Commission européenne : 1,49 milliard d’euros d’amende pour Google

Mickaël Bazoge |

Et de trois ! La Commission européenne vient d’infliger une nouvelle amende de 1,49 milliard d’euros à Google pour pratiques abusives en matière de publicité en ligne. Pour le moteur de recherche, c’est la troisième grosse prune en autant d’années : 2,42 milliards d’euros en 2017 pour abus de position dominante avec Google Shopping et 4,3 milliards en 2018 pour les pratiques avec les opérateurs.

La nouvelle amende vient sanctionner l’abus de position dominante de Google qui a imposé des clauses restrictives aux sites web qui ont empêché ses concurrents de placer des publicités contextuelles sur ces même sites. C’est en lien avec la fonction de recherche intégrée que l’on retrouve souvent sur les blogs, sites de journaux ou encore les agrégateurs de sites de voyages.

Les résultats d’une recherche affichent de la publicité fournie par AdSense for Search. La plateforme publicitaire de Google fait office d’intermédiaire tout puissant ; des concurrents comme Microsoft (Bing) ou Yahoo n’ont pas eu la possibilité de se positionner sur la vente des espaces publicitaires présents sur la page des résultats de recherche de ces sites web tiers.

Dans ces conditions, difficile pour eux de faire concurrence à Google, ce d’autant que le moteur de recherche a mis en place au fil des ans des barrières commerciales de plus en plus contraignantes. La Commission relève aussi que les propriétaires de sites web disposaient de peu d'options pour monétiser l'espace sur leurs sites, et qu’ils étaient contraints de compter presque exclusivement sur Google.

« Google a consolidé sa position dominante dans le domaine des publicités contextuelles en ligne et s'est prémunie contre la pression concurrentielle en imposant des restrictions contractuelles anticoncurrentielles aux sites web tiers. Ces pratiques sont illégales au regard des règles de l'Union européenne en matière de pratiques anticoncurrentielles », explique Margrethe Vestager, commissaire en charge de la politique de la concurrence.

L’amende de 1,49 milliard d’euros correspond à 1,29% du chiffre d’affaires 2018 de Google. L’entreprise a mis fin à ces pratiques illégales quelques mois après la communication de griefs de la Commission, en juillet 2016.

avatar Moonwalker | 

Je ne comprends pas. Et le "don't be evil" qu'est-ce qu'il devient ? C'est vraiment trop injuste.

avatar oomu | 

le "don't be evil" était en opposition à Altavista (mais si rappelez vous, le concurrent du tout jeune Google) dans le sens qu'il ne fallait pas pourrir l'expérience de l'utilisateur (popups) ni faire des actions qui seraient contre son intérêt.

Par contre, la guerre contre... non avec, Google la fait aussi, avec l'industrie, cela n'a jamais été couvert par le "don't be evil"

Puis, ce slogan a été officiellement abandonné il y a quelques années.

avatar bonnepoire | 

@oomu
Puis, ce slogan a été officiellement abandonné il y a quelques années.

Depuis qu'ils sont devenus evil à la place de evil...

avatar _Teo_ | 

C'est peut être la solution pour éponger les dettes des états, des amendes chaque année, ou autrement dit faire payer tout le monde pour l'incompétence des politiques et les pratiques déloyales des groupes monopolistiques👍🏻

avatar kokob44 | 

@_Teo_

On est bien d’accord
Surtout que les petites entreprises ont eut le temps de mourir entre temps à cause de cette concurrence déloyale...

avatar bonnepoire | 

@ kokob44
Je ne sais pas qui tu vise mais avant amazon: le service client n'existait pas, les prix étaient abusés, les frais de ports impayables, les retours à charge du client, ...

On peut ne voir que le mal ou se dire que cette concurrence des puissants a été à la faveur des clients. Même les plus petits offrent les mêmes services et vivent bien. Cyyberport, comtec en Allemagne. Coolblue en Belgique. Ils offrent un service au client qu'on imaginait pas il y a dix ans en Europe.

Amazon est tout puissant. Amazon est gros. Certes... mais il y a de la place pour les concurrents. Il suffit de changer ses habitudes de consommation.

avatar moilechiennoir | 

@_Teo_

C’est certainement, également, un moyen pour l’UE de rendre la monnaie de sa pièce au USA concernant les amendes ayant touché des grandes sociétés européennes (banques, constructeurs auto,...)

avatar _Teo_ | 

@moilechiennoir

Sûrement...

avatar Ol'Dirty | 

@moilechiennoir

En effet. Et tqcler Google ne fera de mal à personne si ce n’est aux entreprises qui abusent de leur position dominante. La prochaine c’est pour Apple.

avatar oomu | 

Cela va avec une destruction des rentrées d'argent des Etats.

si vous supprimez l'impôt sur les revenus et entreprises, ou vendez les infrastructures ou vous interdisez de faire du profit avec les entreprises se construisant dessus, ben quand il faut plaire à vos électeurs en promettant de refaire tous les ponts, ben y vous faut des sous.

Les amendes vont de pair avec une dérégulation de la finance et fiscalité des entreprises.

C'est aussi un outil politique : vous levez une enquête sur qui vous voulez (lui, là, en premier !) et vous mettez la pression que vous voulez pour que l'enquête avance ou piétine.

-
Et encore faut il que tous les recours soient épuisés avant de savoir la somme que paiera l'entreprise.

avatar _Teo_ | 

@oomu

Pas trop d'accord avec ça par contre
Je ne le vois sous cet angle

Faire "plaisir" aux électeurs ça c'est sûr.
Lier ça à une soit disant dérégulation, je n'y crois pas une seconde.

avatar Paquito06 | 

$9.3 Bn en 2 ans, c’est encore correct. Ils ont fait $8.9 Bn de net income au Q4 2018. C’est un trimestre d’amende pour Google sur 8 🤓

avatar debione | 

@Paquito06:

Perso je trouve l’amende correcte, parce que cela couvre la juridiction européenne (rien n’empeche D’autres juridictions de sanctionner également), du coup c’est en rapport au marché européen uniquement qu’il faut rapporter l’amende... et là du coup, elle parait bien salée... ( Enfin serait-je tente de dire) et encore plus sale si on rapporte l’amende non pas au groupe entier, mais à juste la branche, c’est à dire Combien de bénéfice à tiré Google des seuls sites européens en matière de publicité ?

avatar Paquito06 | 

@debione

C’est juste. L’amende est la 3eme en 2 ans, donc il faut aussi un effet persuasif. Elle est amplement plus importante que ce que Google a engrangé grâce à sa position dominante en Europe. Et encore, c’est difficile à quantifier sur le long terme, l’image, les partenariats, etc.

avatar bonnepoire | 

@ debione
Google a encore des données à vendre aux états. Tout va s'arranger.

avatar naarin | 

On a de nouveau la preuve que la Commission Européenne est une autorité de contrôle de la concurrence très efficace ! Il n’y a qu’à cette échelle qu’on obtient des résultats contre de grands groupes.

avatar bonnepoire | 

@ naarin
Avec une fiscalité inadéquate. Tu sanctionnes quand t'as pas été capable d'établir des règles.

avatar SyMich | 

Rien n'interdit de faire le combo "redressement fiscal + amende pour infraction aux règles de la libre concurrence" ! Le 2 sujets sont traités indépendamment l'un de l'autre par des structures distinctes...

avatar naarin | 

@bonnepoire

Au contraire, la sanction n’intervient que sur la base de règles. Sinon elle n’a aucun fondement.

avatar bonnepoire | 

Fais-moi rire...

avatar jazz678 | 

C’est bien...
L’UE devrait maintenant s’attaquer à Microsoft et les ventes liées de Windows

avatar bonnepoire | 

Et interdire l’os que tout le monde veut gratuitement sur son pc? T’en as d’autres?

avatar Kimaero | 

@bonnepoire

Ce n’est pas gratuit puisque le prix de la licence est comprise dans le prix du PC.

On pourrait vendre un PC et laisser à l’utilisateur le choix d’activer Windows en achetant une licence, ou bien passer gratuitement sous Linux ou Chrome OS par exemple.

avatar bonnepoire | 

A peine. Le prix de Windows sur l’achat d’un pc est devenu anecdotique. Depuis Windows 10, c’est d’autant plus vrai.

avatar Kimaero | 

@bonnepoire

La licence la moins chère coûte 145€. Ce n’est pas anecdotique.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR