Brevets : lorsque Steve Jobs recula devant Sun

Florian Innocente |
Apple et Sun eurent par le passé un début de querelle autour de questions de brevets raconte aujourd'hui Jonathan Schwartz sur son blog. Il fut le patron de Sun depuis 2006, poste qu'il a quitté le mois dernier suite au rachat par Oracle. L'objet du différent fut le projet Looking Glass, une interface graphique à base de vues en 3D qui avait fait sensation lors de sa démonstration en 2003. Avec des fenêtres 3D présentant un recto et un verso, un Dock présentant un plateau transparent comme celui de Leopard, un principe de piles pour accéder aux fichiers, etc (YouTube).

LG3Dglass
Looking Glass


Steve Jobs appela Jonathan Schwartz et lui signifia que les effets graphiques de Looking Glass "piétinaient quantité de propriétés intellectuelles d'Apple", si Sun s'aventurait à les utiliser, Jobs leur "ferait un procès". Loin de se démonter, Schwartz répliqua "Steve, je viens juste de voir votre dernière conférence, et Keynote a l'air identique à Concurrence, est-ce que vous en détenez la propriété intellectuelle ?".

Concurrence était un logiciel de présentation au sein d'une suite bureautique conçue pour NeXTSTEP, autrefois le système d'exploitation de Steve Jobs. À cette époque Concurrence avait été développé par Lighthouse, co-fondé par Schwartz, et qui fut rachetée par Sun. Puis Schwartz d'enfoncer le clou "ll m'a semblé également que Mac OS X était maintenant basé sur Unix. Je crois que Sun a aussi quelques brevets." Réponses qui laissèrent Steve Jobs silencieux. L'affaire Looking Glass ne revint plus sur la table et Sun l'abandonna de toute façon, ses clients n'étant pas prêts pour un tout nouveau type de bureau.



Microsoft tenta aussi sa chance avec Sun estimant qu'OpenOffice.org violait quelques brevets d'Office. Gates et Ballmer proposèrent à Sun de le compenser par le versement de royalties pour chaque version de la suite téléchargée. Sun, qui avait vu le coup venir, tourna à nouveau la discussion à son avantage, en suggérant que .NET le nouveau langage de programmation de Microsoft violait de très nombreux brevets sur Java. Puis de proposer que Microsoft verse des royalties sur chaque version vendue de Windows. Une idée qui ne fut pas du goût de Gates qui expliqua que le modèle économique du logiciel était de générer des revenus variables en fonction de coûts de développements qui eux restent fixes. Les royalties n'entraient donc pas dans ce schéma. Ce fut la fin de cette (courte) réunion (*).

Sun ne fut pas toujours chanceux avec les accusations de violations de brevet, devant parfois s'acquitter de lourdes condamnations. Jonathan Schwartz estime toutefois que l'avantage que peut donner la possession d'un portefeuille de brevets doit être envisagé - dans le meilleur des cas - sous un angle défensif plutôt qu'offensif. En gros, ne venez pas nous chercher, vous risqueriez de vous en mordre les doigts "Pour une société technologique, attaquer en s'appuyant sur des brevets logiciels ressemble à un acte de désespoir, on s'appuie sur un tribunal plutôt que sur le marché." Ironique il rappelle que les héritiers de feu la tablette Go pourraient trouver à redire de l'iPad, cependant ces propriétaires étant aujourd'hui l'opérateur AT&T (distributeur exclusif de l'iPhone aux États-Unis) les chances d'une riposte sont limitées…

"Ayant vu ce film plusieurs fois, faire un procès à un concurrent rend généralement ce dernier plus crédible, et pas moins. Les développeurs que je connais ne se sont pas désintéressés de la plateforme Android, elle les intéresse davantage, la décision d'Apple renforce leur intérêt" conclut Schwartz.


(*) Il y a un fait qui n'est pas abordé dans le billet de Schwartz et qui donne un autre éclairage à son anecdote sur Microsoft : en avril 2004 les deux entreprises signèrent un large accord de coopération technologique sur Java, .NET, les serveurs, etc. En outre, Microsoft versa 900 millions de dollars à Sun pour mettre un terme à un litige sur des violations de brevets et 700 autres pour des questions d'infraction aux lois anti-trust. En plus d'un accord de versements réciproques de royalties.
Tags
avatar shenmue | 
@ShowMeHowToLive:"Quel dommage que Sun ait été racheté par Oracle et non pas par Google :( Oracle a tué pratiquement tout. Google aurait fait avancer OpenOffice ou Java bien plus rapidement." Moui...dans des solutions à la google quoi. C'est à dire au final pour alimenter leur boîte à pub. Mais bon, c'est vrai que ça aurait bougé un peu plus. Oracle ils ont quand même les moyens s'ils le veulent de se servir de Sun pour construire une plateforme pro de A jusqu'à Z. Les déclarations du patron d'Oracle ne donnent pas l'impression qu'ils ont racheté Sun pour le faire disparaître.
avatar Thierry61 | 
Hak... Pour rendre justice à Schwartz , je pense que McNealy y est aussi pour quelque chose dans la déconfiture de Sun. En fait Sun ne s'était jamais remis du crash des "dotcom" du début de la décennie. Ils ont passé des années à couper dans les effectifs, à rationnaliser, à réagir - à être défensif-.. tout ça pour ça... Bon.. je ne me fait pas de soucis pour le devenir du capital technologique Sun. Oracle est une boite intelligente; désormais un poid lourd du java d'entreprise, de SOA, des progiciels. des serveurs.. Bien sur, le marché est devenu encore un peu plus monopolistique...
avatar oomu | 
je suis d'accord avec HaK. je l'aurais écrit moi même cette "mise au point" s'il ne l'avait pas fait. Schwartz est quelqu'un de très sympathique, et il a apporté beaucoup à linux et au logiciel libre quand il s'est enfin décidé à ouvrir des produits qui étaient oubliés Sun était une grande entreprise, ils ont conçu de nombreux excellents produits, innové beaucoup , une véritable entreprise d'ingénieur mais toute la période 2000 a été une succession de rendez vous raté, de gaspillage d'énergies, de dons sans but, d'atermoiements entre solaris et linux. Sun était mal géré. Qu'on le veuille ou non, le résultat s'est vu, alors qu'ils avaient d'excellentes technologies. On en revient donc toujours à Steve Jobs. Il y a toujours des gens pour croire qu'on est gaga du Stevie à cause de son jeans. non, c'est parce qu'Apple a des milliards de $ en banque en CASH et a su pérennisé des technologies fortes (des choix très forts technologiquement), su rester une "autre informatique". La où sun a échoué. là où tous les autres sont morts, là où HP s'est vendu (à compaq) etc. Si Schwartz (et son prédécesseur aussi d'ailleurs) avait bien dirigé Sun, certainement que c'aurait été nettement moins sympa, clairement y aurait pas eu de zfs en licence libre qui finalement à servi à rien mais solaris aurait été un superbe concentré de technologies au service d'une gamme de produits rationalisé et d'une entreprise avec un objectif et un marché _bien_ défini. ET j'aurais compris comment Sun pouvait vivre et pérenniser son offre. -
avatar oomu | 
avoir mis JAVA en logiciel libre était une bonne chose, mais c'aurait du être fait il y a longtemps avant. et non sous la pression de se voir devenir obsolète face à .net mais openoffice (qui est une BELLE chose) a rapporté quoi à sun ? ca a rapporté + à ibm zfs ? rien le sparc en ouvert ? qui a utilisé l'architecture sparce au delà de sun ? est ce que cela a rapport à sun ? les milliers de projets opensource que sun a lancé/soutenu/financé/créé ? ca a rapporté quoi ? solaris et toutes les hésitations autour de linux ont ils donné un superbe produit complet et agréable pour rendre un serveur sun + séduisant et utile qu'un hp ou dell ? où a été la valeur ajouté de tous ses efforts ? Sun a contribué