Ulysses adopte à son tour le modèle de l’abonnement

Nicolas Furno |

L’éditeur de texte Ulysses change de modèle économique et requiert désormais un abonnement mensuel ou annuel pour être utilisé. Deux nouvelles applications ont été publiées aujourd'hui sur le Mac App Store et sur l’App Store. Elles sont gratuites au téléchargement et fonctionneront gratuitement pendant deux semaines. Après quoi, il faudra payer un abonnement facturé 5 € par mois ou 44 € par an.

Le nouvel écran d’accueil d’Ulysse sur Mac. Cliquer pour agrandir
Le nouvel écran d’accueil d’Ulysse sur Mac. Cliquer pour agrandir

Cet abonnement est obligatoire, même si vous pouvez continuer à utiliser les anciennes versions d’Ulysses. Ses créateurs les ont retirées des boutiques d’apps, mais elles fonctionnent toujours et elles ont été testées avec macOS High Sierra et iOS 11. Vous serez tranquille avec elles au moins pour un an, mais ne vous attendez pas à des mises à jour pour ces versions.

L’abonnement est commun aux deux versions, macOS et iOS. Si vous utilisiez Ulysses, vous pouvez payer uniquement 30 € par an, sans limite de durée, mais vous devez passer à l’abonnement avant la fin du mois d’octobre. Vous aviez acheté l’application ces derniers mois ? Vous bénéficierez en outre d’un abonnement gratuit pendant quelques mois, la durée exacte dépendra de la date d’achat et l’app se charge de calculer et expliquer votre situation.

Enfin, une offre promotionnelle est aussi proposée à 12 € pour six mois est offerte aux étudiants. Vous devrez envoyer votre carte d’étudiant pour en bénéficier. Dans tous les cas, un essai de 14 jours est disponible pour essayer les nouvelles versions sans payer. Et tout passe par les abonnements in-app de l’App Store, Ulysses n’a pas mis au point son propre système d’abonnements.

Ulysses sur iOS : si vous ne prenez pas d’abonnement, l’app passe en lecture seule. Cliquer pour agrandir
Ulysses sur iOS : si vous ne prenez pas d’abonnement, l’app passe en lecture seule. Cliquer pour agrandir

Les concepteurs d’Ulysse ont publié un long article pour justifier ce choix de l’abonnement. Ils expliquent avoir discuté de cette option depuis deux ans et évoquent toutes les alternatives et leurs défauts avant de mettre en avant les avantages de l’abonnement. Pour faire simple, c’est un revenu régulier assuré pour l’éditeur et la promesse de mises à jour continues pour l’utilisateur.

Reste à savoir si l’utilisateur sera prêt à ajouter un abonnement de plus pour utiliser un logiciel. Ulysses est en effet le dernier d’une longue série, de TextExpander à 1Password en passant par Day One, sans même parler d’Adobe, à avoir franchi le pas de l’abonnement.


avatar Dodo8 | 

Je sors le popcorn ?

avatar iBenou | 

Le problème n'est pas tant l'abonnement que son prix beaucoup trop élevé... pour les gens qui utilisent de temps en temps Mais assez peu, c'est ridicule...

avatar iPop | 

@iBenou

Hier encore je suis tombé sur une application d'Adobe pour faire des Scan avec l'ipad : gratuit mais 10 euro l'abonnement.
Il y en a qui n'ont pas froid au yeux ?.

avatar Ron Dex | 

"payer uniquement 30 € par an, sans limite de durée"
???

avatar N1kod | 

Haha bientot tout en abonnement ca va peter ce business model

avatar JonasL | 

@N1kod

L'abonnement est un modèle de rémunération pratique à bien des égards. J'en suis très satisfait en tant que consommateur.

avatar nemrod | 

Il en faut ...

avatar la.fouine | 

@JonasL

Pratique mais immoral.

avatar LeSedna | 

Je viens justement de commencer à utiliser Ulysse. Excellente app, Mais dans mon cas je ne pourrais pas justifier un tel prix, bien content de pouvoir garder la version actuelle une paire d'années.

avatar Abneco | 

je l'ai acheté, y même pas 2 mois sur ios,... :( qui va payer aussi chère pour cette app, de plus c'était ça qui m'avait attiré y a 2 moi, contrairement a Bear elle était sans abonnement, je crois que je vais utiliser Notes maintenant ;) ou prendre un abonnement Bear (moins chère)

avatar iPop | 

@Abneco

Bear est génial mais l'abonnement refroidi vachement.

