Voiture autonome de Geohot : un kit à venir d'ici la fin de l'année

Mickaël Bazoge |

George Hotz a fait la une de l’actualité mi-décembre, lorsqu’il a levé le voile sur sa voiture autonome (lire : Une voiture autonome : le nouveau projet fou de Geohot). Bricolé avec trois francs six sous, un chewing-gum usagé et un joystick, ce véhicule a attiré l’attention de plusieurs entreprises du secteur : les PDG de Delphi, un important équipementier auto, et de Nvidia ont rendu visite au bidouilleur de talent.

Le fonds d’investissement Andreessen Horowitz a estimé la valeur de la petite entreprise de « Geohot », comme on le connait depuis le premier jailbreak de l’iPhone, à hauteur de 20 millions de dollars. Depuis, comme l’explique Forbes, il tente de faire fructifier ses travaux pour transformer Comma en incontournable du marché naissant de l’automobile autonome.

Cliquer pour agrandir

La start-up développe un kit qui permettra de transformer la voiture de monsieur-tout-le-monde en véhicule sans chauffeur. Le produit en question pourrait prendre la forme d’une dashcam (une caméra à poser sur le pare-brise) connectée au port diagnostic de la voiture. Le kit ne sera pas compatible avec toutes les automobiles du marché, mais Hotz espère pouvoir assurer la prise en charge des cinq véhicules les plus populaires aux États-Unis.

Il faut s’attendre à la présentation d’un produit proche de la commercialisation d’ici la fin de l’année. Mais l’idée est de proposer cette technologie aux constructeurs afin qu’ils l’intègrent au sein même de leurs lignes de production.

Il reste néanmoins plusieurs obstacles à lever. Le premier est législatif. En décembre, Hotz a reçu une ordonnance de cessation (cease and desist) de l’administration en charge de la régulation routière californienne, lui interdisant de faire rouler ses véhicules autonomes sans autorisation. Depuis, Comma doit se contenter de circuits fermés et de parkings, alors que la technologie de l’entreprise a besoin d’engranger les kilomètres et les situations afin d’affiner ses algorithmes.

Dans le bureau de George Hotz, on tire sur la tête d’Elon Musk à coup de fléchettes.

Autre souci, la relation exécrable que Hotz entretient avec Elon Musk. Au lendemain de la présentation du projet de voiture autonome de Geohot, Tesla diffusait un communiqué relativisant l’exploit réalisé par le bidouilleur : s’il est relativement simple de concevoir un système sans chauffeur, il faut encore pouvoir rouler des centaines de milliers de kilomètres pour améliorer la technologie. À l’époque, le système de Hotz venait d’être présenté, il n’avait qu’un mois au compteur et aucune ressource pour financer un débugguage de grande ampleur (lire : La voiture autonome de Geohot inquiète-t-elle Tesla ?).

La brouille avec Musk date de l’époque où ce dernier avait fait le pari que Geohot n’arriverait pas à produire un système de voiture autonome aussi performante que celui de Mobileye, le sous-traitant qui fournit la technologie utilisée par le mode auto-pilote des Model S de Tesla.

Mais en tentant de glisser dans le contrat que le constructeur automobile gardait la possibilité de se retirer du deal même si Hotz honorait sa part du contrat, Elon Musk s’est attiré la colère de Geohot. Elon Musk « fait de super choses », explique le petit génie. « Peut-être que d’ici un an, il se dira : "Les gars de Comma sont vraiment très bons", et on lui facturera le double ».

Cliquer pour agrandir

avatar Sokö | 

Ça va être difficile de faire des tests grandeur nature simplement sur des parkings.

avatar zoubi2 | 

"s’il est relativement simple de concevoir un système sans chauffeur, il faut encore pouvoir rouler des centaines de milliers de kilomètres pour améliorer la technologie"

Ça me paraît évident... Ce mec est sûrement très bon, mais aussi bon soit-il je ne monterais pas les yeux fermés dans sa bagnole bidouillée sur le périph' ou sur une route de montagne...

avatar ErGo_404 | 

Il y a surtout une différence de taille entre le fonctionnement des AI des deux boîtes.
Chez GeoHotz, le logiciel apprend comment conduire en analysant des heures et des heures de conduite de conducteurs réels. Pas de données = pas d'amélioration des algos.
Chez Tesla, les ingénieurs analysent des heures et des heures de conduite et programment des règles de conduite dans la voiture.
En théorie, la solution de GeoHotz est meilleure car elle s'améliore d'elle-même au fil du temps, et elle est plus adaptable à de nombreuses situations. En pratique, Tesla a annoncé avoir déjà travaillé sur le même modèle que Hotz et qu'il ne permettait pas d'avoir une conduite avec une assez grande fiabilité.

avatar thyhy | 

@ErGo_404 :
Surout que si le conducteur a de mauvaises habitudes qu'est ce que cela donnera...

avatar ovea | 

@ErGo_404 :
Chez Tesla il programme le code de la route
… pfff !
Et après ?

Géo Trouvetout leur donne un meilleur algo, pour toute les autres situation ?

Où en sont vraiment ces algo d'apprentissage sans réel avancés dans l'architecture des processeurs ?

Même avec 8 GPU scotchés ensembles, et des centaines de couches, est-on encore loin des capacités d'anticipation des neurones rétiniennes ?

Il faudrait apporter de sérieuses preuves de coopération entre la recherche médical sur l'œil et la reconnaissance de forme en apprentissage profond !

avatar DVP | 

Programmer une voiture pour respecter le code de la route n'est pas la solution.

Parce qu'au quotidien personne ne respecte le code! Je te met au defi de respecter les distances de sécurité avec l'a voiture de devant sur une voie rapide un peu chargée: tu va finir à l'arret!

Parce que si tu roules à 90km/h, tu dois laisser 50m entre toi et la voiture de devant. ( Code de la route R. 412-122: "lorsque deux véhicules se suivent, le conducteur du second véhicule doit maintenir une distance de sécurité suffisante (...). Elle correspond à la distance parcourue par le véhicule pendant un délai d'au moins deux secondes" )

Si tu laisses 50m, il y a toujours un abruti qui va venir s'y mettre...
Donc tu vas ralentir pour laisser de nouveau 50m entre toi et lui.
Si tu laisses 50m, il y a toujours un abruti qui va venir s'y mettre...
Donc tu vas ralentir pour laisser de nouveau 50m entre toi et lui.
etc..

En moins de temps qu'il ne le faut pour le dire, tu sera arrêté à attendre qu'un camion vienne te pousser.

avatar patrick86 | 

"Si tu laisses 50m, il y a toujours un abruti qui va venir s'y mettre...
Donc tu vas ralentir pour laisser de nouveau 50m entre toi et lui."

Ou alors, on programme l'envoi automatique d'une torpille sur la voiture de cet abruti. :-)

avatar Hideyasu | 

@ErGo_404 :
Je vois pas en quoi son modèle est meilleur. Si la voiture apprend à conduire sur des petits vieux qui n'ont plus toute leur tête ou quelqu'un qui conduit comme un debile, j'ai pas envie de voir le résultat.

avatar iDanny | 

En fait il fait le Waze de la conduite autonome, le gars :B

avatar wilfried50 | 

Et si la bagnole de Gehotz a appris par cœur les reflex et la conduite de Sebastien Loeb je ne monte pas dedans 8B Drifts dans les routes de montagne !!!!

avatar Ginger bread | 

@wilfried50 :
Mdrrrr

avatar Ben_75 | 

Ahaha, excellent le coup des fléchettes sur Elon Musk ^^ Alors comme ça Geohot est mauvais joueur? Dans ce genre d'industrie ça doit pourtant y aller fort le "cassage" en règle ;)

avatar ti chen | 

Si une conduite type ( académique, économique, sportive..) et le conducteur/passager choisi son programme. Moi je suis plus séduit par un assistant (jarvis) qu'un auto pilote... Sauf pour aller la garer.

avatar Elmediterraneo | 

Les Piloted Driving d'Audi et Intelligent Drive de Mercedes vont remettre ces petits yankee dans leurs bac à sable. Depuis l'ABS, tous les systèmes électronique d'aide à la conduite viennent d'Allemagne.

CONNEXION UTILISATEUR