énormément au projet Gnome (toutes les fonctionnalités d'accessibilité pour handicapé), est ce que une seule fois ce travail a servi pour renforcer les produits sun ? même indirectement ? - Le bilan est sévère : sun était une société extraordinaire qui en 10/15 ans a décidé de s'épuiser totalement. Y a que 2 raisons à cela : vouloir le bien de l'humanité (mais ca dure pas longtemps) ou l'incompétence/naïveté. - Mais Schwartz raconte maintenant des anecdotes franchement intéressantes et ce n'est pas le mauvais bougre bien au contraire. Mais ne me parlez pas du "bilan" de Sun, sur sa dernière décennie, ça fait trop mal au coeur.
avatar pecos | 
Moi ce qui m'étonne, c'est que Steve Jobs aie pu, un jour, s'inquiéter de looking glass et du fait qu'il puisse piétiner les plates-bandes d'APPLE. Quoi ? Mais qu'est-ce qu'ils lui trouvent tous à ce cafouillazibule verdâtre totalement bordélique ? Dès la première seconde où j'ai vu ce truc, j'ai détesté le concept et l'aspect immonde. Je ne crois pas que les gens "ne soient pas encore prêts pour ça" Je crois surtout que le mauvais goût n'est - heureusement - pas aussi répandu qu'on voudrait le croire. Maintenant, que quelques illuminés rêvant d'un monde où Linux régnerait en maître puissent aimer ça... Finalement ça ne m'étonne qu'à moitié.
avatar Moonwalker | 
Rappel historique : Concurrence était un logiciel LightHouse Design, principal développeur de logiciels pour la plateforme NeXTStep/OpenStep. Le développeur principal de Keynote est le créateur de Concurrence. J. Schwartz est l'un des fondateurs de LightHouse Design. Il entre à Sun avec le rachat de celui-ci par SUN en 1996. Les logiciels LightHouse Design ont disparu quand SUN abandonna l'Objectiv-C pour se tourner vers Java. StarOffice fut privilégiée aux outils LightHouse Design. Malgré une demande forte de la communauté OpenStep et GNUStep, SUN n'a jamais libéré le code des logiciels LightHouse Design. J. Schwartz répondant qu'ils ne réapparaîtraient jamais. Voilà tout l'amour du monsieur pour l'OpenSource. Je ne sais pas si les gens d'aujourd'hui se rendent compte de la place de LightHouse Design dans le monde Objectiv-C Cocoa. Il y avait un traitement de texte (OpenWrite), un tableur (Quantrix), un outil de présentation (Concurrence), une base de données, un éditeur d'équations (EquationBuilder) des outils graphiques (WetPaint) et de gestion (Diagram! - Task Maker), etc. C'est un ensemble bureautique et graphique complet et éprouvé qui est passé ainsi à la trappe en 1999. Le fiasco Looking Glass est un exemple édifiant des "années Schwartz" à SUN. Alors, ce monsieur peut aujourd'hui tenter de réécrire la légende pour redorer son blason, il n'en reste pas moins en terme de choix stratégiques un des plus calamiteux CEO de la première décennie 2000.
avatar Nicky Larson | 
[quote]Ce type est indéfendable mais comme il crache sur Steevy bien sûr toi tu le défends. Logique. [/quote] Trop drôle ton commentaire. On me traite justement d'Apple Fan sur ce sujet. https://www.macg.co/news/voir/146441/une-pincee-de-webkit-dans-le-prochain-moteur-javascript-de-mozilla Non, le problème c'est juste toi qui est pour le coup un vrai fanboy Apple.
avatar Nesus | 
C'est intéressant. Mais rien de bien nouveau sous le soleil. Ceux qui créer des innovations tellement simples et pratiques qu'elles deviennent naturelles et incontournables peuvent "pomper" un peu chez les autres qui ont fait de même. Ce qui donne un tout cohérent qui permet une avancé pour eux et les autres. C'est l'empilage des briques pour faire un mur. Ca met à l'abris de pas mal de coup de vent. Les autres... ils n'ont pas le droit.
avatar marsu94000 | 
@igerard "Que reste t il de Java?après avoir été la coqueluche de tous?" C'est une blague ? Regarde les offres d'emploie et ensuite reviens nous dire, à moins que tu ne parles que du JAVA applicatif.
avatar Manu | 
