Le fabricant d'ordinateurs HP va licencier entre 4 000 et 6 000 salariés d'ici 2025

Félix Cattafesta |

Le fabricant d'ordinateurs HP va lui aussi licencier une bonne partie de ses effectifs. Le groupe américain a annoncé qu’il allait congédier entre 4 000 et 6 000 personnes dans le monde d’ici à 2025, un plan social qui pourrait donc toucher jusqu'à 10 % de ses salariés. L'entreprise emploie actuellement 61 000 personnes, soit 10 000 de plus qu'il y a un an.

Siège social de HP à Palo Alto, en Californie. Image : Wikipédia.

Cette décision a pour but de réaliser une économie de 1,4 milliard de dollars par an sur les trois prochaines années. Comme bien d'autres, HP va devoir se serrer la ceinture : le marché du PC rayonnant pendant la période de pandémie est actuellement en train de revenir à la normale. Les particuliers commandent moins tandis que les entreprises ont tendance à faire attention à leurs dépenses. Au troisième trimestre, le secteur affichait un recul de 15 % par rapport à 2021 selon Strategy Analytics, ce qui concorde avec les données du cabinet IDC.

Plus précisément, les expéditions d'ordinateurs HP seraient en forte baisse par rapport au troisième trimestre de l'année dernière (entre -28 % et -32 %). Dans son bilan fiscal pour l'année 2022, l'entreprise a annoncé un chiffre d'affaires de 63 milliards de dollars, soit une baisse de 0,8 % comparé à 2021. Pour rebondir, HP aurait prévu de mettre le paquet sur les services : elle propose déjà des abonnements pour l'encre de ses imprimantes et étudie des offres similaires pour le papier ou les PC.

Le fabricant américain n'est pas le seul à tailler dans ses effectifs pour faire des économies, et les grands groupes de la tech sont nombreux à lancer des plans sociaux d'envergure ces derniers temps. Microsoft a remercié environ 1 000 personnes tandis qu'il se murmure qu'Intel aurait prévu de supprimer des milliers d'emplois. Meta a récemment annoncé licencier plus de 11 000 salariés.


Tags
avatar JohnWalker | 

Et ça continue.

avatar  | 

En même temps il doit y avoir tellement de personnes payées à ne pas faire grand chose dans ces grands groupes. Il n'y a qu'à voir Twitter qui est toujours sur pieds et fonctionne bien alors qu'ils ont viré la moitié des employés ...

avatar zoubi2 | 

@

"fonctionne bien"

Ah bon ? Poster sans problème "Avatar" en petits morceaux de 2mn relève d'un bon fonctionnement ?

"ils ont viré la moitié des employés"

Ah bon ? 80% c'est la moitié ?

avatar pomme-z | 

Commentaire stupide. On en reparle dans 6 mois.

avatar neus37540 | 

Bah oui mais à force de licencier, quand il n’y aura plus personne pour acheter , ça va leur faire drôle….

avatar TiTwo102 | 

Je trouve ça incroyable ces analyses par rapport à l’année N-1. On en voit absolument partout en ce moment. À croire que toutes les grosses boites sont au bord de la faillite. Si dans un contexte normal ça a du sens, pour cette année ça n’en a aucune, l’année N-1 étant tout ce qu’il y a de plus anormal au monde. Encore moins pour des entreprises dans le milieu de la tech.

Si une boite fait moins 25% par rapport a N-1 mais que N-1 faisait +100% par rapport à N-2, où est le problème vu le contexte ? La on annonce -6000 salariés, sauf que s’ils en ont embauché 10000 l’année d’avant (comme précisé dans l’article), ça fait toujours 4000 de plus au final.

avatar Mageekmomo | 

@TiTwo102

C’est vrai, mais beaucoup d’entreprises ont considéré que les pratiques avaient changé et que les tendances observées en 2020, se poursuivant en 2021, se poursuivraient. C’était une erreur mais l’humain a tendance à prévoir le futur comme étant dans la continuité du passé proche, faute de mieux 😌

avatar Martin40 | 

Encore une fois ils relâchent les gens recrutés pendant le pic de vente du PC du COVID. Rien de nouveau

avatar supermars | 

J’ai comme impression que ces licenciements vont créer une dynamique d’ensemble.

CONNEXION UTILISATEUR