avatar Domsware | 

@iPop

Bear est utilisable sans abonnement. Ce dernier apporte essentiellement la synchro.

avatar desboisch | 

Dommage, by by Ulysses que j'utilisais pourtant régulièrement.
Reste à trouver un remplaçant...

avatar Thierrydu67 | 

J'utilisais quotidiennement Ulysses. Avec Dayone c'était LE logiciel qui me retenait sur iOs plutôt qu'un Chromebook. Je ne vais certainement pas payer un abonnement aussi onéreux.
C'est mon banquier qui va être content quand mon vieil iPad4 va rendre l'âme.

avatar Rattlehead | 

Sors ton portefeuille... ce modèle économique n'est viable que pour les utilisateurs pro.
Le particulier lambda ira voir ailleurs ??

avatar ovea | 

C'est bien !

Beaucoup "d'applications"
vont disparaître avec cette génération abonnement.

avatar Chopper77 | 

Je n'ai pas trop compris...
Pour les possesseurs actuels, l'app fonctionnera-t-elle encore ? Ou, dans un temps limité, passera-t-elle en lecture seule ?

avatar gwen | 

Je vais continuer à utiliser TextEdit, c'est sur maintenant. Franchement, je n'ai pas besoin de beaucoup plus pour écrire. Après, Page, suffit pour faire des choses un peu plus complexes.

avatar LeGrosJeanLou | 

C'est un putain de cauchemars...

Je viens de passer des jours à basculer mon journal de DayOne à Ulysses, j'ai eu l'équipe de développement en contact pour leur parler de ma frustration de voir DayOne adopter ce modèle. Ils m'ont laissé acheté Ulysses iOS en toute connaissance de cause...

Je suis dégoutté. J'ai juste envie de balancer mon Mac au travers de la pièce là tout de suite.

Je ne vois pas l'intérêt de rester sur macOS / iOS si toutes les bonnes apps passent à ce modèle économique. Je préfère encore me faire chier avec une app moins aboutie sous Linux. Et putain vous n'imaginez à quel point ça peut me faire chier d'en arriver là.

avatar LeGrosJeanLou | 

@ShowMeHowToLive

J'en ai marre de payer d'autres apps pour me faire enfiler 6 mois après. Y a plus rien de sûr sur cette plateforme. Donc si je passe sur Linux c'est pour avoir la certitude que je vais pas me faire escroquer. Je suis fidèle à l'écosystème Apple malgré les prix parce que j'ai la fiabilité du monde UNIX et de bonnes apps que je ne trouve nulle part ailleurs. Si ces apps disparaissent, ou adoptent un modèle économique que j'exècre, je ne vois aucune raison de rester sur cette plateforme. J'ai déjà du Windows pour le boulot et je m'en accommode. C'est pour mon informatique personnelle que je privilégiais macOS/iOS, mais clairement là j'ai l'impression d'être pris pour un con.

Donc pour mon informatique personnelle je sens que je vais me barrer de l'écosystème Apple (parce que Schiller a l'air décider à mettre en avant le modèle économique de l'abonnement) histoire de retrouver un peu de sérénité dans l'utilisation de mes outils informatiques. Et l'écosystème qui correspond le plus à la sérénité que je recherche c'est l'Open Source.

avatar xDave | 

@ShowMeHowToLive

Même pour un "PRO" au bout d'un moment ça devient injustifiable.
Il valait mieux que ces devs vendent leurs Apps au juste prix, comme Omnigroup, même si ça paraît cher au départ.
Au moins le travail a une valeur comme ça.

Avec l'abonnement, on a juste l'impression d'être une pompe à fric. Surtout si on les multiplie.

Ceux qui ont accepté le modèle Adobe ont ouvert la boîte de Pandore où tous les devs rêvent d'en profiter.

avatar Domsware | 

@LeGrosJeanLou

Comme je te comprends. J'ai abandonné Day One pour Bears pour ma part. En filant au passage un coup de main pour le transfert des données depuis Day One.

avatar Bigdidou | 

@LeGrosJeanLou

« Je ne vois pas l'intérêt de rester sur macOS / iOS si toutes les bonnes apps passent à ce modèle économique »

C’est une mauvaise passe. Ça va forcément s’autoréguler.
Là, les gars d’Ulysse ont franchement pétés les plombs m 44€, c’est le prix d’Office, ou presque.
Je veux bien payer un abonnement annuel pour ce type de logiciel, mais au-delà de 15€ par an, ça me parait beaucoup.
Ou alors, une formule associée au temps d’utilisation, mais là, non.

avatar LeGrosJeanLou | 

@Bigdidou

"C’est une mauvaise passe. Ça va forcément s’autoréguler."

On verra bien, mais si ça n'a pas changé au moment où je devrai changer de Mac je me prendrai un PC. Éventuellement un modèle bien compatible avec le hackintosh histoire de pouvoir rattraper le train en marche si les évènements prenaient une bonne tournure.

"Là, les gars d’Ulysse ont franchement pétés les plombs m 44€, c’est le prix d’Office, ou presque."

Ulysses ne s'adresse pas du tout aux clients d'Office, au contraire. Il s'adresse à des écrivants (comme dirait Thierry Crouzet) qui veulent un espace d'écriture épuré. C'est un bon outil d'écriture de fiction, mais c'est compliqué de sortir de ce domaine.

Bref, j'espère de toutes mes forces que ce modèle va s'effondrer. Ou alors je recommencerai à pirater si j'ai pas le choix.

NB : Et si le quitte le Mac je quitterai iOS avec. Et donc Apple Music et iCloud Drive

avatar xDave | 

@LeGrosJeanLou

Parce que tu crois que sur Windows ça ne va pas devenir le modèle ?
Windows phone OS (ou comme on veut l'appeler) a échoué sinon on en serait au même point.

avatar LeGrosJeanLou | 

@xDave

Je m'en fous de Windows ^_^, j'ai bien parlé d'aller sur Linux (Elementary OS pour moi vu que je ne supporte plus Ubuntu)

Si j'ai parlé de Windows c'est pour indiquer que j'utilisais déjà autre chose au boulot et que je n'aurai donc pas de problématique de logiciels Pro sur Linux, puisque j'ai séparé Pro et perso.

avatar Kaporal5 | 

En plus de payer ses matériels beaucoup plus chers qu'en face, le client Apple est désormais plumé par les éditeurs de logiciels sévissant sur les OS de Cupertino. C'est bien connu, les bobos ont les moyens.

Moi qui utilise Bear, Day One et Ulysses, ces trois produits vont me coûter plus cher à l'année qu'un abonnement à MS Office... du délire.

avatar LeGrosJeanLou | 

@Kaporal5

" C'est bien connu, les bobos ont les moyens."

C'est ça qui me dégoutte en fait. On dirait qu'Apple s'imagine que sa clientèle est exclusivement CS++

Moi je roule pas sur l'or, mais j'achète des produits Apple pour leur durabilité, et si je peux me permettre de remplacer mes machines tous les 5 à 7 ans, il est hors de question que je paye aussi pour me payer le software. C'est totalement intenable. Ma femme m'emmerde déjà avec mon budget Apple, si en plus je dois lui expliquer que je claque plusieurs dizaines d'Euros par mois pour utiliser mes logiciels elle va pas être jouasse. Et je préfère de très loin ma femme à mon matériel informatique.

Donc qu'Apple se le dise, elle est en train de perdre des clients là (sans doute une goutte d'eau malheureusement). En tout cas ce qui est sûr c'est que j'arrête d'ors et déjà de conseiller la plateforme Apple autour de moi..

avatar occam | 

@LeGrosJeanLou

Le modèle économique en cause, celui qui fout la pagaille, est celui de l'App Store.
L'abonnement est la rançon de l'interdiction d'upgrade payant.
Schiller et les autres pontes maloïdés imaginent-ils seulement le préjudice que cela porte à l'écosystème iOS (et, à terme, Mac) ?

Le producteur d'un navet dont la vedette parachutée in extremis était une plantureuse starlette, Marie Wilson, se vantait devant Groucho Marx : « Elle m'a coûté un paquet, mais le public en aura au moins pour son argent, quant il ira voir le film. »
Groucho, tout suave : « Et que se passe-t-il s'il décide d'en avoir justement encore davantage en n'y allant pas ? »
Le blêmissent du producteur, tel que décrit par Groucho, semble tiré tout droit de Procol Harum : « A Whiter Shade Of Pale ».
Il n'est rien à côté de la pâleur des développeurs passés à l'abonnement qui apprendront que leur app n'était peut-être pas aussi universellement indispensable que prévu dans leur business plan.

avatar BLM | 

«L'abonnement est la rançon de l'interdiction d'upgrade payant.»
L'upgrade payant n'est absolument pas interdit ! C'est une légende !
Je donnerai un seul exemple: Sky Safari (qui, au passage mais c'est une autre histoire, fait payer cher des mises à jour mineures).
Il suffit de rajouter un N° de version à l'application: Ulysses I, Ulysses II, etc
Et cela laisse à l'utilisateur le choix de faire ou pas la mise à jour.

avatar Domsware | 

Dommage.

Je suis créateur d'applications et je fonctionne encore à l'ancienne avec le modèle premium : un achat ferme et définitif !
Ma plus vieille application à fêté ses 6 ans et est toujours maintenue. Rentable pour les premiers acheteurs.

Voir mon site Domsware !

avatar LeGrosJeanLou | 

@Domsware

C'est le moment de sortir un bon traitement de texte markdown iOS / macOS alors. T'as un bon client ici, et je suis disponible pour le beta test si tu veux.

avatar Domsware | 

@LeGrosJeanLou

Tiens, en voilà une bonne idée !

avatar alan1bangkok | 

RIP

avatar moon21 | 

Adieu

avatar cyrildruesne | 

Quid du maintien d'Ulysse au sein de Setapp ?

avatar occam | 

@cyrildruesne

C'est mentionné dans l'annonce de Soulmen (lien dans l'article) : « if you use Ulysses via the Setapp subscription, we will now automatically unlock the iOS app as well ».

avatar cyrildruesne | 

Merci. Je venais également de lire ;-) Mais, pour l'instant, je ne vois rien dans la « nouvelle » version d'Ulysses pour iOS permettant de « relier » l'app à son abonnement Setapp.

avatar cyrildruesne | 

Alors, après enquête, si l'on utilise la version Setapp d'Ulysses, la « nouvelle » version iOS s'en rendra compte et l'indiquera : on est alors bien considéré comme un abonné. Je ne vis rien… car j'utilisais encore la version « non Setapp » d'Ulysses.

Moralité : Setapp s'impose progressivement comme le compromis le moins inacceptable… et l'utilisation d'iCloud par les Soulmen est plutôt astucieuse et transparente.

avatar Thierrydu67 | 

Mdr, le mail d'Ulyssesapp m'annonçant le changement est tombé dans la boîte à spam. Mon anti-spam me connaît trop bien.

avatar denisdp | 

Il y a iA writer si on qui n’est pas encore passé à l’abonnement et qui a un fonctionnement similaire à Ulysses...

avatar jojo5757 | 

L'abonnement ne tiendra pas. Tout simplement. Un Adobe ou un office de Crosoft ca peut se concevoir pour un pro, mais un éditeur de texte ou un logiciel banal, les utilisateurs lambda ne payeront pas. Ou pas longtemps quand ils verront le budget par mois. On va rire quand tous ces brave gens qui s'imaginent une rente mensuelle ou annuelle vont couler ou revenir en arrière. C'est juste pas possible que ça fonctionne dans le temps

avatar Nico S | 

Pour une textbox avec un parser de markdown et une synchro propriétaire, ça fait un peu mal au portefeuille. Je n'ai rien contre le principe de l'abonnement et Ulysses est plutôt bien foutu mais faut pas abuser non plus. Je vais me remettre à écrire dans SublimeText, ça va très bien aussi.

avatar nicoplanet | 

Reste iA Writer. Espérons qu'ils conservent un fonctionnement correct pour leurs clients. Mais c'est clair que le délire des abonnements donne la nausée.

avatar vincentn | 

Récapitulons.

L'éditeur décide de proposer ses logiciels uniquement via abonnement.

- Il retire les versions actuelles des différents store, en certifiant qu'elles sont compatibles avec High Sierra et iOS 11 et qu'il n'y aura plus de mises à jours ou d'ajouts sur ces versions. Les anciens utilisateurs sont libres de rester sur cette version ou de passer dès maintenant à la version avec abonnement.
Je veux bien, mais certifier cela pour des OS encore en beta et avec un futur iPhone qui nécessitera probablement quelques aménagements d'interface est fort présomptueux. Au moindre bug au moment de la sortie des versions finales, et des mises à jour de ces systèmes, les usagers restés sur ces versions de logiciels maintenant abandonnés n'auront que leurs yeux pour pleurer ou, s'ils désirent conserver leur worflow, seront rapidement obligés de passer au modèle par abonnement.

- Dans sa grande mansuétude, l'éditeur propose des rabais pour les usagers actuels, dont un fameux (fumeux) 50% à vie sur l'abonnement annuel. Déjà, c'est 50% par rapport au tarif mensuel, car par rapport au plein tarif annuel, c'est seulement 25%. Petits malins va.
Et puis même avec 25% à vie sur le tarif normal, qui nous dit que l'année prochaine ou un peu plus tard, pour X ou Y raisons expliquées la main sur le cœur dans un post de blog et sur Medium, l'abonnement ne subira pas une augmentation, mettant les utilisateurs devant le fait accompli.

- De même, avec ce changement de modèle et cette nouvelle version, nous aurions au moins pu en attendre de nouvelles fonctionnalités, corrections de bugs, etc. Même pas.
Un changement de modèle avec une mise à jour majeure de leur logiciel aurait pu se comprendre et être mieux acceptée.
Nous avons juste une promesse de mises à jour, qui n'engage à rien. Rien ne nous garantis d'avoir au cours de notre année d'abonnement les corrections de bug, ajouts de fonctionnalités concernant le markdown (ou autres), etc.

Bref, assez agacé par cette décision prise au cœur de l'été, quelques semaines avant la mise à jour majeure des OS d'Apple, mettant les usagers de leurs logiciels devant le fait accompli. Ce n'est pas très correct et respectueux.

Dans le même temps, étant en pleine réflexion sur mes workflows, usages et outils, la décision des Soulmen me force à approfondir cette réflexion en intégrant maintenant le fait de me passer d'Ulysse si je réorganise mon travail, mes workflows, et trouve des remplaçants qui me conviennent.

Car, comme le rappelle d'autres commentaires, Ulysses, même s'il est bien foutu, n'est qu'un éditeur de texte gérant le markdown. Bref, assez simple avec ce format d'aller voir ailleurs, et surtout, un abonnement n'est pas vraiment justifié pour ce type d'outil.
Ou alors il faudra qu'il propose beaucoup plus qu'actuellement, pour les amateurs éclairés, et les professionnels de l'écrit, ce qui justifierait alors l'abonnement comme nouveau modèle.

avatar pim | 

@ Vincentn :

Excellente synthèse.

Après personnellement je suis plus machiavélique : si l'équipe de Soulmen avait quelque chose d'intéressant à sortir à brève ou moyenne échéance, ils auraient conservé le modèle d’achat habituel. En effet cela signifie qu’ils auraient pu faire une version 2 de Ulysse qui aurait pu intéresser des acheteurs de la version 1 grâce à des nouveautés.

Or justement ils n’ont rien de nouveau à proposer et ils se demandent juste comment survivre financièrement dans cette situation. L’abonnement s’impose alors. Ils espèrent avoir suffisamment de personnes captives pour pouvoir profiter d’une jolie rente sans trop se fouler. C’est une sacrée idée de fainéant, que d’essayer de faire comme les administrations’ facturer chaque mois ! Problème, on peut bien plus facilement se passer de certaines apps, que d’eau ou d’électricité !

Donc c’est juste présomptueux à l’extrême de leur part (ils se croient indispensables !), en plus d’être inquiétant (ils n’ont rien de nouveau à proposer et cherchent des sous !).

avatar vincentn | 

@pim

En espérant que tu n'aies pas raison. Ce serait effectivement assez machiavélique et petit.
Surtout que leur solution est élégante et possède encore une très belle marge d'évolution.

avatar BLM | 

«Les anciens utilisateurs sont libres de rester sur cette version»
Pas vraiment: avec le dispositif de mise à jour [quasi] automatique intégré à iOS/MacOS, difficile – un jour qu'une dizaine ou plus de mises à jour sont proposées, et vue l'époque ça va tomber comme hussards à Gravelotte – de ne pas parce qu'on est pressé appuyer sur "tout mettre à jour" et se retrouver avec la version abonnement d'Ulysses.

avatar vincentn | 

@BLM

Dans le cas présent, si. Soulmen a retiré les versions sans abonnements des stores pour y mettre à la place les versions avec abonnements qui sont considérés comme des logiciels différents et nouveaux alors que l'unique différence est le mécanisme d'abo.
Les numéros de versions ne sont d'ailleurs pas les mêmes, version 11 avec abo, 2.8.3 sans.

D'où le potentiel problème en cas de bug de dernière minute avec HS et iOS 11 lors de leur lancement.
Il sera tout simplement impossible de mettre à jour les versions sans abo, celles-ci n'existant plus sur les stores.
Bref, procédé très cavalier de leur part, outre que le fait que cette version avec abo n'apporte strictement rien de nouveau.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR