Ulysses passe à l’abonnement, c’est grave docteur ?

Christophe Laporte |

Après des mois de réflexion, l'équipe d'Ulysses a décidé d'adopter l'abonnement comme modèle économique. Comme à chaque fois qu'un éditeur annonce une telle décision, on a le droit à un véritable tsunami dans les commentaires. Argent trop cher ! On connait la ritournelle.

Moi non plus, je n’aime pas payer

C’était l’une des grandes annonces de la WWDC 2016 : Apple allait encourager la mise en place de ce modèle économique dans ses boutiques en ligne. Beaucoup auraient préféré qu’Apple opte à la place pour un mécanisme de mise à jour payante.

De mon point de vue, le coup des mises à jour payantes s’apparente à une fausse bonne idée, et ce principalement pour trois raisons :

  • Cela aurait inévitablement ajouté une couche de complexité aux App Store d’Apple. Et leur succès tient avant tout dans leur simplicité d’utilisation.
  • Les mises à jour payantes, c’est le développement à la papa. Il fut une époque où les éditeurs revoyaient de fond en comble leurs logiciels tous les deux ou trois ans. A l’époque où les principaux navigateurs web sont mis à jour toutes les trois ou quatre semaines, ce modèle apparait dépassé. On est entré depuis longtemps dans la logique de la nouveauté permanente. Même Apple s’y est mise. Pensez donc, elle s’est autorisée à changer de système de fichiers lors d’une mise à jour mineure d’iOS 10 !
  • Ce système de mise à jour payante, beaucoup de (mauvais) éditeurs en ont abusé. Je pense notamment à Realmac (Typed.com, Ember…) pour n’en citer qu’un.

Apple n’a rien inventé quand elle a décidé de mettre le paquet sur les abonnements. C’est la grande tendance de fond dans l’industrie du logiciel. Cela peut se comprendre d’un point de vue économique (si on se met à leur place bien entendu).

TextExpander. Cliquer pour agrandir

Au passage, le traitement réservé par le grand public aux petits éditeurs sur cette question me dérange un peu. Ils sont systématiquement (sans distinction) trainés dans la boue, peut-être plus durement que si c’était Adobe ou Microsoft, qui ont adopté cette pratique voilà plusieurs années déjà. Il est vrai cependant que ces gros éditeurs dominent leurs marchés respectifs : on peut contester leur modèle économique, mais il est difficile de se passer de leurs logiciels.

Comme beaucoup, il y a des outils que j’utilisais au quotidien qui ont adopté l’abonnement. Cela m’a poussé à reconsidérer l’utilisation que j’en faisais. C’était le cas de TextExpander, une application que j’ai utilisée au quotidien pendant plusieurs années. Qu’ai-je fait quand j’ai appris que TextExpander allait me demander quelques dollars tous les mois ? J’ai rapidement décidé de mettre cette application à la corbeille. Je n'en avais tout simplement pas une utilisation assez poussée.

À la rédaction, je vois certains de mes collègues dont la barre de menus a été victime d’une poussée d’acné : toujours plus d’applications, toujours plus de services.... Et au final toujours plus de processus qui tournent en tâche de fond qui au final finissent par taper dans les ressources de la machine. Sans parler de la stabilité…

Alfred.

À l'inverse, dans le choix de mes applications, j'ai adopté la méthode « Jony Ive » : en faire plus avec toujours moins. C'est à Alfred que désormais incombe la responsabilité de faire de la substitution automatique de caractères. Je m'en sers également (entre autres) pour ses fonctions de presse-papier évolué ou encore pour lancer des scripts. Dans mon cas, Alfred remplace à lui seul 4 ou 5 applications.

Il va sans dire que si son éditeur en arrête le développement, je suis dans de beaux draps. À l’inverse, s’il décide de passer à l’abonnement, cela ne me poserait strictement aucun problème (tant que le prix est raisonnable) de mettre la main au porte-monnaie.

Ulysses : une histoire remarquable en tout point

Il y a beaucoup d’éditeurs qui râlent contre les défauts des App Stores, et plus particulièrement du Mac App Store. D'après mon expérience, ce sont souvent les mauvais. C’est cruel à dire, mais c’est ainsi.

Attention, je ne suis pas aveugle, je connais les défauts des plateformes d’Apple, leur lourdeur, le système de validation pénible (tenez, la dernière mise à jour d’iGeneration a été retoquée en raison d'une capture de l'app Apple Watch montrant une actu sur iOS 11)... mais il y a ceux qui arrivent à faire fi de tout cela et ceux qui n’y arrivent pas.

Cliquer pour agrandir

On n’a jamais entendu les équipes de développement d’Ulysses, de Pixelmator, d’Affinity Photo ou de PDF Expert se plaindre pour un oui ou pour un non de la politique d’Apple. Ces gens ont mieux travaillé que les autres et ont gagné beaucoup d'argent.

Le cas d’Ulysses est très intéressant à bien des égards. J’utilise cette application au quotidien et j’y suis sincèrement très attaché. C’est typiquement ce genre d’applications qui fait que j’utilise encore des produits Apple. Il y en a d’autres comme Alfred que je citais plus haut, Things ou encore Tweetbot, pour n’en citer que quelques unes. Elles ont toutes comme point commun de pousser chaque point de détail à l’extrême. Un souci quasiment maladif du logiciel qui me fait rester sur les plateformes d'Apple. Si la qualité des logiciels tiers était globalement meilleure sur une autre plateforme, je n’aurais aucun état d’âme à switcher. Au passage, je suis toujours surpris par les gens qui utilisent leur Mac comme un PC avec exactement les mêmes outils mais avec macOS au lieu de Windows. Mais c’est sans doute une question d’appréciation.

Cliquer pour agrandir

Pour en revenir à Ulysses, succès aidant, cet éditeur emploie un peu plus d’une dizaine de personnes. C’est devenu même l’un des symboles (certes modeste) de réussite d’une ville en plein renouveau, Leipzig. Les logiciels ne s’écrivent pas encore tout seul. C’est un détail qu’on a tendance à oublier. Surtout pour ce type d’applications qui s’adresse malgré tout à une niche.

L’intention des responsables d’Ulysses est louable : s’assurer une pérennité financière pour qu’ils puissent continuer à faire ce qu’ils savent faire le mieux : un éditeur innovant et efficace pour tous ceux qui écrivent beaucoup de texte. C’est pour nous utilisateurs une attention beaucoup plus louable que ces éditeurs qui nous ont promis monts et merveilles et qui ont fermé boutique dès la première offre de rachat arrivée sur le bureau. Sparrow, cela vous rappelle quelque chose ?

L'écran de démarrage d'Ulysses sur macOS — Cliquer pour agrandir

L’un des mérites d’Ulysses et de bon nombre d’éditeurs qui ont réussi sur les App Store d’Apple, c’est de ne pas avoir succombé à la guerre de prix que se livrent certains de leurs concurrents. Ulysses, c’était 45 € dans sa version Mac et 25 € dans sa version iOS. Cela faisait un pack à 70 €. C’est sans doute ce prix qu’il convient de comparer par rapport au prix de l’abonnement : 29,99 € par an pour ceux qui possèdent déjà l’application et 45 € pour les nouveaux clients.

Le prix pour les nouveaux clients est sans doute un peu élevé. Mais en même temps s’il s’agit d’un outil sur lequel vous passez plusieurs heures par jour, un outil qui vous permet de gagner votre vie, est-ce si cher que cela ?

Par contre, de mon point de vue, la grosse maladresse de l’équipe d’Ulysses est, en plus d'une annonce en plein milieu du mois d'août, de ne pas avoir accompagné cette annonce d’une mise à jour majeure, d’une feuille de route ou encore d’une présentation détaillée de la prochaine version. Ce qui est très désagréable et maladroit dans cette affaire, c’est qu’on a l’impression de payer à la caisse sans contre-partie. Nul n’est parfait !

Image une : CafeCredit, CC BY 2.0


avatar Hertzfield | 

Torrent

avatar Jymini | 

@Hertzfield
Clonage de ta carte bleu par le commerçant et réutilisation à l'infini.
Comme il est délicieux de s'escroquer les uns les autres. Je partage aussi de ton état d'esprit ;-)

avatar Hertzfield | 

@Jymini

N’imp

avatar Hertzfield | 

@Jymini

Et ce n’est pas de l’escroquerie, c’est du partage.
Psssst... Si tes copains te prêtais des VHS, DVD, BR, c’est du partage et c’est illégale aussi.
J’ai aucun remords a a DL des films, musiques etc...
les Majors, Univer-sale et compagnie se font déjà pas mal de pognon.
Avoir que 2 piscines remplis d’or au lieu de 3 c vraiment dommage.

avatar Shralldam | 

@Hertzfield

Oui ! D'ailleurs c'est bien connu qu'en réalité dans les entreprises c'est le patron qui prend tout l'argent, les employés ne sont pas payés.

avatar BleuRooster | 

@Shralldam

Payer au minimum

avatar C1rc3@0rc | 

Ben dans l'industrie du divertissement c'est bien ça le modele: un systeme d'exploitation pyramidal des plus pervers, avec quelques tetes de vedettes surpayés pour faire rever les autres, des publications de revenus indecents pour faire toujours rever l'exploité et le cynisme absolu des cercles superieurs qui savent bien que plus ul y a d'exploités plus ils ont du pouvoir et des moyens... la seule difference avec les systemes pyramidaux en general, c'est que c'est legal...

«C’était l’une des grandes annonces de la WWDC 2016 : Apple allait encourager la mise en place de ce modèle économique dans ses boutiques en ligne. Beaucoup auraient préféré qu’Apple opte à la place pour un mécanisme de mise à jour payante.»

Faut comprendre Apple: toutes les autres techniques d'obsolescence programmée et de mise en captivité du client sont identifiées et denoncées, fallait bien trouver autre chose, et la le coup est magistral: ce sont les editeurs qui deviennent le nouveau relai de developpement de l'obsolescence programmée avec cerise sur le gateau qu'ils croient qu'ils en seront beneficiaires!

Apple se microsoftise de plus en plus.

avatar W01fman | 

@Hertzfield

C’est exactement cet esprit du « avoir toujours plus pour toujours moins » qui est complètement idiot. En agissant comme ça tu ne réalises pas que ce ne sont pas que des grandes compagnies que tu égratignes (ça, a la limite, on s’en fout), ce sont des petits éditeurs / créateurs que tu pousses à mettre la clé sous la porte. En téléchargeant, tu rends les gros toujours plus gros et les petits toujours plus petits. Et en définitive tu subis ta propre politique sur le long terme en réduisant de plus en plus tes choix.

avatar C1rc3@0rc | 

@W01fman

Totalement faux!
si comme tu le reconnais l'impact est nul sur le benefice des majors, l'impact est egalement nul pour les "petits", pour la raison simple que leurs produits sont rarement presents sur les plateformes et parce que le principal facteur de disparition de ces petits ce sont... les pratiques anticoncurentielles mises en place par les majors!

On peut reprendre le debat, mais ce qui a fait disparaitre les disquaires c'est pas le MP3 sur emule, ils avaient deja quasi disparu face aux FNAC et autres vecteurs de grande distribution des groupes de divertissement.
Pareil, pour les bouquinistes et libraires, ce n'est pas l'epub qui les a condamné, ce sont les cartels des editeurs et de GD comme Amazon.
Et si on considere les salaires des techniciens, inge de prod, ils ne se sont pas degradés depuis l'emergence du MP3, de l'AVI ou de l'epub... ils ont toujours ete payé au lance-pierre par des majors d'une industrie qui ecrase les "createurs" et "technicien" pour faire toujours plus de benefice...

avatar Duga95 | 

@Hertzfield

Ce qui est assez intéressant c'est :
1- de croire que tout le monde est milliardaire parce qu'il vend un produit

2- de n'avoir aucun scrupule à "voler"

Je ne sais pas ce que vous faites dans la vie mais je n'aurai également aucun scrupule à "voler" Le produit/service de votre boite. Apres tout, vous devez avoir 3 piscine remplies d'or.

Si vous estimez le produit trop cher, vous ne l'utilisez pas. C'est assez simple en fait. Personne ne vous pousse à l'utiliser. Volez vous des Mercedes ou Audi ? Elles sont pourtant très cher...

avatar Hertzfield | 

@Duga95

J’estime juste que c’est du foutage de gueule.
Ni plus, ni moins.
Une boite peut pas prendre des users en otages car elle ne sait pas gérer son fric, l’abonnement, c’est comme se faire plagier par Google, c’est la dernière étape avant le sapin.

avatar pat3 | 

@Hertzfield

"Psssst... Si tes copains te prêtais des VHS, DVD, BR, c’est du partage et c’est illégale aussi."

Non. C'est parfaitement légal, c'est un usage dans le cercle familial, qui a toujours été légal. Ce qui est punissable, c'est le recel : copier en masse pour revendre (CD/DVD), ou redistribuer en masse (P2P).

avatar bibi81 | 

Non c'est bien illégal. Le cercle familial se limite à ceux qui vivent sous le même toit !

avatar Hertzfield | 

@bibi81

Merci, je commençais à croire que c’était la compétition du plus con.

avatar Hertzfield | 

@pat3

J’espère que tu traverses aux passages cloutés.
Tu manges 5 fruits et légumes par jour.
Tu fais le tri dans les poubelles.
Tu fais 10k pas par jour.
Tu bois 2L min par jour.

Mon dieu, mon pauvre ami.
Pitoyable.

avatar C1rc3@0rc | 

@pat3

+1

Rajoutons que le seul vrai piratage qui est préjudiciable, c'est celui effectué par les usines chinoises ou sont produits les stock officiels et dont les produits sont vendus en masse sur les marchés en Chine, en Europe, en Amériques,... et derrière, y a des mafia qui font des bénéfices sur la vent du produit, la copie illegale similaire a la copie commerciale.

Dans le cas du sharing, il n'y a pas de revente, donc pas de bénéfice sur le produit!

avatar Lestat1886 | 

@Hertzfield

Tu dois pas encore travailler toi...

Et puis cette vision simpliste de gros studios grosses boites= monstre pfff c limite crise d'adolescence

avatar Hertzfield | 

@Lestat1886

Je suis ingé pour une très grande société.

Je t’avais écrit un long commentaire mais en fait je perds mon temps avec des gens comme toi.

??

avatar alan1bangkok | 

pas de torrent pour moi mais passage a Linux en complément de mon MBA11 tout comme mon Huawei P10 lite supplante mon iPhone 6
transition piano sano donc

avatar pat3 | 

@alan1bangkok

"pas de torrent pour moi mais passage a Linux en complément de mon MBA11 tout comme mon Huawei P10 lite supplante mon iPhone 6
transition piano sano donc "

Tu me diras quels sont les Ulysses,
Affinity, Pixelmator ou Scrivener de Linux…

avatar Hertzfield | 

@pattye

The GIMP, VIM ?
Bref je suis sur que sous GNU/Linux y a pas mal de choses.

avatar Tupilaq | 

Le système d'abonnement n'est pas pénible en soi, c'est son extension à de nombreuses apps qui l'est. Concernant Ulysses par exemple, même avec la promo à 29.99 / an, autant prendre un abonnement Setapp qui intègre Ulysses (pour le moment), avec beaucoup d'autres apps dont certaines excellentes (CleanMyMac, Downie, iStats, Chronosync, iFlaick, etc.), pour à peine plus de 10€ par mois.
C'est certainement ce que je ferai à la prochaine mise à jour majeure de l'une de ces apps qui me sont indispensables.

Je ne serai pas étonné qu'Apple finisse par proposer la même approche que Setapp avec des bundles pour rafler le marché...

avatar macstaw | 

@Tupilaq

Bonjour,

Je suis assez d’accord, je suis utilisateur de setapp et globalement je m’y retrouve, d’autant plus que le nombre d’applications disponibles augmente et que ce sont souvent des logiciels de qualité.

Mais voir Ulysses succomber à l’abonnement (je ne sais pas combien de temps il restera sur setapp, ou alors dans la version précédente), m’a fait me réinterroger, notamment du fait que Ulysses n’est pas multimarkdown (pas de TOC, tables…).

Du coup j’essaye une autre solution, combinaison de deux applications :
- Typora - gratuit
- Marked 2 - disponible sur… setapp.

avatar JonasL | 

Merci pour cet article. Je trouve également l'abonnement un excellent moyen de rémunérer les créateurs de produits. Tant que le produit évolue et se perfectionne et qu'on en a l'usage, on paie un abonnement. Le jour où le produit arrête d'évoluer, c'est que l'équipe n'y travaille plus, et qu'il y a de fortes chances qu'un nouveau produit viendra remplir le gap qui se sera créé dans ce marché.

Du point de vue de l'utilisateur c'est bien aussi, très flexible. Par exemple, jusqu'ici, j'utilise Evernote. Du fait que Ulysses passe à l'abonnement, je me sens plus libre de l'essayer pendant quelques mois sans investir trop. Si ça me plaît, je continue là et je résilie Evernote.

avatar vrts | 

et le jour ou tu devras rouvrir des vieux docs realises avec une app en abonnement (et format de fichier proprietaire) mais que la boite a fait faillite entre temps, tu fais quoi ? tu sais ce moment ou tu as perdu ton job et que tu dois te refaire un portfolio sur le boulot fait ces 10 dernieres annees...

youpi.

avatar JonasL | 

Eh bien ce serait une belle et juste punition pour tout imprudent qui ne fait pas de sauvegarde de temps en temps en format ouvert.

avatar Bruno de Malaisie | 

Si je comprends le principe de l'abonnement, je trouve le prix demandé par Soulmen bien trop élevé. Mais je ne suis pas dans la tête de cible...
J'ai eu payer pour Evernote par le passé, j'ai aujourd'hui un abonnement avec Bear Pro.
Mais même pour cette dernière (Bear est excellent), je vais tenter de la remplacer par l'application Notes native, bien qu'elle ait des lacunes (lacunes dont je vais essayer de m'accommoder)...

Pour moi, l'abonnement pose aussi la question de qu'est-ce que l'on fait si on souhaite arrêter de payer.
Qu'en est-il de tous les documents si l'on ne paye plus?
On perd tout? I'll faut les transférer autant que possible se peut. C'est la raison pour laquelle j'ai arrêté avec Evernote, trop fermé.
C'est la course à l'échalote sans fin... Et cela me plait moyen....
Je suis d'accord par contre pour payer plein pot pour Things 3 pour iPad et iPhone....

avatar patrick86 | 

"Pour moi, l'abonnement pose aussi la question de qu'est-ce que l'on fait si on souhaite arrêter de payer.
Qu'en est-il de tous les documents si l'on ne paye plus?"

Vous soulevez là un point majeur et pourtant très souvent absent du débat : la pérennité des données.

Là, l'abonnement dans la forme la plus courante s'apparente à un enfermement de l'utilisateur. Vous cessez de payer votre abonnement ? Vous perdez l'usage complet de l'outil ET l'accès à vos données si elle ne sont pas stockées dans un format standard, intéropérable et à un emplacement accessible.

Je comprends le rejet de cette forme d'abonnement, en cela qu'il donne fortement l'impression de faire payer l'utilisation de logiciel, plus que sa production. Payer un abonnement pour un service régulier (connexion Internet, téléphone…), ok. L'utilisation régulière de ma connexion Internet implique un coût régulier pour mon FAI. Je lui paie un abonnement régulier.

Mais avec un logiciel, que je sache, l'utilisation régulière — ou même irrégulière —, d'une app qui fonctionne localement sur mon ordinateur, n'implique pas un coût régulier pour l'éditeur/développeur. Le coût pour le développeur est bien plus corrélé au travail qu'il fourni, qu'à mon utilisation de son résultat. Que j'utilise l'app 2 ou 6 heures par jour, quelle impact sur le coût de son développement ?

Ainsi, je trouve que le paiement "unique" avec mises à jour et support pour une durée déterminée, mais utilisation — de la dernière version obtenue — sans limite de durée, est beaucoup plus équilibré, acceptable et compréhensible.

Par exemple, avec les outils Adobe, quid du graphique qui prend sa retraite, mais souhaite pouvoir reprendre et entreprendre quelques travaux de temps à autre, pour son plaisir personnel, sans avoir besoin de nouveautés régulières comme lorsqu'il exerçait professionnellement ?

La question de portabilité des données s'est toujours posée, particulièrement avec les logiciels propriétaires (souvent enclins à utiliser des formats spécifiques et peu ouverts), mais elle se pose plus que jamais avec le logiciel sous abonnement.

avatar byte_order | 

> Je comprends le rejet de cette forme d'abonnement, en cela qu'il donne
> fortement l'impression de faire payer l'utilisation de logiciel, plus que sa production

Oui. Derrière le marketing du mot "abonnement", en fait c'est de la location de service applicatif sur votre propre matos.

Autant j'accepte très l'idée de n'avoir aucune garantie sur du logiciel, et donc n'avoir rien à pouvoir exiger après l'achat, et donc j'accepte l'idée de payer un service *après-vente* pour, justement, rémunérer la correction de bugs, de support, etc, autant payer pour utiliser dans le temps quelque chose qui utilise mes propres ressources et mon temps pour fournir le dit service, non.

avatar pat3 | 

@Bruno de Malaisie

"Pour moi, l'abonnement pose aussi la question de qu'est-ce que l'on fait si on souhaite arrêter de payer.
Qu'en est-il de tous les documents si l'on ne paye plus?"

Dans le cas précis d'Ulysses, les documents sont enregistrés sur ton disque dur (même s'ils sont synchronisés), et si tu les as bien enregistré en Markdown, n'importe quel éditeur de texte les lira.

avatar iOsIsFlying | 

Merci pour cet article de fond, très agréable à lire.

avatar BleuRooster | 

Le budget "Internet/Service" devient intenable

Apple Musique: 9,99€/Mois
iCloud: 2,99€
NetFlix: 11,99€/Mois
Office: 8,25€/Mois
Adobe: 23,99€/Mois

=57,21€

Internet Fixe: 24,99€
Forfait Mobile: 42,99€

=67,98€

Total: 125,19€/Mois ou 1502,18€/Ans

Tout les deux ans changement d'iPhone 1000€, tout les 5/6ans changement de mac 2000€ faut arrêter!

avatar frankm | 

C'est une façon pour eux de limiter le piratage de leurs apps etc.

avatar AirForceTwo | 

Qui sait, on va peut-être finalement en revenir à la façon dont consommaient nos parents : acheter selon ses moyens.

Si on n'a pas l'argent pour quelque chose, on n'achète pas et on se serre la ceinture. Maintenant, tout le monde, peu importe ses moyens, possède un smartphone. On pourrait imaginer qu'une personne avec un revenu modeste se contente d'un téléphone ordinaire, ne s'abonne pas à Netflix, ne s'abonne pas à la musique en ligne, se contente de LibreOffice et prenne un forfait mobile bas de gamme ?

C'est vrai que l'offre de consommation actuelle fait vraiment envie, et on est à une époque où l'on ne se prive plus. Pourtant, ça ne peut pas fonctionner ainsi.

avatar iPop | 

@BleuRooster

Si vous prenez iCloud, Office vous est inutile, ça vous fait déjà des économie.

avatar patrick86 | 

"Si vous prenez iCloud, Office vous est inutile"

Hein ? Si je loue du cloud, alors une suite bureautique m'est inutile ? ?‍♂️

avatar docdav | 

@BleuRooster

Je ne connais pas ta situation mais ça semble confus entre perso et pro (iCloud perso 2.99, Netflix ; et Adobe office mobile à 45€)

Abonnement iCloud : est-il nécessaire ?
Une meilleure gestion de ses données ou Un iPhone plus gros à l'achat, ou un HD USB si le tien est trop petit, car l'abonnement à 2.99 ne permet pas grand chose.

Abonnement Office 365.

Quelle utilité ?
Office normal est suffisant, à part pour le partage "évolué", mais si c'est pour le boulot alors fait payer le boulot ou utilise office au boulot et log toi sur ton mac par le web ou utilise Pages gratuit quand t'es pas au boulot.
Mais payer ça en perso je ne vois pas pourquoi.

Abonnement mobile 45€. Il y a bien moins cher.

Abonnement Adobe.
Si t'es pas pro de la photo Photoshop peut être remplacé par moins cher et aussi performant.
Et LR s'achète à l'unité.
Si c'est pour Acrobat, avoir Acrobat n'est utile que pour des pro qui font de la publi ou des formulaires.
Pro donc frais pro.

D'ici et delà, je vois souvent certains se plaindre de tarifs de logiciels pro, mais ils ne sont pas pro.
Faut assumer.
Pour taper des courriers pour la banque ou l'assurance on n'a pas besoin de Word et Acrobat.
Pour recarder 3 photos et retoucher une tâche iPhoto (j'aimais ce nom qui permettait de savoir de quoi on parlait) fait le boulot.

Il y a tellement de logiciels qui font l'essentiel dont on a besoin et gratos.

avatar r e m y | 

https://www.ulyssesapp.com/pricing/

Les nouveaux clients c'est 40€/an... je ne sais pas comment ils calculent que les anciens bénéficient de 50% de réduction avec un tarif à 30€/an.

avatar Nicolas Furno | 

@ r e m y :

C’est 50 % du tarif mensuel, mais on ne peut payer qu’à l’année. Oui, c’est un petit peu tordu et même limite honnête pour le calcul.

avatar r e m y | 

@nicolasf

Abo annuel [-50%]
Remise permanente sur le tarif annuel

La "promesse" est on ne peut plus claire! N'appliquer que 25% de réduction sur le tarif annuel est PLUS que limite.

avatar r e m y | 

@r e m y

Soulmen me confirme que ce n'est pas une erreur. Le rabais sur l'abonnement annuel n'est que de 25% mais si on regarde en coût mensuel c'est 50% de moins qu'un abonnement mensuel...

C'est vraiment de l'enfumage de première! Ce n'est pas un abonnement mensuel (renouvelable ou résiliable chaque mois) qui est proposé, mais bien un abonnement d'une année complète! La comparaison avec le coût de l'abonnement mensuel n'a donc pas lieu d'être, ce n'est pas la même offre!

Comment leur faire confiance sur le reste avec de telles pratiques dignes des pires camelots!

avatar byte_order | 

Magnifique promotion mensongère, donc, qui tente l'allécher le chalant avec une réduction faussement présentée de -50% alors que c'est -25%.

avatar LaurentR | 

Allegorithmic (Substance Painter) a choisi un modèle d'abonnement plus souple. Au bout d'un an de paiement, l'abonné conserve la dernière version qu'il a reçu même si il ne renouvelle pas. On peut se servir souvent d'un logiciel sans avoir besoin des dernières fonctionnalités, non ?

avatar hledu | 

Je suis assez en phase avec cet article qui, contrairement à une tendance bien installée, prend un peu de recul par rapport à notre utilisation de nos ordinateurs. Il vaut mieux n'utiliser que quelques logiciels performants, et bien les utiliser, et rémunérer leur créateur pour aider à leur évolution, que papillonner sur une multitude de logiciels pour au final être très peu efficace. Les utilisateurs et utilisations sont suffisamment variées pour que tout le monde y trouve son compte, y compris l'innovation. Mais voilà, certains se sont installés dans le toujours plus pour toujours moins. Une vision évidemment de court terme... comme on les aime aujourd'hui.

avatar switch | 

Merci pour cet article plein de bon sens, dont l'élément clé est "tant que le prix est raisonnable".
Passer à la caisse tous les 1 à 2 ans pour quelques euros a dizaines d'euros est tout à fait supportable si le besoin est réel et l'appli bien réalisée.
Ce qui n'est pas apprécié ce n'est pas tant la "captivité" (on est toujours dépendant des OS, applications et formats de fichiers au final ) que le fait de se sentir considéré comme une vache à lait avec des tarifs qui ne font qu'augmenter au fil du temps (Quark Xpress en fut un bon exemple...)
Comme tout produit vendu "en masse", le prix d'une appli pourrait être dégressif au fil des mois/années, au fur et à mesure de son "amortissement" chez l'éditeur, voire devenir gratuit quand une version majeure ou totalement re-écrite sort.

avatar Danny Wilde | 

Merci pour cet excellent article tant sur le fond que sur la forme.

J'aime bien ces analyses que je lis avec plaisir (trop peu à mon goût) sur MacG.

Plutôt que la enieme news ou photos sur l'IPhone 8, j'ai arrêté avec ces fuites bidons (ou pas ? ) que l'on voit à en plus finir sur tous les sites . Meme Le Point et Le Figaro en parle !! C'est dire !

De la qualité Messieurs ! D'ailleurs, il n'y a pas bcp de filles à MacG ou je me trompe ?

Bravo encore à l'auteur !

avatar marenostrum | 

vas à Instagram pour trouver les filles. elles s'en fichent de l'informatique.

avatar Florian Innocente | 

Olivier S : De la qualité Messieurs ! D'ailleurs, il n'y a pas bcp de filles à MacG ou je me trompe ?

Il n'y en a pas effectivement.

avatar Vaudan | 

Le problème c'est aussi l'usage qu'on en fait au quotidien si on considère qu'un Word s'utilise souvent le prix se justifie plus facilement que payer par mois un logiciel merveilleux de suppression de doublon qu on utilisera qu'une fois l'an

avatar l3aronsansgland | 

Ils ont annoncé sur Twitter travailler sur une grosse mise à jour qui devrait arriver prochainement. Ils évoquaient aussi la creation de tables (peut-être directement disponible pas dans la prochaine màj). D'ailleurs ça râle sec sur Twitter d'après ce que j'ai vu.

Oui, on peut justifier le prix par l'équivalent d'une bière par mois. Ce qui me dérange c'est qu'entre Netflix, Spotify, Word, Ulysses, MacG (même si c'est avec plaisir), ça devient vite un tonnelet plutôt qu'une bouteille. Alors oui, c'est mon choix. Mais je réfléchis énormément avant de souscrire à un abonnement alors que je suis plus capable d'acheter un logiciel payant sur un coup de tête. Peut-être que la notion de propriété est importante à mes yeux je pense.

De plus, un nouveau logiciel payant pousse le développeur à innover. Tandis qu'un système d'abonnement lui assure une certaine pérennité sans être pressé de se réinventer. D'habitude, un consommateur acheté ce qu'on lui propose, pour autant que ça lui plaise. À présent, il paye et doit faire confiance au développeur pour que ce dernier lui propose des fonctionnalités interessante.
L'utilisateur est alors pris en otage et n'a pas la possibilité de savoir pour quoi il paye exactement.

Sur le principe, je préfère acheter une nouvelle application du développeur, si cette dernière apporte des nouveautés que je trouve intéressante, plutôt que le système d'abonnement.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR