L'Union européenne inflige une amende record de 2,42 milliards d'euros à Google

Mickaël Bazoge |

Google a pris un sérieux coup sur la tête. Margrethe Vestager, la commissaire européenne à la Concurrence, inflige au moteur de recherche une amende record de 2,42 milliards d'euros pour abus de position dominante (2 424 495 000 euros, exactement). Le tort de Google est d'avoir favorisé son propre service de comparaison des prix, Google Shopping.

Google doit cesser ses pratiques anticoncurrentielles dans les 90 jours, sans quoi l'entreprise sera soumise à des astreintes pouvant atteindre 5% du chiffre d'affaires moyen réalisé quotidiennement au niveau mondial par Alphabet. Le précédent « record » était de 1,06 milliard d'euros, infligés à Intel en 2009.

Margrethe Vestager.

Margrethe Vestager explique dans le communiqué : « Ce que Google a fait est illégal au regard des règles de concurrence de l'UE. Elle a empêché les autres sociétés de livrer concurrence sur la base de leurs mérites et d'innover. Et surtout, elle a empêché les consommateurs européens de bénéficier d'un réel choix de services et de tirer pleinement profit de l'innovation ».

Google Shopping est dans l’œil du cyclone européen depuis sept ans et les premières plaintes des concurrents de Google. En avril 2015, la Commission faisait parvenir sa communication de griefs (l’acte d’accusation, en quelque sorte) à Google. Un document complété l’été dernier par de nouvelles informations confirmant les soupçons du régulateur : Google favorisait « systématiquement » son service de comparaison des prix, au détriment de la concurrence.

La Commission reconnait l'utilité des nombreux produits innovants du moteur de recherche. Mais cela ne lui donne pas pour autant le droit d'abuser de sa position dominante. La réplique de Google, à l'époque, se défendait en expliquant que les allégations européennes étaient « infondées », le service de l'entreprise améliorant le « choix des consommateurs » tout en offrant « des opportunités de grande valeur pour les entreprises de toutes tailles » (lire : Google réplique à la Commission européenne). Ces arguments n'ont pas tenu la route face à la pugnace commissaire européenne à la Concurrence.

Selon l’enquête de la Commission européenne, Google a toujours favorisé son comparateur de prix. Les résultats de Froogle, le nom du service avant qu’il ne soit rebaptisé Google Shopping en 2012, s’affichent « en haut ou dans la première partie des résultats de recherche », explique le régulateur. Ce dernier a également établi que les « les services de comparaison de prix concurrents sont rétrogradés. Il est établi que même le service concurrent le mieux classé n'apparaît en moyenne qu'à la page quatre des résultats de la recherche de Google ».

De fait, Google Shopping est bien plus visible que la concurrence grâce aux avantages significatifs conférés par le moteur de recherche. Une pratique illégale qui a débuté dès janvier 2008 au Royaume-Uni et en Allemagne, et qui a suivi le développement de Froogle/Google Shopping partout ailleurs en Europe (en France en octobre 2010).

Google est loin d'être sorti de l'auberge européenne. Les services de la concurrence de Margrethe Vestager continuent d'instruire deux dossiers brûlants : le premier touche AdSense, la plateforme publicitaire de Google, l'autre Android.

Dans tous les cas, Google joue gros. Et ce n'est pas tellement une question d'argent : l'entreprise a engrangé l'an dernier 80,4 milliards d'euros, pour 17,8 milliards de bénéfices. La régulation que Bruxelles entend imposer sur le service de comparaison de prix (et demain, sur AdSense et Android ?) risque de poser de plus sérieux problèmes à long terme.

En plus de l'amende, la Commission exige de Google la fin de ce comportement illégal dans les trois mois, et le respect de l'égalité de traitement entre les services concurrents de comparaison de prix et son propre service. Les États membres sont libres de demander réparation à leur tour s'ils estiment que cet abus de position dominante leur a porté préjudice. Google, qui fait part de son désaccord « respectueux », envisage de faire appel de la décision devant la Cour de justice européenne

Cette amende intervient alors que les relations commerciales entre les États-Unis de Donald Trump et l'Europe ne sont pas spécialement au beau fixe.

avatar r e m y | 

Ceux qui reprochaient à l'UE de ne s'intéresser qu'à Apple seront rassurés j'imagine...

avatar C1rc3@0rc | 

Il ne faut presumer de rien, surtout au niveau de la logique des fanatiques et haters...

Ce qui est tout de meme amusant, ou consternant, c'est de voir que Goole fait l'objet d'une amende pour avoir favoriser son service a travers son moteur de recherche. Par contre la lecture des email systematique, leurs analyse approfondie,... ça, pas la moindre contestation, rien.

On pourra retorquer que tous les autres fournisseurs de services mail font de meme et que de toute façon il n'y a pas de partie commerciale lésés...
:(

Mais quand meme, le niveau de l'amende est absurde par rapport a celle infligé a Intel pour des pratiques nettement plus graves et destructrices. Ici Google est accusé de favoriser son service en mettant en avant son service dans le resultats des recherches: a priori il s'agit d'ordre de presentation, Goggle n’effaçant pas des résultats...

On est tres loin des pratiques visant a detruire sciemment et définitivement les concurrents d'Intel et imposer une politique decidée par Intel et Microsoft aux constructeurs de PC.

avatar r e m y | 

@C1rc3@0rc

Reporter en 4e page les résultats des moteurs concurrents de Google Shopping (tout en mettant en 1er lien un résultat remonté par GooggleShopping) revient à les faire disparaître, la commission s'appuyant sur le fait que 95% des clics se font sur les 10 premiers liens (et 35% sur le 1er) et le premier lien de la deuxième page ne recevant deja plus que 1% des clics (alors la 4e page...).

Concernant les autres pratiques de Google, certaines sont en cours d'investigation, mais il est beaucoup plus simple d'investiguer et de mettre des amendes sur les pratiques touchant au droit de la concurrence que sur les autres.

avatar Bigdidou | 

@C1rc3@0rc

"Ce qui est tout de meme amusant, ou consternant, c'est de voir que Goole fait l'objet d'une amende pour avoir favoriser son service a travers son moteur de recherche. Par contre la lecture des email systematique, leurs analyse approfondie,... ça, pas la moindre contestation, rien."
C'est pourtant un grand classique, au moins depuis Al Capone qu'on a mis hors d'état de nuire en l'accusant de fraude fiscale. On commence en général à s'attaquer aux malfaisants par l'angle le plus simple, ça ne permet pas de préjuger de la suite.

"Mais quand meme, le niveau de l'amende est absurde par rapport a celle infligé a Intel pour des pratiques nettement plus graves et destructrices. Ici Google est accusé de favoriser son service en mettant en avant son service dans le resultats des recherches: a priori il s'agit d'ordre de presentation, Goggle n’effaçant pas des résultats..."
Quel rapport ?

avatar Sokö | 

J'ignorais jusqu'à l'existence de Google Shopping. Je vais continuer à l'ignorer.

avatar Crunch Crunch | 

Trop bien ton commentaire :-D

avatar r e m y | 

@Sokö

Ce que révèle l'enquête c'est que tu utilises GoogleShopping sans le savoir chaque fois que tu fais une recherche Google, des résultats renvoyés par GoogleShopping étant insérés dans la première page de résultats de ta requête même s'ils ne sont pas les plus pertinents (les résultats eventuellement produits par d'autres comparateurs étant relégués au mieux à la 4e page même si plus pertinents...)

avatar frankm | 

C'est lui le produit

avatar Ze_misanthrope | 

Tu n'envoies aucun mail à un destinataire gmail pour ne pas devenir le produit? Tu as arrêté d'utiliser Apple pendant que iAds existait?

avatar feefee | 

@Ze_misanthrope

Analyse à l’emporte pièce , comme d’habitude.
Et à géométrie variable

avatar Ze_misanthrope | 

Commentaire habituel je ne dis rien sur le fond, je dis juste que le commentaire est nul. Je pense que depuis le temps que l'on discute un peu, je pourrais te remplacer par un algorithme avec presque 100% de réussite...

Le monsieur d'avant suppose que l'utilisateur des Google est un produit, sans explications, juste rempli de sous entendus... Je réplique sans explications, juste rempli de sous entendus que lui était un produit de iAds

Peux tu m'expliquer ta logique de réponse?

avatar feefee | 

@Ze_misanthrope

"réplique sans explications, juste rempli de sous entendus que lui était un produit de iAds"

Non c’est faux .

"Je réplique sans explications, "

Ça tombe bien

"Peux tu m'expliquer ta logique de réponse? "

Non c’est impossible .

avatar Ze_misanthrope | 
avatar kornichon | 

Si c'était sur vdm je cliquerais sur « tu l'as bien mérité ».

avatar niicoo76 | 

C'est normal. Quand les entreprises européennes trichent elles ont des amendes également

avatar Giloup92 | 

@niicoo76
Je dirais même plus : les autorités américaines prennent un malin plaisir à les piéger, voir l'affaire de BNP-Paribas, condamnée pour n'avoir pas évité d'utiliser le dollar dans des transactions avec l'Iran.

avatar Bigdidou | 

@Giloup92

"Je dirais même plus : les autorités américaines prennent un malin plaisir à les piéger, voir l'affaire de BNP-Paribas"

Ou encore Alstom lors l'achat du secteur turbines par GE où il semble qu'il ait eu de grosses barbouseries.

avatar frankm | 

La guerre est financière, et, le pire c'est qu'on va en mourir !

avatar 0MiguelAnge0 | 

@Giloup92

Tu devrais un peu te renseigner sur le droit local.
Les US interdisent d'utiliser leurs monnaies pour des transactions avec un état sous embargo.
Rien n'empêchait BNP de payer dans une autre monnaie.

Les personnes a blamé sont les amateurs de BNP Paribas ou autres banques qui jouent avec le feu alors que le commerce mondial est en dollars. Se faire retirer le droit de commercer en dollars en cas de litige avec les US pour une banque est juste kamikaze!

Maintenant on pourrait aussi se demander pourquoi nos fonctionnaires de Bruxelles ne sont pas arrivés après 15ans à imposer l'euro comme monnaie internationale...

avatar rikki finefleur | 

0MiguelAnge0
Non c'est juste un vrai scandale.
En gros tu extériorises tes lois , sur un autre territoire souverain, sous couvert de ta monnaie ?.
L'UE n'aurait jamais du l'accepter.
Car comme le dollar est une monnaie courante dans tous les pays pou l'échange de marchandises, donc la loi US doit s'appliquer partout dans le monde ?
Franchement quelle blague ce truc.

avatar Giloup92 | 

@0MiguelAnge0
Je suis parfaitement au courant du droit américain qui étend abusivement son emprise au monde entier sans que personne n'ose réagir. Si ton commentaire a transité par un serveur situé sur le territoire des États-Unis, il y est sûrement soumis !

avatar fousfous | 

Ah bonne nouvelle, enfin les pratiques de Google sont condamnés, aux US ils laissent faire mais pas ici!
Et par simple curiosité, l'argent servira au budget de l'Europe du coup? Parce que ce serait plutôt pas mal que ça serve les européens.

avatar geneosis | 

Si j'ai bien lu l'article, ils n'ont pas encore versé 1 centime. Je ne serai pas étonné que tout cela prenne encore plusieurs années.

avatar slinkytheboy | 

En Europe on est pas bon pour faire du business, sauf pour mettre des amendes "records" 🤔
Trump va sans doute s'en mêler et mettre en place un embargo Anti européen...

avatar flo3183 | 

@slinkytheboy

Exact

Pages

CONNEXION UTILISATEUR