Concurrence : Apple n’est finalement pas condamnée au Japon

Mickaël Bazoge |

L’autorité japonaise de la concurrence estime qu’Apple a « forcé » trois opérateurs du pays à subventionner l’iPhone de manière importante, quitte à augmenter le prix de leurs forfaits et la durée des engagements. Ce faisant, le constructeur a pu enfreindre les pratiques d’une bonne concurrence ce qui a réduit le choix des consommateurs, estime la FTC (Fair Trade Commission). Obliger NTT DoCoMo, KDDI et SoftBank à proposer des subventions sur l’iPhone aurait empêché ces opérateurs d’abaisser le coût de l’abonnement mensuel, indique encore la commission.

Afin d’éponger le coût des iPhone, les opérateurs imposaient ainsi des contrats avec engagement, de deux à quatre ans (!). Le constat, fruit d’une enquête de deux ans, est posé. Néanmoins, le régulateur a décidé de ne pas infliger d’amendes à Apple, le constructeur ayant accepté de revoir ses pratiques commerciales avec les opérateurs. Pas question de fâcher les autorités du pays alors que l’iPhone représente un smartphone vendu sur deux dans l’archipel.

Depuis, les consommateurs japonais peuvent acquérir un iPhone au prix public, puis souscrire un forfait moins onéreux, voire sans engagement. Un modèle qui est aussi celui en vigueur en France depuis quelques années, même s’il est toujours possible d’acheter un iPhone avec un engagement. L’enquête de la FTC portait également sur l’engagement des opérateurs à l’achat de quantités minimales d’iPhone. La commission a cependant jugé qu’Apple avait ici agi dans le cadre de la législation.


Source
avatar Serdinant | 

Polémique histoire de faire baisser le cours de l’action pour acheter et les revendre demain un peu plus cher

avatar zoubi2 | 

@Serdinant

C'est évident, chez Apple y font rien que des complots... :-(

avatar Nesus | 

C’est très amusant comme analyse. Ça revient quand même à dire qu’Apple est aller voir trois vendeur en leur disant : les gars si vous voulez mon produit, il va falloir faire en sorte que le client puisse l’acheter à un prix accessible.
Et les gars dirent : oui.

Ça laisse imaginer la puissance de la demande consommateur, sinon les trois auraient juste dit :aller vous faire voir.

CONNEXION UTILISATEUR