Munich réfléchit à remettre Microsoft en selle après 10 ans de logiciels libres

Florian Innocente |

Depuis presque 10 ans, la municipalité de Munich a migré la majorité de ses postes informatiques de Windows vers des solutions libres. Aujourd’hui, un rapport pose la question de revoir cette politique et de donner aux utilisateurs le choix de revenir sur Windows.

L’Hotel de Ville de Munich

20 000 postes environ tournent aujourd’hui sur “LiMux”, une version adaptée d’Ubuntu — Munich a dû financer des développements de module lorsque c’était nécessaire — et la suite office a été troquée par son équivalent OpenOffice puis LibreOffice. Un peu plus de 4 000 postes sont sur Windows, notamment pour des raisons de compatibilité avec les applications utilisées.

Un programme de modernisation des équipements en place, avec un investissement de 18,4 millions de dollars sur quatre ans, suggère de laisser les utilisateurs qui le souhaitent passer sur Windows et Microsoft Office, explique TechRepublic.

Le gros des personnels est satisfait de l’environnement existant, mais certains services, comme celui des ressources humaines de la ville, est particulièrement sévère dans son bilan. Il y est fait état de mécontentements des utilisateurs qui persistent encore aujourd’hui, de problèmes de lecture de fichiers PDF, d’impression, de plantages, d’une productivité moins bonne. Le tout sur fond d’une dépendance de la ville pour des solutions de SAP et Oracle qui, de toute façon, fonctionnent mieux ou seulement avec Windows.

Une partie de ces problèmes est aussi la conséquence d’un parc hétérogène et ancien, que ce soit sur le matériel ou le logiciel. La version d’Ubuntu utilisée (12.04) a quatre générations de retard, quant à Windows c’est la version 7 qui domine à 77%, le reste étant un agrégat de XP, Vista et 2000.

Certains, comme la Free Software Foundation Europe regrettent que ce rapport de 450 pages ait été rédigé avec l’assistance du cabinet Accenture, avec qui Microsoft est en affaire. Les Verts, au sein du conseil municipal défendent, le maintien des solutions libres, arguant qu’aucun système n’est exempt de défauts et qu’il s’agit d’abord de problèmes d’adaptations après une longue habitude de Windows.

Ces difficultés recensées dans ce rapport mettent en exergue la nécessité d’employer des logiciels détachés de toute dépendance à une plateforme en particulier. De recourir par exemple le plus possible à des solutions fonctionnant au sein de navigateurs web. Cependant, aucune décision ne sera prise dans l’immédiat, le sujet étant particulièrement complexe.

avatar DotMac | 

Encore une preuve que seuls les pauvres aiment Linux et les logiciels libres...

avatar lolo-69 | 

Je suis loin d'être un fan de Linux, mais votre post dégage une suffisance et un mépris bien nauséabonds.

avatar copoli | 

@dotmac
Je ne vois pas le rapport entre la pauvreté et linux. Ce genre de commentaire méprisant ne fait pas avancer le débat. La ville de Munich doit faire de sacrer économie en passant par le libre. C'est le contribuable qui doit être content.

avatar qwertiste | 

investir dans du windows en 2016!?!?
il y en a qui ont vraiment le nez fin! (ou un bonus peut-être ?)
il vont aussi acheter des smartphones windows ou passer à Blackberry ?
non, je me moque mais je les comprends, il n'y a vraiment aucun jeu sous linux, les journées doivent être longues

avatar RyDroid | 

Il y a des jeux sous GNU/Linux. Si on aime le retro-gaming, il y en a pléthore avec les émulateurs libres (dont la Wii avec dolphin-emu et la PS2 avec PCSX2). Il y a aussi des jeux libres, comme SupterTuxKart, Mintetest, Battle of Wesnoth, Warmux, Newton Adventure, ou Plee the Bear. Steam a apporté pas mal de jeux et il y a les Humble Bundle. Il y a également WINE pour faire fonctionner des jeux Windows sans émulation ou virtualisation.
Pour ce qui est de la ville de Munich, je doute qu'il y ait un besoin de jeux vidéos.

avatar _mabeille_ | 

et les personnes assez calées pour faire vivre leurs environnement.
le prix d'acquisition n'est pas tout certes chez Apple on le sait bien.
mais plus cher ne veut pas non plus dire mieux.

avatar Wolf | 

Il était temps de s'apercevoir que ces logiciels "libres " sont une perte de temps et d'argent ( oui, oui, ça coûte plus cher d'avoir des logiciels "gratuit" que standard)

avatar patrick86 | 

"ça coûte plus cher d'avoir des logiciels "gratuit" que standard"

hum 🤔 quelque chose dans cette phrase ne veut rien dire.

Depuis quand un logiciel gratuit ne pourrait être standard ? Et en quoi un logiciel serait standard parce qu'il est payant ?
Pis c'est quoi, un logiciel standard ?
Il y a une certification ISO qui désigne un traitement de texte particulier comme étant le standard ?

avatar ever1 | 

Sur quoi vous basez-vous pour faire une telle affirmation ?
L'essentiel des nouvelles entreprises tech s'appuient essentiellement sur des solutions opensource.
En leader, google, facebook, uber, twitter, airbnb... Le genre d'entreprise qui genere bien plus de data que l'ensemble du cac40.
Meme les banques font tourner leurs strats avec des softs opensource.

avatar awk | 

@ever1
Serveurs et clients : situations différentes

avatar ever1 | 

je suis pas vraiment d'accord, linux coté client peut etre un succés si on part d'une base neuve sans antécédents avec d'anciennes apps. Ubuntu est suffisamment bien fait et stable pour répondre à l'essentiel des besoins. Aujourd'hui Ubuntu ça marche souvent out of the box.
Je conçois que ça peut être difficile pour des personnes non-habituées, mais c'est une question d'éducation.

Ensuite je répondais à la remarque de Wolf: "Il était temps de s'apercevoir que ces logiciels "libres " sont une perte de temps et d'argent "
Pour moi c'est une généralité sans fondement, il englobe aussi bien coté desktop que serveur.

avatar awk | 

@ever1

La messe est dite depuis longtemps, c'est aujourd'hui un combat d'arrière-garde dont presque tout le monde se fiche.

GNU\Linux sur le poste client restera une micro-niche

avatar bonnepoire | 

Tu as tout dit: éducation!

avatar marc_os | 

@ever1
« Ubuntu ça marche souvent out of the box »

Là est le problème.
Si ça marche "souvent", alors ça veut dire que souvent ça ne marche pas "out of the box" !

avatar SerArien | 

Les entreprises "tech" que vous citez sont des mauvais exemples.
D'une part à part leurs serveurs, toutes doivent utiliser windows ou mac, mais elles ne fournissent que des services. De quoi ont elles besoin, de coder ?
La majorité des entreprises ont besoin de traitement de texte, de cao, de montage video, et je ne sais quoi d'autre.
Pour avoir essayer des logiciels libres ou gratuits, on est à des années lumières de la productivité que l'on peut avoir sur des logiciels développées par des centaines d'informaticiens à plein temps.
Donc oui, je confirme que la logiciel libre est peut être bien pour une utilisation privée, mais mis à part pour quelques cas particuliers est bien moins efficace que le payant.

avatar RyDroid | 

75% du développement du noyau Linux n'est pas fait par des bénévoles. Red Hat est une entreprise qui paye des gens à plein temps pour faire du logiciel libre. Des gens sont payés par The Document Foundation pour LibreOffice. AOSP (Android Open Source Projet) est libre (hormis des pilotes et firmwares), mais ça n'empêche pas Google de payer des gens pour l'améliorer.
VLC est probablement le lecteur vidéo le plus utilisé au monde. Firefox n'est clairement pas à "des années lumières" de Chrome, Edge et Safari. Il ne faut pas généraliser.
De plus, un logiciel libre peut être payant, et un logiciel gratuit peut être non libre (comme Adobe Flash ou WhatsApp). https://www.gnu.org/philosophy/selling.fr.html

avatar SerArien | 

Un ordinateur ne se limite pas à son OS, et les logiciels ont un impact beaucoup plus important sur la productivité que lui.
Pour les exemples que vous citez, VLC et Firefox, ce sont des outils de consultation, pas de production, de ce fait plus pour un usage prive.
Le mieux est de comparer vous même plusieurs logiciels de "production" (cao, bureautique MONTAGE vidéo ...) et vous verrez que l'on arrive pas au même niveau de fonctionnalité ou d'ergonomie.
Donc même si pour un usage privé le libre/gratuit est suffisant quand on cherche la productivité, souvent le gratuit est encore trop cher.

avatar Teenage | 

@SerArien

"Pour avoir essayer des logiciels libres ou gratuits, on est à des années lumières de la productivité que l'on peut avoir sur des logiciels développées par des centaines d'informaticiens à plein temps."

Je serais plus contrasté :

Pour le Dev web, pas de perte, voir un sacré gain de productivité (manque juste qu'un bon logiciel pour ouvrir les claques Photoshop pour les Dev front).
Côté 3D, je connais plusieurs pro qui ne jurent que par l'interface de Blender.
Pour la bureautique, libre office est aussi bon (et aussi buggé) que MS Office.
Côté 2D et vidéo, effectivement, les env MS ou MacOS ont le monopole des bonnes applis.

avatar awk | 

@Teenage

Blender est un des rares vrai succès du libre sur les logiciels de Digital Content Creation
👍

avatar ever1 | 

Seuls les pauvres...et Google/Facebook/... en gros les plus grosses boites qui tournent essentiellement avec des softs open source ? Et coté startup ? Le vrai problème est la formation et la compatibilité avec les vieilles apps.

avatar Hideyasu | 

@ever1

Google a un parc de + ou - 40000 Mac, je sais pas si tu parlais d'OS en open source mais ca doit pas faire l'unanimité non plus

avatar ever1 | 

et tout autant de Gubuntu, d'ailleurs j' ai tres peu vu de macs chez les techs de google. Meme si je sais qu'il y en a pas mal.
Mon point c'est de dire que les desktops linux sont suffisamment avancés pour etre largement productifs. C'est sur que s'il y a besoin d'apps natives windows c'est un problème mais ce serait de meme pour mac. Dans mon entourage (r&d) je ne vois que
-des desktops linux / mac.
-100% des solutions sont opensource: BDD (cassandra/es), langage (python...), outils opensource
-100% des serveurs sur linux
Pour Munich, le problème me semble etre essentiellement un manque de suivi de l'infra (OS + de 4 ans) et de vieilles apps exclusivement windows. C'est la dessus qu'il faut travailler.

avatar patrick86 | 

"Google a un parc de + ou - 40000 Mac, je sais pas si tu parlais d'OS en open source mais ca doit pas faire l'unanimité non plus"

En réalité, l'opposions propriétaire vs open source est stérile est complètement déconnectée de la réalité de l'industrie et même de l'informatique grand publique.

Il y a du logiciel open source partout, à commencé par les serveur qui, quand ils ne tournent pas sous Windows ou un UNIX, sont sous Linux ; dans les super calculateurs (98% du top 500 sont sous Linux) ; l'informatique embarqué (votre box à de fortes chances d'utiliser un noyau Linux…), puis le mobile évidement, avec Android.

La plupart des logiciels "piliers" du réseau Internet sont open source voire Libres.

avatar RyDroid | 

UNIX n'existe plus. Mais il y a les systèmes POSIX (comme GNU/Linux, Android, et les BSD), aussi dits UNIX-like, qui se sont inspirés de UNIX.
https://fr.wikipedia.org/wiki/POSIX

avatar awk | 

@RyDroid

La longue histoire d'Unix et de ses diverse branche est des plus complexes attention aux raccourcis périlleux ;-)

Pages

CONNEXION UTILISATEUR