Solaris, le système d’exploitation créé par Sun, s’éclipse

Anthony Nelzin-Santos |

L’abandon de Solaris sera-t-il la principale annonce de la prochaine OpenWorld, la grande conférence annuelle d’Oracle, qui se tiendra du 1er au 5 octobre à San Francisco ? Ce ne serait pas une surprise : même si Oracle refuse encore de le confirmer, il ne fait aucun doute que les équipes issues de l’acquisition de Sun ont été liquidées. Outre le système d’exploitation, l’architecture SPARC et les serveurs ZFS seraient de facto abandonnés.

Solaris 11. Image Oracle.
Solaris 11. Image Oracle.

Le secret a été éventé par un tweet de Simon Phipps, qui avait dirigé la « libération » du code de Solaris au milieu des années 2000, et quitté Sun au moment de son acquisition par Oracle. Au début du mois, Oracle a licencié l’essentiel de l’équipe en charge du développement du système d’exploitation Unix créé par Sun, juste avant le long week-end du Labor Day. Environ 2 500 salariés ont ainsi été remerciés aux États-Unis et en Inde, une information que la firme de Larry Ellison refuse de confirmer, mais qui ne fait aucun doute.

De nombreux salariés actuels et passés s’en sont émus sur les réseaux sociaux, et même sur un site spécialisé dans le suivi des licenciements collectifs. Cette nouvelle vague porte à 7 000 le nombre de licenciements cette année, Oracle ayant licencié près de 18 000 personnes depuis 2016. La liste des bureaux touchés laisse à penser que Solaris et l’architecture SPARC sont désormais abandonnés, comme le développement de nouvelles solutions de stockage autour du système de fichiers ZFS.

Au début de l’année, Oracle avait supprimé toute mention de Solaris 12 de son site, se contentant d’annoncer une future révision de Solaris 11, dont la dernière mise à jour stable remonte à près de deux ans. Solaris est né de la fusion des idées des principaux systèmes Unix des années 1980, dont le SunOS de Sun Microsystems et le Xenix de Microsoft et AT&T. S’il n’a jamais connu un succès commercial à la hauteur des ambitions de Sun, qui avait imaginé acheter Apple en 1996, il a eu une influence considérable.

Sun a largement contribué à défricher le champ des architectures parallèles avec les processeurs SPARC, a inventé des paradigmes d’interface en trois dimensions avec le projet Looking Glass, a amélioré la détection de problèmes en temps réel avec dTrace, et catalysé le développement de nouveaux systèmes de fichiers avec ZFS. Toutes ces technologies ont été inventées pour servir Solaris, mais le triomphe technique n’a eu d’égal que le marasme commercial, qui a culminé avec l’acquisition de Sun par Oracle.

Oracle a rapidement mis fin au projet OpenSolaris, mis sur pied en 2005 pour « libérer » progressivement le code de Solaris, provoquant une cascade de forks, d’Illumos à OpenIndiana en passant par SmartOS (désormais propriété de… Samsung). Pire : au moment même où l’industrie se tournait vers le cloud, Oracle a annulé le projet Sun Cloud, et supprimé toutes les fonctions liées dans Solaris. Brusquée, l’équipe issue de Sun s’est refermée sur elle-même, formant une société dans la société et contribuant au pourrissement de la situation.

À partir du système Solaris et de l’architecture SPARC, Oracle aurait voulu combiner logiciel et matériel pour mieux concurrencer IBM… qui a finalement abandonné le matériel. Le cloud d’Oracle repose sur du matériel maison, et la firme de Larry Ellison ne compte pas tout à fait abandonner sa gamme de serveurs très haut de gamme, mais l’« aventure Sun » touche clairement à sa fin. Signe des temps : quelques jours avant de licencier l’équipe Solaris, Oracle a annoncé vouloir embaucher 5 000 « ingénieurs, consultants et personnels d’assistance » pour son offre de cloud.

