Panic n’a pas su créer des apps iOS pertinentes

Nicolas Furno |

Panic a publié son traditionnel bilan de l’année passée, où cet éditeur historique sur Mac évoque les réalisations de 2015 et ce qui l’attend en 2016. Il liste notamment tous les logiciels mis à jour, rappelle quelques versions majeures sorties l’an dernier, comme Coda 2 qui a apporté la majorité des fonctions de cet éditeur de sites à iOS (lire : Coda devient un éditeur de sites complet sur iOS).

Coda sur un iPhone
Coda sur un iPhone

Pourtant, le bilan n’est pas positif sur iOS. L’éditeur explique avoir joué le jeu de l’App Store en baissant le prix de toutes ses applications à 10 €, avec l’espoir de voir une augmentation des ventes conséquente. Un an après, le bilan est amer : Panic n’a jamais réussi à susciter l’intérêt autour de ses applications mobiles, l’éditeur n’a pas fait plus de ventes et il a donc perdu de l’argent. 2016 sera placé sous le signe d’un retour à des tarifs plus élevés (pour prendre un exemple, Coda était vendu 20 €) et surtout un retour au Mac.

Cabel Sasser, co-fondateur de Panic, le dit très bien lui-même : au fond, le problème des applications iOS conçues par son entreprise n’est pas le prix de vente, mais leur raison d’être.

Je commence de plus en plus à penser que nous avons tout simplement créé le mauvais type d’applications iOS — nous avons créé des outils professionnels qui ne sont pas vraiment recherchés sur cette plateforme — et que le prix n’est pas le problème, c’est leur pertinence.

En comparaison, les logiciels OS X se portent beaucoup mieux et Panic prévoit une actualité plus chargée pour 2016, avec notamment une mise à jour majeure et très attendue de Transmit, son client FTP. Le logiciel reste un modèle du genre côté interface, mais il souffre de gros problèmes sur le fond, avec notamment des vitesses de transfert ridicules face à la concurrence. C’est précisément ce point qui sera travaillé dans cette nouvelle version… qui connaîtra probablement le même sort que Coda en sortant du Mac App Store. La décision n’est pas encore arrêtée, mais manifestement, c’est tout comme.

Firewatch, capture d’écran du jeu (fichier original).
Firewatch, capture d’écran du jeu (fichier original).

Puisqu’il connaît quelques difficultés dans ses relations avec Apple, Panic va voir ailleurs. Firewatch, son jeu réalisé en partenariat avec Campo Santo, devrait sortir dans deux semaines, pour les Mac certes, mais aussi (et surtout ?) pour les PC et les PS4. En fonction du succès connu par le titre, l’éditeur pourrait s’intéresser encore plus au monde du jeu vidéo, qui reste souvent beaucoup plus rentable que les outils de productivité.

Parmi les éditeurs traditionnels du monde Mac (et même NeXT), The Omni Group publie aussi un bilan tous les ans et 2015 ne fait pas exception. Et c’est un bilan beaucoup plus positif, probablement parce que l’entreprise a trouvé sa voie sur iOS. Ses applications sont aussi des outils professionnels, mais elles sont vendues suffisamment cher (40 € au minimum) pour être rentables.

Toutes les sorties de l’année pour The Omni Group
Toutes les sorties de l’année pour The Omni Group

Du coup, elles ont toutes été mises à jour pour s’adapter à l’iPhone l’an dernier et l’éditeur a de quoi faire pour l’an prochain. En particulier, The Omni Group veut offrir à l’iPad Pro des applications à la hauteur des ambitions de la tablette, tandis que le 3D Touch des derniers iPhone devrait être généralisé.

avatar macinoe | 

"Je commence de plus en plus à penser que nous avons tout simplement créé le mauvais type d’applications iOS — nous avons créé des outils professionnels qui ne sont pas vraiment recherchés sur cette plateforme — et que le prix n’est pas le problème, c’est leur intérêt."

Un iPad pro serait un peu plus pertinent pour utiliser ce genre d'application...

Mais bon comme Apple a décider de segmenter encore plus sa gamme en faisant de la possibilité d'utiliser un pencil une option élitiste et hors de prix, Ce n'est pas ça qui va démocratiser l'usage productif sur iOS, bien au contraire.

Donc les dev, oublez iOS pour les app de productivité en tactile. Windows 10 est bien plus adapté.

avatar marc_os | 

@macinoe :
Je ne crois pas qu'ils aient créé le "mauvais type d'application, mais qu'ils se sont heurtés aux préjugé colportés par les médias qui disent sue iPhones et iPad ne pourraient pas être des outs de oeoduction, "pas de Finder", bla bla,

avatar patrick86 | 

"Je ne crois pas qu'ils aient créé le "mauvais type d'application, mais qu'ils se sont heurtés aux préjugé colportés par les médias qui disent sue iPhones et iPad ne pourraient pas être des outs de oeoduction, "pas de Finder", bla bal,"

Il y a surement de ça oui. D'ailleurs Panic développe Transmit sur iOS, qui comble en bien grande partie l'absence de Finder.

Les gens restent souvent bloqués sur les limites du passé, voire des idées reçues et ne cherchent donc pas à profiter du potentiel de ces outils.

avatar macinoe | 

Je ne suis pas d'accord.

J'y ai cru à la tablette en remplacement de l'ordinateur. Vraiment.

A tel point que j'ai tenté l'expérience pendant un voyage en californie de n'amener qu'un iPad pour tester la productivité en condition réelle et sans échappatoires.

Je suis le premier désolé de le dire, mais c'était l'horreur.

avatar Fabeme | 

@macinoe
Agreed, il y a un net mieux avec iOS 9, mais il y a encore beaucoup à faire. Cela dit, la présence de l'iPad Pro devrait nous rassurer à ce niveau, clairement il y a beaucoup à attendre au WWDC de cette année et donc à l'automne pour la version finale du prochain iOS.

L'iPad va enfin être moins qu'un iPhone agrandit, et cela a déjà commencé.

avatar macinoe | 

6 ans pour s'en rendre compte et seulement commencer à essayer de résoudre le problème...

Ca fait long.

Et puis l'approche de cette transformation ne me parait pas la bonne.

Un outil de productivité fonctionne ou pas...
En cours de réalisation pour une hypothétique utilisation dans quelques années ça nesert à rien.

avatar Fabeme | 

@macinoe
C'est une opinion, cela dit comme le soulevait Patrick86 il ne faut pas prendre ton/mon cas pour des généralités. La productivité type Mac/PC n'est pas compatible avec tous les usages.

Les commerciaux, VRP, créatifs, et autres métiers à ajouter ici ne sont pas tous en face du bon outils avec un PC ou Mac portable ou fixe. L'iPad et l'outils tablette d'une manière générale répond souvent mieux à leurs besoins. Après, se pose la question de l'ergonomie de l'application qu'ils utilisent, mais c'est une question annexe car non dépendante de l'outils en soit.

La difficulté est de rendre la tablette compatible pour les métiers qui gèrent des fichiers, qui récupèrent des données de l'extérieur pour les réintégrer, les transformer, les traiter, les bouger, etc. Et là, on sent l'absence du Finder, on sent la faiblesse du multitâche tel qu'il est envisagé sur toutes les plateformes tactiles, et la limitation du tactile même en soit.

Je doute que dans un futur proche toutes ces problématiques soient résolues, mais l'on a un début de réponse au multitâche et multi fenêtrage, idem pour le Finder, et idem pour le problème que constitue l'absence de clavier physique, chose qui sera peut-être résolu le jour où l'on trouvera le moyen d'effectuer un retour haptique ou piezo ou autre via l'écran.

Mais pour l'instant, pour ces usages là, l'iPad n'est pas la bonne réponse, tout comme de toutes façons un écran en dessous de 13" n'est pas la bonne réponse car on se heurte après aux gestions d'interfaces ridiculement petites ou n'ayant pas la place nécessaire.

Il y a aussi un problème de fond que Panic a réglé sur ses applications de la non capacité des éditeurs à adapter leurs interfaces au tactile. Il y a un manque de réflexion à ce sujet, ce qui est compréhensible car la problématique est de plus en plus complexe avec les interfaces liquides (adaptation dynamique de la largeur).

Et je ne pense pas qu'Apple essaye de résoudre le problème depuis 6 ans.

avatar patrick86 | 

@Fabeme :

"et idem pour le problème que constitue l'absence de clavier physique"

Personnellement je pense que quand on en vient à considérer l'absence d'un clavier physique comme un problème, c'est qu'on devrait se tourner vers un MacBook et non un iPad.

avatar Fabeme | 

@patrick86
"Personnellement je pense que quand on en vient à considérer l'absence d'un clavier physique comme un problème, c'est qu'on devrait se tourner vers un MacBook et non un iPad."

Si tu me permet de préciser ma pensée sur ce point. Le clavier physique permet une frappe plus rapide qu'un clavier virtuel sans prendre également une portion de l'écran accessoirement.
Le problème est dans le fait que le clavier constitue une surface plus compliquée pour le cerveau à utiliser en l'absence de retour physique (les touches sous les doigts, la confirmation de la frappe, le fait de pouvoir sentir les délimitations des touches, etc.)

Alors évidemment pour un usage important de la tablette, si le clavier manque c'est ennuyeux, cela dit je crois que cela est compatible. Microsoft a apporté une réponse fort séduisante techniquement avec la Surface (je suis plus réservé sur la Surface elle même malgré les itérations, pour connaitre cette tablette) et son clavier dans la cover. Apple a mis du temps avant de s'y lancer et il est dommage que cette solution ne soit pas venu avant. Cela dit, pour ce qui est de la cover entièrement en tissu, cette pour l'iPad Pro est de meilleur facture (on sent bien les touches s'enfoncer) que celle de Microsoft.

Je ne conçois pas un usage tablette qui se fasse uniquement en glissant des choses ou tapotant 1 ou 2 chiffres. Même un VRP tapant une qt dans une application pour une commande gagnerait à avoir un clavier du type de celui de Numbers à l'écran, tout en ayant un retour sur ce qu'il tape (retour physique), il gagnerait en rapidité.

C'est en ce sens que je parle de problème de l'absence de clavier physique.

Après on se rejoint de toutes façons, la tablette tout comme le PC/Mac ou autre ne répond pas à l'ensemble des usages. Cela dit l'on peut étendre une partie des usages d'un périphérique en lui adjoignant des solutions intégrées et élégantes dans l'approche technique (quand on rajoute des bidouilles, c'est pas viable)

avatar patrick86 | 

@Fabeme :

"Si tu me permet de préciser ma pensée sur ce point."

Volontier !

"Le problème est dans le fait que le clavier constitue une surface plus compliquée pour le cerveau à utiliser en l'absence de retour physique (les touches sous les doigts, la confirmation de la frappe, le fait de pouvoir sentir les délimitations des touches, etc.)"

C'est vrai oui.
Peut-être aurons-nous du mieux un jour avec un retour haptique (3D Touch), voire des écrans à surface déformable.

Du coup j'éclairci aussi mon point : je trouve que ce qui manque le plus à l'iPad, c'est une reconnaissance de l'écriture, intégrée et performante, disponible dans toutes les apps tel le clavier virtuel. Parce que dans les situations où je peux saisir du texte avec mes 10 doigts, je peux le faire avec un MacBook, qui est d'ailleurs souvent plus pratique (sur les genoux notamment). Par contre, là où la tablette me sert le plus (debout, dans un fauteuil, assis n'importe où tenir un MacBook n'est pas pratique, etc.), pouvoir écrire avec le Pencil serait bien plus pratique qu'avec un clavier, physique ou virtuel.

avatar marc_os | 

« et idem pour le problème que constitue l'absence de clavier physique »

Ah bon, y a pas de clavier physique pour les iPad ?
Tsss. Qu'est-ce qu'il faut pas lire. :/

avatar Fabeme | 

@marc_os
"Ah bon, y a pas de clavier physique pour les iPad ?
Tsss. Qu'est-ce qu'il faut pas lire. :/"

Ben on a plus de solution pleinement intégrée... ça revient avec l'iPad Pro, les raccourcis clavier sont de nouveau gérés, etc., et on repose sur des claviers tiers avec tout ce que cela comporte de complications : manque d'intégration, batterie à part, clavier / housse pas toujours pratique, et si l'on prend le clavier BT d'Apple, difficultés de connexion parfois, transport à part, etc.

L'iPad Pro est la première réponse intégrée et pertinente via l'utilisation de ce que MS avait imaginé pour la Surface (connecteur intégré et clavier dans la housse).

Ca va, c'est pas méchant comme remarque, si ? :-P

avatar patrick86 | 

"J'y ai cru à la tablette en remplacement de l'ordinateur. Vraiment."

On touche là la deuxième grosse source d'incompréhension : vouloir à tous prix opposer la tablette et le laptop (ou desktop), plutôt que de les voir comme complémentaires.

Il y a des métiers, activités ou façons de travailler auxquels la tablette ne correspond pas. Mais ça ne veut en aucun cas dire que c'est valable partout.
A l'inverse, il y a moult situations où une tablette seul suffit.

Puis il y a tous les intermédiaires où la tablette rend de grands services en COMPLÉMENT d'autres outils.

Personne ne vous impose de choisir entre un iPhone, un iPad ou un Mac. Encore moins Apple qui préfère vous vendre les 3.

avatar macinoe | 

Ah ben merde alors...

Des fois ça suffit, des fois pas, des fois il faut des appareils en plus..

Finalement je me rends compte que les détracteurs des tablettes avaient raison dès le début.

6 ans après les partisans n'arrivent toujours pas à exprimer clairement à quoi sert une tablette en productivité et à qui ça s'adresse..

Il y a un problème quand même.

avatar patrick86 | 

"Des fois ça suffit, des fois pas, des fois il faut des appareils en plus.."

Des fois il faut une grosse pelleteuse, des fois une petite, d'autres fois les 2 sont utiles…
Pour un couple sans enfants une citadine peut suffire, pour une grande famille il faut un mono-space…

Vous voulez qu'on établisse et vous présente une généralisation de cas particuliers, pour un outil aussi multi-fonctions et multi-usages qu'un ordinateur. Ça n'a aucun sens.

"Finalement je me rends compte que les détracteurs des tablettes avaient raison dès le début."

Dans cette affirmation, vous pourriez remplacer "tablettes" par "smartphones" ou "ordinateurs".

--

Observez vos usages, votre travail, votre organisation puis voyez parmi les outils disponibles lesquels vous sont utiles.

--

"6 ans après les partisans n'arrivent toujours pas à exprimer clairement à quoi sert une tablette en productivité et à qui ça s'adresse.."

Vous pouvez nous dire concrètement à qui s'adresse le smartphone ou l'ordinateur (portable ou de bureau) ?

--

"Il y a un problème quand même."

Oui, et ce problème porte un nom : le nombrilisme et la fermeture d'esprit.

avatar macinoe | 

"Oui, et ce problème porte un nom : le nombrilisme et la fermeture d'esprit."

Et tu comptes faire comment pour convaincre tes contemporains de leur erreur ?

A part s'agiter tout seul dans son coin en déplorant qu'ils soient trop bête pour comprendre, je veux dire.

"Vous pouvez nous dire concrètement à qui s'adresse le smartphone ou l'ordinateur (portable ou de bureau) ?"

Pour la productivité ? C'est simple.
Un smartphone : à personne ou alors simplement en tant qu'outil de communication.
Un ordinateur : à tout le monde. C'est l'essence même d'un ordinateur. Avoir comme seule limite l'imagination de celui qui l'utilise. Quand on commence à brider ces possibilités comme c'est la cas avec les tablettes alors le champ des possibles se réduit de manière drastique.

avatar patrick86 | 

"A part s'agiter tout seul dans son coin en déplorant qu'ils soient trop bête pour comprendre, je veux dire."

C'est une interprétation de mes propos qui ne tient qu'à vous.

"Pour la productivité ?"

Non. Pour TOUT. N'y a-t-il donc que la productivité dans la vie ?

Je parle de TOUTES les activités pour lesquelles un ordinateur, quelque soit sa forme, peut s'avérer utile.

--

Mon point est : on a pas besoin de tous s'organiser de la même façon et avec les mêmes outils. Il y a beaucoup d'activité pour lesquelles l'ordinateur est plus efficace sous forme de tablette que de laptop ou tour sur un bureau.

--

Personne ici ne vous demande d'adopter la tablette pour VOTRE travail.

avatar joneskind | 

@macinoe

Je pense que ce que Patrick86 veut te faire comprendre c'est qu'il y a des domaines de productivité, des domaines professionnels, où la tablette est plus pertinente que le desktop, et vice-versa. Qu'il y a des domaines où il est simplement inutile d'essayer de travailler avec une tablette parce que le confort n'y sera jamais, et d'autres où c'est le desktop/laptop qui sera inadapté. Et je le comprends parfaitement.

Moi qui jongle avec des écrans de toutes tailles, et des apps universelles, il y a des choses que je préfère faire sur mon iPhone, d'autres sur ma tablette, d'autres sur mon MBP 15" et d'autres sur mon 24". Et je sais qu'il n'existera jamais d'appareil capable de les remplacer tous. Ce sera toujours au prix de compromis difficiles.

Par exemple, quand j'ai un morceau en tête je préfère enregistrer les premiers jets sur mon iPhone (je passais par le dictaphone, je passe désormais par l'excellent Mémo Musical) parce que je veux pouvoir réécouter facilement et partout ces prises primitives, et que l'idée de passer par un quelconque gestionnaire de fichiers pour ça est absurde. Mais je vais privilégier le 24" pour le travail de fond, parce que j'ai besoin d'espace pour afficher mes pistes.

Pour ma gestion de projets je passe également systématiquement par l'iPhone pour ajouter des éléments à ma boîte de réception dans OmniFocus, et je fais le travail de fond sur iPad plutôt que sur mon Mac parce que l'interface y est mieux adaptée. notamment l'onglet de prise de notes.

J'ai plein d'autres exemples comme ça !

Et finalement, la seule taille d'écran qui ne me convient jamais vraiment parfaitement c'est le 15". Il est soit toujours trop petit (retouche photo, composition, films) soit toujours trop grand (depuis que j'ai pris l'habitude du travail sans distraction je mets mes apps en plein écran, et j'ai de plus en plus de mal avec les fenêtres)

avatar patrick86 | 

"Je pense que ce que Patrick86 veut te faire comprendre c'est qu'il y a des domaines de productivité, des domaines professionnels, où la tablette est plus pertinente que le desktop, et vice-versa. Qu'il y a des domaines où il est simplement inutile d'essayer de travailler avec une tablette parce que le confort n'y sera jamais, et d'autres où c'est le desktop/laptop qui sera inadapté."

C'est tout à fait ça.

Je trouve simplement idiot et inutile d'opposer constamment des outils différents, alors qu'il peuvent aussi se compléter.

avatar macinoe | 

A la limite cette notion pouvait avoir du sens avant les tablettes surface.
Et encore, je ne suis pas vraiment d'accord pour dire qu'une tablette complète un ordinateur dans le sens où un ordinateur peut faire absolument tout ce que fait une tablette et bien plus encore. Je pense que le terme usage redondant serait plus approprié.

avatar patrick86 | 

"Et encore, je ne suis pas vraiment d'accord pour dire qu'une tablette complète un ordinateur dans le sens où un ordinateur peut faire absolument tout ce que fait une tablette et bien plus encore."

C'est n'est pas qu'une question d'être capable de faire la chose, mais aussi de COMMENT et OÙ la faire.

Par example, une tablette permet de consulter des documents confortablement dans plus de situations que ne le permet un laptop, parce que c'est comme tenir un livre, cahier ou bloc notes.

Un iPad Pro permet de dessiner dans bien plus d'endroits et positions qu'un Mac portable ou de bureau + une tablette graphique.

Etc.

Mon iPad, voir mon iPhone, me suffit généralement pour prendre quelques notes en réunion et avoir des documents utiles avec moi, sans m'encombrer de mon MacBook Pro 15".

--

Encore une fois : personne ne veut vous enlever votre Mac. Il ne s'agit pas de retirer des possibilités, mais au contraire d'en offrir PLUS. Libre à vous

avatar macinoe | 

C'est bien pour ça que j'ai précisé au départ que les surfaces rendaient caduque la question du comment et du où.

C'est un ordinateur et une tablette.

Un iPad en fait moins et ce quelque soit le critère de comparaison.

avatar patrick86 | 

"C'est bien pour ça que j'ai précisé au départ que les surfaces rendaient caduque la question du comment et du où."

Je ne crois pas.
Si on préfère un clavier physique, une Surface, comme un iPad, reste moins pratique pour taper du texte, en ayant la machine sur ses genoux, qu'un Mac ou PC portable.

La Surface est un bon tablet-PC, mais une mauvaise tablette (logiciel pas adapté).

"C'est un ordinateur et une tablette."

Une ordinateur est une machine automatique de traitement numérique de l’information, qui obéit à des programmes définissant la séquence des opérations logiques et arithmétiques à effectuer.

Une tablette est un ordinateur.

avatar macinoe | 

Oui et bien alors dans ce cas tout ce qui comporte un processeur ou même un microcontroleur est un ordinateur.

Ton GPS, ta console de jeu, ta voiture, ta cafetière senseo...

Un ordinateur au sens, certes très restricif, où je l'entend, mais tu ne peux pas faire semblant d'ignorer ma définition puisque je l'ai déjà donnée, est une machine que l'on peut programmer.

Après que tu soit d'accord ou pas, c'est pas grave, je ne vais pas bloquer sur un mot ou sur une définition.

Mais pour moi, un clicodrome qui sert à lancer des applications et qui comporte aucun environnement pour les créer ni même la possibilité de lancer un simple script n'est pas un ordinateur.

Pas plus qu'une console de jeu ou une box internet.

avatar patrick86 | 

"Un ordinateur au sens, certes très restricif, où je l'entend, mais tu ne peux pas faire semblant d'ignorer ma définition puisque je l'ai déjà donnée, est une machine que l'on peut programmer."

Je comprend bien ce que les gens entendent généralement pas 'ordinateur' vs 'tablette', et c'est précisément pour nuancer ce qui me semble exagéré et limitatif, que je répond avec la définition du dictionnaire.

"Mais pour moi, un clicodrome qui sert à lancer des applications et qui comporte aucun environnement pour les créer ni même la possibilité de lancer un simple script n'est pas un ordinateur."

Je comprends votre point. Mais je vous invite à comprendre qu'il n'est pas universel et que, surtout, la majorité des utilisateurs d'ordinateurs ne programment pas. Ils installent des logiciels applicatifs et les paramètrent pour les adapter à leurs usages. Ça n'en fait pas des individus inférieurs à vous.

Donc je considère que l'existence d'ordinateurs qui ne sont pas adaptés à la programmation n'est pas un problème, puisqu'ils existent toujours ceux qui permettent cette utilisation.

Au risque de me répéter une nième fois : il ne s'agit pas d'une soustraction, d'un retrait de possibilités, mais d'une ADDITION.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR