Ulysses passe à l’abonnement, c’est grave docteur ?

Christophe Laporte |

Après des mois de réflexion, l'équipe d'Ulysses a décidé d'adopter l'abonnement comme modèle économique. Comme à chaque fois qu'un éditeur annonce une telle décision, on a le droit à un véritable tsunami dans les commentaires. Argent trop cher ! On connait la ritournelle.

Moi non plus, je n’aime pas payer

C’était l’une des grandes annonces de la WWDC 2016 : Apple allait encourager la mise en place de ce modèle économique dans ses boutiques en ligne. Beaucoup auraient préféré qu’Apple opte à la place pour un mécanisme de mise à jour payante.

De mon point de vue, le coup des mises à jour payantes s’apparente à une fausse bonne idée, et ce principalement pour trois raisons :

  • Cela aurait inévitablement ajouté une couche de complexité aux App Store d’Apple. Et leur succès tient avant tout dans leur simplicité d’utilisation.
  • Les mises à jour payantes, c’est le développement à la papa. Il fut une époque où les éditeurs revoyaient de fond en comble leurs logiciels tous les deux ou trois ans. A l’époque où les principaux navigateurs web sont mis à jour toutes les trois ou quatre semaines, ce modèle apparait dépassé. On est entré depuis longtemps dans la logique de la nouveauté permanente. Même Apple s’y est mise. Pensez donc, elle s’est autorisée à changer de système de fichiers lors d’une mise à jour mineure d’iOS 10 !
  • Ce système de mise à jour payante, beaucoup de (mauvais) éditeurs en ont abusé. Je pense notamment à Realmac (Typed.com, Ember…) pour n’en citer qu’un.

Apple n’a rien inventé quand elle a décidé de mettre le paquet sur les abonnements. C’est la grande tendance de fond dans l’industrie du logiciel. Cela peut se comprendre d’un point de vue économique (si on se met à leur place bien entendu).

TextExpander. Cliquer pour agrandir

Au passage, le traitement réservé par le grand public aux petits éditeurs sur cette question me dérange un peu. Ils sont systématiquement (sans distinction) trainés dans la boue, peut-être plus durement que si c’était Adobe ou Microsoft, qui ont adopté cette pratique voilà plusieurs années déjà. Il est vrai cependant que ces gros éditeurs dominent leurs marchés respectifs : on peut contester leur modèle économique, mais il est difficile de se passer de leurs logiciels.

Comme beaucoup, il y a des outils que j’utilisais au quotidien qui ont adopté l’abonnement. Cela m’a poussé à reconsidérer l’utilisation que j’en faisais. C’était le cas de TextExpander, une application que j’ai utilisée au quotidien pendant plusieurs années. Qu’ai-je fait quand j’ai appris que TextExpander allait me demander quelques dollars tous les mois ? J’ai rapidement décidé de mettre cette application à la corbeille. Je n'en avais tout simplement pas une utilisation assez poussée.

À la rédaction, je vois certains de mes collègues dont la barre de menus a été victime d’une poussée d’acné : toujours plus d’applications, toujours plus de services.... Et au final toujours plus de processus qui tournent en tâche de fond qui au final finissent par taper dans les ressources de la machine. Sans parler de la stabilité…

Alfred.

À l'inverse, dans le choix de mes applications, j'ai adopté la méthode « Jony Ive » : en faire plus avec toujours moins. C'est à Alfred que désormais incombe la responsabilité de faire de la substitution automatique de caractères. Je m'en sers également (entre autres) pour ses fonctions de presse-papier évolué ou encore pour lancer des scripts. Dans mon cas, Alfred remplace à lui seul 4 ou 5 applications.

Il va sans dire que si son éditeur en arrête le développement, je suis dans de beaux draps. À l’inverse, s’il décide de passer à l’abonnement, cela ne me poserait strictement aucun problème (tant que le prix est raisonnable) de mettre la main au porte-monnaie.

Ulysses : une histoire remarquable en tout point

Il y a beaucoup d’éditeurs qui râlent contre les défauts des App Stores, et plus particulièrement du Mac App Store. D'après mon expérience, ce sont souvent les mauvais. C’est cruel à dire, mais c’est ainsi.

Attention, je ne suis pas aveugle, je connais les défauts des plateformes d’Apple, leur lourdeur, le système de validation pénible (tenez, la dernière mise à jour d’iGeneration a été retoquée en raison d'une capture de l'app Apple Watch montrant une actu sur iOS 11)... mais il y a ceux qui arrivent à faire fi de tout cela et ceux qui n’y arrivent pas.

Cliquer pour agrandir

On n’a jamais entendu les équipes de développement d’Ulysses, de Pixelmator, d’Affinity Photo ou de PDF Expert se plaindre pour un oui ou pour un non de la politique d’Apple. Ces gens ont mieux travaillé que les autres et ont gagné beaucoup d'argent.

Le cas d’Ulysses est très intéressant à bien des égards. J’utilise cette application au quotidien et j’y suis sincèrement très attaché. C’est typiquement ce genre d’applications qui fait que j’utilise encore des produits Apple. Il y en a d’autres comme Alfred que je citais plus haut, Things ou encore Tweetbot, pour n’en citer que quelques unes. Elles ont toutes comme point commun de pousser chaque point de détail à l’extrême. Un souci quasiment maladif du logiciel qui me fait rester sur les plateformes d'Apple. Si la qualité des logiciels tiers était globalement meilleure sur une autre plateforme, je n’aurais aucun état d’âme à switcher. Au passage, je suis toujours surpris par les gens qui utilisent leur Mac comme un PC avec exactement les mêmes outils mais avec macOS au lieu de Windows. Mais c’est sans doute une question d’appréciation.

Cliquer pour agrandir

Pour en revenir à Ulysses, succès aidant, cet éditeur emploie un peu plus d’une dizaine de personnes. C’est devenu même l’un des symboles (certes modeste) de réussite d’une ville en plein renouveau, Leipzig. Les logiciels ne s’écrivent pas encore tout seul. C’est un détail qu’on a tendance à oublier. Surtout pour ce type d’applications qui s’adresse malgré tout à une niche.

L’intention des responsables d’Ulysses est louable : s’assurer une pérennité financière pour qu’ils puissent continuer à faire ce qu’ils savent faire le mieux : un éditeur innovant et efficace pour tous ceux qui écrivent beaucoup de texte. C’est pour nous utilisateurs une attention beaucoup plus louable que ces éditeurs qui nous ont promis monts et merveilles et qui ont fermé boutique dès la première offre de rachat arrivée sur le bureau. Sparrow, cela vous rappelle quelque chose ?

L'écran de démarrage d'Ulysses sur macOS — Cliquer pour agrandir

L’un des mérites d’Ulysses et de bon nombre d’éditeurs qui ont réussi sur les App Store d’Apple, c’est de ne pas avoir succombé à la guerre de prix que se livrent certains de leurs concurrents. Ulysses, c’était 45 € dans sa version Mac et 25 € dans sa version iOS. Cela faisait un pack à 70 €. C’est sans doute ce prix qu’il convient de comparer par rapport au prix de l’abonnement : 29,99 € par an pour ceux qui possèdent déjà l’application et 45 € pour les nouveaux clients.

Le prix pour les nouveaux clients est sans doute un peu élevé. Mais en même temps s’il s’agit d’un outil sur lequel vous passez plusieurs heures par jour, un outil qui vous permet de gagner votre vie, est-ce si cher que cela ?

Par contre, de mon point de vue, la grosse maladresse de l’équipe d’Ulysses est, en plus d'une annonce en plein milieu du mois d'août, de ne pas avoir accompagné cette annonce d’une mise à jour majeure, d’une feuille de route ou encore d’une présentation détaillée de la prochaine version. Ce qui est très désagréable et maladroit dans cette affaire, c’est qu’on a l’impression de payer à la caisse sans contre-partie. Nul n’est parfait !

Image une : CafeCredit, CC BY 2.0


avatar YAZombie | 

@LeGrosJeanLou, "NB : Dans le cas de la suite Adobe, faut pas oublier de préciser qu'après avoir payé 18000 balles au bout de 5 ans, si t'arrêtes de payer t'as plus rien"
Sauf que 60 x 12 x 5= 3 600. Ça change sacrément le point de vue sur la chose… Certes, tu n'as rien à la fin, mais tu as eu un service beaucoup plus complet pour moins cher. Alors bon…

avatar spootymilk | 

@BLM

parlons logiciel justement. suite Adobe (OK, c'est pas un pot de Yaourt mais une Rolls)
      – du temps où on pouvait acheter la suite: ≈ 4500 €
      – 60€ / mois à la location (https://www.adobe.com/fr/creativecloud/plans.html?promoid=P3KMQYMW&mv=other)
      – c'est à dire – si on est pas un [gros] pro mais un amateur éclairé qui ne fait pas d'update pendant 5 ans: 60 x 12 x 5 = 18000 € !
      – je dois mettre combien de "!" ? Parce que pour écrire «Le leasing, *beaucoup* plus cher? NON» , il faut être sacrément gonflé !