Tags
avatar jojostyle94 | 

Avec cette journée de pluie aussi...

avatar Novezan | 

Tchao l'artiste

avatar philiipe | 

RIP Solaris :-(

avatar melaure | 

@philiipe

L'abandon de Solaris était déjà connu et anticipé par les Pro. On a d'ailleurs viré le dernier l'an dernier dans notre infra. On est majotirairement AIX, avec un peu de CentOSEn complément ;)

avatar SelPoivre | 

Et dire que Sun a voulu racheter Apple a une époque....

avatar C1rc3@0rc | 

Epoque ou beaucoup de societes auraient pu racheter Apple...
En fait quand on regarde la situation a posteriori, Sun aurait tout a fait pu faire un beau succés avec l'acquisition d'Apple. Seulement il aurait fallu que Sun veuille se lancer dans le PC et on aurait alors eu un NeXT avec un moteur serieux et une efficacité de l'OS sous une interface "user friendly".
Mais Sun a probablement renoncé face au dragon Wintel qui allait aussi étouffer sur les domaines des serveurs et stations, pour le plus grand désarroi des chercheurs et ingénieurs.

avatar fte | 

@C1rc3@0rc

Sun s’est vautré parce que la société n’a pas su évoluer, n’a pas su anticiper la commoditisation (anglicisme, désolé) de l’informatique, n’a pas su tabler sur les produits et usages ayant de l’avenir, s’accrochant à des solutions obsolète (de qualité, très certainement, mais ne correspondant plus aux attentes de la clientèle).

Sun a mérité de se faire racheter et absorber. C’est triste, c’était une grande entreprise et beaucoup de personnes y travaillaient...

avatar deltiox | 

Un très bon OS que j'ai connu pour des serveurs de messagerie sur stations sparc

ZFS et Solaris
RIP 😔

avatar pakal | 

triste nouvelle ..... oracle continue sa besogne .....

avatar occam | 

@pakal

Besogne ? Non. La cathédrale clôt le bazar...

avatar CR_B | 

Il y a des risques pour FreeNAS ?
Ils ont tout misé sur le ZFS.

avatar C1rc3@0rc | 

Il me semble que depuis la fermeture du code de ZFS c'est OpenZFS qui est utilisé par FreeBSD, ses derivés et Linux...
Donc le probleme de ce que va faire Oracle avec ZFS s'est posé il y a un moment deja (2010 il me semble ) et les acteurs de l'Open Source et du libre en general se mefient d'Oracle comme de la peste (avec raison).

avatar Jean-Jacques Cortes | 

Bravo Larry Ellison, retourne sur ton voilier et vas courir la Hobart. Là au moins tu ne détruiras pas des piliers de l'informatique. Heureusement que ce guignol n'a pas racheté Apple.

avatar Doctomac | 

"a inventé des paradigmes d’interface en trois dimensions avec le projet Looking Glass »

Qui n’a jamais rien donné, l’interface en trois dimensions étant peu-intuitive.

Sinon, je me souviens encore des mecs qui expliquent qu’Apple devait adopter ZFS. 😂

avatar tchit | 

@Doctomac

Oui Apple aurait pu adopter le ZFS, et donc ?

avatar tboy | 

@tchit

Il en a conclu que ZFS était abandonné tout court 😂

avatar Doctomac | 

Non t’inquiète, c’était juste une boutade. Je sais bien qu’il y a une version OpenZFS, crée d’ailleurs après le rachat de Sun par les idiots d’ORACLE. Mais bon, encore une fois, heureusement qu’Apple n’a pas adopté ZFS : avoir développé leur nouveau système de fichier (AFS) a plus de gueule (et surtout permet plus de marche de manœuvre) que s'ils avaient adopté un système de fichier d’un OS maintenant abandonné (quel gâchis, en passant).

Je vous rassure, Apple n’aurait jamais adopté ZFS. Outre les problèmes de licence, ZFS est quand même orienté pour les applications serveurs, ce qui à mon sens, n’aurait pas pu permettre à Apple de proposer un nouveau système de fichier pour ses appareils mobiles.

avatar lmouillart | 

"Qui n’a jamais rien donné" Steve Jobs ayant essayé comme à son habitude de faire pression pour que le projet cesse : https://jonathanischwartz.wordpress.com/2010/03/09/good-artists-copy-gre...

avatar Moonwalker | 

Sauf deux choses à préciser que ne raconte pas Schwartz qui aimait bien réécrire l'histoire à sa façon.

1. Déjà, c'est le créateur de Concurrence, Roger Rosner, qui a développé Keynote. Steve Jobs utilisait Concurrence sur NeXT pour ses conférences. Peu de temps après le rachat de Lighthouse Design, SUN a abandonné le projet OpenStep et décidé de passer à Java. Les logiciels de Lighthouse Design - une suite bureautique complète - ont été tout simplement enterrés. Steve Jobs a demandé qu'on lui créé un logiciel équivalent pour Mac OS X.

Roger Rosner travaille toujours chez Apple. Il est le patron du développement de iWork.
https://www.youtube.com/watch?v=VHf_FQkNGlk

2. La réponse de Schwartz aux "pressions" de Jobs a clos l'affaire, comme il le signale. On ne peut donc imputer à Jobs l'échec de Looking Glass. Ce projet, comme bien d'autres chez SUN à l'époque, n'a simplement abouti à rien de plus qu'une démo de présentation.

Schwartz a cru un moment que l'open source était un moyen de palier les insuffisances de son entreprise. Ce fut sa grande erreur et son échec.

avatar Doctomac | 

@lmouillart,

Bien c’est vrai qu’ils avaient repris pas mal d’éléments de design de MacOS X, transparence, animations, etc.

Mais je ne parle pas de ça. Je parle du paradigme d’une interface 3D. C’était ça la grand idée de Looking Glass (j’ai encore la vidéo de démo que j’avais téléchargé à l’époque de sa présentation). Et bien, l’idée d’une interface 3D sur des OS d’ordinateurs n’a jamais rien donné du fait des problèmes d’ergonomie qu’elle engendre et Looking Glass n’a pas échappé à la règle (à plus petite échelle, on se souvient du Flip3D machin de Vista complètement inutilisable).

La seule idée que l’on n’a pas pu retrouver, c’est la possibilité d’afficher les préférences d’une app derrière une fenêtre, leur visualisation s’accompagnant d’une animation qui retourne la fenêtre. C’est ce qu’on a/avait par exemple avec les préférences de chaque Widgets dans Dashboard de macOS.

avatar deltiox | 

@Doctomac

Quel dommage justement de ne pas avoir ZFS
Un excellent choix pour nos Mac

avatar Doctomac | 

Non pas du tout, Apple a développé son nouveau système de fichier et c’est bien mieux comme ça. Par ailleurs, comme je l’ai écrit ci-dessus, l’adoption de ZFS (orienté serveurs) n’aurait pas permis à Apple de proposer un nouveau système de fichier pour ses appareils mobiles.

avatar marc_os | 

@deltiox :
ZFS gourmet en ressources si j'ai bien compris, n'est pas à regretter sur Mac.
J'ai toute confiance qu'AFS fera très bien l'affaire, Apple ayant prouvé son savoir faire en la matière avec HFS+.

avatar deltiox | 

@marc_os

J'ai confiance aussi
Mais zfs a d'énormes possibilités comme par exemple les snapshots, les groupes de disques dont on peut enlever un disque le temps d'une sauvegarde avant de le remettre dedans (génial pour les bases de données)

Bref cela aurait été un superbe remplacement d'HFS (un temps envisagé par Apple avant le rachat par Oracle d'ailleurs)

avatar lmouillart | 

"IBM… qui a finalement abandonné le matériel." À base de solutions Intel (séries X), les Power 9 sont là pour une partie des gammes, et les 10 sont prévus pour 2020.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR