La folle aventure intérieure du labo santé de Google X

Mickaël Bazoge |

Google veut pousser le « quantified self » dans ses dernières extrémités. Google X Life Sciences, la branche « médecine » du labo de recherche et développement du moteur de recherche, a annoncé plancher sur une technologie qui rappelle les films de science-fiction — une habitude pour Google X, dont un des critères pour développer des innovations est précisément d’évoquer des technologies imaginées dans des œuvres d’anticipation (lire : Les idées dingues des savants fous de Google X). Il s’agit cette fois de concevoir des nano-robots dont la mission sera de prévenir l’utilisateur de l’éventualité d’une tumeur, d’un AVC (accident vasculaire cérébral) ou d’une crise cardiaque.

Ces particules, ingérées dans un comprimé, sont 2 000 fois plus petites qu’une cellule sanguine. Elles circuleront dans le sang du porteur en se fixant sur des cellules spécifiques (tumorales, par exemple). Un objet connecté pourra ensuite servir à collecter et afficher les résultats des pérégrinations de ces nano médecins. Cette technologie s’inspire de l’expérience d’un ingénieur Google : suite à un accident de vélo, son médecin a pu diagnostiquer une tumeur rénale suite à des examens médicaux censés dépister une hémorragie interne. Grâce à ce diagnostic précoce inattendu, l’ingénieur a pu être soigné à temps et sa tumeur retirée.

Le développement de ces nano particules n’en est qu’à ses balbutiements, mais Google prévoit déjà de licencier cette technologie à des sociétés médicales afin de mettre au point des tests. Ce projet est en tout cas dans la droite ligne des expérimentations du moteur de recherche dans le domaine de la santé et des biotechnologies : Google X a également en projet des lentilles capables de mesurer la glycémie, et la création de Calico en septembre dernier vise à augmenter l’espérance de vie humaine, rien de moins (lire : Le président du conseil d'Apple dirigera une nouvelle société de Google).

Apple est loin de nourrir ce genre d’ambition : Tim Cook a bien fait savoir que le constructeur n’avait aucune intention de financer la recherche fondamentale en matière de santé.


Tags
avatar ysengrain | 

"Google veut pousser le « quantified self » dans ses dernières extrémités" .... par "empathie philantropique" bien sûr

avatar Liloul | 

Au moins Google se sert de son oseille pour des projets plus ambitieux que d'uniquement vouloir satisfaire ses actionnaires, notamment Mr Icahn !

avatar rondex8002 (non vérifié) | 

« Apple est loin de nourrir ce genre d’ambition : Tim Cook a bien fait savoir que le constructeur n’avait aucune intention de financer la recherche fondamentale en matière de santé. »

Je préfère ça à ça :

« Google prévoit déjà de licencier cette technologie à des sociétés médicales »

Ça me met un peu mal à l'aise de savoir que des sociétés lucratives, face de la recherche fondamentale en santé pour revendre ensuite leur découverte. Ça fait un peu trop — puisque Google puise son inspiration dans les films — Massive Dynamic à mon goût.

avatar françois bayrou | 

Je trouve au contraire que c'est une bonne chose.
Oui c'est du business, mais ça fait avancer la recherche, alors pourquoi pas ?

avatar Kimaero | 

@rondex8002 :

D'un autre côté, c'est déjà comme ça que fonctionne le monde médical aujourd'hui : paradoxalement, les labo pharmaceutiques et autres ne font pas dans l'humanitaire et la philanthropie, mais ne développent des thérapeutiques que pour les maladies pouvant leur ramener le plus de profit possible. C'est également dû à une réglementation très lourde, mais ça n'excuse pas tout.

C'est pour cela que les maladies peu communes n'ont généralement pas ou très peu de traitements, alors qu'il existe plus d'une vingtaine de marques de paracétamol.

Au moins, Google s'aventurera dans des contrées où la recherche médicale ne mettra pas un seul pied, faute de profit assuré.

avatar negaca | 

@Kimaero :
Y'a presque aucun intérêt à trouver un traitement aux maladies orphelines, quand tu as 100 cas/an d'une maladie, quel est l'intérêt d'un point de vue santé publique de l'investissement de millions d'euros pour trouver un traitement (ce qui n'est pas assuré) ?
La réponse a déjà été trouvée : aucun intérêt.
Par contre trouver de nouveaux anticoagulants pour les maladies cardiovasculaires, rechercher de meilleurs traitement des maladies inflammatoires, etc. Ces recherches ont un réel intérêt car les recommandations ou les thérapeutiques qui en découlent ont un réel impact de santé publique (réduction des coûts et des comorbidités, allongement de la durée de vie sans maladie, diminution des complications).

En tant que clinicien, je vois mal l'apport de Google dans la prise en charge des patients, à part à créer de la distance entre le patient et le médecin avec cet intermédiaire "magique". Bref ..

De toute façon ce n'est qu'un effet d'annonce pour faire le buzz, ça ne donnera rien comme d'habitude.

avatar Bigzen95 | 

@ Negaca

Bonjour Negaca
"Y'a presque aucun intérêt à trouver un traitement aux maladies orphelines, quand tu as 100 cas/an d'une maladie, quel est l'intérêt d'un point de vue santé publique de l'investissement de millions d'euros pour trouver un traitement (ce qui n'est pas assuré) ?
La réponse a déjà été trouvée : aucun intérêt."

Moui....bien sûr.... je te souhaite bien sincèrement, Negaca, de ne jamais avoir un enfant atteint d'une maladie orpheline. Tu pourras lui dire : "aucun intérêt : trop cher, mon fils !" en le regardant mourir à petit feu.

Au revoir, l'humaniste ! ( très étonné tout de même qu'une telle prise de position n'ait suscité aucun commentaire... )

avatar Oby1 | 

Sans parler de la société Calico, pourquoi pas... Ça reste de la recherche et si ça peut aider à détecter ce genre de problème pour les éviter, c'est très bien. J'entendais ce matin que 150 000 personnes par an faisait un AVC !! Combien en meurt et combien en garde des séquelles ?
Ceci étant, d'ici que ce soit au point et autorisé pour les bonnes instances, il va s'en passer des années. Comme c'est google, on en parle, mais combien de recherche de ce type sont faites dans d'autres labo qui n'ont pas une aussi grandes représentation que google ?

avatar en ballade | 

@rondex8002

La recherche fondamentale est financé par le privé aux usa . Dommage qu'apple ne la finance pas.

avatar Nesus | 

Ça me fait penser à un épisode de au delà du réel. Le type s'infectent des Nano machines sui modifiait son organisme. Et l'empêchait de mettre fin à ses jours.
Ne faisant pas parti de ceux qui veulent être immortel, ça sera sans moi.

avatar tekikou | 

Il faudra au moins être immortel pour profiter d'Ecoute iPad.

avatar negaca | 

C'est de la poudre aux yeux !
Si jamais ça change la médecine, il faudra pas attendre moins de 50 ans. Mais j'y crois pas.

avatar tekikou | 

Y'a vraiment toujours des gens pour râler… Tout ça parce que c'est Google.

avatar flagos | 

Google pourrait trouver un médicament conter le cancer que les fanboys Apple et MacG trouveraient encore a y redire... Pathétique !

avatar curly bear | 

Lisez "Silo" de H. Howey si vous ne l'avez pas fait. On y parle de nano assez proches du projet de Google...

CONNEXION UTILISATEUR