Le naufrage de Sun c'est tout simplement qu'ils n'ont pas bien abordé l'étape de la virtualisation. Leur solution ne tient pas la route. IBM qui est le grand gagnant a acquis une sacré expérience avec cette techno qu'il a des années durant proposée sur ses mainframes. Comme les autres l'ont dit avant moi, une émotion particulière m'envahit chaque fois que je revois une interface de NeXTSTEP. pour moi, ce type d'interface devrait être utilisé par Apple pour l'iPad. Les menus utilisés dans l'ipad semble bien me donner raison.
avatar Florian Innocente | 
@ Wolf : je confirme oui que Florian est bien masculin. Par contre pour "Claude" Pelletier, j'ai un doute :-)
avatar Nicky Larson | 
[quote]Regarde les offres d'emploie et ensuite reviens nous dire, à moins que tu ne parles que du JAVA applicatif.[/quote] Oui enfin personnellement, le java et le .net, c'est ceux à quoi sont formés de base tous les informaticiens indiens. Alors libre à toi de miser dessus, mais personnellement c'est pas mon cas.
avatar IGerard | 
@ marsu94000 Oui ... applicatif Comme il est dit, Lighthouse faisait de sacrées applications... et ils nous sortent cette daube d'OpenOffice ??? Quelle blaque !!!! Je trouve que c'est sacrément révélateur de ce que ne peux pas faire java...
avatar IGerard | 
Avec l'énergie qui a été mis dans Java depuis 15 ans .... pour en être là aujourd'hui... mes amis dans le web en freelance ne font pas de java... Comme quoi la tête ça compte, la constance, l'opiniâtreté... de vrais objectifs... Sun c'était un truc incroyable y a 20 ans... NeXTStep a été conçu sur des Sun3 je crois, avant que le hard NeXT ne soit prêt ;)
avatar Wolf | 
@iGerard: NeXTStep a été conçu sur des macs puisqu'ils était en 68xxx de Motorola a l'epoque de la sortie des Cubes. Quand je pense que j'avais payé mon 1er Cube 10.000 FF ;)
avatar melaure | 
Article très intéressant qui parle d'une boite que j'ai toujours beaucoup apprécié. Ce sont de vrais concepteurs et ont beaucoup d'inventivité, même si ça ne suffit pas.
avatar Manu | 
Eh oui Melaure, comme on dit tout a une fin. Quand je pense que NeXT et tous ces logiciels datent de fin des années 80 et début 90. Ce système et tous les logiciels étaient à des années lumières des autres. Apple est aujourd'hui entrain de récolter les fruits de tout ce qui avait été fait à cette époque.
avatar marsu94000 | 
@Nicky Ne t'inquietes pas pour moi, tout va bien merci :-)
avatar gazobu | 
@wolf:"NeXTStep a été conçu sur des macs puisqu'ils était en 68xxx de Motorola a l'epoque de la sortie des Cubes" ça il fallait l'écrire ! as tu essayé à l'époque de faire tourner NeXTStep sur un Mac ?
avatar IGerard | 
Sun3 : 68030 Je maintiens ce que j'ai dit... Il leur fallait une station de travail en 86/87 y avait pas de 68020 ou de 68030 à cette epoque sur le marché Le NeXT cube a été prêt en 89 je crois
avatar IGerard | 
Sur des Macintosh voulais je dire, le Mac avait un 68000 jusqu'à l'arrivée du MacII Bref tout ça montre que c la vrai guerre entre les patrons de multi nationales
avatar Tucpasquic | 
Le grand retour de gazobu ? :D
avatar gazobu | 
"totalement hors sujet" salut tucpasquic, plus le temps de venir sur les forums, juste les news le matin. ;-)
avatar gazobu | 
@igerard "Je maintiens ce que j'ai dit... " et tu as entièrement raison. (il me semble, mais pas garanti, que mon NeXTCube est en 68040 et ma NeXTStation en 68030)
avatar Moonwalker | 
Allez ! Bonne lecture. http://www.levenez.com/NeXTSTEP/ Quoiqu'on pense de Steve Jobs, Schwartz est d'une particulière mauvaise foi sur ce coup. S'il y avait un problème de droit sur Keynote, il n'avait qu'à agir. Mais comme je l'ai signalé, le créateur de Concurrence est celui de Keynote. Même l'argument Unix est bête à pleurer, du FUD digne de SCO. NeXT => BSD 4.x. Mac OS X => FreeBSD => Darwin. OpenSource SunSolaris => BSD 4 mais fermé rapidement. Il ne s'ouvrira enfin qu'avec OpenSolaris... en 2005. Attaquer les bases unix de Mac OS X, c'est attaquer BSD et toutes ses distributions OpenSources (NetBSD, FreeBSD, OpenBSD).

Pages

CONNEXION UTILISATEUR