Je ne sais pas comment tu calcules, mais chez moi 60*12*5= 3600 euros.....

Quant au leasing de voiture, tu pars avec de mauvaise hypothèses : une voiture qui à 5 ans ne se revend pas 50% du neuf mais plutôt 35/40%, de plus le leasing comprend très souvent l'entretien/révision. Le leasing pour une voiture n'a de toute façon d'intérêt que si tu roules beaucoup et que tu changes de voiture régulièrement.

Le problème ne me semble pas tellement la formule d'abonnement mais plutôt le non choix que le l'on a.
Pour Adobe, cela me semble bien car une suite à 4500 euros c'est très cher, donc si tu t'en sers pour ton travail tu feras les mise à jours régulièrement, donc l'abonnement ne change rien, si c'est un usage ponctuel, alors 60€ c' est très abordable. Ca te permet aussi en début d'activité d'éviter de sortir une grosse somme que tu n'as pas forcément.
Pour revenir à Ulysse, le problème c'est que c'est très cher pour un logiciel comme celui la et qu'il ne propose pas le choix de l'alternative achat (comme c'est le cas pour une voiture pour reprendre ton exemple. )

avatar YAZombie | 

Merci pour ce post sensé.

avatar YAZombie | 

"Ouais, ouais, ouais… faut arrêter la fumette. on est complètement hors sujet, là"
Le reste de ton argumentaire avait au moins le mérite d'être… argumenté. Complètement faux, mais argumenté. Même si, en plus, tu es resté sur le "à charge" sans tenir compte des "au crédit". Bref, ces formules d'abonnement n'ont pas le succès qu'elles ont sans raison, bien au-delà de leur aspect incontournable, sinon leurs vendeurs auraient fait face à une résistance beaucoup plus forte que ce qu'on a pu constater. Là, pas du tout. On est complètement dans le sujet pour des logiciels destinés, pour l'essentiel, à des pros.

Je remarque toutefois que tu ne réponds pas au cœur de ton message, en forme d'accusation. Je reprends:
"l'abonnement logiciel n'apporte rien au client mais engraisse le développeur hors de raison: on en a 1 exemple emblématique avec Adobe dont les derniers résultats trimestriels ont montré un enrichissement colossal."
C'est toi qui accuses, la charge de la preuve te revient. Si possible avec des calculs corrects cette fois?

avatar YAZombie | 

"on peut objecter: "oui, mais on a une voiture toujours neuve" tout comme un logiciel toujours à jour"
Oui, c'est vrai, on peut l'objecter… apparemment pour toi c'est un détail ?

avatar YAZombie | 

"(moi aussi je peux utiliser des acronymes pour faire initié)"
Moui… sinon, tu as pensé un peu de BZD? J'ai l'impression que ça te ferait du bien, un peu?

avatar YAZombie | 

Ah oui, sinon: apparemment tes calculs sont complètement faux.
C'est marrant, on dirait que finalement, décidément, ta théorie ne repose sur rien d'autre que l'idéologie.
Je dis ça, je dis rien.

avatar iPop | 

Moi ce qui me gêne c'est par exemple l'achat de l'application c'est 15 euro depuis 10 ans puis on pas à l'abonnement c'est 50 euro par an.
J'exagère peut être un peu mais c'est plutôt ça en ordre de grandeur. 15 euro par an (dixit tarif de l'application) serait plus raisonnable et logique.

avatar marenostrum | 

rien est fixe pour la vie. la licence perpétuelle est un mensonge.

avatar BLM | 

il tourne en boucle le garçon.
Rien n'est fixe, rien n'est fixe,… sauf le discours.

avatar YAZombie | 

@marenostrum, "rien est fixe pour la vie": rien N'est fixe, nom de non! grrrr ?

avatar YAZombie | 

"le traitement réservé par le grand public aux petits éditeurs sur cette question me dérange un peu. Ils sont systématiquement (sans distinction) trainés dans la boue, peut-être plus durement que si c’était Adobe ou Microsoft, qui ont adopté cette pratique voilà plusieurs années déjà. Il est vrai cependant que ces gros éditeurs dominent leurs marchés respectifs : on peut contester leur modèle économique, mais il est difficile de se passer de leurs logiciels"
Je trouve ce paragraphe soit mal pensé, soit franchement malhonnête. Non, la question n'est pas qu'ils soient précurseurs ni qu'ils dominent leurs marchés (même si c'est indéniable et que ça entre en ligne de compte).
La question, c'est celle du prix demandé pour le service rendu. Pour 7€/mois avec Office 365 j'ai accès à TROIS logiciels essentiels (pour des questions de compatibilité, je ne les aime pas particulièrement) sur TROIS plateformes, un service d'hébergement dans le cloud devenu enfin à peu près performant, et d'autres petites choses qui certes ne m'intéressent pas mais cela ne concerne que moi. Et je ne parle même pas d'Adobe et sa pléthore de services associés aux abonnements. En comparaison les 5€/mois demandés par Ulysses paraissent, désolé, du foutage de gueule de haut vol. Même chose pour 1Password, pourtant une de mes applis essentielles: le tarif est absurdement élevé et il est hors de question pour moi de passer à l'abonnement tant qu'il sera à plus de 2€/mois. Si Alfred passait un jour à un abonnement je ne sais pas ce que je ferais… bon, je suis "Mega Supporter", en principe je devrais être exempté de toute façon, mais je dois dire que leur image en prendrait un coup.

avatar marenostrum | 

le prix c'est par rapport à leur dépenses. et c'est peut-être pas les développeurs qui le fixent mais la banque qui est derrière et qui les a financés pendant des années.

avatar BLM | 

@marenostrum

«la banque qui est derrière et qui les a financés pendant des années.»
Êtes vous en train de suggérer que The Soulmen ne sur-vit depuis des années que sous perfusion bancaire ? Que cette boîte est déficitaire ?
Je n'ai pas accès à leur compta (je n'ai pas cherché), mais ça m'étonnerait!
Cette boîte N'est PAS étranglée par des banques ou des actionnaires; ses dirigeants choisissent délibérément – oui, ils en ont le droit – l'abonnement, pas parce qu'ils sont au bord de la banqueroute, mais pour capitaliser sur leur notoriété en augmentant leurs revenus en prenant leur clientèle en otage.
Plutôt en pensant qu'ils peuvent impunément le faire.
Au vu des réactions un peu partout, je prends le pari qu'ils vont payer cher leur arrogance.
PS: on a ds les brèves sur ce même site (MacG/iG) la preuve que les maj payantes sont possibles; Cf "Atlas d'anatomie humaine 2018", 2018 ? Damned ! Une maj payante…

avatar marenostrum | 

j'y connais rien non plus (d'où le, peut-être), mais Panic qui fait Transmit et d'autres trucs inconnus, a des bureaux de luxe. surement ils ont une banque derrière. sans financement préalable commet on peut avoir des bureaux comme ça ?

avatar YAZombie | 

Oui, en effet, tu n'y connais rien :)

avatar YAZombie | 

@marenostrum: euh… si c'est comme ça qu'ils fonctionnent je propose une autre solution, beaucoup plus rationnelle: mettre la clé sous la porte!

avatar marenostrum | 

l'abonnement c'est la derrière étape de sauvetage.

avatar YAZombie | 

Non, ça n'a aucun sens économique, désolé. Si c'était ça, ça s'appelle de la mauvaise gestion, et ça mérite la faillite.

avatar Bigdidou | 

@marenostrum

« l'abonnement c'est la derrière étape de sauvetage. »

C’est rigolo, l’écriture automatique.
Après, pour communiquer des idées, c’est pas forcément l’idéal.

avatar byte_order | 

> La notion de propriété disparait peu à peu.

Pas du tout. Au contraire, la propriété ne disparait pas du tout, mais elle se concentre. Il y'a ceux qui possèdent et qui peuvent donc acquérir d'autres propriétés grâce à cela, et les autres qui, ne le pouvant plus, doivent louer.

Et on est en plein dans le sujet, justement.
Ce qui possèdent Ulysses acceptaient jusqu'alors de vous ceder un droit d'usage illimité de cette application. Ce droit d'usage, acheté, était votre propriété, et ce droit faisait partie de votre capital.

Ils ne le veulent plus. Ce qu'ils veulent désormais (et tant d'autres qui pousse ce modèle "économique"), c'est que même le droit d'usage ne puisse pas se traduire par la transmission d'une propriété : vous n'achetez plus un droit d'utiliser un outil, vous devez désormais le louer. Encore et encore.

Vous n'avez plus en capital ce droit d'utiliser cette application. Vous devez le payer à chaque usage (bon, on est encore au mensuel, mais d'autres modèles "d'abonnement" peuvent aller jusqu'à l'unité de production sortant de l'outil... à l'instar du nombre copie des photocopieuses dans les entreprises par exemple - sauf que là y'a l'usure du matériel, absent dans un outil logiciel)

La concentration des moyens de production (y compris à titre personnel) dans les mains de moins en moins de personne, c'est pas la disparition de la propriété mais sa concentration sur une minorité de personnes qui (veulent) capitalise(r) dessus.

Du capitalisme brut, quoi.

avatar cv21 | 

Je trouve l'article bien ficelé et "courageux" de défendre un point de vue qui, à la lecture des différents post, ne recueille pas les faveurs de la majorité, bref moi ça me va !

Je fais parti de ceux en désaccord. Ok, l'accès aux logiciels payants ou gratuits a changé depuis l'accès au haut-débit, plus de cd-rom ou de disquettes à papa ! Cela a permis, je suppose, d'instaurer d'autres formes de distribution et commercialisation.

Pour la distribution, le fait de passer par une app pour accéder à d'autres app, j'ai découvert ça sur Linux avant l'équivalent moins technophile de l'app store d'Apple. En tant qu'utilisateur cela me rassure. Sur Linux il y avait des messages pour les bibliothèques à télécharger en complément ou les incompatibilités (ça date souvenir vague) et avec l'App Store j'ai l'impression de prendre moins de risque d'infection. Je n'utilise pas l'App Store pour chercher des applis, l'app sert d'intermédiaire de téléchargement et de paiement. J'apprécie et me repose sur une relation de confiance avec l'intermédiaire : Apple. Ca c'est un service pour lequel je suis d'accord pour qu'Apple touche une commission qui devrait être mieux indiquée.

Pour la commercialisation, tous les systèmes sont aussi nuls que bons, plus clairement je trouve qu'opposer les modes de distribution n'a pas de sens.
Pour moi les logiciels sont des outils et non des services et à ce titre je trouve que l'achat, le don, la gratuité et la location ont autant de sens en fonction des préférences de l'utilisateur, de ses moyens et de ses besoins. Seule nuance, si une perceuse permet de faire un trou de façon irréversible, un logiciel permet de créer un fichier modifiable. La pérennité peut rentrer en jeux. L'idée de devoir s'abonner un mois pour ouvrir et modifier en 2 minutes un fichier utile mais à l'usage rare ne me convient pas. Cela fait d'ores et déjà parti des critères de choix parmi les logiciels.

En conclusion, si j'ai bien suivi les annonces du grand raout d'Apple, l'App Store va prochainement proposer le choix de l'achat avec mise à jour ad vitam aeternam (formule surprenante pour les développeurs) ou "la location", dommage que la mise à jour à papa ne fasse pas parti des possibilités de l'App Store, je préfèrerais, pour chaque application avoir le choix.

Ajout :avec la possibilité de l'abonnement, il va y'a avoir surement de la "casse" et beaucoup de posts de mécontentement ! Passé cette période, je crains que les nouveaux arrivants proposent l'achat, puis lorsque la communauté d'utilisateurs est suffisamment importante basculent vers l'abonnement. Afin d'éviter cela j'espère que l'habitude de proposer les deux, trois formules possibles se fera dès le départ.

avatar Thierrydu67 | 

Demande à ceux qui mettent en avant les logiciels OpenSource. Je serais heureux de les suivre, qu'y a-t-il d'approchant de Ulysses ?

avatar pat3 | 

@Christophe Laporte
"Les mises à jour payantes, c’est le développement à la papa. Il fut une époque où les éditeurs revoyaient de fond en comble leurs logiciels tous les deux ou trois ans. A l’époque où les principaux navigateurs web sont mis à jour toutes les trois ou quatre semaines, ce modèle apparait dépassé. On est entré depuis longtemps dans la logique de la nouveauté permanente."
Comme d'autres l'ont dit, et je résume:
1) l'abonnement vaut peut-être pour les gros éditeurs sur des marchés pro captifs, pour les petits éditeurs sur des marchés très concurrentiels - l'éditeur markdown - c'est très risqué;
2) les navigateurs pris en exemple sont gratuits (tous les modèles payants ont échoués);
3) le développement "agile", c'est pas non plus ce que j'ai vu du fonctionnement de The Soulmen. Cyberduck fait des mises à jour hyperfréquentes, signes d'un développement continu, pas Ulysses.

"Même Apple s’y est mise. Pensez donc, elle s’est autorisée à changer de système de fichiers lors d’une mise à jour mineure d’iOS 10 !"
L'humour n'y changera rien, mais ça détend :-)

"Ce système de mise à jour payante, beaucoup de (mauvais) éditeurs en ont abusé. Je pense notamment à Realmac (Typed.com, Ember…) pour n’en citer qu’un."
Tu cites le pire… qui abusera autant du système d'abonnement s'il arrive à y passer.

Un calcul "marketing" basique serait de faire payer le même prix pour le logiciel payant en une fois et l'abonnement, voire moins cher pour l'abonnement (choix qu'a fait Adobe). Même si on se retrouve à payer plus cher au bout de trois ans, on n'a pas l'impression de se faire endoffer.
Un autre calcul équitable serait de proposer une mise à jour payante annuelle : on la fait si on veut des nouveautés, étonné la fait pas si on n'en veut pas. Entre les deux, le mises à jour sont gratuites, à la fin de l'année, elles s'arrêtent, sauf si on repasse à la caisse.

Il y avait moyen de pérenniser et lisser honnêtement ses revenus.

avatar gbasile | 

pour un logiciel qu'on utilise très souvent ça ne me pose pas de problème mais pour la majorité qu'on utilise que rarement, je n'ai pas envie de payer un abonnement et encore moins une multitude d'abonnements s'ils font tous ça.

avatar marenostrum | 

mais tu es Pro ou pas ?

avatar victoireviclaux | 

Un jour où l'on aura 1000 abonnements... et 0€ en banque... le pire c'est si les éditeurs ne laissent pas le choix (entre licence perpétuelle et abonnement), alors là...

avatar romab | 

Pour la pérennité, il vaut mieux se fier à des applis comme Nisus Writer Pro qui utilisent des fichiers standards depuis la nuit des temps (rtf). Et leur modèle économique est très raisonnable.
Il y a, paraît-il, des macros pour gérer le markdown, cela vaut la peine d’être exploré.
De même avec l’excellent -et gratuit- Google apps, qui exporte lui aussi dans des formats standards (notamment des fichiers docs remarquables de compatibilité).
Enfin une application comme Tinderbox, certes chère à l’achat, démontre qu’il existe des solutions alternatives pour facturer les mises à jour. Les clients peuvent à tout moment mettre à jour à la dernière version pour une somme forfaitaire, quelle que soit la date à laquelle ils ont effectué leur achat initial.
Bref, pas du tout convaincu par l’initiative des développeurs d’Ulysses dont j’aimais pourtant le travail.
Il faut croire que le succès leur est monté à la tête. Dommage.

avatar LeGrosJeanLou | 

@romab

"Il y a, paraît-il, des macros pour gérer le markdown, cela vaut la peine d’être exploré."

C'est mal comprendre le propos du markdown.

Le format markdown est un pur fichier .txt (encore plus ancien et standard que le rtf donc) dans lequel le texte est balisé (comme du HTML) avec des balises très simples. Les balises , , ... sont par exemple remplacées par #, ## et ###. Pour écrire en italique on écrira *italique*. Les balises sont nombreuses et variées.

L'idée derrière ce format était d'abord de faciliter le travail des blogueurs (en remplaçant les balises HTML par des balises beaucoup plus simples donc), mais c'est vite devenu un excellent outil d'écriture parce que les écrivants se sont rendu compte qu'écrire sans se soucier de la mise en forme immédiate offrait une meilleure concentration (on se concentre en effet sur le texte et rien d'autre). On retrouve en fait la simplicité de la machine à écrire ou de l'écriture manuscrite.

Ensuite tu stylises ton markdown avec un CSS (exactement comme un HTML) et tu l'exporte dans tous les formats que tu veux (HTML, ePub, Pdf, Docx, Rtf)

L'autre avantage évident de ce format c'est qu'il est basé sur du .txt pur. Tu peux donc le lire en clair sur un 386SX sous MS-DOS 5 avec EDIT. La feuille de style n'est que secondaire dans la compréhension du texte.

avatar warmac33 | 

"tenez, la dernière mise à jour d’iGeneration a été retoquée en raison d'une capture de l'app Apple Watch montrant une actu sur iOS 11"
Je ne comprends pas qu'on puisse s'accommoder d'un tel procédé de censure...
Pas prêt de repasser sur iOs moi...

avatar alfatech | 

@warmac33

""tenez, la dernière mise à jour d’iGeneration a été retoquée en raison d'une capture de l'app Apple Watch montrant une actu sur iOS 11"
Je ne comprends pas qu'on puisse s'accommoder d'un tel procédé de censure...
Pas prêt de repasser sur iOs moi..."

Tu crois qu'ailleurs c'est différent? Montres l'affiche d'un film en préparation sans l'accord du studio…T'es bon pour un procès.

avatar warmac33 | 

Il y a une différence entre violation d'un copyright (utilisation d'une affiche) et liberté d'expression (relis bien il s'agit seulement d'une capture d'écran d'un article parlant d'iOs 11)

avatar r e m y | 

@warmac33

Le NDA (Non Disclosure Agreement) qu'acceptent (sans le lire souvent..) les bêta testeurs, interdit de parler publiquement des versions bêta (ce que personne ou presque ne respecte)

avatar machiavel68 | 

En voyant cette nouvelle, il y a deux jours. Je me suis bien énervé. Après, je me suis calmé. Je me suis fait remboursé mes 80€ de logiciels en un claquement de doigt. Et je me suis passé à Bear. Qui est une super applications qui quasiment le même boulot qu'Ulysses et qui est beaucoup moins cher. Tout en étant plus fluide et plus rapide. BEAR !

avatar Isdf | 

C'est à cause du fait que tout était écrit en markdown et exportable sous fichiers.txt que je m'étais laissé séduire par Ulysses sur IPad Pro. Mais bon je retourne à mon Latex et pour ceux que ça intéresse d'apprendre je vous conseil ce livre qui m'a permis d'écrire et formater ma thèse.

http://www.h-k.fr/liens/tp/latex_pour_l_impatient.html

Avec lui en 2 semaines j'étais autonome et tout fonctionnait. En plus tout ce que j'ai écrit compile pareil sur toutes les plateformes.

avatar Orus | 

L'abonnement. Ou comment relancer le piratage des logiciels. Bravo les gars.

avatar NestorK | 

Comme si le piratage de logiciels avait attendu l'abonnement pour être massif.

Qui - sur ces pages - a déjà acheté Ulysse ? Photoshop ? Office ? Lightroom ? Qui a déjà acheté sa copie de Final Cut Pro X ?

A la louche : peut être 5% des intervenants. Peut être même moins. Les 95% restants se sont fournis en torrent. Sur les forums, on peut lire de tonnes de questions sur ces logiciels avec des versions curieusement jamais à jour : on se demande pourquoi !

Par contre - ici - qui change son iPhone tous les ans ? Son mac tous les trois ans ? 50% des intervenants ? Peut être plus ?

Je rigole franchement à lire les vierges effarouchées que vous nous faites.

Pourtant, je ne suis ni anti torrent, ni pro abonnement, mais peut être qu'il y a une vérité qui se situe quelque part, au milieu. Et +1 pour le papier de MacG, évidemment.

avatar BLM | 

«Qui - sur ces pages - a déjà acheté Ulysse ? Photoshop ? Office ? Lightroom ? Qui a déjà acheté sa copie de Final Cut Pro X ?»
Ulysse: oui, MacOS & iOS
Photoshop (+illustrator + Adobe Acrobat + Première): oui. Il y a des années.
Office: oui
Lightroom: non
FinalCut Pro: oui… [Parce que j'ai arrêté le renouvellement des licences Adobe le jour où Adobe, en utilisant son fichier client, m'a envoyé un courriel… pour m'informer de ce que me coûterait le piratage ! J'ai fait un courrier réponse à mon conseiller clientèle pour leur dire d'aller se faire mettre]
NB: se fournir en Torrent ? Il faut être maboul. C'est la meilleure solution pour chopper la vérole.

«Par contre - ici - qui change son iPhone tous les ans ? Son mac tous les trois ans ? 50% des intervenants ? Peut être plus ?»
iPhones (perso): 2008 / 2009 / 2012 / 2015
iPads (perso/pro): 2010 / 2014 / 2016/ 2017
Mac (Pro): 1988/1990/1997/2000/2007/2008/2009/2009/2010/2015
Sachant que je revends [souvent] le matériel, mon budget logiciels est sans doute le plus important.

avatar Un Type Vrai | 

Le seul abonnement que je suis prêt à payer, c'est un accès à "Alternativeto".
Mais l'accès à ce site est gratuit...

Exemple d'efficacité :
https://alternativeto.net/software/ulysses/?license=free&platform=mac

Les 30 mins perdues à lire et tester 3-4 applications opensource sont vite rentabilisées...

Et sinon, pour la musique, Jamendo marche pas mal...

avatar Un Type Vrai | 

Mon post veux dire (à la relecture, je ne voudrait pas que l'on me pense défenseur de l'open source) :

Si tu n'es pas OK avec la politique ou le prix d'un logiciel, cherche en un autre.
Si AUCUN autre ne te convient, peut-être que le prix que tu ne veux pas payer s'explique.

Pour ma part, j'utilise presque exclusivement des logiciels open source, mais je donne souvent des contributions (en rapport avec les bénéfices de mon activités).
Je préfère ce type de rapport que le "technico-commercial" qui vendait du fromage y'a 2 ans et qui te vend une voiture.

avatar marenostrum | 

tout dépend de notre production. on a pas besoin d'abonnement si ça nous aide pas à mieux produire. c'est simple.

avatar macstaw | 

Bonjour
Cet article m’a incité à rechercher des alternatives à Ulysses non pas tant du fait de l’abonnement mais plutôt parce que je recherche du multimarkdown.

Et à ce propos je serai très intéressé par vos retours sur :
- MWeb
- LightPaper

Merci !

avatar swal42u | 

J'avais pris Ulysses pour ses fonctionnalités mais aussi parce que j'avais la possibilité d'acheter un logiciel sans prendre d'abonnement.
Ce qui me gène surtout, c'est le changement du jour au lendemain de politique de commercialisation de l'éditeur. Autant dire que j'ai l'impression d'avoir été floué. Je viens de passer mon week-end dans la recherche d'une solution alternative (ça sera pour moi sublimetext).

Un point qui n'a pas été relevé dans les commentaires:
Peut-on faire confiance aux autres éditeurs ?
Si j'achète un logiciel, quelle est ma garantie de ne pas voir l'éditeur passer à un mode d'abonnement quelques mois après ?
Bref, ne va t'on pas devoir se rabattre sur des solutions gratuites en attendant que le marché se stabilise ?

avatar pim | 

Lors de la transition il y a quatre jours, la période d’essai de 14 jours s’etait transformée en gratuité de l’abonnement jusqu’en juillet 2018 ; je me suis dit : « Chouette, continuons à utiliser Ulysse tout de même ».

À l’instant je viens d'être facturé de 4,99 € d’abonnement mensuel, heureusement facile à annuler auprès d’Apple. Mais là je dis : « Courage, fuyons ! ».

avatar blitz | 

Je suis très surpris du ton de l'article qui adopte un point de vue plutôt partial.

Pour mon cas, je regrette de voir un logiciel que j'ai payé, que j'apprécie MAIS que je n'utilise qu'occasionnellement passer à l'abonnement. A ce prix clairement je n'y vois plus mon intérêt.

La première question qui me vient est : est-ce légal ? J'ai payé et on exige que je repasse à la caisse. N'aurait-il pas été plus logique de ne plus toucher à la version actuelle et de proposer une nouvelle version sur abonnement ? Imaginons qu'IKEA décide de me faire payer mensuellement le droit de m’asseoir sur le canapé que j'ai déjà payé depuis plusieurs mois ??? Du grand n'importe quoi.

Lorsque l'on paye une app sur l'Apple store, quelle est la licence d'utilisation ? Peut-on se retourner contre l'éditeur ?

Comment faire pour récupérer les données (je n'ai que la version iOS) et existe t'il des alternatives ?

Merci pour vos réponses.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR