproche de celui de Netflix, n’est pas celui de GeForce Now pour Mac et PC : une bonne partie du catalogue de la formule Shield TV est compris dans le forfait. Néanmoins, pour les plus gros titres comme The Witcher 3 ou No Man’s Land, il faudra tout de même remettre la main à la poche et acheter les jeux désirés.

Des jeux pour commencer...

Jouer avec les plus gros jeux du moment via GeForce Now nécessite de remplir quelques exigences. Il importe tout d’abord de posséder les titres pour en profiter sur son Mac. Le service de Nvidia prend en charge Steam, la célèbre plateforme de Valve, et Uplay d’Ubisoft. L’entreprise travaille aussi avec Electronic Arts pour le support d’Origin.

La page d'accueil de GeForce Now.

Le catalogue est déjà plus que conséquent et il y a de quoi s’amuser. Ce d’autant que la totalité des jeux de ces plateformes sont compatibles. GeForce Now met en avant des titres spécifiques pour une raison particulière : ils ont été optimisés pour le service, c’est-à-dire qu’ils offriront les meilleures performances graphiques dès leur lancement.

La bibliothèque de jeux du joueur.

Nvidia a mis au point Optimal Playable Settings (OPS), un ensemble de réglages qui optimise automatiquement certaines préférences comme la définition des jeux et leur qualité graphique.

Mais tous les jeux Steam et Uplay sont en fait compatibles. Pour certains qui ne sont pas optimisés OPS, il faudra simplement faire un tour dans les réglages pour adapter au mieux la qualité graphique.

... et une connexion solide pour en profiter

GeForce Now est une application macOS et Windows disponible en bêta publique (il faut s’inscrire pour recevoir le sésame, et la file d'attente est très longue). Pour ce qui nous concerne, un Mac sous Yosemite (OS X 10.10) minimum est requis. La compatibilité du service avec nos machines est remarquable : il suffit en effet d’un MacBook de 2008 pour en profiter ! Mais après tout, quoi de plus normal, l’ordinateur se contente finalement d’afficher un flux vidéo et d’envoyer des commandes. Le travail de rendu graphique est assuré par les serveurs de Nvidia.

Si on veut vraiment prendre son pied, l’acquisition d’une souris avec des boutons et une molette est à considérer. Les manettes des consoles (la DualShock 4 en USB ou Bluetooth ou le contrôleur de la Xbox 360 sous réserve de bidouille) peuvent aussi faire la blague, tout comme la plupart des manettes Bluetooth.

Mais il y a une autre condition indispensable pour jouer dans de bonnes conditions : une connexion internet solide. Nvidia recommande un débit de 25 Mbps au minimum, mais si on peut pousser à 50 Mbps, ce sera plus confortable. La connexion sera d’autant plus fiable qu’elle sera sur la bande de fréquence des 5 GHz plutôt que sur du 2,4 GHz. On peut également envisager, si c’est possible, une bonne vieille connexion filaire en Ethernet.

Pour réduire encore la latence, GeForce Now comprend un mode Ultra Streaming, qui peut cependant affecter la qualité graphique des jeux.

La latence est également un élément capital : pas question d’attendre que les contrôles du joueur ne soient pas répercutés immédiatement dans le jeu, sous peine d’y passer trop souvent. Nvidia recommande une latence de 40 millisecondes et moins. Pour avoir une idée des performances du service, on peut utiliser la combinaison de touches ⌘ ⌥ F6 durant le jeu pour obtenir les statistiques (plus d’informations dans cette FAQ de Nvidia).

Avant le lancement d’un jeu, l’application effectue un speed test pour vérifier la qualité de la connexion. J’ai eu l’occasion de tester le service depuis le Canada, en me connectant à un des centres de données basés aux États-Unis. Étant donné mon éloignement physique du data center, je m’attendais à des performances médiocres en raison d’un ping élevé.

Dans cette session de PUBG : 59 FPS et une latence de 16 ms avec les réglages les plus élevés… De quoi défourailler à l’aise.
Injustice 2.

Surprise, malgré une latence souvent supérieure aux recommandations de Nvidia, j’ai tout de même pu profiter du service dans des conditions de confort somme toute agréables, sachant que ma configuration n’était pas idéale (pour ce qui concerne le Canada, des serveurs régionaux vont arriver, nous a indiqué Nvidia).

Les collègues qui ont pu tester GeForce Now en France n’ont noté aucun problème de latence et ils ont bénéficié de performances au petit poil à tout coup. Enfin presque : il arrive que les serveurs soient engorgés, dans ces cas-là il faut prendre son mal en patience...

Nvidia a ouvert récemment des serveurs en Europe pour les joueurs français. Pour le moment, ce sont deux data centers basés à Dublin et à Amsterdam qui moulinent nos données, mais d’autres vont ouvrir pour soutenir la demande qui ne manquera pas d’augmenter avec le lancement grand public du service attendu dans les prochains mois.

Tout se déroule dans le nuage : à l’exception du client GeForce Now et de Steam (si vous en passez par le service de Valve), il n’y a rien à installer de plus sur le Mac. Les jeux se téléchargent automatiquement sur les serveurs de Nvidia, ce qui permet au passage d’économiser de précieux Go — pas inutile sur des machines limitées à 64 ou 128 Go.

Tout n’est pas encore parfait cependant. Bien souvent, cliquer sur la jaquette d’un titre dans la bibliothèque de l’application GeForce Now n’est pas synonyme de jeu immédiat. Le service de Nvidia étant tributaire de Steam, il faut se coltiner l’application de Valve qui aurait bien besoin d’un ripolinage en bonne et due forme. Quand le logiciel n’impose pas un lent téléchargement d’un paquet du jeu sur le PC distant (c'est pourtant censé être immédiat), ou quand il ne plante pas tout simplement.

GeForce Now sur iOS ?

Quid d’une version pour iOS ? Au contraire de Shadow qui fait miroiter la compatibilité de son service de streaming avec la plateforme mobile d’Apple, rien de tel n’est prévu chez Nvidia. Le sujet reviendra peut-être sur la table à l’avenir, mais pour le moment GeForce Now est réservé aux Mac et aux PC.

Combien ça coûte ?

Actuellement, le service est en bêta et Nvidia propose de le tester gratuitement. Mais ce ne sera pas toujours le cas : la version finale sera bien sûr payante... Reste à savoir combien. Le constructeur est encore en pleine réflexion sur le sujet.

À l’origine, Nvidia avait l’intention de vendre des heures selon le GPU choisi : 25 $ pour jouer 20 heures avec une GTX 1060, ou 10 heures avec une GTX 1080. Cette formule a finalement été abandonnée, mais le modèle économique définitif n’a pas été défini encore. On se dirige peut-être vers un abonnement forfaitaire mensuel.

Les data centers dédiés à GeForce Now. D'autres vont ouvrir.

Pour info, l’abonnement mensuel au service Shadow est de 29,95 € par mois. Mais ce dernier ne se limite pas au jeu vidéo : c’est en fait un PC complet auquel on a accès en ligne. GeForce Now, ce n’est vraiment que pour le jeu vidéo en streaming (pour les solutions de type « PC dans le cloud », Nvidia a mis au point les services GRID et GPU Cloud).

L’avantage ici c’est qu’à aucun moment on ne « voit » le PC, tout passe par l’interface du logiciel de Nvidia : on n’a aucun réglage à activer au préalable, il suffit de cliquer sur le jeu désiré et c’est tout. Il faut simplement accepter les bugs de Steam.

Au vu des performances offertes par GeForce Now, Nvidia est en mesure de frapper un grand coup auprès des joueurs Mac, frustrés depuis toujours ou presque par le désert vidéoludique de la plateforme. Il faut simplement placer judicieusement le curseur tarifaire : on imagine mal un forfait mensuel à 30 €, alors que pour ce prix on a accès au puissant PC complet de Shadow. Réponse dans quelques mois...

Pour conclure

Des services comme GeForce Now ou Shadow sont susceptibles de redonner une deuxième jeunesse à des Mac franchement dépassés. De quoi envisager le recyclage d’un vieil ordinateur en machine de joueur ! GeForce Now faisant complètement l’impasse sur le PC distant, c’est comme si le Mac était soudainement devenu capable de faire rouler les jeux les plus gourmands du moment, pour peu évidemment qu’on dispose d’une bonne connexion internet.

À aucun moment on n’a affaire à Windows et son interface, il n’y a pas non plus de réglages système à effectuer en amont : Nvidia se charge de tout. Y compris dans les jeux, dont les performances sont au maximum de ce qu’ils sont censés offrir avec les cartes les plus puissantes du constructeur. En ce sens, on retrouve un peu de la philosophie « it just works » d’Apple : on clique sur le jeu et bim, on joue tout simplement.

Pour l'avenir, Nvidia est évidemment le mieux placé pour mettre à jour ses serveurs : l’entreprise gère quasiment toute la chaîne. Le jour où des GPU Nvidia plus puissants que ceux actuellement au cœur de GeForce Now seront lancés, rien n’empêchera le constructeur de les mettre à disposition des joueurs en ligne. La plus grande interrogation réside finalement dans le modèle économique choisi. Il va falloir la jouer fine mais Nvidia a une carte intéressante à jouer.

avatar wilfried50 | 

Autant dire impossible pour nous on plafonne à 7 mbps ... on est à 2,7 km du nra...

avatar lecureuil | 

nvidia se touche avec ses tarifs par rapport à Shadow 🙄

avatar Ali Ibn Bachir Le Gros | 

Quals tarifs ? Ils ont encore rien annoncé. Et puis Shadow, c'est pas très cher mais tu en as pour ton argent.

avatar michelmo | 

Le Shield est plus qu'un solide concurent par rapport à cette daube dl'Apple TV.

avatar Brice21 | 

@michelmo

MyCanal fonctionne sur la Shield?

avatar Tox | 

Si la PS 5 devait être également dématérialisée, la concurrence sur le marché du jeux vidéo risque d'être rude et les modèles commerciaux très concurrentiels. L'abonnement va se généraliser...

avatar DVP | 

Ce qui est une catastrophe pour la conservation du patrimoine videoludique.
Aujourd'hui tu peux aller à la BNF et jouer à des jeux d'il y a 30 ans, sur les vraies machines de l'epoque ou sur des emulateurs, mais dans 30 ou 50 ans, on aura perdu la trace de la plupart des jeux actuels.
Il nous restera les video youtube des joueurs, mais plus la possibilité d'y jouer

avatar initialsBB | 

J’ai testé avec une petite connexion ADSL ainsi qu’avec le partage de connexion 4G de mon iPhone, même si L’application déconseille on peu quand même lancer les jeux. C’est parfait pour des jeux comme Civilization ou Cities Skyline, ça marche super bien. Marrant de pouvoir lancer Civ6 sur mon MacBook Pro 13” de 2011 !!!

avatar Ourson | 

L’avenir du Gaming d’ici deux ou trois ans 🤫

avatar Alex Giannelli | 

@Ourson

Je suis assez d’accord, même si 2 ou 3 ans me paraît très court pour un tel changement d’habitude chez les gamers.

avatar armandgz123 | 

@Ourson

Plutôt 8-10 ans je pense, voir plus, il fait de bien meilleure connexion qu’actuellement...

avatar Ourson | 

@armandgz123

Justement, comme je disais dans un article, le développement de la fibre dans les foyers se déroule à merveille et l’arrivée imminente de la 5G vont permettre l’émergence de ce type de service plus tôt qu’on ne le pense 😑

avatar IceWizard | 

@Ourson
Je testerais le service quand la Fibre arrivera chez moi, dans mon HLM de banlieue. C'est à dire .. mardi 20, dans 4 jours ! 🤩

avatar Ourson | 

@IceWizard

La classe internationale, les services de streaming dans leur grand ensemble récompenseront ta patience à sa juste la valeu

✨😎👍🌍💫✨

avatar armandgz123 | 

@Ourson

Franchement j’ai vraiment du mal à y croire... j’habite à Perpignan, Agen, et en Campagne à côté de Toulouse, aux 3 endroits cents catastrophique depuis toujours...
-Agen : fibre prévu depuis des années mais t’oublies de l’adsl qui ne dépasse pas les 2mbps, la 4g de tous les opérateurs ne dépasse pas les 5mpbps le soir avec un Ping élevé.
-Pareil pour Perpignan
- en Campagne j’ai la 4g Box de Bouygues avec 90mbps constant mais un Ping à 50, c’est peut être le plus prometteur... mais maintenant on est limite à seulement 200go

Je constate surtout une dégradation général de la connexion, et la fibre qui n’arrive pas... tout mes espoir sont sur la 5G !

avatar dany155 | 

j'habite a Perpignan depuis 5 ans, et la fibre est disponible sur les 3/4 de la ville, orange, free, et bouygue et sfr pour le câble a 1gb et la 4g est marche bien

avatar armandgz123 | 

@dany155

Ouais bah moi je suis au bord et ça marche très mal, pareil à mon appartement à Argeles sur mer... après à la fac ça marche très bien

avatar lecureuil | 

@Ourson

Tu es très optimiste
Tout le monde n’est pas encore prêt de payer un abonnement pour ce genre de service
Beaucoup continueront encore à investir dans de bonnes machines
C’est plus du moyen-long terme

Il y aura bien des acteurs qui vont se pointer sur le marché et casser les prix

avatar ddrmysti | 

Sans compter que si les opérateur font beaucoup de com sur la couverture en % de la population, dans la pratique t'as beaucoup de zones rurales où même l'adsl passe très mal (et que dire des maisons perdues au milieu de nul par qui sont encore probablement en 56k).

Et ça ce n'est que pour la france, que dire sur d'autre pays où les jeux vidéos sont pourtant présents ? Le secteur serait prêt à se priver de ce marché ?

avatar Iaart | 

Mon iMac 2013 est suffisant pour faire tourner Fortnite ainsi qu’une pléthore de jeux indé sur Steam. Après faut pas être obnubilé par les jeux AAA il existe tellement de pépites... Sinon il y’a les jeux plus ancien et bien optimisé sur Mac comme Borderland 2, Lef 4 Dead 2, Outlast, Max Payne 3, Witcher... le tout pour pas cher 😊

avatar Florian Wallez | 

Merveilleux, j’ai déjà un ado qui fait ramer la connexion internet de la famille (et professionnelle, on bosse aussi le soir) avec des jeux en ligne avec ses copains, ainsi que par son streaming de films qu’il a réussi à rendre prioritaire sur les autres utilisateurs, qu’est-ce que ce sera quand il aura accès à ça ! 😡😡😡
Existe-t-il un moyen de limiter la bande passante allouée à un PC d’ado (qui a des cours d’informatique) afin de préserver l’accès à internet des autres membres de la famille ?
😤😤😤

avatar deltiox | 

@fwally

Un firewall avec Qos
Il y en a de pas trop compliqués à mettre en place
Si en plus cela vous gêne à titre pro, demandez au besoin à un pro de vous l’installer et de vous le configurer

avatar Ourson | 

@fwally

Oui très simple : l’adulte fixe des règles, l’ado si tient. C’est toi qui paie, c’est toi qui décide, si tu veux profiter de ton abonnement tu t’imposes ou tôt que de pester sur les forum 😂

« Au secoue mon fils prend toute la bande passante de mon internet, que faire ? »

Fais toi respecter diantre 🤪

avatar pommedor | 

[modéré] FI

avatar Ourson | 

@pommedor

Pour des parents en contemplation devant leur gosse plutôt que de se remettre en question l’éducation c’est un concept, et après ça se plein que les jeunes ont changés et qu’ils ont tout...

Mais la n’est pas le sujet de l’article ⛔️

Pages

CONNEXION UTILISATEUR