Chroniques numériques de Chine : Xiaomi, l’écosystème sans fin

Mathieu Fouquet |

Vous croyez connaître Xiaomi, le fabricant de smartphones chinois qui est en pleine bourre en France ? Notre correspondant Mathieu Fouquet révèle l'ampleur surprenante de Xiaomi en Chine dans une nouvelle chronique hors-série.

Alibaba, Didi, Tencent… Presque tous les géants chinois du numérique ont été au centre d’au moins l’une de nos chroniques.

Tous, sauf Xiaomi.

Oui, ce Xiaomi : cette même société qui est sans aucun doute l’une des plus visibles dans l’Hexagone, avec ses téléphones relativement abordables, son site en français et sa boutique flambant neuve sur les Champs-Élysées.

Contrairement à des services comme Alipay ou Taobao, indispensables en Chine mais encore exotiques en France, la gamme Xiaomi fait partie de cette vague de produits chinois qui ont réussi à se frayer un chemin au-delà de leurs frontières (excluons évidemment de cette catégorie les produits seulement fabriqués en Chine…).

La nuit, tous les Mi sont gris (ou orange). L’une des boutiques Xiaomi à Suzhou.

Pourquoi avoir donc ignoré si longtemps une telle pierre angulaire de l’édifice numérique chinois ? C’est qu’au fur et à mesure que l’on s’en approche, la perspective change et la pierre en question s’avère en réalité être une chaîne de montagnes. Xiaomi est prolifique en France ? Ce n’est rien en comparaison de l’omniprésence de cette société dans son pays natal, où il est presque impossible de dresser un inventaire de toutes les gammes de produits qu’elle propose.

Ordinateurs portables, cuiseurs à riz et mechas : bienvenue chez Xiaomi.

Pour une entreprise vieille d’à peine une décennie (Lei Jun, son CEO, l’a fondée en 2010), Xiaomi fait preuve d’une insatiable ambition. Si l’approche sélective d’Apple est désormais célèbre (se concentrer sur quelques chantiers clé, abandonner un projet si nécessaire, savoir dire « non »…), la philosophie xiaomiste est bien plus simple à résumer : YOLO.

L’écran d’accueil de l’application Xiaomi You Pin. C’est comme l’Apple Store en ligne, à part que l’on peut y acheter du mobilier, de l’électroménager et... à peu près tout, en fait.

Il suffit d'ailleurs de mettre un pied dans une boutique Xiaomi ou de lancer l’une de ses applications de cybercommerce pour comprendre que cette ambition ne se limite pas à l’informatique. À tel point qu’il serait presque plus rapide de faire la liste des catégories de produits que Xiaomi ne commercialise pas. Sa brosse à dents et sa bouilloire connectée fait sourire ? Que dire alors de ses sacs à dos, ses jouets pour enfants et ses… rétroviseurs ?

Je vous assure que tous ces produits sont en vente dans une seule et même boutique.

Bien entendu, tous les produits commercialisés par Xiaomi ne sont pas nécessairement inventés et fabriqués par la marque elle-même — même en Chine, le défi logistique et financier serait de taille. Xiaomi joue en fait le rôle d'incubateur et de distributeur pour de plus petites sociétés (Aqara, Yeelight…), tout en s'assurant que leurs produits s'intègrent esthétiquement et fonctionnellement au sein de son écosystème. D’un autre côté, quand le catalogue en question contient des ukulélés avec des oreilles de chat, on peine à imaginer une autre solution.

Et on va encore dire que j’exagère…

Mais ce qui rend Xiaomi véritablement incontournable en Chine, ce n’est pas tant la diversité absurde de ses produits que le quasi-monopole qu'elle détient sur certains segments du marché.

De ce point de vue, mon expérience personnelle est assez révélatrice : je n’ai absolument pas cherché à entrer dans l’écosystème Xiaomi, c’est plutôt lui qui s’est subrepticement invité dans ma vie. En 2016, juste après mon arrivée dans le pays, ma compagne m’expédie une petite batterie externe bon marché, dont le logo « Mi » qu’elle arbore fièrement est comme un présage des événements à venir. Sur le moment, je n’y prête aucune attention.

Quelques mois plus tard, nous achetons deux purificateurs d’air (ce qui, en Chine, n’est pas du luxe). C’est un marché où la concurrence ne manque pas, mais entre une machine Philips dans les 3 000 yuans (400 €) et un Xiaomi cinq fois moins cher, le choix n’en est pas vraiment un. Surtout pour ce qui n’est, essentiellement, qu’un boîtier contenant un ventilateur et un filtre.

Noël au Xiaomi Store : un beau sapin… et quelques produits domestiques connectés (en bas à gauche, les purificateurs d’air).

C’est cet achat qui a marqué mon entrée dans l’écosystème Xiaomi à proprement parler. Alors que ma batterie était un « bête » objet, le purificateur, lui, était connecté. Et qui dit objet connecté dit application pour le contrôler.

L’écran d’accueil de l’application Mi Home. Notez l’affichage légèrement bogué…
L’écran de contrôle du purificateur. On peut l’allumer ou l’éteindre et choisir son mode de fonctionnement : automatique, silencieux ou manuel. On préférera ce dernier mode — plus agressif — pour protéger ses précieux poumons.

Bien qu’elle ne soit pas obligatoire, l’application Mi Home permet de débloquer certaines fonctionnalités avancées du purificateur : allumage et extinction à distance (et automatique), contrôle plus précis de la quantité d’air brassé et affichage du nombre de particules fines dans l’air de la pièce (une information à laquelle il ne vaut mieux pas se fier, étant donné le capteur bon marché qui est intégré à l’appareil).

Sans grande surprise, Mi Home ne se contente pas de supporter ce seul produit, il suffit d’appuyer sur la petite icône « + » pour se rendre compte des possibilités. Caméras de sécurité, ampoules intelligentes, brosses à dents connectées…

Autant dire qu’il y a là de quoi se constituer une maison entièrement « xiaomisée » contrôlable depuis son téléphone… Mais encore faudrait-il vouloir mettre tous ses œufs dans le même panier et accorder une confiance aveugle à la société chinoise quant à la gestion de ses données personnelles. Autant dire que je n’en suis pas encore là.

Je ne sais pas pour vous, mais j’ai toujours rêvé d’un siège de toilettes intelligent. Question de priorités.

Je n’en suis pas encore là, mais je ne peux pas non plus nier que Xiaomi a parfois su me séduire. En septembre dernier, j’emménage dans un nouvel appartement et j’ai soudainement besoin d’une machine à riz. La suite se passe (presque) de commentaires…

Cuiseur à riz ou aperçu exclusif du Mac Pro 2019 ?

Alors que j’entretiens une méfiance naturelle envers les objets connectés, surtout dans le climat actuel, je me laisse néanmoins tenter par ce cuiseur pour une raison assez superficielle : c’est le seul à avoir un minimum d’allure. Une impression que je confirme d’ailleurs rapidement une fois que j’utilise l’objet dans ma cuisine. Le cuiseur de riz fait non seulement bien son travail, mais il le fait avec élégance.

C’est finalement peut-être ça, le plus surprenant : que cette jeune société sache parfois transcender sa réputation cheap et touche-à-tout pour proposer des produits d’une qualité impressionnante dans cette gamme de prix. Une société capable d’accoucher d’un produit électroménager que l’on pourrait presque imaginer estampillé d’une pomme est une société à suivre de près.

Le bracelet Xiaomi Band 3. 20 € en attendant une Apple Watch, ce n’était pas un gros investissement.

Et pour Apple, qui essaie avec plus ou moins de succès de mettre le doigt sur le pouls de l’ésotérique marché chinois, Xiaomi est en effet une société à suivre de très près.

Vous pouvez retrouver toutes les chroniques précédentes sur MacGeneration ainsi que sous la forme d’un livre numérique en vente sur Apple Books à 4,99 €. Le livre Chroniques numériques de Chine comprend donc les deux saisons, avec en plus deux chapitres exclusifs.

avatar vince29 | 

Leur smartphone pliable pourrait être sympa aussi d'après les premiers leaks.

avatar nmartel | 

Et le gouvernement Chinois ? Objectif devenir 1ère puissance mondiale en 2049 devant les USA... Le gouvernement n’y est il pas pour quelque chose dans cette folle aventure de Xiaomi... ?

avatar Fluo | 

@nmartel

Pas devenir, redevenir.

avatar nmartel | 

@Fluo

?

avatar 0MiguelAnge0 | 

@nmartel

Incroyable! Un gourvernment qui stimulerait la croissance et inciterait à l’innovation! Mais wuel honte.
Heureusement qu’en France on est resté figé au 20ie siècle avec des ‘patrons’ qui exploitent et les ‘ouvriers’ qui se révoltent.

Bref...

avatar Bigdidou | 

@nmartel

« Le gouvernement n’y est il pas pour quelque chose dans cette folle aventure de Xiaomi... ? »

Certainement. Tant mieux pour les chinois.

Si le gouvernement avait favorisé en France une pareille aventure industrielle et que nous pouvions compter sur des solutions informatiques et des écosystèmes locaux ou au moins européens, je ne crois pas que nous nous en plaindrions.

La question n’est pas l’existence de Xiaomi et son soutien par des actions gouvernementales (c’est plutôt du protectionnisme intelligent), mais l’utilisation qui en pourrait en être faite, par exemple pour une surveillance de masse avec un contrôle gouvernemental de l’écosystème.
Et là, moi, j’ai pas lu grand chose à ce sujet.

avatar JOHN³ | 

Et on comprend bien le peu d’intérêt des chinois pour l’iPhone

avatar JOHN³ | 

« C’est finalement peut-être ça, le plus surprenant : que cette jeune société sache parfois transcender sa réputation cheap et touche-à-tout pour proposer des produits d’une qualité impressionnante dans cette gamme de prix »

La messe est dite

avatar KorE | 

Leur aspirateur roborock s50 v2 est une merveille!

avatar marenostrum | 

une seule question pour l'auteur qui vit en chine apparement : pourquoi ils sont 1 milliard et demi ?

avatar zoubi2 | 

?? :-(

avatar marenostrum | 

ça te choque ma question ? la vie numérique de chine m'est sans aucun intérêt par contre je voulais savoir pour quelles raisons sont aussi nombreux, en rapport avec des autres peuples qui ont d'ailleurs plus de territoire.

avatar charliedeux | 

@marenostrum: t'es du genre à croire que la Terre est plate toi!

avatar Sebang | 

Cette question (qui est interessante) n'a rien a faire sur MacGe, honnetement. :)
Si tu lis l'Anglais, il y a plein de sites et video YouTube qui en parlent, suffit de Google.
Et au passage, les chinois ne sont pas si nombreux que ca, quand tu vois la taille de la Chine. La meme question est plus interessante par rapport a l'Inde, qui est 3 fois plus petit que la Chine mais a une population presque equivalente.
Source : je suis Geographe. :D

avatar marenostrum | 

Peut-être ça vient du bouddhisme ? Ou le fait que c’est le un peuple civilisé tôt ? Mais la Russie est plus grande en tant que territoire, par ex. Ou la terre et le climat plus propice ?

avatar John McClane | 

« affichage du nombre de particules fines dans l’air de la pièce (une information à laquelle il ne vaut mieux pas se fier, étant donné le capteur bon marché qui est intégré à l’appareil) »

C’est pour ça que j’ai préféré investir dans un purificateur d’air Dyson, même s’il est beaucoup plus cher sur le Xiaomi.

avatar alexis83 | 

@John McClane

Question car je m’y intéresse, pourquoi ce modèle plutôt que chez Philips ?
Et aussi est ce que ça permet de capturer les odeurs ? J’ai les odeurs de cuisine nauséabonde des voisins chez moi et c’est vraiment très désagréable donc je me disais que peut être un purificateur d’air ferai le taf...

avatar bonnepoire | 

@ alexis83
Le Dyson est connecté, silencieux et vraiment très efficace sans prendre de la place.
Pour les odeurs, je ne pense pas qu'il les élimine. Je n'ai pas les odeurs du voisin.

avatar alexis83 | 

@bonnepoire

Merci pour ton retour ?

avatar John McClane | 

@alexis83

Il me semble qu’il aide à éliminer les odeurs, puisqu’il purifie l’air et capture les particules. Je me trompe peut-être mais j’ai l’impression que chez moi il aide à supprimer les mauvaises odeurs dans la cuisine. Sinon concernant le modèle de Philips, je ne le connaissais pas lorsque j’ai acheté mon Dyson. Et j’avoue que je suis assez fan de la marque Dyson! ?

avatar alexis83 | 

@John McClane

Ok merci je vais me renseigner un peu plus. De ce que j’ai pu voir aucun compatible avec HomeKit en tout cas c’est dommage ?‍♂️

avatar John McClane | 

Oui c’est dommage que Dyson ne soit pas compatible HomeKit. Mais peut-être que ça viendra par une mise à jour logicielle un jour.

avatar alexis83 | 

@John McClane

Ou exclusif à un nouveau modèle, tout dépend le vice de la boîte ?

avatar John McClane | 

Voui... ?

avatar Franck971 | 

On s’en rend pas forcément compte mais en géant qui touche à tout dans nos contrées il y a Philips...
Qui fabrique autant des ampoules que des télé,des rasoirs brosse à dents, fer à repasser...des machines à café,aspirateur, des robots culinaires, des biberons... des appareils médical de pointe scanner, irm,échographe...
En gros de près ou de loin les produits Philips nous côtoient de la naissance à la mort...

Pages

CONNEXION UTILISATEUR