Microsoft fait du neuf avec Windows 10

Mickaël Bazoge |

On s'attendait à tout, mais Microsoft arrive encore à nous étonner. Windows 9, Windows X, Windows One, un Windows TH a même circulé pendant un moment… mais finalement Redmond a choisi d'appeler le successeur de son système d'exploitation de bureau et de tablette Windows 10. « La meilleure version de Windows », assure Terry Myerson, VP en charge de l'OS chez Microsoft. L'idée est de proposer un système d'exploitation qui soit capable de prendre en charge un maximum de produits, qu'il s'agisse d'un périphérique « prêt à porter » au classique PC de bureau, en passant évidemment par les smartphones et les tablettes.

Cette recherche de la cohérence s'incarne, entre autres, au travers d'une boutique d'apps unifiée dans laquelle on trouvera des logiciels qui n'auront pas besoin d'être développés à la fois pour le smartphone et le PC. Les développeurs n'auront à coder leurs applications qu'une seule fois, le déploiement sur plusieurs supports leur sera facilité.

Cliquer pour agrandir

Parmi les nouveautés sur lesquelles les équipes de Microsoft ont planché, notons le retour du menu Démarrer « élargi » : en fait, il s'agit du menu traditionnel tel qu'on le connaissait avec Windows 7 et antérieur, mais qui donnera en plus l'accès aux tuiles dynamiques de la page de démarrage introduite avec Windows 8. Les apps obéissant aux principes de l'interface Metro pourront d'ailleurs être utilisées en mode fenêtré, ce qui retire beaucoup au concept initial imaginé par Microsoft…

Cliquer pour agrandir

La navigation multi-tâches au sein du système d'exploitation s'améliore également au travers d'un bouton Task View qui affiche sur la barre des tâches les différentes applications et fichiers ouverts. Dernière nouveauté d'importance, les Bureaux multiples sont des bureaux distincts entre lesquels l'utilisateur peut naviguer pour travailler sur des projets différents.

Cliquer pour agrandir

Le fait d'unifier Windows aurait pu conduire Microsoft à baptiser son OS Windows One, mais Myerson a fait savoir que cela avait déjà été fait… dans les années 80, par un certain Bill Gates. D'où Windows 10, dont le nom rappelle immanquablement OS X. L'éditeur de Redmond va t-il reprendre également la numérotation d'Apple (10.1, 10.2, etc.) ? Cela reste à voir.

Windows 10 sera disponible pour le grand public « un peu plus tard l'année prochaine ». Une Technical Preview surtout destinée aux entreprises est prévue à partir du 1er octobre, ainsi qu'un programme Windows Insider au travers duquel Microsoft va livrer des mises à jour régulières, basées sur les retours de sa communauté. Un « développement collaboratif » plutôt original, et qui devrait permettre à l'éditeur d'éviter les embardées d'interface et les concepts mal compris comme on a pu le voir avec Windows 8.

avatar SelPoivre | 

Windows 10 ? Comme Mac OS X ? ------>[ ]

avatar damiendu83600 | 

Les copieurs ...

avatar Steve92340 | 

Après ils disent innover.

avatar jerdopler | 

Euh c'était pas déjà censé être le but de windows 8 ?

avatar CountDown | 

Vive l'alternative Windows !

avatar ARABOS | 

Windows Phone devient quoi ?

avatar CountDown | 

iWindows Phone pardi :D !

avatar Caca | 

@CountDown :
MDR

avatar Eurylaime | 

Il n'y a plus qu'un seul système avec des applications universelles, ce que fera Apple dans 2 ou 3 ans.

avatar Lestat1886 | 

Ils viennent de lancer leur principe de continuity je ne penses pas qu'il adopteront la même stratégie car OS X et iOS ont deux philosophies différentes. Par contre, les deux systèmes seront de plus en plus proches

avatar Doctomac | 

@Lestat1886 :
Et ils l'appellent Continuum mol

avatar marc_os | 

Ils l'ont toujours été car ils partagent le même noyau et une bonne partie des API système depuis le départ. C'est d'ailleurs ce qui à permis à Apple de fournir d'emblée un iOS fiable : Il est basé sur un noyau qui est utilisé depuis plus de dix ans avec un socle UNIX dont la fiabilité n'est plus à démontrer.

avatar patrick86 | 

"Il n'y a plus qu'un seul système avec des applications universelles, ce que fera Apple dans 2 ou 3 ans."

Ou pas…

avatar Eurylaime | 

Je ne pense pas qu'Apple a introduit les storyboards dans Yosemite par pure décoration sans compter le nombre grandissant d'APIs identiques sur les deux systèmes, jusqu'à l'interface quasi jumelle.

avatar patrick86 | 

"Je ne pense pas qu'Apple a introduit les storyboards dans Yosemite par pure décoration"

Je vois plutôt ça comme une manière d'uniformiser les applications sur OS X, en fournissant des outils standards aux développeurs pour la conception des interfaces graphiques de leurs apps.

"sans compter le nombre grandissant d'APIs identiques sur les deux systèmes, jusqu'à l'interface quasi jumelle."

C'est comme ça depuis les débuts d'iOS. D'ailleurs, OS X et iOS ont déjà le même noyau.
Mais chacun possède une interface adaptée au type d'IHM mises en œuvres sur les appareils auxquels ils sont respectivement destinés.

--

Sur le papier, l'idée d'un développement unique pour tous les types d'appareils parait intéressante, mais je suis septique quand à la qualité des interfaces et surtout, à leur cohérence vis à vis du type d'IHM.

Un interface pour ordinateur à écran-clavier-souris ne se conçoit pas comme une interface pour de tout écran tactile.

avatar Eurylaime | 

L'interface de Windows 10 tiendra compte du matériel présent et s'adaptera donc pourquoi pas ?

avatar nicolas | 

l'interface des Windows 10 peut-être, mais quid des logiciels tiers?

tu peux avoir toutes API en commun du monde, et un OS qui sait s'adapter, si les développeurs n'ont pas prévu différentes ergonomie, pour différents type de machine, alors ça ne sert à rien.

iOS tourne sur iPhone et iPad, mais il faut bien que dèv. trouvent des astuces pour faire des applications "universelles", avec 2 interfaces différentes (souvent l'astuce de la colonne de gauche d'ailleurs)

avatar BeePotato | 

@ Eurylaime : « L'interface de Windows 10 tiendra compte du matériel présent et s'adaptera donc pourquoi pas ? »

Parce que, comme ça a déjà été signalé ci-dessus, on ne parlait pas de l’interface de l’OS, mais de celle des applications.
Une interface qui, à de rares exceptions près, doit être différente entre un environnement tactile à écran petit ou moyen et un environnement de bureau classique. Et pas seulement à cause de la taille de l’écran — loin de là.

Le multifenêtrage, notamment, ne se pratique pas sur les smartphones et tablettes, mais est un gros avantage d’un environnement tel que Mac OS. Et sortir sur ce dernier une application directement portée d’un environnement du genre iOS, où les fonctions sont accessibles de façon beaucoup plus modale via une seule fenêtre, c’est la plupart du temps une aberration (une erreur que commettent même certaines équipes chez Apple, par exemple avec la dernière version d’iWork).
Évidemment, ce point précis se remarque moins pour les applications Windows, cet environnement n’ayant jamais été très orienté multifenêtrage (Windows, ça a toujours été plutôt un système permettant de passer d’une application affichant une fenêtre en plein écran à une autre application affichant aussi son unique fenêtre en plein écran).
Il reste cependant d’autres points différenciant une même application entre sa version de bureau et sa version mobile, notamment des fonctions qui ne sont pas réalisables de la même façon avec un souris et une approche tactile.

Bref, même avec des API strictement identiques d’un enrivonnement à l’autre, il resterait aux développeurs, dans de nombreux cas, à développer deux, voire trois, versions différentes de l’interface de leurs applications. C’est déjà le cas, dans une bien moindre mesure cependant, entre les versions iPhone et iPad d’une même application.
Du coup, bien qu’il soit techniquement très facile d’enrober tout ça en une seule application « universelle » (Apple a plus de 20 ans d’expérience dans ce domaine, elle n’a pas attendu Microsoft pour jouer avec ce concept), ça resterait, du point de vue du développeur, un travail de développement de deux applications différentes partageant une base commune, sans gain réel par rapport à la distribution séparée de ces deux applications.
Et pour l’utilisateur, le gain n’est pas si évident non plus : on peut mettre en avant la simplification de la gestion de sa logithèque, mais en échange il se retrouve avec le risque de payer systématiquement le prix du développement de la version « bureau » de ses applications même s’il ne veut en utiliser que la version mobile (et inversement), le tout pour des applications prenant plus de place sur son smartphone.

Il pourrait cependant être intéressant qu’Apple mette en place une possibilité d’application « universelle » du point de vue du paiement : pour les développeurs qui le souhaitent, avoir la possibilité de coupler une application Mac et une application iOS, pour, par exemple, que l’achat de l’application Mac ouvre automatiquement le droit à l’utilisation de l’application iOS (cette dernière restant achetetable séparément pour ceux qui ne s’intéressent pas à son pendant pour Mac). Ça pourrait être pratique pour certains cas.

avatar EricdeB | 

@patrick86
Justement non. Apple préfère ne pas fabriquer un mouton à 5 pattes et chiader un système hyper adapté pour chaque type de machine chacun communiquant au mieux. À voir si c'est la bonne solution...

avatar Nicolas R. | 

Windows... tout simplement... ça va être tellement plus clair xD

avatar fousfous | 

Comme Yosemite 10.10?

Évidement qu'ils ne copient pas le 10, mais ils essayent d'avoir l'aura du lancement de Yosemite.

avatar ludmer67 | 

Qu'est-il arrivé à Windows 9 ?

avatar joneskind | 

@ludmer67

Il arrive bientôt dans les bacs.

D'ailleurs c'est une bonne nouvelle pour les PCistes, la mise à jour vers Windows 9 sera gratuite, au moins depuis Windows 8 mais il n'y a à priori aucune raison qu'elle ne le soit pas depuis 7 et Vista.

Par contre, la licence reste payante à l'achat de la machine.

Et j'ai entendu dire que Windows 9 ne nécessiterait que 512 Mo de Ram, grâce à une technologie de compression comme Linux ou OSX. Si c'est le cas c'est une prouesse tout à fait remarquable !

Sinon, je trouve la stratégie de communication de Microsoft un peu étrange. Windows 9 n'est pas encore sorti qu'ils annoncent déjà et montrent le prochain Windows, qui sortira donc dans plus de 3 ans...

avatar Seccotine | 

T'as rien compris... Windows 10 EST le Windows 9, successeur de Windows 8.

avatar poulpe63 | 

windows 8.1 (NT 6.3) = Windows 9 ?
Donc, si Windows 10 (NT 6.4), on suit la logique suivante :

Windows 7 (NT 6.1)
Windows 8 (NT 6.2)
Windows 9 (NT 6.3) // Windows 8.1
Windows 10 (NT 6.4)

Mais si Windows 10 (NT 7.0), on aurait ensuite... ?

Pages

CONNEXION UTILISATEUR